Portrait de mon père, Edgar Zilsel

Lorsque nous avons choisi le nom de ce carnet de recherche à la rentrée 2013, Edgar Zilsel était encore une référence à la marge, méconnue et assurément iconoclaste dans le Grand Récit qui, encore aujourd’hui, est fait au sujet des origines des Science and Technology Studies. Marxiste au sein du Cercle de Vienne dont il fut membre, juif dans une Europe convulsée par l’antisémitisme, sociologue-historien sans poste mais accroché à des convictions épistémologiques fortes, exilé aux États-Unis sans véritable soutien, intellectuel malheureux qui finira par se suicider dans l’indifférence : la trajectoire d’Edgar Zilsel fut aussi tragique qu’atypique. Il est difficile, malgré la précision des nécrologies, de se rendre compte de ce que fut concrètement le parcours couvert d’obstacles d’Edgar Zilsel. On ne retient de lui en général que ses productions intellectuelles originales sur les racines sociologiques de la modernité savante. Mais l’en-deçà de cette production n’est que très difficilement approchable. Le fils d’Edgar Zilsel, Paul (1923-2006), physicien émérite et politiquement engagé, a laissé un témoignage poignant sur la vie américaine, si précaire, de son père. Si les mots de Paul Zilsel à l’endroit de son père sont emplis de bienveillance et d’admiration, ils conservent la trace d’une vie de misère que rien, dans les écrits d’Edgar, ne laisse imaginer. Réclusion psychiatrique de sa femme, enfer bureaucratique, reproches des membres de la famille restés en Europe sans pouvoir échapper à la monstruosité nazie, immersion difficile dans la langue anglaise…. Mais aussi obstination à démontrer la justesse de ses analyses matérialistes, entêtement à compulser les ouvrages des bibliothèques afin d’étayer ses argumentations, persévérance dans l’écriture. Paul Zilsel relate avec justesse l’écart qui grandit très vite entre le jeune homme qu’il était, lui, prêt à conquérir sa place en Amérique, et les efforts sans nom que son père devait faire pour se maintenir dans le flux d’une vie commencée ailleurs.

En reproduisant ici ce texte (que nous a très aimablement transmis Nathalie Heinich, après l’avoir elle-même publié en 1999 dans feu la revue Histoire et Anthropologie), nous souhaitons d’abord rendre un hommage sincère à cette persistance intellectuelle qui a animé la vie d’Edgar Zilsel, et pour laquelle il a consenti d’immenses sacrifices. Nous formulons aussi l’espoir de parvenir un jour à publier en français ses principaux textes d’histoire et de sociologie des sciences. En n’oubliant jamais ce qu’il lui a fallu de larmes et de souffrance pour écrire, convaincre et argumenter.

À propos d’Edgar Zilsel

D’Edgar Zilsel, les lecteurs français ne peuvent guère connaître que son livre sur le génie (Die Entstehung des Geniebe­grif­fes), publié à Tübingen en 1926, réédité en 1972 et tardive­ment traduit en 1993 sous le titre Le Génie. Histoire d’une notion, de l’Antiquité à la Renaissance[1]. Quoique ce livre constitue une rare et sans doute unique tentative pour étudier d’un point de vue historique la genèse de la notion de génie, il est resté trop méconnu, en dépit des éloges qu’en donnèrent en leur temps Croce et Luckacs ; et quoique son auteur ait publié par la suite des livres et des articles importants en épistémologie, histoire et sociologie des sciences ainsi que de littérature et d’art, sa réputation ne dépasse pas jusqu’à présent un petit cercle de connaisseurs. Continuer la lecture de Portrait de mon père, Edgar Zilsel