Bernard Stiegler : lost in disruption ?

Bernard Stiegler est depuis quelques années une figure de proue de l’académisme médiatique. Sa voix chaude, traînante et légèrement chuintante est connue des auditeurs de radio – il enchaîne aussi conférences publiques et académiques (300 vidéos sur internet depuis huit ans), en même temps qu’une intense production d’essais (plus de 30 ouvrages depuis 1994).

Le caractère très abondant de cette production nécessiterait une analyse détaillée, portant sur la cohérence et/ou l’évolution de la pensée. Cette analyse ne semble pas avoir été faite puisque le philosophe est reçu (au sens de la réception de ses idées) au fil de l’eau. Côté médias, le rythme intense d’un livre publié tous les 9 mois[1] brouille la ligne de partage entre la promotion d’un ouvrage et l’analyse de fond. On est là dans une forme de « dévoration médiatique »[2] – de l’auteur comme du media lui-même : le rythme de production d’ouvrages s’impose au media, qui ne peut prendre de recul (à supposer que ce soit sa vocation) ; par invitations et tribunes de presse répétées, le media s’auto-dévore, en quelque sorte.

Quant à la réception en milieu universitaire, une question se pose : Stiegler est-il encore un universitaire (ou un chercheur) ? Il semble en fait naviguer depuis quelques années dans cet entre-deux que constitue l’académisme mondain ou « zone médiane », exploitant sa « rente de visibilité »[3] et préoccupé de l’accroître. S’il existe une littérature secondaire à son sujet[4], elle semble plus se rattacher à un phénomène tribal qu’à une réelle analyse critique. Comme souvent, personne ne prend le temps de se pencher de manière critique sur pareille œuvre, et la tâche devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que le temps passe.

« Bernard Stiegler au cours de l’une de ses nombreuses interventions », dans les années 2000 (Source : Wikimedia commons, auteur Joseph Paris)

Peut-être Stiegler a-t-il construit une œuvre philosophique, mais nous voudrions montrer ici que depuis cinq ans, sa parole dans les sphères intermédiaire (telle que mentionnée supra) et médiatique (grand public : radio et conférences) est plus proche de l’idéologie que de la pensée rationnelle, à l’instar d’un Badiou, et comme lui maniant à l’excès jargon et analogies. Son discours récent a quitté les rives de la pensée construite tout en souhaitant s’y rattacher – Stiegler opérant un véritable transfert de légitimité depuis son analyse philosophique (construite, sous réserve d’inventaire) vers un discours politico-médiatique tonitruant, aux fondements peu assurés. Continuer la lecture de Bernard Stiegler : lost in disruption ?

« “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)

Roberto Pippo est du genre modeste, il se présente à vous sans arrogance ni faux-semblants. Il est direct, franc, volontiers séducteur, il n’y va pas par quatre chemins pour vous persuader de l’importance de sa cause. L’excellence, il l’a dans la peau et la défend bec et ongles. Parce que l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique qu’il préside s’est aujourd’hui imposée comme le point de passage obligé de la recherche scientifique de pointe, en France comme à l’international, parce qu’il est un personnage truculent et inévitable, le Carnet Zilsel a désiré en savoir plus. M. Pippo a accepté de nous rencontrer pour une brève mais féconde interview. Avec une déroutante sincérité, il nous a livré les secrets d’une savante alchimie, qui transforme l’air en vent. S’il n’est pas toujours évident de suivre le CEO de l’ANES dans tous ses raisonnements, tant ils rompent avec les habitudes de la communauté de l’ESR, on doit lui reconnaître un talent inouï : celui de donner goût à l’« excellence » et de nous projeter dans un avenir radieux où chaque entrepreneur de l’innovation techno-scientifique peut devenir milliardaire pourvu qu’il sache jouer du pipeau. L’ESR, rappelait récemment Roberto Pippo non sans provocation, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. C’est bien l’intérêt et la puissance de l’ANES que d’aider à faire le tri, l’air de rien !

Commençons par le début : pourquoi l’ANES ?

C’est une bonne question ! Je n’y avais jamais réfléchi ! D’ailleurs je crois que personne n’y a jamais réfléchi… c’est curieux ! Je pense qu’à l’ANR non plus d’ailleurs !

Vous tenez un discours radical sur la gestion et le pilotage de l’ESR. Faut-il approfondir l’autonomie des universités ? Qu’en est-il de votre projet de les connecter de façon plus « synergétique » avec l’univers de l’entreprise, que vous considérez comme salvateur ?

Je préfère le terme d’université agile. Pour moi, les universités doivent être flexibles, numériques et connectées. Nous en reparlerons sûrement, mais je crois sincèrement à la dématérialisation totale de l’université. C’est un vrai challenge pour la #FrenchTech et le projet est actuellement en co-maturation dans une pépinière. Notre Sink Tank[1] ANES-PEPITE travaille également sur la question.

Grand auditorium du siège de l’ANES, quelques minutes avant l’annonce des résultats de l’année 2016 (crédits : Delegación de Turismo, Ayuntamiento de Aranjuez, 2007, via Flickr)

Continuer la lecture de « “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)