Appel à participation pour le jury du Prix Nobel 2016 de Sociologie

Depuis 2009, le Prix « Une Heure de Peine » en l’honneur de Robert Nobel, plus connu sous le nom de « Prix Nobel de Sociologie », s’emploie vaillamment à essayer de tirer un peu de la couverture médiatique vers la sociologie, parce qu’il n’y a pas de raison que seuls les économistes en profitent. Cette prestigieuse récompense vise tout à la fois à honorer une œuvre scientifique ayant contribué au rayonnement de la sociologie et à rendre hommage à Robert Nobel, qui n’a rien fait de spécial dans sa vie mis à part s’appeler Robert Nobel, ce qui est quand même pratique pour nous.

En 2015, ont été récompensé Manuel Quinon (@ManuelQuinon) et Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin) pour leur enquête à charge contre le maffesolisme (« Le maffesolisme, une “sociologie” en roue libre. Démonstration par l’absurde », Carnet Zilsel, 7 mars 2015), ainsi que Jean-Pierre Tremblay pour son article « Automobilités postmodernes : Quand l’Autolib’ fait sensation à Paris » (Sociétés 4/2014)[1].

Robert Nobel

À cette occasion, sur proposition des lauréats, il a été décidé de former, en vue du prix 2016, un jury étendu composé, donc, de l’actuel comité, des lauréats en question, et puis de toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent[2] (@coulmont, @sociolol et @P_Brasseur ont déjà fait part de leur intérêt pour ne pas les nommer). Les sociologues et assimilé-e-s intéressé-e-s par la démarche sont donc invité-e-s à prendre contact rapidement avec le comité d’organisation pour mettre en place le futur concours. La décision finale se fera autour de bières ou autres boissons, avec ou sans alcool, selon les préférences des participants.

Deux prix distingueront d’éminents collègues : d’une part, le prix (Robert) Nobel « classique », pour toute contribution qui fasse honneur à la discipline ; d’autre part, le prix (Robert) IgNobel (inspiré des Ig® Nobel Prizes, sous réserve que ces derniers ne soient pas contre), non-récompense décernée à quiconque fait rire sous prétexte de « sociologie » – évaluation dont les modalités exactes restent à déterminer, mais qui devrait s’avérer, en tout état de cause, bien marrante.

Les résultats seront annoncés sur le Carnet Zilsel (@CarnetZilsel) à un moment ou à autre (le calendrier fait partie de ce que le comité élargi doit s’employer à mettre au point).

Les personnes intéressées sont invitées à écrire à uneheuredepeine [at] gmail [point] com ou à mentionner @Uneheuredepeine sur Twitter. Maffesolien-ne-s s’abstenir.

Crédits logo : @coulmont.
Crédits photo pour le bandeau : Shutterstock, via Nightlife.ca et la fête de la bière québécoise.
© Fondation (Robert) Nobel


[1] À noter que Jean-Pierre Tremblay n’est pas venu récupérer son prix, lequel est toujours à sa disposition.
[2] Engagement non-contractuel et non-opposable. Les candidatures sont soumises à l’approbation des membres du comité. On fait ce qu’on veut, c’est notre prix d’abord.

Le vît est obtus. Ce que les porn studies font aux sciences sociales

À propos de Florian Vörös (ed.), Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2015.

Les porn studies n’ont pas surgi dans un complet désert bibliographique. Les études historiques, sociologiques et anthropologiques sur la sexualité sont nombreuses depuis les travaux pionniers de Margaret Mead sur les Samoans. Même si l’histoire de la sexualité s’est longtemps confondue avec une histoire de la reproduction, les approches culturalistes ont permis de dépoussiérer la chose et de donner une épaisseur toute somatique aux tremblements érotiques de la chair. De Foucault à Lacqueur, le croisement des pratiques sexuelles et des investissements politiques n’a cessé d’interroger. C’est donc sur ce substrat particulièrement riche que les porn studies sont apparues. Dans le grand mouvement nord-américain de découpages thématiques en « studizes » parfois réduites à la taille d’un confetti, l’obscénité sexuelle et ses représentations médiatiques ont peu à peu été quadrillées par des questionnements sociologiques, anthropologiques et historiques des plus pertinents. Il en résulte aujourd’hui un foisonnement théorique et empirique tel qu’il est n’était pas inutile de produire une anthologie raisonnée (à défaut d’être raisonnable) des porn studies. Le parti pris de Florian Vörös est de n’esquiver aucun des débats politiques et méthodologiques traversant les études sur la pornographie et, dans le même temps, d’assumer des choix clairs. En ouvrant cette anthologie sur une réflexion (empruntée à Linda Williams) concernant le double du terme « obscénité » (à la fois ce qui est vulgaire et ce qui est « placé hors de la scène » [p. 5]), Florian Vörös indique nettement le parti pris des choix effectués : saisir les lignes de transgressions sans hésiter à les nommer comme telles. Je suivrai d’ailleurs la voie qu’il propose en conservant au mot « obscène » sa double signification la rendant – en pratique – imperméable aux tentatives de réification.

editions-amsterdam-cultures-pornographiques-florian-voros-394x591La pornographie (et les études qui en cernent les productions et les manifestations) est en effet par son objet même (les sexualités présentées dans une obscénité plus ou moins travaillée) soumis à un régime de haute tension morale. Florian Vörös rappelle que les « sex wars » opposait une ligne féministe anti-porno qui voyait dans l’analyse critique de la pornographie une justification potentielle des dominations dont celle-ci est porteuse, à une ligne tout aussi féministe mais persuadée que c’est l’exploration rigoureuse des conditions sociales et historiques d’émergence de la pornographie qui sont la condition du dévoilement des structures de pouvoir engrammées. L’anthologie qu’a rassemblée Florian Vörös est axée sur cette deuxième voie. Avec cette idée lancinante que les porn studies pourraient permettre à un discours argumenté des sciences sociales de venir faire pièce au traditionnel couplet « médico-pyschologique » (p. 16). Cette ambition politique et méthodologique présente l’intérêt de déplacer les termes quelque peu dépassés des « sex wars ». En voulant « ouvrir la boîte noire du mainstream » (p. 18), les études pornographiques féministes présentées dans l’ouvrage ne se limitent pas à une (indispensable) exploration des marges et de leurs potentialités émancipatrices. Il s’agit aussi bien d’aller voir dans la machinerie phallo-centrée et capitaliste la plus sombre que de signaler les tentatives de récupération libérale du développement sexuel personnel. La question économique est venue déborder les traditionnelles interrogations culturelles sur les représentations. Le retour d’un certain souci des conditions de production et de réception accompagne une analyse féministe et antiraciste de la pornographie. De ce point de vue, l’anthologie tient toutes ses promesses. Les textes les plus essentiels de la thématique porn sont présentés dans des traductions de qualité. On notera en particulier un effort tout particulier pour rendre aux articles et chapitres une fluidité qui paraît tout de suite plus évidente en anglais qu’en français. Je propose d’explorer quelques-uns des aspects qui m’ont semblé les plus saillants. Continuer la lecture de Le vît est obtus. Ce que les porn studies font aux sciences sociales

Aurélien Barrau, phobosophe

En cette rentrée 2015, le Carnet Zilsel a publié une première salve de billets on ne peut plus constructifs. Dans l’offre surabondante de références, il est toujours bon d’affirmer des préférences et de le faire avec conviction. Ce travail, procédant par l’affinité cognitive, a son pendant critique. Honorant son programme initial qui consiste à provoquer du dissensus là où persévèrent l’atonie et l’indifférence, le Carnet Zilsel est aujourd’hui ravi de publier une mise au point critique de Vincent Debierre sur les ambitions scientifico-philosophico-esthétiques du physicien théoricien Aurélien Barrau. L’analyse est implacable (et lisible au format PDF : Aurélien Barrau, phobosophe, CZ, 9 oct. 2015). Les réflexions sur les crêtes de la métaphysique apparaissent pour ce qu’elles sont : tirées par les cheveux. En bout d’argumentaire, on repérera un héros familier des lecteurs du Carnet, Jean-Pierre Tremblay, qui se trouve embarqué par M. Barrau dans une défense et illustration hors-sujet de la philosophie « postmoderne ». Certes, nous avons beaucoup discuté en amont. Si la petite équipe autogérée du Carnet approuve sans réserve le travail de sape rationnelle auquel se livre notre camarade Vincent Debierre, les avis ont été partagés notamment sur l’usage quasi-systématique d’Impostures intellectuelles comme étalon de vérité et la critique d’auteurs que certains d’entre nous continuent de lire avec un intérêt certain (J. Derrida, G. Deleuze…). Mais tout compte fait c’est secondaire. De la même façon que Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin ont tenté en mars dernier de secouer (un peu) le cocotier dans la discipline sociologique qui est la leur, Vincent Debierre propose une utile contribution à la démystification des prétentions intellectuelles les plus bruyantes.

Le poète (…) se comporte comme s’il savait. En expliquant les destinées et les actes humains, il a l’air d’avoir été présent, lorsque fut tissée la trame du monde : en ce sens c’est un imposteur. Il accomplit ses duperies devant des ignorants – c’est pourquoi elles lui réussissent : ceux-ci le louent de son savoir réel et profond (…). L’imposteur finit donc par être de bonne foi et par croire en sa véracité. Les hommes sensibles vont même jusqu’à lui dire en plein visage qu’il possède la vérité et la véridicité supérieures – car il arrive parfois à ceux-ci d’être momentanément fatigués de la réalité ; ils prennent alors le rêve poétique pour un relai bienfaisant, une nuit de repos, salutaire au cerveau et au cœur. (…) Les poètes qui ont conscience de ce pouvoir, à eux propre, s’appliquent avec intention à calomnier ce que l’on appelle généralement réalité et à lui donner le caractère de l’incertitude, de l’apparence, de l’inauthenticité, de ce qui s’égare dans le péché, la douleur et l’illusion ; ils utilisent tous les doutes au sujet des limites de la connaissance, tous les excès du scepticisme, pour draper autour des choses le voile de l’incertitude : afin que, après qu’ils ont accompli cet obscurcissement, l’on interprète, sans hésitation, leurs tours de magie et leurs évocations comme la voie de la « vérité vraie », de la « réalité réelle ». Aphorisme 32 (La prétendue « vérité vraie ») dans F. Nietzsche, « Opinions et sentences mêlées », Humain, Trop Humain. Un Livre pour les Esprits Libres, Paris, Pluriel, 1988.

Avant-propos[1]

« Do you reckon that they make them take an oath that says: ‘We are defenders of any poser or professional pretender around’? »

Alex Turner des Arctic Monkeys dans « Teddy Picker », Favourite Worst Nightmare, Domino, 2006.

Aurélien Barrau est physicien, spécialisé en astrophysique et en cosmologie. Il est Professeur à l’Université Joseph Fourier et membre de l’Institut Universitaire de France. Il conduit ses recherches au sein du Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie à Grenoble[2]. Depuis quelques années, M. Barrau jouit d’une grande présence (très grande, pour un physicien) dans les médias, et notamment[3] sur les chaînes radiophoniques du groupe Radio France. Le contenu de quelques-unes de ses interventions qu’il m’a été donné d’écouter m’a paru suffisamment surprenant (et, je dois le reconnaître, le style oratoire suffisamment insupportable de par le ton invariablement affecté et grandiloquent de M. Barrau[4]) pour mériter une investigation plus détaillée des activités de l’orateur. Chaque étape m’a encouragé à poursuivre sur cette voie, et je pense à présent avoir accumulé suffisamment d’éléments pour rendre publiques les nombreuses critiques que m’ont inspirées les productions – principalement écrites – de M. Barrau. Ma critique vise avant tout l’intellectuel public, bien plus que le chercheur. Je ne suis pas bien équipé pour juger en général de la qualité de ses publications scientifiques.

2009-11-21_fds_aurelien_barrau4_max
Conférence d’Aurélien Barrau à Guibeville, en 2009 (source : http://astrobreuillet.free.fr/autre.php?id=60)

La sect. 1 est consacrée à un examen des deux ouvrages de « vulgarisation » (les guillemets reflètent le choix d’Aurélien Barrau lui-même[5]) publiés par M. Barrau, à savoir Big Bang et au-delà – Balade en cosmologie[6] et Des univers multiples – À l’aube d’une nouvelle cosmologie[7]. Je mets en lumière le goût de M. Barrau pour un style de prose lourd et prétentieux, parfois inutilement jargonnant (cette tendance se retrouve, décuplée, dans ses écrits philosophiques, voir la sect. 2 et la description que j’en fais ci-dessous) et les hésitations de M. Barrau quant à la véritable nature et portée de ces ouvrages. Ce faisant je ne m’attaque pas à l’exercice de la vulgarisation, qui est toujours opportun (et souvent difficile), mais à celui de la non-vulgarisation, auquel M. Barrau s’adonne par moments (de son propre aveu, d’ailleurs, comme nous verrons).

Dans la sect. 2, je me base sur ma lecture de Dans quels mondes vivons-nous ?[8], co-écrit par Jean-Luc Nancy et Aurélien Barrau, pour conduire une analyse critique de l’adhésion de M. Barrau au courant de pensée postmoderne ; notamment, je m’étonne (en particulier, à la lumière de l’ouvrage Impostures Intellectuelles de Alan Sokal et Jean Bricmont[9]) de son admiration pour des auteurs comme Jacques Derrida, Bruno Latour et, à plus forte mesure encore (en ce qui concerne mon étonnement et non l’admiration de M. Barrau), Gilles Deleuze et Félix Guattari. Je mets cette admiration et la pratique du discours abstrus et jargonnant caractéristique des auteurs postmodernes en correspondance avec le goût de M. Barrau pour la prose à l’apparence érudite (pour parler familièrement, « qui en jette ») mais à la signification obscure. J’évoque également le récent « canular Tremblay » et la réaction, visiblement précipitée et passablement peu adaptée, de M. Barrau à celui-ci. Continuer la lecture de Aurélien Barrau, phobosophe