Des pixels et du grammage. Mutations d’un projet éditorial

Ceci n’est pas un billet, ni même un article-billet. Comme c’est la mode, rangeons-le dans le genre « communiqué ». Pour une fois (!), nous serons brefs. Nous tenions à informer nos cher-e-s lectrices-eurs que nous préparons depuis quelques semaines un nouveau projet éditorial. En janvier 2017, nous lancerons le premier numéro de la revue semestrielle Zilsel­ (Science, technique, société), aux Éditions du Croquant. C’est un nouveau défi, de nouvelles exigences, une nouvelle folie. Des pages se tourneront donc, sur papier cette fois.

Une expérience, un carnet

Lorsque nous avons créé et lancé le Carnet Zilsel en octobre 2013, nous n’imaginions pas le genre d’activité que cela suppose. Notre premier bilan d’étape publié en mai 2014 sur l’incontournable carnet Devenir historien-ne laisse entrevoir notre enthousiasme de primo-carnetiers. C’était encore un processus inchoatif, un peu bordélique même, et nous prenions goût au blogging. Nous avons publié beaucoup de textes (90, sans compter le présent « communiqué »), certains très (trop ?) longs. Ces textes auraient pu être soumis à des revues, mais nous avons préféré alimenter le Carnet Zilsel plutôt que garnir nos CV. Des textes, hors catégorie, ont légèrement secoué. D’autres suivront. Le Carnet Zilsel s’est avéré un excellent pas de tir pour faire décoller nos missiles balistiques. On ne s’étonnera pas que ces articles-billets orientés disputatio sont les plus consultés. Avec le temps, le risque était d’ailleurs grand de s’enfermer dans ce registre. Pour autant, c’est sans doute l’activité qui demande le plus d’investissement et d’exigence, qu’il s’agisse des lectures, des relectures, des rédactions, des réponses aux commentaires, etc. L’art de la dispute suppose un mélange subtil d’argumentations au cordeau, de justesse voire de tension dans l’écriture, et la dramatisation n’est pas étrangère à l’exercice. Mais à quelques notes critiques près, l’essentiel de nos textes se veut constructif, traitant de livres que nous avons appréciés (il faut le répéter, car il arrive parfois qu’on nous reproche un ton « trop critique », alors qu’en comptant large nous n’avons produit qu’une dizaine de comptes rendus ou de notes clairement engagés dans la disputatio). Les quelques entretiens que nous avons réalisés témoignent également de nos préférences. Le Carnet Zilsel, c’est donc l’espace rêvé pour nous exprimer – nous, c’est-à-dire notre petite équipe, les collègues qui nous ont peu à peu rejoints, les (hélas) rares lectrices-eurs qui nous ont fait l’amitié de nous confier des textes inédits. Certes, nous avons eu un peu de mal à maintenir le flux : un billet par semaine, c’était trop audacieux. Non seulement cela demandait un effort permanent et conséquent d’écriture (en même temps, certains membres de l’équipe sont graphomanes, cette limite est donc toute relative !), mais en plus nous usions sans doute nos lectrices-eurs. Donc à la rentrée 2015, nous avons décidé de publier toutes les deux semaines, ce qui est déjà pas mal.

Encore une revue ?

Le Carnet Zilsel est une chouette aventure, mais il est temps de monter en puissance, bref d’éditer une revue. Nous ne mentirons pas : cette idée nous a toujours traversé l’esprit. Il y a quelques années, nous avions même commencé à élaborer un projet de maison d’édition, vite jeté aux oubliettes parce que c’était alors objectivement irréaliste. La revue qui vient n’est pas l’aboutissement du carnet de recherche, le projet tel qu’il s’invente aujourd’hui n’a jamais été anticipé ni prémédité au moment de l’inscription sur hypotheses.org. L’enjeu, maintenant que nous sommes lancés en coulisses, est de penser la combinaison entre ces formats, à construire des points de passage et des zones d’indépendance. Le défi n’est pas mince. Nous n’en dirons pas davantage parce que nous sommes en cours de réflexion.

Nous avons conscience que, par bien des aspects, monter une revue est complètement déraisonnable. Organiser un carnet de recherche, c’est déjà beaucoup de temps et d’énergie, mais ce n’est rien en comparaison d’une structure éditoriale appelée à durer. Et pourtant tout se met en place ! Des indices dans le désordre : le comité de rédaction est quasi complet, il inclut près d’une vingtaine de membres, tous rassemblés autour des thèmes de prédilection du Carnet. L’équipe est interdisciplinaire et internationale. Le conseil scientifique est en formation, il est composé (pour l’instant) d’une trentaine de collègues dont nous estimons les travaux (il y aurait peu de surprises). Les deux premiers numéros sont en voie de calage et les premiers papiers sont « commandés ». Du point de vue éditorial, Zilsel fonctionnera à peu près comme la revue « historique » des Éditions du Croquant, Savoir/Agir : l’équipe de rédaction se chargera de préparer les numéros, d’aider à l’écriture des articles, évaluera les textes reçus spontanément, selon un système d’évaluation ouvert et transparent (l’auteur-e évalué-e connaîtra les relectrices-eurs, et vice versa). Il n’y aura pas de dossier a priori (ou alors à la marge, si c’est utile et pertinent), des rubriques organiseront chaque numéro (Études, Friches, Entretiens, Classiques, Critiques, en plus des bonus). Autre point auquel nous tenons : Zilsel sera francophone. C’est, l’air de rien, un choix assez crucial quand on connaît l’hégémonie de l’anglais dans le domaine que nous couvrons. Dans la mesure du possible, nous essayerons de solliciter et de traduire des textes de collègues de pays dont les activités ne sont pas assez connues en France (continent sud-américain, Asie, Russie, Europe de l’Est, etc.). Enfin, nous travaillons en ce moment à la confection de la maquette. Inutile d’en dire plus car c’est en construction et il faut ménager un peu de suspense. La seule chose que l’on peut dire est que les numéros dépasseront 250 pages et que nous tenons à ce que des textes longs puissent être publiés, y compris dans la rubrique des notes critiques.

Tout cela est en cours de définition. Les premières réunions du comité de rédaction seront bientôt organisées. Ce sera l’occasion de décider collectivement des choix stratégiques et de bien réfléchir à notre positionnement scientifique, éditorial et politique dans l’environnement relativement encombré des revues de sciences humaines et sociales. C’est un work in progress, il nous reste beaucoup de points à préciser (logistique éditoriale, fonctionnement du comité, diffusion, présence à venir sur une plateforme en ligne, probablement Cairn.info, etc.). Mais à y bien réfléchir, ce n’est pas le plus difficile. L’avenir est ouvert. Il l’a toujours été. Nous ignorions seulement jusqu’à quel point.

Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)
& Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)

Image en bandeau : sergign/Shutterstock.com.

La sociologie comme elle se lit

À propos de Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

La sociologie comme elle s’écrit est un livre sur les livres, un livre sur les gens qui prennent la peine d’écrire des livres, et un livre pour les lecteurs qui considèrent que les livres sont une ressource intellectuelle inestimable – y compris les livres qui tombent des mains. Pour son auteur, Jean-Louis Fabiani, c’est un livre de bilan : le bilan de décennies de lectures ; pour le lecteur, c’est le témoignage d’un observateur participant de l’histoire des sciences humaines sociales depuis le début des années 1970. Et c’est pourquoi c’est un livre recommandable. Mais La sociologie comme elle s’écrit, c’est aussi un bilan de compétences herméneutiques : à travers ses lectures l’auteur défend la pratique de la recension et de l’exégèse, et plus encore ici de la collectio, du recueil et de l’assemblage de « textes apparemment dissemblables » (p. 16). Ce n’est pas le premier essai dans le genre « livre sur les livres »[1], mais cela n’enlève rien de son intérêt. Lisons-le donc, en écrivant.

Qu’est-ce qu’un sociologue qui lit ?

« Le sociologue ne doit jamais cesser d’affûter ses compétences de lecteur. En lisant, en écrivant. » (p. 17) Cet aspect-là du « métier de sociologue » est sans nul doute essentiel, et J.-L. Fabiani fait bien de le rappeler dans le prologue. Pourtant son titre, « Portrait du sociologue en lector », laisse apparaître ce qu’il en coûte de revêtir les habits du lecteur. Défendre et illustrer cette disposition intellectuelle, c’est dans une certaine mesure ramer à contre-courant. Car comme l’écrit J.-L. Fabiani, les carrières universitaires incitent plutôt à la créativité et à l’originalité (p. 9). Lire les autres, c’est suspendre le fil de ses propres recherches le temps d’une recension. Et le petit producteur académique de se laisser distancer par la concurrence dans la course à la publication. Mais ce n’est pas tout. On sait que Pierre Bourdieu, se remémorant ses années de khâgne et sa vocation refroidie d’historien de la philosophie, a contribué à façonner la figure repoussoir du lector, cette créature étrange végétant dans les eaux usées de l’academica mediocritas, cacatoès qui s’imagine en auctor par le seul jeu de ses commentaires scolastico-scolaires[2]. Cette charge n’était pas infondée, c’était de bonne guerre même, Bourdieu s’estimant victime d’un éternel misreading. À distance donc de cette posture caricaturée à l’excès sous sa plume féroce, Bourdieu exigeait de ses lecteurs qu’ils soient des lectores-auctores (p. 11). Il pensait bien faire, lui qui lisait beaucoup les auteurs de sa trempe, comme l’illustrent les longues séances d’explication de textes scandant ses premiers cours au Collège de France[3]. Mais n’est pas Bourdieu qui veut. Cela suppose de se mettre à la hauteur d’un auctor sûr de son pouvoir auctorial. D’avoir une œuvre avant de se risquer à lire un pair.

0a4c14697d

Pourtant, lire les autres, c’est aussi se placer dans le sens de l’enquête. J.-L. Fabiani souligne qu’Émile Durkheim était un infatigable lecteur et que sa revue, L’Année sociologique, faisait la part belle au compte rendu. Un peu désuète à l’heure du tout-terrain, cette sociologie de cabinet n’en recèle pas moins une grande force : elle rappelle combien la lecture, et l’écriture l’accompagnant, sont aussi créatrices. Enfin, pas n’importe comment. Il est des lectures expédiées et sans intérêt, des notes de lecture n’apportant rien d’autre qu’une nouvelle quatrième de couverture, des lectures qui n’ont d’autre fin que d’installer le lector en thésauriseur d’une « rente symbolique ». À l’inverse, le rendement d’une bonne lecture se mesure à sa capacité de faire surgir autre chose par l’interprétation, une plus-value cognitive, des « effets de connaissance et d’intelligibilité » (p. 12). Vous pensiez l’avoir lu, eh bien lisez ce compte rendu, le livre commenté s’y trouve transfiguré. Condenser, restituer, situer dans l’espace des possibles, mettre en perspective, (se) confronter, mais aussi lire entre les lignes, chercher à rendre raison des blancs et des manques, faire craquer les paquets de sens trop bien emballés : un texte, ça se presse comme un citron. Et il faut mettre du cœur à/dans l’ouvrage. Parler d’un livre qu’on a lu pour en dire quelque chose d’à peu près sensé, cela demande autant d’application que d’implication.

J.-L. Fabiani, qui transbahute son « vieil habitus de lecteur » (p. 12) de recension en recension, a de qui tenir. Ce travail du review essay, il s’y est familiarisé au contact de Jean-Claude Chamboredon – vous savez, le co-auteur du Métier de sociologue (1968) que l’on oublie hélas souvent de citer. Chamboredon transforma ce « genre mineur en un lieu d’innovation intellectuelle » (p. 12), et ses élèves ­­– parmi lesquels J.-L. Fabiani – d’emboîter le pas. Le prologue est l’occasion de se raconter à travers l’expérience de la lecture. J.-L. Fabiani livre peu à peu son panthéon référentiel et ses affinités sélectives. Il en a croisé du monde, entre les rédactions de Critique, des Actes de la recherche en sciences sociales ou de feu la revue Préfaces ; sans compter les séjours à l’étranger, en particulier à l’université de Californie à San Diego au cours des années 1970, où J.-L. Fabiani eut l’occasion de mettre des visages sur ses lectures sociologiques (Bennet Berger, Aaron Cicourel, Randall Collins, Cesar Graña, Joseph Gusfield) (p. 14).

Portrait du sociologue en Hannibal lector Pierre Bourdieu (crédits : college-de-france.fr/)
Portrait du sociologue Pierre Bourdieu en Hannibal lector (crédits : college-de-france.fr/)

La table des matières laisse deviner l’éclectisme mais aussi les choix ponctuels d’un lecteur sur une vingtaine d’années. Certains auteurs sont aujourd’hui canonisés. C’est le cas de Pierre Bourdieu (chap. 1, fatalement) et de Michel Foucault (chap. 3), dont les ouvrages continuent de susciter des milliers de recensions à travers le monde. Le processus de canonisation est en cours pour d’autres : Andrew Abbott (chap. 5)[4] et Bruno Latour (chap. 11, comme pour clore la marche). Ne déméritant pas une seconde, les autres auteurs commentés dans La sociologie comme elle s’écrit apportent tous à la pratique des sciences sociales, chacun à sa façon, et il se pourrait même que certains soient déjà canonisés par quelques happy few dans l’indifférence des échelles de cotation mainstream : Jean-Claude Passeron (chap. 2), Daniel Cefaï (chap. 4), Ivan Ermakoff, Randall Collins, Gérard Lenclud, Luc Boltanski, Cyril Lemieux (respectivement chap. 6, 7, 8, 9 et 10). Ce cortège est hétéroclite en première lecture. Il est très masculin, très blanc, très « 54/105 Boulevard Raspail », très franco-étasunien. Où se trouve donc la cohérence ? Pourquoi avoir retenu ces recensions-là plutôt que d’autres ? Pourquoi cet énigmatique sous-titre, De Bourdieu à Latour ? Cela relève-t-il du simple affichage vendeur pour attirer l’attention du lecteur-client ou d’une véritable intention théorique ? Pour tâcher d’y voir clair, observons donc à l’œuvre les lectures de J.-L. Fabiani – sans toutes les reprendre, car­ il ne faudrait pas que ce compte rendu exonère de les lire. Continuer la lecture de La sociologie comme elle se lit