Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet

À propos de Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015.

La nature a compté dans l’histoire du pouvoir associé au château du Versailles. Les résistances qu’elle a opposées à ses gouvernants l’ont même conduit à être un foyer d’invention d’une politique de la nature. Pour le montrer, G. Quenet délaisse le plan quadrillé du palais et du Petit Parc qui l’entoure, s’éloignant du même coup d’une historiographie peu regardante sur les rapports des hommes de la cour avec les êtres vivant au-delà. Sa proposition s’appuie ainsi sur une extension du domaine de l’histoire de Versailles, suivant les traces du roi et de sa cour (mais aussi celle de sa police) dans le Grand Parc et la campagne alentour, aménagés tant bien que mal pour leurs besoins. Les archives exploitées par l’historien témoignent de difficultés d’aménagement qui tranchent avec la thématique aujourd’hui bien polie de la domination « à la française » de la nature. Il s’agit dès lors pour lui de restituer ce Versailles « dynamique et mobile, vivant et giboyeux », mais aussi « heurté, incontrôlé, contesté » (pp. 7-8), loin donc du « fantasme de l’absolutisme environnemental » consacré par une historiographie centrée sur les principaux bâtiments (p. 31 sq.). « Resserr[ant] l’étau patrimonial autour de Versailles », celle-ci n’a pu faire du château un objet constitutif de l’identité nationale qu’au prix d’une artificielle mise à distance du Grand Parc et de la vie qui l’anime (dans cette veine, « pour que le château s’affirme, il faut que le Grand Parc s’enfonce dans l’ombre », p. 177).

70718494_000_CV_1_000Le but du Versailles de Quenet est d’éclairer à nouveau ce domaine royal au statut original, sous un jour plus contrasté que celui qui écrase les allées du Petit Parc. Il lui faut donc troquer la posture textualiste qui, en cherchant à déchiffrer le sens du château, l’a en quelque sorte « momifié » (p. 7), pour une autre heuristique. L’historien choisit pour cela un modèle « contemporain du palais », celui de l’histoire naturelle, pour saisir les quatre moments – « naissance, croissance, régénération et mort » – de la vie de « l’animal Versailles » (pp. 10-11). Celui-ci « se reproduit et se développe au prix d’un gigantesque métabolisme, parcouru de flux qui entrent (…), qui sortent (…), et qui se régénèrent » (p. 16) : c’est sous cette forme – hybride, pour le coup – que Quenet entend donner toute sa force à « la matérialité de la nature » dans l’histoire de Versailles. Dans cette présentation, l’effet est saisissant ; on frôle le « monster movie » (sous-titre : « Bruno Latour meets Louis XIV ! »).

Plus sérieusement, l’ouvrage présente une passionnante enquête d’histoire environnementale (dont G. Quenet est l’un des fers de lance en France[1]), proposant une nouvelle perspective sur un lieu de pouvoir qui étonne encore par sa démesure. Dans le domaine de Versailles, l’environnement royal est marqué notamment par la richesse de la faune et la rareté de l’eau, et l’auteur exploite brillamment la façon dont ces particularités travaillent et sont travaillées par la politique d’aménagement au service de la cour. La chasse est à la fois l’un de ses plaisirs favoris et l’occasion d’une confrontation planifiée avec la nature. Louis XIV, par exemple, chasse un jour sur trois à la fin de son règne : sangliers, loups, cerfs, chevreuils, daims, lièvres, faisans… Ceux-ci sont confinés – parfois élevés ou importés[2] – dans le Grand Parc, ceinturé d’une clôture : mais comment gérer cette ressource, i.e. en jouir sans l’épuiser, dans le cadre d’une pratique de chasse exceptionnellement sédentaire (pp. 30, 108-109) ? Pratiquée passionnément, la chasse au loup élimine l’espèce, ce qui met en évidence la « portée écologique considérable » de cette disparition sur la biodiversité et sa répartition dans le Grand Parc, sous la forme de ce que l’on appelle aujourd’hui des « cascades trophiques » (p. 123). On voit aussi comment les pratiques de gestion du domaine appellent de développer des techniques de classification semi-savantes : la création de route implique de classer les arbres (décoratifs ou non), et le maintien d’une réserve de gibier satisfaisante de distinguer les espèces nuisibles des autres. Belettes et fouines sont ainsi placées sur une liste noire que l’expérience apprend à mieux remplir : dans les années 1760, par exemple, « le service des chasses demande que les sommes consacrées [à l’éradication des] hiboux servent à exterminer les pies, ce que le roi approuve ». Le cas des lapins apparait en revanche insoluble, accédant finalement au rang de « problème national » (pp. 110-112). Continuer la lecture de Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet

L’en-deçà de l’œuvre : les archives de Georges Duby ou le travail reconstitué de l’historien. Compte rendu et entretien flash avec Patrick Boucheron

À propos de Patrick Boucheron, Jacques Dalarun (dir.), Georges Duby. Portrait de l’historien en ses archives, Paris, Gallimard, 2015.

Les historiens vivent des archives, ils les dépouillent, les consultent, les compulsent, les parcourent, les lisent intensément, les recopient, aussi souvent, et aujourd’hui les capturent à l’aide d’appareils photos numériques de poche. Toutes ces opérations qui vont de la consultation d’un fichier de cotes à l’ouverture d’un carton, en passant par l’attente fiévreuse de la liasse miraculeuse sont leur quotidien, dont Arlette Farge a recomposé les diaprures dans un essai sensible[1]. Mais ses archives à lui, celle de son propre travail, le reliquat de ses lectures, les traces échouées de ses prises de note, les préparations de ses cours, les annotations dans ses livres, qui s’en soucie ? Une nouvelle génération d’historiens se tourne désormais vers les archives de leurs maîtres[2]. Comme un retour sur l’intime d’une pratique qui ne se dit jamais complètement et qui ne se transmet qu’imparfaitement, les archives des historiens font à présent l’objet d’une attention toute particulière.

69137L’ouvrage que dirigent Patrick Boucheron et Jacques Dalarun sur les archives de Georges Duby est à ce titre un condensé exemplaire de ce nouveau travail réflexif. Comme le rappelle opportunément les deux auteurs, les archives sont d’abord une promesse, celle de pénétrer l’en-deçà d’une œuvre ; celle, aussi, de fracturer l’écorce des justifications sur tel ou tel aspect d’un travail historien, dont la sédimentation a profondément déformé les premiers jaillissements. Et Georges Duby n’a pas été avare en confidences sur son écriture et sa façon de travailler : son ouvrage L’histoire continue constituait un modèle de justification ex-post d’un parcours recomposé par les souvenirs et enflammé par une technique d’écriture implacablement séductrice. Voilà l’écueil qu’il fallait donc éviter : reconstruire une « génétique textuelle » (p. 16), c’était congédier l’histoire pour se laisser saisir par le langage.

Le pari réussi du livre est de confronter des historiens à l’archive d’un historien, l’un des leurs donc. De soumettre ce corpus à la critique, d’en découper des zones de signification possibles dans le massif imposant d’une classification qui a parfois perdu ses indexations initiales. Il n’en reste pas moins que les quatre grandes périodes professionnelles de la vie de Georges Duby sont encore bien visibles dans le découpage archivistique actuel : la thèse, l’enseignement et la recherche à Aix-en-Provence, le « temps du Collège de France » (p. 21), puis la retraite. Et les archives d’épouser très différemment ces époques : le Collège de France correspond à une surabondance d’archives, alors que d’autres périodes sont plus sommairement documentées. Ainsi se découpe un objet, « un historien en ses archives », avec ses gisements documentaires plus ou moins abondants selon que l’on considère les époques d’une vie professionnelle des plus riches. Et dans ce détourage, les deux grands fonds d’archives qui ont intéressé les historiens sont les fonds de l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (aujourd’hui conservés à l’abbaye d’Ardenne) et ceux de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Les premiers rassemblent les documents que Georges Duby a constitué en archives pendant toute la durée de son enseignement au Collège de France ; les seconds correspondent principalement (mais pas seulement) à sa carrière professorale aixoise. Continuer la lecture de L’en-deçà de l’œuvre : les archives de Georges Duby ou le travail reconstitué de l’historien. Compte rendu et entretien flash avec Patrick Boucheron