« Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly

Un livre pour Bourdieu, plutôt qu’un livre sur Bourdieu ? C’est le pari de Marc Joly. Prenant pour point de départ l’ouvrage de Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuraliste héroïque (2016), dont il critique les partis pris et les erreurs, il revient, dans un style d’argumentation tonique et direct, sur le projet intellectuel du sociologue-le-plus-cité-dans-le-monde. Loin d’un « structuralisme » au rabais, Bourdieu a pris part de façon décisive à la révolution sociologique commencée à la fin du 19e siècle, que Marc Joly a documentée dans un grand et gros livre paru l’année dernière[1]. Avec d’autres, parmi lesquels Norbert Elias, Bourdieu approfondit les fondements théoriques de cette rupture épistémologique et met à l’épreuve d’innombrables objets d’enquête. Ce Pour Bourdieu (CNRS éd.) veut donc rendre justice à un sociologue incompris, non pas seulement en pointant la grande richesse des travaux empiriques et théoriques dans lesquels il s’est engagé, avec le concours des membres de l’équipe du Centre de sociologie européenne dont il a été longtemps l’« entraîneur », mais en explicitant les raisons de la haine et de la jalousie dont il a fait et fait encore l’objet. Marc Joly pose donc, très directement, sans la détestable habitude des sous-entendus malsains, des questions difficiles à entendre. Il nomme, cite, discute, conteste, argumente. Il nous a semblé d’autant plus légitime d’échanger avec lui que les conditions du débat sociologique sont pour le moins difficiles ces derniers temps lorsque l’on évoque la figure de Bourdieu (voir par exemple les polémiques stériles autour du Danger sociologique[2]). On l’aura compris, c’est avec une certaine sympathie, disons même une franche camaraderie, que nous avons préparé cette conversation qui n’engage que nous, i.e. JL & ASM[3].

Une première question, aussi simple que directe : pourquoi ce Pour Bourdieu ? 

Parce que, si on croit en la sociologie, si on pense que cette science est centrale pour penser ou, plutôt, pour repenser nos rapports les uns avec les autres et notre rapport au monde, on ne peut pas laisser dire que l’un des plus importants représentants de cette discipline, non seulement a échoué, mais, pire, ne pouvait qu’échouer. Or c’est le message que tend à faire passer Fabiani dans son Pierre Bourdieu. Deux autres considérations, en particulier, m’ont incité à le prendre en quelque sorte pour point de départ et pour objet. C’est, tout d’abord, qu’il s’agit à bien des égards d’une œuvre collective. Clairement, ce qui m’a paru problématique, c’est moins le livre en lui-même que ce qui l’a rendu possible. À savoir, pour l’essentiel : le tournant dit « critique » des Annales, l’épistémologie dite « wébérienne » de Passeron ainsi que le retour de la philosophie (politique et morale) en sociologie orchestré par Boltanski-Thévenot, qui a abouti à cette espèce de dogme faussement irénique et au contenu flou qu’est la « philosophie des sciences sociales ». Déconstruire le livre de Fabiani, c’était donc se donner les moyens de soumettre à critique toutes ces évolutions (en grande partie liées aux jeux de pouvoir propres à l’EHESS) qui, à mon avis, ont fait régresser les sciences sociales, pas seulement sur un plan épistémologique, d’ailleurs, mais aussi sur celui, disons, de la morale scientifique. Et puis j’ai vu, dans ce travail critique, l’opportunité de mettre à l’épreuve du cas Bourdieu le modèle théorique de l’émergence et du développement de la sociologie esquissé dans mon ouvrage La révolution sociologique. Continuer la lecture de « « Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly »