Archives par mot-clé : Archives

L’atome postcolonial

À partir de Gabrielle Hecht, Uranium africain. Une histoire globale, Paris, Seuil, 2016.

Gabrielle Hecht avait livré dans Le Rayonnement de la France[1] une analyse historique aiguisée de la volonté de puissance des autorités politiques françaises incorporée à la technologie nucléaire. Elle poursuit ici son programme de recherche dans Uranium africain, une histoire globale, en étudiant la façon dont l’Afrique, bien qu’au cœur des politiques d’extraction et d’exploitation de l’uranium, a été travaillée en profondeur par des désignations partielles de « nucléarité ». Avouons que le terme n’est pas élégant. Mais il a l’avantage de restituer la spécificité d’un processus de qualification des pratiques de saisie et de transformation du combustible nucléaire. Gabrielle Hecht ouvre son livre sur une distinction qui me paraît fondamentale et qui situe son travail très au-dessus du tout-venant constructiviste lorsqu’il est question du supposé mélange entre science et politique :

« la radioactivité est un phénomène physique qui existe indépendamment qu’il soit détecté ou politisé. La nucléarité, en revanche, est un phénomène technopolitique issu de configurations politiques et culturelles affectant les choses scientifiques et techniques ; elle émerge des relations sociales selon lesquelles le savoir est produit. La nucléarité n’est pas la même partout (…). La nucléarité n’est pas la même pour tout le monde (…). La nucléarité n’est pas la même à tout moment » (p. 22).

En s’intéressant à la nucléarité, Gabrielle Hecht propose donc de comprendre comment une ressource minière donnée est politisée selon les lieux, les circonstances, les époques. On sent bien que d’autres, sans coup férir, aurait confondu volontairement radioactivité et nucléarité pour s’empresser de crier à l’hybridation miraculeuse. Or, Uranium africain démontre avec brio, que la séparation que l’auteure opère dans l’analyse entre les propriétés physiques d’un minerai et le travail de politisation qui peut l’accompagner est fructueux d’un point de vue épistémologique (puisqu’il restitue un effort toujours continué de certains acteurs pour exclure la radioactivité de la nucléarité) comme d’un point de vue politique (la période postcoloniale est toute entière façonnée par cette distinction).

9782021166002

Mais il y a plus encore. Gabrielle Hecht remarque que les différentes intervenants des filières nucléaires en Afrique (industriels, administratifs, politiques, scientifiques ou techniciens) constituent la nucléarité en exception ou en banalité selon les circonstances et les besoins. C’est-à-dire qu’il s’agit de désigner le processus d’incorporation du matériau nucléaire dans la société comme quelque chose d’inédit, devant être traité sous le régime du spécifique ou bien de le qualifier comme une matière absolument classique ne relevant que des règles d’administration communes. Un même combustible pourra, selon les époques, être envisagé comme exceptionnel ou totalement banal selon les intérêts en jeu. On retrouve dans cette attention soutenue aux définitions d’un objet ou d’un processus la « problématisation sous dépendance » mise en exergue par Emmanuel Henry à propos de l’amiante[2]. Ainsi armée, l’analyse des différentes configurations politiques permettant la double qualification d’une nucléarité exceptionnelle ou d’une nucléarité banale offre une série d’études de cas (sur le Gabon, l’Afrique du Sud, le Niger, Madagascar) suffisamment solides pour qu’apparaisse le tableau éminemment complexe d’un postcolonialisme nucléaire articulant domination capitaliste, paternalisme hérité de la colonisation, racisme et négligence sanitaire. Continuer la lecture de L’atome postcolonial

Georges Duby, historien des techniques

Si l’on associe volontiers l’historien Georges Duby à la conceptualisation de la féodalité[1] ainsi qu’au renouvellement de l’histoire de la chevalerie[2], on ne souligne que très (trop) peu souvent son apport à l’histoire des techniques. Bien sûr aucun ouvrage majeur de sa bibliographie n’est entièrement consacré aux techniques ; mais il subsiste un certain nombre d’articles et des pages éparses dans ses livres qui témoignent d’une attention soutenue aux savoirs matériels, aux connaissances pratiques et à l’instrumentation des activités humaines[3]. On peut y déceler la persistance à bas bruit d’un intérêt toujours actif pour cette question des techniques, dont Lucien Febvre regrettait, au début des Annales, qu’elle ne fut pas plus centrale pour la discipline histoire.

Je propose de renouer ici les fils de cette histoire des techniques dispersée dans l’œuvre de Duby, de recomposer – avec les lacunes inhérentes à ce genre d’exercice – les points saillants d’une réflexion qui a porté sur les techniques agricoles, les arts de la guerre et, plus globalement, sur la place des artefacts dans les évolutions sociales et culturelles du Moyen Âge. Dans cette esquisse, on prendra garde de ne point fixer ce qui n’était que quelques lignes de fuite dans une œuvre épaisse de questions nombreuses ; on fera également attention de ne pas considérer ces quelques pierres de touche comme des problématiques totalement closes sur elles-mêmes. Il faut plutôt saisir ces épures d’une histoire des techniques au Moyen Âge comme des points de capiton d’une analyse toujours soucieuse de reconstituer la matérialité d’une époque. Et l’on se demandera, in fine, si le marxisme discret de Duby n’opérait pas avec force à travers cet intérêt obsidional pour les techniques.

Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)
Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)

Assurément, les analyses de Duby ont été corrigées et amendées par des travaux plus récents et une documentation nouvelle[4]. Par exemple, le schéma du passage de l’assolement biennal à l’assolement triennal est aujourd’hui largement remis en cause au profit d’une variation beaucoup plus grande des modes de rotation des cultures. Mais là n’est pas l’important : toutes les recherches en sciences sociales sont vouées à être dépassées, et c’est même l’une de leurs raisons d’être. L’enjeu est davantage de comprendre comment Duby a inscrit une réflexion sur la matérialité et les techniques en lien avec les formes d’organisation et de structuration des sociétés. Loin d’un matérialisme abstrait, l’historien s’est efforcé de construire une réflexion sur la technique comme infrastructure participant aux transformations sociales et culturelles d’une époque. Ce qui méritait bien de développer une mise au point critique. Continuer la lecture de Georges Duby, historien des techniques

Portrait de mon père, Edgar Zilsel

Lorsque nous avons choisi le nom de ce carnet de recherche à la rentrée 2013, Edgar Zilsel était encore une référence à la marge, méconnue et assurément iconoclaste dans le Grand Récit qui, encore aujourd’hui, est fait au sujet des origines des Science and Technology Studies. Marxiste au sein du Cercle de Vienne dont il fut membre, juif dans une Europe convulsée par l’antisémitisme, sociologue-historien sans poste mais accroché à des convictions épistémologiques fortes, exilé aux États-Unis sans véritable soutien, intellectuel malheureux qui finira par se suicider dans l’indifférence : la trajectoire d’Edgar Zilsel fut aussi tragique qu’atypique. Il est difficile, malgré la précision des nécrologies, de se rendre compte de ce que fut concrètement le parcours couvert d’obstacles d’Edgar Zilsel. On ne retient de lui en général que ses productions intellectuelles originales sur les racines sociologiques de la modernité savante. Mais l’en-deçà de cette production n’est que très difficilement approchable. Le fils d’Edgar Zilsel, Paul (1923-2006), physicien émérite et politiquement engagé, a laissé un témoignage poignant sur la vie américaine, si précaire, de son père. Si les mots de Paul Zilsel à l’endroit de son père sont emplis de bienveillance et d’admiration, ils conservent la trace d’une vie de misère que rien, dans les écrits d’Edgar, ne laisse imaginer. Réclusion psychiatrique de sa femme, enfer bureaucratique, reproches des membres de la famille restés en Europe sans pouvoir échapper à la monstruosité nazie, immersion difficile dans la langue anglaise…. Mais aussi obstination à démontrer la justesse de ses analyses matérialistes, entêtement à compulser les ouvrages des bibliothèques afin d’étayer ses argumentations, persévérance dans l’écriture. Paul Zilsel relate avec justesse l’écart qui grandit très vite entre le jeune homme qu’il était, lui, prêt à conquérir sa place en Amérique, et les efforts sans nom que son père devait faire pour se maintenir dans le flux d’une vie commencée ailleurs.

En reproduisant ici ce texte (que nous a très aimablement transmis Nathalie Heinich, après l’avoir elle-même publié en 1999 dans feu la revue Histoire et Anthropologie), nous souhaitons d’abord rendre un hommage sincère à cette persistance intellectuelle qui a animé la vie d’Edgar Zilsel, et pour laquelle il a consenti d’immenses sacrifices. Nous formulons aussi l’espoir de parvenir un jour à publier en français ses principaux textes d’histoire et de sociologie des sciences. En n’oubliant jamais ce qu’il lui a fallu de larmes et de souffrance pour écrire, convaincre et argumenter.

À propos d’Edgar Zilsel

D’Edgar Zilsel, les lecteurs français ne peuvent guère connaître que son livre sur le génie (Die Entstehung des Geniebe­grif­fes), publié à Tübingen en 1926, réédité en 1972 et tardive­ment traduit en 1993 sous le titre Le Génie. Histoire d’une notion, de l’Antiquité à la Renaissance[1]. Quoique ce livre constitue une rare et sans doute unique tentative pour étudier d’un point de vue historique la genèse de la notion de génie, il est resté trop méconnu, en dépit des éloges qu’en donnèrent en leur temps Croce et Luckacs ; et quoique son auteur ait publié par la suite des livres et des articles importants en épistémologie, histoire et sociologie des sciences ainsi que de littérature et d’art, sa réputation ne dépasse pas jusqu’à présent un petit cercle de connaisseurs. Continuer la lecture de Portrait de mon père, Edgar Zilsel

Interdisciplinarité ou invention d’une « offre » disciplinaire ? Sociologie, histoire et science politique au risque du croisement disciplinaire

« Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques » : le champ d’objets que le Carnet Zilsel s’efforce de couvrir et de découvrir depuis maintenant deux ans est vaste. Il est traversé par des enjeux épistémologiques durs et chroniques, parmi lesquels le tracé souvent conflictuel des frontières entre les disciplines, l’affirmation d’offres inter-, pluri- ou post-disciplinaires, ou encore la définition de protocoles de recherche à prétention disruptive. Dans cet article-billet (on ne sait comment qualifier les longues contributions livrées sur le Carnet…), notre camarade Laurent Willemez propose une analyse serrée d’un important corpus de textes se revendiquant de la « socio-histoire ». On apprendra beaucoup sur la genèse (ça, c’est la moindre des choses !), les acteurs, les espaces d’expression et les propositions épistémologiques de ce courant ayant émergé au début des années 1990. Comme c’est généralement le cas ici, cette lecture n’est pas sans intérêts de connaissance personnels. Parmi d’autres contributeurs plus ou moins proches du cluster d’auteurs clés de la socio-histoire, Laurent est partie prenante de cette histoire sociale et intellectuelle. Il nous apporte plus qu’une restitution « froide » d’arguments et de mises en perspective. Il progresse dans son exposé en exprimant ses préférences et, parfois, ses doutes. En cela il réactive l’exigence réflexive du « penser avec, penser contre », slogan-titre d’un ouvrage de Gérard Noiriel (Belin, 2003).
Pour celles et ceux qui veulent lire déconnecté, une version PDF est disponible ici : Interdisciplinarité ou invention, CZ, 7 nov. 2015. Bonne lecture !

Qu’est-ce que faire de la socio-histoire[1] ? Comment pratiquer ce type de travail de sciences sociales dans un entre-deux, ou plutôt un « entre-trois » disciplinaire, alors même que la période actuelle des sciences humaines et sociales peut être considérée comme un moment de raidissement et de durcissement  des frontières entre histoire, sociologie, science politique et anthropologie ? De sorte qu’aujourd’hui, on retrouve le constat fait il y a quelques années par un politiste américain réfléchissant à l’état de sa discipline : on est bien dans l’ère des « tables séparées », chaque discipline étant assise seule à une table et « protégeant sa part secrète de vulnérabilité »[2]. D’une manière paradoxale, trois ouvrages publiés presque au même moment il y a une dizaine d’année ont montré la fois la réalité de ce constat et les tentatives, réelles, pour le dépasser.

Quelles sont les conditions de possibilité des échanges entre ces disciplines, quels sont leurs bénéfices et leurs coûts[3] ? À leur manière, les trois ouvrages réunis répondent à cette question, bien que chacun de manière différente et dans des registres très divers ; ils montrent surtout comment s’est inventée et pérennisée une sous-discipline, la socio-histoire, avec ses auteurs, ses objets, ses terrains, ses questions épistémologiques et méthodologiques. Mais aussi avec ses incompréhensions et ses malentendus. Depuis cette période, plusieurs ouvrages ont paru, qui n’ont pas vraiment, me semble-t-il, changé la donne, bien au contraire. Comme je le montrerai dans un certain nombre de notes qui actualisent ce texte, ces prises de position sur la socio-histoire permettent de valider le diagnostic réalisé il y a dix ans[4].

226158_f

Car en réalité, ces trois ouvrages ne parlent pas de la même socio-histoire, ne travaillent pas les mêmes « traditions » sociologiques (avec tous les effets de recomposition plus ou moins mythologique que le recours aux traditions suppose) et proposent en fait au moins deux socio-histoires distinctes. Ainsi, à travers une analyse critique de ces ouvrages, il est possible de montrer au concret comment se construisent, se renforcent et se concurrencent des légitimités disciplinaires et sous-disciplinaires. Les différents ouvrages mettent l’accent sur les rapports sociaux de connaissance et de pouvoir qui participent à l’institutionnalisation des disciplines, non seulement à travers les thématiques qu’ils développent, mais aussi par le fait même qu’ils existent. Développant un discours performatif, ils font advenir ce qu’ils analysent, en l’occurrence la socio-histoire, chacun à sa manière : l’un est un manuel, le second un ouvrage issu d’un colloque, le troisième une analyse fondée sur une recherche de terrain très fouillée. Ouvrons donc ces répertoires de la self-fulfilling prophecy (inter)disciplinaire.

L’analyse critique vise deux plans (relativement) disjoints, à la fois pour ce que disent les livres et ce qu’ils sont. Matérialisant l’état d’un champ de recherche, l’imprimant en quelque sorte, ils montrent où en est la socio-histoire, font le récit des succès, mais aussi parfois des « semi-échecs »[5] d’une posture disciplinaire et méthodologique spécifique. En m’inspirant ainsi des analyses inaugurées par Victor Karady sur l’émergence des sciences sociales au début du XXe siècle, je montrerai que la socio-histoire a pu et peut apparaître dans différentes disciplines, en l’occurrence en sociologie et en science politique, comme une nouvelle offre disciplinaire, promue par un certain nombre d’entrepreneurs scientifiques, qui tentaient au moment de la sortie des ouvrages et tentent (encore, j’y reviendrai) de croiser les approches et de proposer des perspectives pluri- ou interdisciplinaires (le choix des préfixes n’est pas sans conséquences ni arrières pensées) qui pourraient renouveler leur discipline. Mais je voudrai aussi souligner que paradoxalement, c’est dans le cadre d’une discipline institutionnalisée, la science politique, que cette entreprise a réussi, alors même que son succès n’a été que très partiel ailleurs. Dès lors, les avatars de cette approche pluri-disciplinaire ne montrent-ils pas d’abord la force de résistance des frontières entre les différentes disciplines des sciences sociales ?

Un tel travail de sociologie des sciences sociales ne peut être pertinent qu’à partir du moment où il ne se contente pas d’objectiver à la louche son terrain d’enquête, mais qu’il va jusqu’à proposer d’autres perspectives de recherches et d’autres méthodologies. C’est pourquoi il est intéressant de confronter le regard globalisant d’un manuel ou d’un ouvrage collectif à visée méthodologique et épistémologique avec celui d’une enquête fine et concrète qui prend au sérieux des pratiques de recherches liées à l’alliance du travail historique et du raisonnement sociologique. C’est dans ce cadre que se place l’ouvrage d’Eric Phélippeau, exemple concret de ce que peut apporter un travail de type socio-historique en termes de connaissance du politique et de renouvellement des approches et des objets. Il permet de proposer de manière sous-jacente un programme de recherche, ou même, j’y reviendrai, une « formule de recherche » socio-historique.

9782200262273-X_0

Réaliser une telle lecture, à la fois critique et programmatique, plus de dix ans après la parution des ouvrages, a pour objectif et conséquence de prendre position dans un champ, ici celui de la socio-histoire, et constitue en cela un « instrument de l’échange intellectuel » pour reprendre une expression du bel article de Bertrand Müller[6]. Ce type de position surplombante peut être difficile à tenir à partir du moment où j’ai moi-même participé, à la constitution de la sous-discipline ici en jeu, la socio-histoire[7]. Toutes les prises de positions s’articulent à une visée. Ici, ma  volonté de prendre la parole sur ces échanges disciplinaires, ainsi que, dans une perspective institutionnelle, mon propre passage de la science politique à la sociologie (et donc un certain éloignement par rapport à des enjeux directement disciplinaires), ont rendu possible une certaine prise de distance, et non un reniement, d’avec la socio-histoire. C’est dans cette perspective que l’on peut comprendre le double objet de ce texte : à la fois réaliser une première sociologie de ce sous-champ disciplinaire et proposer un certain nombre de leçons épistémologiques et méthodologiques qui peuvent être tirées des ouvrages recensés. Au fond, il ne s’agit là que d’une posture banalement réflexive, qui conduit le chercheur à s’interroger sur les fondements et les logiques de sa recherche[8].

Interdisciplinarité et maintenance des frontières

La prétention à la construction et à la représentation d’intérêts sociaux passe d’abord par la nécessité de les dénommer, puis par un travail de rassemblement et d’homogénéisation autour de ces dénominations[9]. Les chercheurs en sciences sociales contribuent tous les jours à cette production d’identités tout à la fois sociales et scientifiques, et c’est particulièrement le cas quand ils participent à la création d’entités disciplinaires ou sous-disciplinaires, qui « occupent le terrain » scientifique et apparaissent comme des « sortes de synecdoques sociales réussies », pour reprendre le syntagme qu’emploie Michel Offerlé dans ses travaux sur les groupes d’intérêts[10]. Dès lors, il est nécessaire de s’interroger sur les conditions de l’usage par les deux ouvrages généraux (et en laissant de côté pour l’instant le travail d’Eric Phélippeau) du terme « socio-histoire ». Et le moins que l’on puisse dire est que les deux définitions de ce terme sont bien distinctes. Continuer la lecture de Interdisciplinarité ou invention d’une « offre » disciplinaire ? Sociologie, histoire et science politique au risque du croisement disciplinaire

L’en-deçà de l’œuvre : les archives de Georges Duby ou le travail reconstitué de l’historien. Compte rendu et entretien flash avec Patrick Boucheron

À propos de Patrick Boucheron, Jacques Dalarun (dir.), Georges Duby. Portrait de l’historien en ses archives, Paris, Gallimard, 2015.

Les historiens vivent des archives, ils les dépouillent, les consultent, les compulsent, les parcourent, les lisent intensément, les recopient, aussi souvent, et aujourd’hui les capturent à l’aide d’appareils photos numériques de poche. Toutes ces opérations qui vont de la consultation d’un fichier de cotes à l’ouverture d’un carton, en passant par l’attente fiévreuse de la liasse miraculeuse sont leur quotidien, dont Arlette Farge a recomposé les diaprures dans un essai sensible[1]. Mais ses archives à lui, celle de son propre travail, le reliquat de ses lectures, les traces échouées de ses prises de note, les préparations de ses cours, les annotations dans ses livres, qui s’en soucie ? Une nouvelle génération d’historiens se tourne désormais vers les archives de leurs maîtres[2]. Comme un retour sur l’intime d’une pratique qui ne se dit jamais complètement et qui ne se transmet qu’imparfaitement, les archives des historiens font à présent l’objet d’une attention toute particulière.

69137L’ouvrage que dirigent Patrick Boucheron et Jacques Dalarun sur les archives de Georges Duby est à ce titre un condensé exemplaire de ce nouveau travail réflexif. Comme le rappelle opportunément les deux auteurs, les archives sont d’abord une promesse, celle de pénétrer l’en-deçà d’une œuvre ; celle, aussi, de fracturer l’écorce des justifications sur tel ou tel aspect d’un travail historien, dont la sédimentation a profondément déformé les premiers jaillissements. Et Georges Duby n’a pas été avare en confidences sur son écriture et sa façon de travailler : son ouvrage L’histoire continue constituait un modèle de justification ex-post d’un parcours recomposé par les souvenirs et enflammé par une technique d’écriture implacablement séductrice. Voilà l’écueil qu’il fallait donc éviter : reconstruire une « génétique textuelle » (p. 16), c’était congédier l’histoire pour se laisser saisir par le langage.

Le pari réussi du livre est de confronter des historiens à l’archive d’un historien, l’un des leurs donc. De soumettre ce corpus à la critique, d’en découper des zones de signification possibles dans le massif imposant d’une classification qui a parfois perdu ses indexations initiales. Il n’en reste pas moins que les quatre grandes périodes professionnelles de la vie de Georges Duby sont encore bien visibles dans le découpage archivistique actuel : la thèse, l’enseignement et la recherche à Aix-en-Provence, le « temps du Collège de France » (p. 21), puis la retraite. Et les archives d’épouser très différemment ces époques : le Collège de France correspond à une surabondance d’archives, alors que d’autres périodes sont plus sommairement documentées. Ainsi se découpe un objet, « un historien en ses archives », avec ses gisements documentaires plus ou moins abondants selon que l’on considère les époques d’une vie professionnelle des plus riches. Et dans ce détourage, les deux grands fonds d’archives qui ont intéressé les historiens sont les fonds de l’Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine (aujourd’hui conservés à l’abbaye d’Ardenne) et ceux de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence. Les premiers rassemblent les documents que Georges Duby a constitué en archives pendant toute la durée de son enseignement au Collège de France ; les seconds correspondent principalement (mais pas seulement) à sa carrière professorale aixoise. Continuer la lecture de L’en-deçà de l’œuvre : les archives de Georges Duby ou le travail reconstitué de l’historien. Compte rendu et entretien flash avec Patrick Boucheron