Archives par mot-clé : Archives

Faire l’éloge de la grandeur savante vers 1900

Comment s’organisent et sont façonnés les images et valeurs, les stéréotypes et représentations plus ou moins partagés du travail scientifique ?[1] Pour donner quelques éléments de réponse à ces questions qui en amorcent d’autres, je résumerai une série de résultats d’une enquête socio-historique, qui visait à rendre raison de l’élaboration de la « grandeur savante », c’est-à-dire le processus par lequel un ensemble composite de valeurs épistémiques et morales est attribué à des acteurs scientifiques, individuel et collectif. La grandeur s’associe ici à des définitions générales de la persona savante. À l’intersection de l’individuel et du collectif, la notion maussienne de persona révèle la qualification des identités socioculturelles – ici dans les sciences – et les divers rôles endossés par les individus[2]. Parmi les possibles, l’on peut citer les catégories de classement disciplinaire dont le sens peut fluctuer d’un contexte à l’autre (physicien, mathématicien, astronome), les mots identificatoires (savant, homme de science, amateur, etc.), en plus des dispositions éthiques qui cadrent l’exercice de la science (la vocation, le désintéressement, le mérite, l’intégrité morale…). La construction de la persona savante met en récit des allants de soi, des répertoires de symboles et des qualités attendues, et pas n’importe comment, puisque le récit s’inscrit dans le cadre culturel à partir duquel l’image collective du savant est façonnée par ceux-là mêmes qui sont habilités (ou pas, ou peu) à dire ce qu’est la science. Cette fabrique en personne(s) de la grandeur savante, je l’illustrerai par deux études de cas se recoupant dans un même contexte historico-culturel : les éloges funèbres de l’Académie des sciences de Paris et les stéréotypes de la grandeur astronomique à la Belle Époque.

Institut de France (crédits : patrimoine-histoire.fr)
Une science sous la coupole de l’Institut de France (crédits : patrimoine-histoire.fr)

Un mot peut-être, pour expliquer pourquoi je me suis intéressé aux éloges funèbres et, chemin faisant, à la grandeur savante ; car je suis bien conscient que, au premier abord, le sujet est exotique voire quelque peu morbide. Pour ravitailler la base de données prosopographique que j’avais conçue pour les besoins de ma thèse, qui portait sur l’astronomie française sous la Troisième République, j’ai « dépouillé » – comme l’on dit avec délicatesse – des dizaines de dossiers d’anciens membres de l’Académie des sciences. Ces dossiers sont plus ou moins épais, à la mesure de la grandeur du membre de l’Institut ; ils rassemblent et classent les documents selon un ordre invariable : premières notes soumises aux Comptes rendus, campagne pour l’élection, notices sur les recherches en cours, correspondances et, fermant la marche, des documents nécrologiques. Cette dernière catégorie m’a intrigué. J’avais déjà constaté l’usage des oraisons et des éloges funèbres comme sources secondaires dans l’historiographie. Il arrive que des historiens de l’astronomie puisent dans ces récits-fleuves sans toujours en critiquer les sources ni le cours à la confluence du bio- et de l’hagiographique. Or, en examinant plus attentivement ce genre expressif et en particulier ce qu’il révèle des représentations ordinaires de la science la plus légitime, c’est-à-dire celle qu’évalue et thésaurise l’Académie des sciences de Paris, l’idée m’est venue d’en faire la source primaire d’une enquête socio-historique : l’éloge funèbre à la Belle Époque en tant qu’il qualifie, exprime et reconduit la grandeur académique[3]. C’est ce fil d’enquête que je reprendrai aujourd’hui en l’enrichissant : dans une première séquence, je resserrerai l’analyse que j’ai proposée de l’éloge académique dans un article passé inaperçu – et pour cause –, puis j’exposerai trois registres de construction de la grandeur savante dans l’astronomie fin-de-siècle – les registres cassinienprofessionnel et uranien. Continuer la lecture de Faire l’éloge de la grandeur savante vers 1900

Quand le dernier des sociologues aura été étranglé avec les tripes du dernier bureaucrate, aurons-nous encore des « problèmes » ? Le long « mai 68 » des SHS

À propos de Olivier Orain (dir.) « Les “années 68” des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, Paris, Publications de la Sorbonne, n° 26, janvier 2015, 348 p. 

D’un événement l’autre

L’heureuse ressuscitation de la Revue d’Histoire des Sciences Humaines (RHSH), après trois ans d’absence, par la publication de ce numéro ayant pour thème les « années 68 », permet de mesurer la place laissée vacante pour toute entreprise ayant pris pour objet de recherche les sciences humaines et sociales (SHS) en propre. Non pas tant, bien sûr, que nous manquions d’occasions de lire des publications sur « Mai 68 » qu’en raison de la volonté du rédacteur en chef, et principal contributeur du présent titre, le géographe Olivier Orain, d’œuvrer à conserver comme focale une réflexion sur l’historiographie des SHS. À ce titre, il se distingue des approches restituant l’événement au prisme des trajectoires individuelles, du témoignage mémoriel de ses grands acteurs, ainsi que des travaux consacrant ou dénonçant, c’est selon, la symbolique d’une soi-disant « pensée 68 ». S’efforcer de s’attacher à étudier l’histoire des sciences congruente à cet événement – à tout événement aussi prégnant – permettrait donc de se saisir d’un objet chaud qui s’est pourtant au fil des décennies refroidi. Le décalage d’une publication hors année en huit finissant de le banaliser et d’échapper au marronnier éditorial des SHS.

rhshQue ce numéro soit la concrétisation d’un colloque qui s’est tenu justement en 2008 ne doit donc pas minorer l’ambition d’Orain de s’émanciper du carcan commémoratif et de proposer, dans une note conclusive dense de cinquante pages, une réflexion originale sur les rapports d’un événement politique et culturel complexe et les transformations disciplinaires, en l’occurrence ici dans les seules SHS. En ce sens, chacun des contributeurs aura proposé une étude circonscrite apportant à sa façon un éclairage sur ces liens. Cela étant, je préfère restituer les quelques éléments de cadrage développés par Orain nécessaires à la compréhension des enjeux historiographiques sous-tendus, afin d’en relever leurs applications/implications dans les études de cas (en sociologie, géographie, psychiatrie, psychosociologie, en droit ou bien encore en architecture). Continuer la lecture de Quand le dernier des sociologues aura été étranglé avec les tripes du dernier bureaucrate, aurons-nous encore des « problèmes » ? Le long « mai 68 » des SHS

Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

Dans la rubrique « Séminaire » du Carnet Zilsel, hélas sous-alimentée, nous avons surtout repris les minutes du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps. Nous l’avons fait pour une raison simple de proximité, comme il est organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin (disclaimer : rédacteur du présent chapô), avec la complicité de nombreux rédacteurs du Carnet. Pour cette saison 3, le séminaire a porté sur les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Cinq séances se sont succédées depuis l’automne 2014. Lors de la première séance, le 14 novembre 2014, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ont présenté une recherche (interminable !) sur l’histoire sociale et configurationnelle de la sociologie historique des sciences et techniques. Le papier en support de leur intervention sera bientôt publié par la Revue d’histoire des sciences et ils en décriront la lente maturation dans un prochain billet zilselien. La deuxième séance du 19 décembre 2014 nous a transportés dans l’Allemagne du début du 20e siècle. Sur la base d’une recherche intensive dans les archives, Marc Joly (Centre Georg Simmel/EHESS) est revenu sur la naissance de la Société allemande de sociologie, telle qu’elle peut s’analyser à travers les rapports pour le moins compliqués de trois acteurs centraux : Georg Simmel, Ferdinand Tönnies, Max Weber. Comme d’habitude, l’invité était discuté par un collègue spécialiste des questions du jour. Cette séance-là Wolf Feuerhahn (CAK/EHESS) a ainsi donné la réplique. Le 30 janvier 2015, nous avons découvert un étrange objet des sciences juridiques, les « Mélanges ». Notre camarade Laurent Willemez (Printemps/UVSQ) a restitué la rationalité et les codes de ce genre expressif, lequel révèle la structuration sociale et intellectuelle d’une discipline académique, le droit du travail. L’exposé était cette fois discuté par Pierre-Yves Baudot (CESDIP/UVSQ). Le 20 mars 2015, nous avons reçu Christopher Donohue (National Human Genome Research Institute). Les lecteurs-rices du Carnet Zilsel connaissent désormais fort bien son travail. En effet, notre petite équipe s’était mobilisée en décembre 2014 pour échanger avec lui et Will Thomas, les animateurs du blog Ether Wave Propaganda. L’invitation avait vocation à approfondir la conversation transatlantique et transcarnetière. L’intervention de Christopher, iconoclaste et très stimulante, était intitulée «  Why Joseph Agassi is no longer read as much: reflections on the history and present state of the history and sociology of science ». On peut la lire sur EWP en plusieurs parties (ici, , encore ici, enfin là pour finir). Dans l’ultime séance de la saison, le 3 avril dernier, notre camarade de la team Zilsel Volny Fages s’est à nouveau immergé dans la trame tourbillonnaire de sa thèse portant sur les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle. C’était l’occasion de discuter une multitude de problèmes enchevêtrés qui nous concernent au premier chef : reconstruction des « marges » de la science et de l’« autorité socio-épistémique », normativité de l’analyse, positionnement méthodologique de/dans l’enquête, affiliation ou résistance à l’ordre des disciplines, etc. Comme il est de bonne méthode de battre le fer tant qu’il est chaud, nous publierons ci-après le texte à peine retouché et refroidi de Volny.

Il y a environ six mois, la commande était simple et claire : parle-nous de ta thèse et raconte-nous ta manière d’appréhender les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Rien que ça. Toujours plein d’entrain j’ai accepté sans hésiter, me disant qu’il est toujours bon de revenir sur ce que l’on a fait et de tenter d’y mettre un peu d’ordre. Quand je me suis attelé à la tâche, je me suis rendu compte que j’avais probablement été un peu présomptueux et catégorique dans le titre que j’avais alors donné pour mon intervention (pour mémoire : « Entre histoire sociale et sociologie historique, ou comment décrire les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle sans sombrer dans une nébuleuse méthodologique »). Présomptueux d’abord car je me suis bien peu replongé dans mes travaux de thèse depuis trois ans et que le temps passé risque de me rendre parfois un peu imprécis, je m’en excuse par avance. Présomptueux ensuite car malgré mon combat héroïque, durant mes années de thèse, avec mes sources, mes acteurs, mes objets, avec les traditions historiographiques auxquelles il semblait alors naturel que je me rattachasse (j’ai nommé l’histoire de l’astronomie), je ne me suis jamais vraiment posé la question du rattachement ou de la caractérisation disciplinaire de mon travail – objet du séminaire d’aujourd’hui. Qu’étais-je alors en train de faire ? De l’histoire sociale ? C’est l’avis de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme. De la sociologie historique ? Il semblerait que ce soit l’avis de mes camarades du Carnet Zilsel et du séminaire SoS. Je reste, quant à moi, encore aujourd’hui circonspect. Et l’on comprendra sans peine pourquoi dans les développements qui suivent.

Rendre visibles les invisibles

Une historiographie de l’astronomie centrée sur l’étude des héros de l’histoire

En abordant mon travail de thèse, l’idée était d’aller regarder ce qui se passait dans le domaine de la cosmologie en France avant Einstein afin d’interroger le désert supposément identifié par les historiens de la cosmologie (Jacques Merleau-Ponty parle de « docte ignorance »[1]).
Rapidement, il m’est apparu que cette démarche était très largement téléologique et conduisait inévitablement à une impasse. Chercher des traces de cosmologie relativiste avant Einstein, des précurseurs s’interrogeant sur l’origine de l’univers en tant qu’entité globale physico-mathématique était une erreur classique et, j’en fis l’expérience amère, ne pouvait conduire qu’à une absence de résultats.

L'ambiance feutrée de la Bibliothèque de l'Observatoire de Paris (crédits : PSL)
L’ambiance feutrée de la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (crédits : PSL)

Continuer la lecture de Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

Géophilosophie du colonialisme. John Locke et la préhension de l’Amérique

À propos de Matthieu Renault, L’Amérique de John Locke. L’expansion coloniale de la philosophie européenne, Paris, Éditions Amsterdam, 2014.

Qu’il existe une série de rapports complexes, ambigus, dialectiques et/ou contrariés entre la façon de connaître et le lieu où elle se déploie constitue, aujourd’hui, un quasi-truisme en sociologie et en histoire des sciences. « Les savoirs sont produits localement » constitue une antienne bien souvent transmutée en une pure incantation. C’est peu dire que les terrains explorés donnent rarement à voir comment s’agencent concrètement l’implantation géographique et les savoirs. L’ouvrage de Matthieu Renault constitue une heureuse exception. L’angle qu’il a choisi d’explorer – le rapport de Locke au colonialisme américain – lui permet de croiser fermement et subtilement géographie épistémique et géopolitique de la domination. Fermement, parce qu’il ne perd jamais le fil de sa démonstration, même lorsqu’il opère des détours géographiques. Subtilement, parce qu’il s’agit de démêler, dans les lectures antérieures, les impasses ou les brouillages interprétatifs.

coverIl est indispensable de situer les fondements de la philosophie politique de John Locke dans le contexte colonialiste. Matthieu Renault rappelle un fait peu connu et pourtant essentiel : Locke a mené une longue (quoiqu’intermittente) carrière coloniale. Il a ainsi été « secrétaire des lords propriétaire (…) de Caroline (…) » (p. 18). Dans la continuité de cette pratique gestionnaire d’une colonie américaine, il participe à la rédaction des Constitutions fondamentales de la Caroline, en 1669. Le philosophe est également secrétaire du Council of Trade and Foreign Plantations qui règle les conflits entre les deux rives de l’Atlantique au sujet des appropriations de terres. Locke est enfin actionnaire dans deux compagnies commerciales et esclavagistes en direction de l’Amérique et de l’Afrique (p. 19). Pour autant, il n’a jamais mis un pied sur le Nouveau Continent – même s’il a caressé l’idée, lassé qu’il était de la corruption britannique.

Géographie et entendement

Locke parsème ses écrits (et notamment l’Essai sur l’entendement humain) de nombreuses références à la navigation et à la géographie. Cette dernière est en quelque sorte la science initiale, au double sens du mot : elle est celle qui initie la connaissance et celle qui doit être première dans l’éducation des enfants (p. 38). Fondée sur une heuristique de l’ouverture et donc du déplacement par-delà les limites, la géographie symbolise l’idéal d’un décloisonnement des frontières disciplinaires pour viser une « (cosmo)politique des savoirs » (p. 39). Cette question des limites fait retour sur l’océan lui-même : la tentation impériale de l’Angleterre trouve à s’incarner politiquement dans une pratique d’appropriation des masses liquides qui s’articule aux principes d’une connaissance de ces espaces sans propriétaires (reconnus).

Le charme discret du colonialisme. Bacon's Castle, en Virginie (crédits : Alexandra Fomicheva, via Flickr)
Le charme discret du colonialisme. Bacon’s Castle, en Virginie (crédits : Alexandra Fomicheva, via Flickr)

Continuer la lecture de Géophilosophie du colonialisme. John Locke et la préhension de l’Amérique

L’ontologie au village : Montaillou et le « Grand Partage »

Dans l’entretien qu’il a accordé au Carnet Zilsel au printemps dernier, Simon Schaffer proposait d’aller déloger les ontologies partout où l’on ne s’attendrait pas à les voir en action. Loin des laboratoires, des jardins botaniques, des plateformes génomiques ou des observatoires astronomiques, ce serait dans les espaces de confrontations soudaines autour de la subsistance frumentaire qu’il faudrait, par exemple, chercher l’arrière monde structurant les pratiques et les discours des individus, les repères – nombreux, organisés de façon complexe – qui orientent quotidiennement leurs actions. Pari ambitieux, à n’en pas douter, mais qui vaut d’être tenté, parce qu’il impose de se saisir d’objets inhabituels ou inattendus pour la sociologie et l’histoire des sciences. Pari démesuré, également, parce qu’il suppose qu’il soit possible de saisir le code fondamental organisant les modes d’existence.

 ‘The Maastricht Hours’, Liège 14th century (crédits : http://discardingimages.tumblr.com/).
Spinoza : ‘L’homme n’aura jamais la perfection du cheval’ (rockin-k-ranch.fr). Illustration : ‘The Maastricht Hours’, Liège 14th century (crédits : http://discardingimages.tumblr.com/)

C’est cette trame existentielle que Philippe Descola a tenté de mettre au jour dans son maitre-ouvrage Par-delà nature et culture (Descola 2005). En caractérisant l’ontologie comme une certaine manière de considérer les rapports entre humains et non-humains, l’anthropologie propose une grille universelle des liens de physicalité et d’intériorité entre les êtres. Ainsi l’animisme envisage la continuité mentale entre humains et non-humains et leur discontinuité physique. Le naturalisme considère les discontinuités mentales et les continuités physiques. Le totémisme au contraire postule des continuités morales et physiques entre humains et non-humains dont des groupes totémiques entiers se séparent. Enfin, l’analogisme suppose de considérer des discontinuités totales et permanentes entre humains et non-humains, ce qui ouvrent la voie à une série de renvois entre des singularités partout saillantes. On ne cachera que dans le Carnet Zilsel, la disruption humain/non-humain irrite (j’euphémise). Abondamment mobilisée par Bruno Latour dans sa sociologie de l’acteur-réseau, la notion pose un ensemble insoluble de problèmes davantage qu’elle ne permet d’en résoudre : le doublet humain/non-humain est auto-réifiant (ce sont bien les humains qui engagent le partage), la catégorie non-humain comprend des êtres doués d’intentionnalité et d’autonomie relative et des objets inanimés, les modalités d’interaction entre des humains n’est certainement pas comparables (sur bien des points) avec les interactions humains/non-humains… La liste des réserves est quasi sans fin, les réponses aux questions insistantes qui sont posées à cette soudaine subdivision du monde (notamment ce frustre retour à l’hylozoïsme présocratique [Schaffer 1991]) sont pour le moins insuffisantes. Autant le dire clairement, je ne suis pas convaincu par cette bipartition surfaite des « entités » (comment les qualifier lorsqu’on les rapproche ?) peuplant le monde. Mais puisqu’il est possible de mettre à l’épreuve le modèle des ontologies de Philippe Descola, il nous faut intégrer le problème de ces catégories d’humains et de non-humains dans l’épaisseur même de la recherche. Continuer la lecture de L’ontologie au village : Montaillou et le « Grand Partage »