Big Data is watching you. Du totalitarisme algorithmique et de ses conséquences

À propos d’Evgeny Morozov, Le mirage numérique. Pour une politique du Big Data, Paris, Les prairies ordinaires, 2015.

L’extension du domaine numérique semble sans fin. Les plateformes, les applications, les réseaux constituent aujourd’hui l’infrastructure de communication la plus massive, la plus disponible, mais aussi (paradoxe qui n’en est pas un), la moins politiquement analysée. L’ouvrage d’Evgeny Morozov se veut une tentative de déconstruction des allants de soi de la domination algorithmique dans la transformation des modes d’administration politique de nos vies. Rédigé dans un style clair, plein d’allant et volontiers grinçant[1], l’argumentaire déploie une critique raisonnée de ce qui apparaît très clairement, au fil des pages, comme une idéologie de la Silicon Valley. Inutile d’aller cherche du côté du soft power, de la domination douce ou du consentement forcé (oxymores politiquement inoffensifs) : nous sommes là en présence d’un programme hégémonique (au sens littéralement gramscien) qui tente d’imposer un certain type de politique par la diffusion d’un modèle infrastructurel spécifique.

Le mirage californien

Morozov prend pour point de départ la situation de la Silicon Valley dont, dit-il, la survie dépend de la prorogation du système capitaliste dans sa forme actuelle, c’est-à-dire néolibérale. Il met en regard deux transformations très diversement appréciées : la crise financière dont l’épicentre s’est situé à Wall Street et qui a eu pour principale conséquence un sauvetage du système bancaire par les restes de l’État social au prix d’une survie périlleuse ; la montée en puissance de l’onirisme numérique faisant de la réponse algorithmique le point nodal de toute l’économie du futur. Comme bien souvent dans les mutations idéologiques, les recoupements sont difficiles à saisir ; ici, la crise de Wall Street et le mirage de la Silicon Valley ne sont pas seulement liés par des causalités plus ou moins directes, ils sont solidaires l’un de l’autre. L’obsession des acteurs de la Silicon Valley pour les capteurs et le self-tracking entretient en effet la dépendance néolibérale aux données. Et cette commune politisation de la vie par le numérique (depuis Wall Street et la Silicon Valley, donc) n’est que peu souvent soulignée, la seconde bénéficiant d’une mansuétude médiatique bien coupable. Car les entrepreneurs du numériques de ce bord du Pacifique se voient en tenants d’un « socialisme » d’un genre nouveau (p. 12) : celui qui donnerait immédiatement satisfaction à des utilisateurs libres, capables de se changer en comparateurs transparents et efficaces des services que tout un chacun peut désormais monnayer, de la voiture d’Uber à l’appartement d’Airbnb. Morozov souligne combien l’égalité devant le numérique n’est qu’une aberration portée par la seule rhétorique technophile la plus indigente : l’information obtenue via Google par un PDG et par un chômeur ne dit rien de l’asymétrie fondamentale et structurelle de leur position sociale. Prétendre qu’il y a, derrière un accès internet, la version 2.0 du principe d’égalité relève, pour le moins, de la forfaiture intellectuelle, ce que montre avec brio l’auteur. Et derrière cette pseudo-promesse de l’égalité (numérique) pour tous, c’est un projet politique sordide qui se dégage, celui de substituer l’infrastructure numérique pensée depuis la Californie à l’État social, lequel est en déliquescence avancée depuis les attaques à marche forcée des administrations converties au néolibéralisme et à son rejet du bien commun et de l’investissement public.

2475721

Le mirage californien du tout-numérique repose sur une série de fables technophiles. Ainsi, cette douteuse « loi de Varian » qui prédit l’extension des biens luxueux aux classes moyennes puis au plus pauvres dans 5 ou 10 ans. Morozov remarque que la différence fondamentale avec d’anciens services achetés directement monnaie sonnante et trébuchante réside dans la cession (gratuite) de données personnelles en échange d’un service architecturé autour d’une « plateforme ». Or ces données sont le nerf de la guerre numérique ; elles sont le bien le plus précieux que toutes les entreprises du net recherchent (de Facebook à Google de Twitter à Amazon). Gisement aurifère supposé intarissable de l’économie informatique, les données sont d’abord collectées par les Google & cie. avec un stakhanovisme obsessionnel. Le passage quasi-obligatoire par des plateformes libre-échangistes déplace les points d’appui du procès capitaliste : ce sont désormais ceux qui font une offre (de transport, de voiture, d’appartement…) qui ont pour eux les coûts fixes de l’activité, les géants du net se contentant de gérer une batterie d’algorithmes suffisamment puissants pour mettre en liens des personnes aux revenus trop limités pour se payer des transports ou des moyens de logement classiques. Le plus ironique dans cette situation de servitude volontaire, c’est que le numérique renoue avec l’antique économie de la réputation ; en agrégeant toutes les données d’utilisateurs, l’on peut par exemple savoir si vous êtes un hôtelier occasionnel fiable. Les jugements des uns et des autres (plus ou moins bien intentionnés, indexés sur des humeurs à l’emporte-pièce) vont servir à abonder une rente réputationnelle d’autant plus importante que les plateformes seront en mesure de relayer cette politique de la renommée individuelle.

Morozov indique quelques pistes pour se débarrasser d’Uber et de sa logique mortifère. Il imagine par exemple un service public municipal indiquant à tout moment aux usagers l’ensemble des possibilités de transport à sa disposition (à l’exception d’Uber) pour se rendre là où il le désire. Il n’est alors nul besoin d’abonder un serveur quelconque en données personnelles, et le service rendu ne suppose pas une mise en concurrence des uns et des autres.

Dans cette exploration de l’idéologie californienne du numérique, Morozov multiplie les exemples ; comme celui de cette application de mise aux enchères en temps réel des places de parking disponibles. Le numérique conquiert des pans entiers de nos vies, et sa politique capitaliste avec. L’horizon d’attente de cette économie de la connexion permanente et du jugement généralisé des activités ne fait pas de doute : toutes les barrières de l’intimité et du dessaisissement de soi au monde doivent disparaître. La marchandisation des données, en tant que projet politique, ne supporte aucune résistance. Continuer la lecture de Big Data is watching you. Du totalitarisme algorithmique et de ses conséquences

Interdisciplinarité ou invention d’une « offre » disciplinaire ? Sociologie, histoire et science politique au risque du croisement disciplinaire

« Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques » : le champ d’objets que le Carnet Zilsel s’efforce de couvrir et de découvrir depuis maintenant deux ans est vaste. Il est traversé par des enjeux épistémologiques durs et chroniques, parmi lesquels le tracé souvent conflictuel des frontières entre les disciplines, l’affirmation d’offres inter-, pluri- ou post-disciplinaires, ou encore la définition de protocoles de recherche à prétention disruptive. Dans cet article-billet (on ne sait comment qualifier les longues contributions livrées sur le Carnet…), notre camarade Laurent Willemez propose une analyse serrée d’un important corpus de textes se revendiquant de la « socio-histoire ». On apprendra beaucoup sur la genèse (ça, c’est la moindre des choses !), les acteurs, les espaces d’expression et les propositions épistémologiques de ce courant ayant émergé au début des années 1990. Comme c’est généralement le cas ici, cette lecture n’est pas sans intérêts de connaissance personnels. Parmi d’autres contributeurs plus ou moins proches du cluster d’auteurs clés de la socio-histoire, Laurent est partie prenante de cette histoire sociale et intellectuelle. Il nous apporte plus qu’une restitution « froide » d’arguments et de mises en perspective. Il progresse dans son exposé en exprimant ses préférences et, parfois, ses doutes. En cela il réactive l’exigence réflexive du « penser avec, penser contre », slogan-titre d’un ouvrage de Gérard Noiriel (Belin, 2003).
Pour celles et ceux qui veulent lire déconnecté, une version PDF est disponible ici : Interdisciplinarité ou invention, CZ, 7 nov. 2015. Bonne lecture !

Qu’est-ce que faire de la socio-histoire[1] ? Comment pratiquer ce type de travail de sciences sociales dans un entre-deux, ou plutôt un « entre-trois » disciplinaire, alors même que la période actuelle des sciences humaines et sociales peut être considérée comme un moment de raidissement et de durcissement  des frontières entre histoire, sociologie, science politique et anthropologie ? De sorte qu’aujourd’hui, on retrouve le constat fait il y a quelques années par un politiste américain réfléchissant à l’état de sa discipline : on est bien dans l’ère des « tables séparées », chaque discipline étant assise seule à une table et « protégeant sa part secrète de vulnérabilité »[2]. D’une manière paradoxale, trois ouvrages publiés presque au même moment il y a une dizaine d’année ont montré la fois la réalité de ce constat et les tentatives, réelles, pour le dépasser.

Quelles sont les conditions de possibilité des échanges entre ces disciplines, quels sont leurs bénéfices et leurs coûts[3] ? À leur manière, les trois ouvrages réunis répondent à cette question, bien que chacun de manière différente et dans des registres très divers ; ils montrent surtout comment s’est inventée et pérennisée une sous-discipline, la socio-histoire, avec ses auteurs, ses objets, ses terrains, ses questions épistémologiques et méthodologiques. Mais aussi avec ses incompréhensions et ses malentendus. Depuis cette période, plusieurs ouvrages ont paru, qui n’ont pas vraiment, me semble-t-il, changé la donne, bien au contraire. Comme je le montrerai dans un certain nombre de notes qui actualisent ce texte, ces prises de position sur la socio-histoire permettent de valider le diagnostic réalisé il y a dix ans[4].

226158_f

Car en réalité, ces trois ouvrages ne parlent pas de la même socio-histoire, ne travaillent pas les mêmes « traditions » sociologiques (avec tous les effets de recomposition plus ou moins mythologique que le recours aux traditions suppose) et proposent en fait au moins deux socio-histoires distinctes. Ainsi, à travers une analyse critique de ces ouvrages, il est possible de montrer au concret comment se construisent, se renforcent et se concurrencent des légitimités disciplinaires et sous-disciplinaires. Les différents ouvrages mettent l’accent sur les rapports sociaux de connaissance et de pouvoir qui participent à l’institutionnalisation des disciplines, non seulement à travers les thématiques qu’ils développent, mais aussi par le fait même qu’ils existent. Développant un discours performatif, ils font advenir ce qu’ils analysent, en l’occurrence la socio-histoire, chacun à sa manière : l’un est un manuel, le second un ouvrage issu d’un colloque, le troisième une analyse fondée sur une recherche de terrain très fouillée. Ouvrons donc ces répertoires de la self-fulfilling prophecy (inter)disciplinaire.

L’analyse critique vise deux plans (relativement) disjoints, à la fois pour ce que disent les livres et ce qu’ils sont. Matérialisant l’état d’un champ de recherche, l’imprimant en quelque sorte, ils montrent où en est la socio-histoire, font le récit des succès, mais aussi parfois des « semi-échecs »[5] d’une posture disciplinaire et méthodologique spécifique. En m’inspirant ainsi des analyses inaugurées par Victor Karady sur l’émergence des sciences sociales au début du XXe siècle, je montrerai que la socio-histoire a pu et peut apparaître dans différentes disciplines, en l’occurrence en sociologie et en science politique, comme une nouvelle offre disciplinaire, promue par un certain nombre d’entrepreneurs scientifiques, qui tentaient au moment de la sortie des ouvrages et tentent (encore, j’y reviendrai) de croiser les approches et de proposer des perspectives pluri- ou interdisciplinaires (le choix des préfixes n’est pas sans conséquences ni arrières pensées) qui pourraient renouveler leur discipline. Mais je voudrai aussi souligner que paradoxalement, c’est dans le cadre d’une discipline institutionnalisée, la science politique, que cette entreprise a réussi, alors même que son succès n’a été que très partiel ailleurs. Dès lors, les avatars de cette approche pluri-disciplinaire ne montrent-ils pas d’abord la force de résistance des frontières entre les différentes disciplines des sciences sociales ?

Un tel travail de sociologie des sciences sociales ne peut être pertinent qu’à partir du moment où il ne se contente pas d’objectiver à la louche son terrain d’enquête, mais qu’il va jusqu’à proposer d’autres perspectives de recherches et d’autres méthodologies. C’est pourquoi il est intéressant de confronter le regard globalisant d’un manuel ou d’un ouvrage collectif à visée méthodologique et épistémologique avec celui d’une enquête fine et concrète qui prend au sérieux des pratiques de recherches liées à l’alliance du travail historique et du raisonnement sociologique. C’est dans ce cadre que se place l’ouvrage d’Eric Phélippeau, exemple concret de ce que peut apporter un travail de type socio-historique en termes de connaissance du politique et de renouvellement des approches et des objets. Il permet de proposer de manière sous-jacente un programme de recherche, ou même, j’y reviendrai, une « formule de recherche » socio-historique.

9782200262273-X_0

Réaliser une telle lecture, à la fois critique et programmatique, plus de dix ans après la parution des ouvrages, a pour objectif et conséquence de prendre position dans un champ, ici celui de la socio-histoire, et constitue en cela un « instrument de l’échange intellectuel » pour reprendre une expression du bel article de Bertrand Müller[6]. Ce type de position surplombante peut être difficile à tenir à partir du moment où j’ai moi-même participé, à la constitution de la sous-discipline ici en jeu, la socio-histoire[7]. Toutes les prises de positions s’articulent à une visée. Ici, ma  volonté de prendre la parole sur ces échanges disciplinaires, ainsi que, dans une perspective institutionnelle, mon propre passage de la science politique à la sociologie (et donc un certain éloignement par rapport à des enjeux directement disciplinaires), ont rendu possible une certaine prise de distance, et non un reniement, d’avec la socio-histoire. C’est dans cette perspective que l’on peut comprendre le double objet de ce texte : à la fois réaliser une première sociologie de ce sous-champ disciplinaire et proposer un certain nombre de leçons épistémologiques et méthodologiques qui peuvent être tirées des ouvrages recensés. Au fond, il ne s’agit là que d’une posture banalement réflexive, qui conduit le chercheur à s’interroger sur les fondements et les logiques de sa recherche[8].

Interdisciplinarité et maintenance des frontières

La prétention à la construction et à la représentation d’intérêts sociaux passe d’abord par la nécessité de les dénommer, puis par un travail de rassemblement et d’homogénéisation autour de ces dénominations[9]. Les chercheurs en sciences sociales contribuent tous les jours à cette production d’identités tout à la fois sociales et scientifiques, et c’est particulièrement le cas quand ils participent à la création d’entités disciplinaires ou sous-disciplinaires, qui « occupent le terrain » scientifique et apparaissent comme des « sortes de synecdoques sociales réussies », pour reprendre le syntagme qu’emploie Michel Offerlé dans ses travaux sur les groupes d’intérêts[10]. Dès lors, il est nécessaire de s’interroger sur les conditions de l’usage par les deux ouvrages généraux (et en laissant de côté pour l’instant le travail d’Eric Phélippeau) du terme « socio-histoire ». Et le moins que l’on puisse dire est que les deux définitions de ce terme sont bien distinctes. Continuer la lecture de Interdisciplinarité ou invention d’une « offre » disciplinaire ? Sociologie, histoire et science politique au risque du croisement disciplinaire