Archives par mot-clé : Activités de recherche

Du comique de répétition : un nouveau canular, tué dans l’œuf in extremis

Le 8 décembre 2015, une camarade bien intentionnée nous transmet gentiment par courriel un appel à contributions de la revue Management & Avenir. Cette dernière couvre le vaste domaine des « sciences, techniques et pratiques de gestion ». La revue publie huit numéros par an (huit !) et est accessible via Cairn.info. Le thème de ce « cahier spécial » attire aussitôt notre attention : « Émergence de la post-modernité en entreprise : Quel management se met en place ? » Tiens tiens, cela rappelle une littérature que nous connaissons fort bien ici. Il ne nous faut pas longtemps pour deviner qui est à l’origine de cette interrogation frappant la rétine. La liste du « comité scientifique » – alors « en cours de constitution », et il l’est toujours après vérification – permet très vite de situer : François Silva, Aline Scouarnec, Zigmunt Bauman, Michel Maffesoli, Véronique Chanut, Jacques Igalens, Denis Jeffrey, Michel Lallement, Jean Marie Peretti, Fabian Sanabria, Patrick Tacussel, Maurice Thévenet, Manuel Zacklad. En dehors de Z. Bauman, M. Maffesoli et D. Jeffrey ou M. Lallement (mais que vient-il faire dans cette galère ?), nous ne connaissons pas grand monde dans ce comité. De l’extérieur, le mélange est en tout cas assez savoureux : icônes de la sociologie postmoderne slash gestionnaires et formateurs RH d’école de comm… euh de « business school » (notamment la « Kedge Business School », où plusieurs membres du comité enseignent et poursuivent leurs « recherches »). Passons sur la rationalité exotique de la composition du casting pour jeter un œil sur l’argumentaire :

Le cœur des économies aujourd’hui est structuré par la numérisation. Ainsi, l’émergence de la société postmoderne correspond à d’autres logiques que celles de la modernité dans lesquelles les deux premières révolutions industrielles se sont inscrites. Les changements à l’œuvre dans le monde professionnel sont profonds. La numérisation des entreprises correspond à des modifications majeures de leurs prestations. Pour la plupart, leur business model est en train de se transformer. Nos grilles de lecture actuelles ne permettent plus d’appréhender les nouveaux questionnements, tout comme nos modes opératoires sont de moins en moins appropriés pour répondre aux problèmes qui émergent. Nous devons maintenant concevoir de nouvelles grilles de lecture conceptuelles pour lire et traduire les nouvelles réalités émergentes qui sont en ruptures dans toutes leurs dimensions, à la fois culturelles donc symboliques, philosophiques, comportementales, méthodologiques, organisationnelles… Ainsi, si nous voulons comprendre ce qui est en train de se passer, voire savoir anticiper, ou à tout le moins participer à ces changements, nous devons nous appuyer sur des concepts nouveaux et/ou revisités afin de faire émerger des pratiques véritablement innovantes et porteuses d’avenir. (…)

Le cahier spécial souhaite proposer une réflexion sur les différentes démarches en cours dans le monde de l’entreprise centrées sur les conditions d’émergence de ces nouvelles pratiques managériales. Certains évoquent « l’entreprises (sic) libérée » pour décrire ce qui est en train d’émerger. Les managers vont-ils continuer à être des acteurs majeurs de ces changements ? Comment évoluent les modes de fonctionnement des équipes ? Quels sont les leviers d’actions et quelles sont les limites des nouvelles démarches en cours ?  

Nous ne sommes pas déçus : tout est là, scintillant de baroquismes postmodernes que le texte adapte à la lebenswelt du manager de « l’entreprise libérée » (?). On se dit, c’est formidable, la problématique est cousue de fil blanc : pour (se) sauver, les DRH doivent changer le logiciel du management par le truchement de « concepts innovants », ce que la « sociologie postmoderne » d’inspiration maffesolienne apporte sur un plateau depuis bientôt quarante ans. Le salut passerait par la relecture du Temps des tribus (1988) : les managers n’ont qu’à « revisiter » ce paradigme pour hâter l’« enracinement dynamique » de cette « société postmoderne » qui, décidément, n’en finit pas d’émerger. Les orientations de travail suggérées par les responsables de l’appel sont tout aussi édifiantes et annoncent des lendemains qui réenchantent : Continuer la lecture de Du comique de répétition : un nouveau canular, tué dans l’œuf in extremis

L’atome postcolonial

À partir de Gabrielle Hecht, Uranium africain. Une histoire globale, Paris, Seuil, 2016.

Gabrielle Hecht avait livré dans Le Rayonnement de la France[1] une analyse historique aiguisée de la volonté de puissance des autorités politiques françaises incorporée à la technologie nucléaire. Elle poursuit ici son programme de recherche dans Uranium africain, une histoire globale, en étudiant la façon dont l’Afrique, bien qu’au cœur des politiques d’extraction et d’exploitation de l’uranium, a été travaillée en profondeur par des désignations partielles de « nucléarité ». Avouons que le terme n’est pas élégant. Mais il a l’avantage de restituer la spécificité d’un processus de qualification des pratiques de saisie et de transformation du combustible nucléaire. Gabrielle Hecht ouvre son livre sur une distinction qui me paraît fondamentale et qui situe son travail très au-dessus du tout-venant constructiviste lorsqu’il est question du supposé mélange entre science et politique :

« la radioactivité est un phénomène physique qui existe indépendamment qu’il soit détecté ou politisé. La nucléarité, en revanche, est un phénomène technopolitique issu de configurations politiques et culturelles affectant les choses scientifiques et techniques ; elle émerge des relations sociales selon lesquelles le savoir est produit. La nucléarité n’est pas la même partout (…). La nucléarité n’est pas la même pour tout le monde (…). La nucléarité n’est pas la même à tout moment » (p. 22).

En s’intéressant à la nucléarité, Gabrielle Hecht propose donc de comprendre comment une ressource minière donnée est politisée selon les lieux, les circonstances, les époques. On sent bien que d’autres, sans coup férir, aurait confondu volontairement radioactivité et nucléarité pour s’empresser de crier à l’hybridation miraculeuse. Or, Uranium africain démontre avec brio, que la séparation que l’auteure opère dans l’analyse entre les propriétés physiques d’un minerai et le travail de politisation qui peut l’accompagner est fructueux d’un point de vue épistémologique (puisqu’il restitue un effort toujours continué de certains acteurs pour exclure la radioactivité de la nucléarité) comme d’un point de vue politique (la période postcoloniale est toute entière façonnée par cette distinction).

9782021166002

Mais il y a plus encore. Gabrielle Hecht remarque que les différentes intervenants des filières nucléaires en Afrique (industriels, administratifs, politiques, scientifiques ou techniciens) constituent la nucléarité en exception ou en banalité selon les circonstances et les besoins. C’est-à-dire qu’il s’agit de désigner le processus d’incorporation du matériau nucléaire dans la société comme quelque chose d’inédit, devant être traité sous le régime du spécifique ou bien de le qualifier comme une matière absolument classique ne relevant que des règles d’administration communes. Un même combustible pourra, selon les époques, être envisagé comme exceptionnel ou totalement banal selon les intérêts en jeu. On retrouve dans cette attention soutenue aux définitions d’un objet ou d’un processus la « problématisation sous dépendance » mise en exergue par Emmanuel Henry à propos de l’amiante[2]. Ainsi armée, l’analyse des différentes configurations politiques permettant la double qualification d’une nucléarité exceptionnelle ou d’une nucléarité banale offre une série d’études de cas (sur le Gabon, l’Afrique du Sud, le Niger, Madagascar) suffisamment solides pour qu’apparaisse le tableau éminemment complexe d’un postcolonialisme nucléaire articulant domination capitaliste, paternalisme hérité de la colonisation, racisme et négligence sanitaire. Continuer la lecture de L’atome postcolonial

Des chercheurs en liberté. Le MT180 sur l’établi de la « sociologie (de) garage »

« Ma thèse en 180 secondes » : en quelques saisons, ce concours s’est imposé avec la force de l’évidence dans le milieu universitaire. Entre Top chef et Star Academy, les doctorant-e-s et docteur-e-s composent avec un cahier des charges expressif qui les transforme en VRP d’eux-mêmes et de l’université (ou plutôt de leur « COMUE »). C’est fun et ludique paraît-il,  les flash crépitent, la twittosphère gazouille, mais ça n’en est pas moins une tendance a priori étrange qu’il convient d’interroger. Plutôt que de plaquer des préconceptions moralistes et binaires (« c’est bien », « c’est mal »), sans doute est-il plus fécond de mener l’enquête : d’observer ces performances de la thèse en cherchant à comprendre pourquoi elles ne manquent pas d’inquiéter la pratique d’une science autrement moins spectaculaire. C’est ce qu’ont entrepris nos camarades Jean Frances, Stéphane Le Lay et Baptiste Pizzinat. Assister à ces événements a apporté plus que des comptes rendus édifiants sur le show. C’est leur propre position de chercheur qu’ils ont fini par interroger au contact de l’objet « Thèse en 180 secondes ». Par différence, ils ont ainsi fait émerger l’idée rock’n roll d’une «  sociologie (de) garage »Et le spectacle de devenir le prétexte d’une pragmatique de la science « un pied dedans, un pied dehors », pour reprendre le slogan de Francis Chateauraynaud déroulé ici même.
NB : Pour le confort de lecture, cet article est également disponible au format PDF : JF, SLL, FP, Des chercheurs en liberté.
 

« On sait que les groupes n’aiment guère ceux qui “vendent la mèche”, surtout peut-être lorsque la transgression ou la trahison peut se réclamer de leurs valeurs les plus hautes. Les mêmes qui ne manqueraient pas de saluer comme “courageux” ou “lucide” le travail d’objectivation s’il s’appliquait à des groupes étrangers et adverses seront portés à jeter le soupçon sur les déterminants de la lucidité spéciale que revendique l’analyste de son propre groupe. »
     Pierre Bourdieu, 1984, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, p. 15.

Le travail ethnographique constitue un ensemble d’activités dont les contraintes corporelles, psychiques et morales doivent être prises au sérieux par le chercheur s’y engageant[1]. L’ancienneté de la question est là pour en attester[2] et son actualité rappelle la nécessité de la reposer encore à mesure de l’évolution des objets d’études et des reconfigurations des conditions de la recherche en sciences sociales[3]. La pratique de l’observation participante accentue un certain nombre des difficultés relevées par les praticiens de l’enquête de terrain[4], d’autant plus lorsqu’il s’agit, pour le chercheur, de rendre compte des transformations affectant son milieu professionnel[5], comme cela sera le cas dans cet article. En retraçant ici la genèse d’un collectif autonome de sociologues tournés vers l’étude d’un concours de communication pour doctorants et jeunes docteurs, nous montrerons comment nous en sommes arrivés à faire ce que nous appelons une « sociologie (de) garage ». L’enjeu de ce retour réflexif consiste à expliciter la manière dont une telle forme collective d’activité sociologique, en ouvrant un mode alternatif de production de connaissances relatives au monde académique, crée des conditions de plaisir au travail.

Au point de départ de notre réflexion, nous avons anticipé l’irritation que provoque chez de nombreux sociologues la lecture « d’auto-objectivations » qui n’ont de réflexives que le nom et qui, invariablement, narrent des difficultés insurmontables rencontrées sur un terrain finalement conquis de hautes luttes, grâce à un habile mélange de « ruses » et d’« irrévérences ». En plus, nous adhérions en partie aux analyses de Merton, pour qui les chercheurs ne sont pas tenus, lorsqu’ils publient leurs résultats, de dresser un compte rendu de leur activité, ni d’expliquer les raisons poussant à étudier un objet de recherche plutôt qu’un autre : les cadres disciplinaires, dans lesquels s’intègrent les travaux scientifiques, forment un « patron » – au sens de modèle – qui, selon Fabiani[6], stabilise des procédés d’analyse, des schèmes d’interprétation et des objets de recherche. Pourtant, l’écriture ethnographique autorise, et même incite, les récits à la première personne et, souvent, l’auteur explique les raisons de sa venue sur tel ou tel terrain. Il nous fallait dès lors nous (re)demander si ces comptes rendus d’activité tiennent toujours d’une « coquetterie disciplinaire » s’accordant mal aux exigences d’objectivité et d’universalisme partagées dans la majorité des sciences. Viseraient-ils seulement à offrir à des ethnologues et des sociologues un prétexte pour se mettre en scène (à leur avantage) ? En certains cas, les retours des chercheurs sur leurs propres expériences sont effectivement engagés au service de leur ego, jusqu’à la caricature, et nourrissent leur narcissisme[7]. Mais cette situation n’épuise pas la réalité. Le travail d’explicitation des cheminements individuels et/ou collectifs amenant à s’engager sur un terrain donné doit également pouvoir livrer au lecteur un éclairage pertinent quant au sens du projet de connaissance poursuivi – les travaux de Favret-Saada[8] l’illustrent bien. Et c’est ce que nous espérons réaliser ici.

Finale interanationale : Sorbonne, grand-amphi, jeudi 1er octobre 2015 (crédits : Baptiste Pizzinat)
Sociologue embedded, en clair-obscur. Finale internationale : Sorbonne, grand-amphi, jeudi 1er octobre 2015 (crédits : Baptiste Pizzinat)

Cette partie du travail d’objectivation sociologique peut donc emprunter les traits d’une auto-analyse, sous forme de propos liminaire d’une recherche en cours visant notamment à lutter contre une tendance relevée par Gingras[9] : celle amenant les auteurs de sciences sociales à se rendre illisibles les uns aux autres. Dans le cas présent, l’enquête dont il est question porte certes sur le concours « Ma thèse en 180 secondes » (MT180, mt180.fr) : la première partie de cet article en retrace rapidement l’histoire. Revenir sur la genèse de cette communication competition vise certes à dessiner les contours du terrain d’étude afin de mieux préciser les questions sociologiques qui s’y découvrent. Mais l’enjeu principal est avant tout de renseigner les conditions de possibilité pour trois sociologues de domaines, d’âges et de statuts variés à se coordonner en collectif de recherche, en mobilisant des ressources de différents types. C’est ce que l’on peut voir dans le cas de la « biologie de garage », point que nous aborderons dans la deuxième partie de l’article, où il s’agira de déterminer comment et pourquoi des chercheurs en sociologie entreprennent aujourd’hui des projets de recherche en marge des équipes et des structures académiques et quasiment sans financement. Dès lors, un bref retour sur le parcours des trois coparticipants d’un tel collectif, en troisième partie d’article, est un passage obligé qui relève moins d’une tentation nombriliste que d’un préalable réflexif nécessaire à la poursuite d’un projet de recherche autonome visant l’analyse d’un dispositif de mise en spectacle des sciences. Continuer la lecture de Des chercheurs en liberté. Le MT180 sur l’établi de la « sociologie (de) garage »

Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

J’ai été un peu surpris de la forme de cet article de recherche […]. J’ai été assez étonné de lire ce qui me semble par passage être une sorte d’étude des centraliens à travers le prisme d’une conférence de sociologie, plutôt que l’étude des conférences de sciences humaines à travers l’œil d’élèves ingénieurs (ce qui me semblait être le sujet initial, je comprends cependant qu’il était difficile de nous l’annoncer de cette manière).
    Élève-ingénieur, 2e année.

J’enseigne la sociologie des sciences à l’École Centrale de Paris (ECP), pour des élèves-ingénieurs en deuxième année. Le programme porte sur les liens entre recherche et entrepreneuriat. J’y analyse les dynamiques et les discours économiques et politiques incitant les jeunes diplômés à se lancer dans la création de start-up et de spin-off. J’essaie de défaire des idées largement partagées par les élèves d’un établissement formant les « Leaders, innovateurs, entrepreneurs » de demain : celles du « schéma linéaire d’innovation », de l’entrepreneur héroïque, du chercheur académique reclus dans sa « tour d’ivoire », des sciences et techniques comme « moteurs de la croissance », etc. Le décor planté, nous traitons le thème de la Slow-science, lequel s’est récemment imposé à l’agenda de la mise en politique(s) des sciences et techniques. En même temps que je préparais mon cours, j’ai découvert l’annonce d’une conférence à venir d’Isabelle Stengers. Invitée au séminaire Citoyenneté académique : slow-science et recherche action, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) où j’ai fait ma thèse, la philosophe belge devait reprendre ses méditations sur l’avènement possible d’« une autre science ». La date de son intervention coïncidant avec celle d’une des séances de mon cours : l’heure venait pour moi d’organiser ma première sortie de classe. Pour faire prendre l’air aux élèves. Pour les extraire de l’atmosphère douillette d’une école d’élite (G. Lazuech, 1988) nichée au pied du parc de Sceaux et les exposer aux bourrasques avant-gardistes – qui ne sont parfois que des coups de vent – dont l’EHESS se pense la génératrice. J’ai aussi mis au point un protocole expérimental : l’idée était de demander aux élèves centraliens de rédiger en groupe de quatre un compte-rendu de la conférence d’I. Stengers, incluant une synthèse des arguments défendus par la philosophe et une description ethnographique de l’événement.

Le 105, boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)
Le 105 boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)

Résultat de cette expérimentation, l’article qui suit a été composé en deux étapes. J’ai rédigé un premier texte en m’appuyant, d’une part, sur les textes des élèves et, d’autre part, sur mes notes complétées de retranscriptions extraites de l’enregistrement de l’intervention d’I. Stengers. Cette version bêta terminée, je l’ai soumise aux étudiants en leur demandant de la commenter, de proposer des prolongements, et s’il le fallait d’objecter aux interprétations proposées. Ces remarques compilées, j’ai repris la rédaction : j’ai coupé des passages jugés inexacts par les élèves, ajouté certaines remarques et modulé les analyses en fonction de leurs suggestions. Cette démarche emprunte aux méthodes de « triangulation ethnographique ». Elle repose premièrement sur une multiplication des points de vue relatifs à un même phénomène (investigator triangulation [N. K. Denzin, 1978]), afin d’obtenir une description complexifiée. Deuxièmement, les principaux intéressés doivent éprouver la « solidité » des primes observations et interprétations dans le but de révéler des points de désaccords entre enquêtés et enquêteur et enjoindre ce dernier à les expliquer (M. Kleine, 1990). Bonne surprise : les premiers comptes-rendus sont riches. Ils témoignent de l’étrangeté d’une conférence de SHS pour des non-initiés. Et, rapporter dans un même texte l’argumentation de l’auteur de L’invention des sciences modernes (1993) et ce qu’en ont retenu les centraliens permet d’observer presque in vivo comment un discours relevant des sciences humaines et sociales est saisi et interprété par des « non-spécialistes ». C’est une sorte de démarche itérative et collective d’analyse sociologique qui se trouve ainsi mise en œuvre. Continuer la lecture de Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

Dans les ruines fumantes de l’Université. Compte rendu et entretien flash avec Christophe Granger

À propos de Christophe Granger, La destruction de l’université française, Paris, La Fabrique, 2015.

Parce que la question de la survie de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) en France doit être posée avec soin, le Carnet Zilsel rend compte cette semaine d’un ouvrage particulièrement tranchant dans la production éditoriale. Christophe Granger propose une relecture historique de l’état de l’université française. Organisation d’un chaos administratif et gestionnaire, disparition de l’autonomie scientifique sous toutes ses formes, précarisation généralisée et érigée en système de management : le constat est impitoyable mais lucide, et l’entretien que nous a confié l’auteur y ajoute sans équivoque. Ces questions n’appartiennent pas seulement aux chercheurs, aux enseignants-chercheurs et aux personnels administratifs et techniques de l’ESR ; elle est, bien plus globalement, une question politique majeure qui doit être débattue ailleurs que dans les seuls amphis. C’est pourquoi nous avons accepté la reprise simultané de ces textes dans la rubrique « Débats » du site d’information Révolution Permanente. Place à la reconstruction !

Voici un livre cinglant. Tranchant même. D’une lecture aussi lucide qu’intransigeante. Depuis vingt ans il s’est passé quelque FAB_GRANGER_2015_2.previewchose dans l’Université française (entendue comme l’ensemble des ressources de la recherche scientifique et de sa transmission) et Christophe Granger en livre une chronique implacable. On peut résumer l’idée centrale du livre de cette façon : la précarisation et le délabrement actuels de l’Université ne sont pas les conséquences dramatiques d’une néolibéralisation à marche forcée, ils sont le but recherché par les idéologues de la trop fameuse « économie du savoir ». Il s’agit bien de faire céder la double spécificité d’un champ scientifique relativement autonome, à savoir le contrôle par les pairs – reconnus comme tels – du contenu des connaissances produites et enseignées ainsi que la maîtrise des carrières par des instances professionnelles. C’est sur cette légitimité duelle que les agents actifs ducapitalisme de la connaissance ont décidé de faire porter leurs actions les plus agressives. Avec, comme dans le cas de la LRU, la bénédiction des dirigeants politiques (très facilement) convaincus par la rhétorique usée jusqu’à la corde de la « compétitivité » et autres fadaises empruntées à l’économie orthodoxe qui n’en finit pas de ruiner tous les secteurs qu’elle met en coupes réglées.

L’ouvrage de Christophe Granger n’a rien d’une imprécation vaine, comme l’on en trouve régulièrement. Il s’agit d’un livre très documenté et construit selon une problématique concentrique, qui définit son objet et l’historicise. Sans lui dénier sa force pamphlétaire bienvenue, c’est à la rigueur du raisonnement que l’on doit la puissance argumentative du propos. L’auteur parvient à rassembler en moins de 200 pages les éléments d’un diagnostic implacable, préparant le terrain d’une politique de l’Université qui donne raison d’espérer encore un peu ­– un peu car, on le devine en explorant les évolutions les plus inquiétantes et navrantes, le pronostic vital est déjà engagé.

Γίγνωα κεκαιρόν

Remonter vers les débuts de l’Université moderne, ce n’est pas chercher un hypothétique âge d’or. C’est au contraire se donner les moyens de comprendre ce qui est aujourd’hui défait. Comme le note Christophe Granger en ce sens, l’une des conséquences de la crise permanente dans laquelle est plongée l’Université néolibéralisée est « l’oubli des généalogies » (p. 17).Le point de départ et d’inflexion historique du livre correspond à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, alors que les locaux universitaires sont délabrés et que le corps professoral est clivé entre les titulaires et des « adjoints » condamnés à errer dans l’antre d’un système d’enseignement et de recherche totalement misérable. Si Duruy avait imaginé que quelques ponts soient tendus entre ces deux conditions socio-intellectuelles, ce sont les réformateurs de la IIIe République qui vont repenser radicalement l’ordre universitaire – dans sa double acceptation de structuration des savoirs et de hiérarchisation professionnelle. Le changement qui survient est alors d’ampleur : ce ne sont pas simplement les locaux qui sont reconstruits ni les ambitions scientifiques qui sont déployées pour rattraper l’Allemagne – le grand « Autre » qui ne cesse d’influer sur les consciences gagnées par le déclinisme –, c’est la place même de la vie intellectuelle dans la société qui est renouvelée. L’État républicain s’appuie sur la Science et la Connaissance entend favoriser les lieux où elles sont produites, enseignées et discutées. Surtout, la prise en main par la puissance publique de la vocation intellectuelle met fin à l’omnipotence mécénale de la bourgeoisie. Alors que le siècle du romantisme s’achève, l’« autonomisation de la chose universitaire » est en marche (p. 36). D’autant qu’en interne, l’organisation de l’Université n’est plus clivée entre deux strates d’enseignement dont les carrières restaient résolument étanches. Désormais, des circulations sont possibles, des promotions dessinent des parcours professionnels. Il existe donc un « métier » d’universitaire et non plus des espaces sociaux indépendants entre l’aristocratie des professeurs en chaire et des subalternes plébéiens. Christophe Granger met ici au jour une transformation historique plus profonde qu’il n’y paraît : c’est une logique professionnelle de la vocation qui émerge et qui prend le pas sur une logique d’exclusion sociale. D’autant que l’accès au poste est régi par les pairs. Le travail d’autonomisation au cœur de l’Université est donc double : d’une part vis-à-vis des puissances de l’argent (puisque c’est la puissance publique qui assume son financement) et d’autre part, à l’intérieur même du corps professoral, qui ne fait qu’un, désormais. Bien sûr, cette organisation a été travaillée par toutes les secousses du 20e siècle,et l’on songe tout particulièrement aux saignées démographiques de la première Guerre mondiale. Mais c’est un édifice globalement structuré autour de la notion d’autonomie qui voit le jour en France à la fin du 19e siècle. Continuer la lecture de Dans les ruines fumantes de l’Université. Compte rendu et entretien flash avec Christophe Granger