Archives par mot-clé : Controverse

Bernard Stiegler : lost in disruption ?

Bernard Stiegler est depuis quelques années une figure de proue de l’académisme médiatique. Sa voix chaude, traînante et légèrement chuintante est connue des auditeurs de radio – il enchaîne aussi conférences publiques et académiques (300 vidéos sur internet depuis huit ans), en même temps qu’une intense production d’essais (plus de 30 ouvrages depuis 1994).

Le caractère très abondant de cette production nécessiterait une analyse détaillée, portant sur la cohérence et/ou l’évolution de la pensée. Cette analyse ne semble pas avoir été faite puisque le philosophe est reçu (au sens de la réception de ses idées) au fil de l’eau. Côté médias, le rythme intense d’un livre publié tous les 9 mois[1] brouille la ligne de partage entre la promotion d’un ouvrage et l’analyse de fond. On est là dans une forme de « dévoration médiatique »[2] – de l’auteur comme du media lui-même : le rythme de production d’ouvrages s’impose au media, qui ne peut prendre de recul (à supposer que ce soit sa vocation) ; par invitations et tribunes de presse répétées, le media s’auto-dévore, en quelque sorte.

Quant à la réception en milieu universitaire, une question se pose : Stiegler est-il encore un universitaire (ou un chercheur) ? Il semble en fait naviguer depuis quelques années dans cet entre-deux que constitue l’académisme mondain ou « zone médiane », exploitant sa « rente de visibilité »[3] et préoccupé de l’accroître. S’il existe une littérature secondaire à son sujet[4], elle semble plus se rattacher à un phénomène tribal qu’à une réelle analyse critique. Comme souvent, personne ne prend le temps de se pencher de manière critique sur pareille œuvre, et la tâche devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que le temps passe.

« Bernard Stiegler au cours de l’une de ses nombreuses interventions », dans les années 2000 (Source : Wikimedia commons, auteur Joseph Paris)

Peut-être Stiegler a-t-il construit une œuvre philosophique, mais nous voudrions montrer ici que depuis cinq ans, sa parole dans les sphères intermédiaire (telle que mentionnée supra) et médiatique (grand public : radio et conférences) est plus proche de l’idéologie que de la pensée rationnelle, à l’instar d’un Badiou, et comme lui maniant à l’excès jargon et analogies. Son discours récent a quitté les rives de la pensée construite tout en souhaitant s’y rattacher – Stiegler opérant un véritable transfert de légitimité depuis son analyse philosophique (construite, sous réserve d’inventaire) vers un discours politico-médiatique tonitruant, aux fondements peu assurés. Continuer la lecture de Bernard Stiegler : lost in disruption ?

L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s – sa très large majorité à tout le moins –a découvert les déclassements de candidats pourtant retenus après audition lors de la dernière campagne de recrutement du CNRS. Les sociologues de la section 36 en ont fait les frais, tout comme d’autres candidats dans des sections administrées sous l’autorité de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Tout le travail déployé par les jurys d’admissibilité s’est trouvé désavoué in extremis par un jury d’admission dont les critères d’évaluation apparaissent pour le moins discutables et opaques. Une pétition a aussitôt circulé et a recueilli près de 3200 signatures à ce jour et cela alimente la chronique jusque dans les colonnes du Monde. Dans l’article-billet substantiel qui suit, Stéphane Beaud (Professeur de science politique, Université de Paris-Nanterre), Valérie Boussard, Professeure de sociologie, Université de Paris-Nanterre), Romain Pudal (Chargé de recherches au CNRS), membres élus de la section 36 du Comité National du CNRS, ainsi que Christian Topalov (Directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches émérite au CNRS, ancien membre du Conseil scientifique de l’InSHS), proposent une analyse au scalpel de cette très dommageable affaire. Parce qu’il en va de l’autonomie scientifique et professionnelle de nos disciplines, parce qu’en outre – comme l’avancent les auteurs – ces déclassements révèlent l’arbitraire d’un « management autoritaire » et personnel de la recherche, le Carnet Zilsel ne pouvait pas ne pas contribuer à diffuser cette analyse critique qui a l’immense mérite d’exprimer de façon directe, transparente et informée une autre politique de la science : collégiale, appuyée sur des critères d’évaluation explicites et universalisables, indépendante, à distance de la fast science qui fait tant rêver les apparatchiks de la recherche.

Prenons le temps de réfléchir un moment à la grave crise qui secoue le CNRS et, plus précisément, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du fait de l’élimination, pure et simple, par le jury d’admission des quatre sociologues qui avaient été classés, deux mois plus tôt, par le jury d’admissibilité du concours de CR2 (chargés de recherche de 2e classe), à savoir la section 36 du Comité national de la recherche scientifique (droit et sociologie), composée de treize sociologues et de cinq juristes (dont une majorité élus par leurs pairs). Précisons que ces concours de recrutement obéissent aux règles strictes des concours de la fonction publique française avec, dans ce cas, une spécificité : deux jurys distincts dont le second a prééminence sur le premier. Ainsi, le jury d’admissibilité effectue l’essentiel du travail d’évaluation en sélectionnant et classant les candidats reçus, puis un jury d’admission procède à une vérification formelle qui tend presque toujours à valider les résultats du jury d’admissibilité. Il est d’usage au CNRS, en effet, que les jurys d’admission ne modifient qu’à la marge le classement des jurys d’admissibilité, le plus souvent en faisant remonter une personne de la liste complémentaire pour des raisons de politique institutionnelle, notamment pour faire respecter la parité homme/femme dans le concours, ou pour régler un conflit d’intérêts inaperçu. A priori, dans ce qu’on peut appeler la « culture CNRS », il n’y aurait donc rien de choquant dans ces petits déclassements/reclassements qui sont de simples ajustements. De ce fait, depuis que nous alertons nos collègues CNRS, nombre d’entre eux ont tendance, dans un premier temps, à minimiser l’affaire : « Mais ça s’est toujours passé comme ça au CNRS !… Pas d’affolement », ou encore : « le jury d’admission est dans son rôle », rappelant « la légalité de cette instance », sans trop s’attarder sur sa légitimité à bouleverser le travail d’évaluation des collègues composant le jury d’admissibilité.

On ne peut leur donner raison ! Car l’ampleur du déclassement pratiqué cette année à l’encontre de la section 36 est inédite : quatre sociologues classés sont passés à la trappe sans compter que – cerise sur le gâteau – un poste si rare, si cher, de chargé de recherche (2e classe) a été perdu par cette opération du jury d’admission. Tout montre le caractère exceptionnel de l’affaire. Cette fois-ci, le jury d’admission de l’InSHS s’est, tout simplement, substitué au jury d’admissibilité du Comité national. Il s’agit là, sans aucun doute, d’un fait sans précédent dans l’histoire du CNRS. Soulignons enfin que si cette affaire suscite tant d’émoi chez les sociologues et dans l’ensemble du monde de la recherche en France et à l’étranger (la pétition en cours a recueilli plus de 3000 signatures), c’est qu’elle constitue une extraordinaire atteinte au principe fondamental de « l’évaluation par les pairs »[1]. C’est bien ce qui explique l’ampleur de la mobilisation collective en cours : une ligne rouge a été franchie par la direction de l’InSHS.

Outrepasser les frontières (crédits : CNRS)

Nous allons procéder en plusieurs temps. Tout d’abord, exposer les faits, entrer dans la mécanique de gestion du CNRS pour décrypter l’implacable logique du pouvoir qui a été à l’œuvre dans cette affaire et énoncer ses enjeux (sections 1 et 2). Dans un second temps, essayer d’expliquer les facteurs qui font que c’est la sociologie qui est ici (encore ! lassante habitude…) en première ligne (section 3). Ensuite, analyser la portée des arguments mobilisés par la direction du CNRS pour justifier sa décision (sections 4, 5 et 6). Enfin, montrer en quoi cette affaire doit être analysée comme un symptôme du nouveau management de la recherche publique en France et, notamment, de sa tendance autoritaire, incarnée de manière caricaturale par la personne même du directeur de l’InSHS (ultime section 7). Continuer la lecture de L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

Réponse à Marc Joly

Dans un billet précédent paru sur le Carnet Zilsel, Marc Joly répondait au compte rendu de son ouvrage La révolution sociologique que Jean-Louis Fabiani venait de faire paraître sur le site En attendant Nadeau. Le propos y est vif et tranchant. Au tour de Jean-Louis Fabiani de répondre à la réponse. Inutile d’en rajouter : aux lecteurs/lectrices de reprendre le dossier (i.e. de lire l’ouvrage) et de se faire leur propre opinion. Commentaires bienvenus !
La rédaction

Le lecteur qui n’aurait en main que les critiques très violentes que M. Joly adresse à mon compte rendu pourrait être conduit à penser qu’il est négatif. Il n’en est rien. J’ai salué à plusieurs reprises les qualités de son ouvrage, et je l’ai encouragé à développer son point de vue de manière plus systématique et plus raisonnée. Je rappelle ici ma conclusion : « Ce compte rendu est donc à la fois admiratif et critique. Si Marc Joly est loin d’avoir corroboré sa thèse, il l’a proposée avec une telle audace et une telle vivacité intellectuelle qu’on doit lui savoir gré d’avoir partagé ses riches dossiers et sa verve polémique, tout en témoignant de l’air du temps, qui est plus tardien que durkheimien ».

J’apparais dans son texte, qui me semble témoigner d’une violence inutile, et sans doute, à terme, contre-productive, comme un individu « aux abois » qui n’a rien compris à la sociologie des sciences. Ce n’est pas la réputation que j’ai dans d’autres cercles que le sien, et si j’ai beaucoup de respect pour le travail des gens de Zilsel, je ne pense pas pour autant qu’ils aient le monopole de la compétence. Si j’aime la controverse, je déteste la police de la pensée, laquelle me semble gagner au sein des jeunes générations. Je crois que mon travail plaide pour moi : je suis convaincu que mon compte rendu restera comme une évaluation sérieuse et que M. Joly aura bien vite oublié son coup de colère.

Nous sommes l’un et l’autre sociologues, et il ne m’en voudra pas si, en passant, je fais un peu de sociologie du champ sociologique contemporain. Continuer la lecture de Réponse à Marc Joly

Réponse à Jean-Louis Fabiani

La révolution sociologique que vient de publier Marc Joly aux Éditions La Découverte est une somme importante. L’auteur envisage sous un jour nouveau l’avènement de la sociologie au tournant de 1900, sur la base d’un corpus d’archives riche et varié. Il n’esquive pas la critique des allants de soi de l’historiographie et, plus encore, les tentatives parfois désespérées de philosophes de reprendre le dessus devant l’essor d’un nouveau régime de pensée scientifique qui, en fait selon son analyse, sape les fondements de leur autorité intellectuelle. Parce que la thèse et la démonstration sont tranchantes, la probabilité que l’ouvrage suscite une discussion vive est grande. Dans le concert des comptes rendus favorables – disclaimer n° 1 : l’un de nous y a participé dans les colonnes de l’Humanité –, le compte rendu de Jean-Louis Fabiani paru sur le site En attendant Nadeau apporte son lot de dissonances et de points de divergence. Néanmoins, Marc Joly n’est pas d’accord – pour dire le moins – avec les critiques formulées par Jean-Louis Fabiani, et c’est pourquoi il a transmis à la rédaction d’En attendant Nadeau une réponse argumentée. La longueur du texte l’a rebutée. Sans plus attendre, Marc Joly a eu la bonne idée de proposer ce texte à la rédaction du Carnet Zilseldisclaimer n° 2 : il a contribué et contribuera encore à l’avenir à la revue Zilsel. Nous sommes ravis de le publier parce que nous estimons que les échanges longs et argumentés, fussent-ils sans complaisance ou âpres, sont la condition même d’une vie intellectuelle saine. Depuis 2013, l’exercice de la note critique est d’ailleurs l’une des activités privilégiées du Carnet Zilsel, et c’est une des bonnes raisons pour lesquelles nous avions pris le temps de lire La sociologie comme elle s’écrit, livre de notes critiques de Jean-Louis-Fabiani. S’il le désire, Jean-Louis Fabiani (précision n ° 1 : nous l’avons averti au préalable) peut nous transmettre une « réponse à la réponse », afin de clore l’échange.
Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

Je remercie Jean-Louis Fabiani d’avoir pris le temps de lire mon ouvrage La Révolution sociologique. De la naissance d’un régime de pensée scientifique à la crise de la philosophie (XIXe-XXe siècle) et d’en faire le compte rendu. Je suis néanmoins obligé de réagir aux multiples déformations que celui-ci comporte, et je suis très reconnaissant à l’équipe du Carnet Zilsel de m’en donner la possibilité.

Un sociologue peut-il proposer une reconstruction cohérente des prises de position philosophiques vis-à-vis des sciences et livrer une interprétation valable des textes philosophiques eux-mêmes ? Tout, dans les jugements de valeur de Fabiani à mon encontre (« brouillon », pas « clair », « caricature », « confus », etc.), témoigne que c’est pour lui inconcevable. Or je crois avoir démontré que c’est faisable et utile (qu’il s’agisse, par exemple, de Rickert, de Jaspers, de Merleau-Ponty ou de James). De même, aucun lecteur de bonne foi ne jugera que je « réhabilite » Tarde – constamment situé eu égard aux positions qu’il occupait dans une pluralité d’espaces de relations, et analysé comme un « personnage de transition » – et je vois difficilement ce qui peut conduire à conclure que j’« occulte » la dimension idéologique des débats intellectuels suscités par l’aliénisme, la criminologie, la psychologie scientifique et la sociologie à la fin du XIXe siècle (cf. les deux premiers chapitres de La Révolution sociologique et en particulier les p. 36-41 et 66-75). J’ajoute enfin que Durkheim est très présent dans mon étude et que cette omniprésence est d’autant plus significative que je n’ai pas centré mes recherches sur cet auteur. Cela confirme, si besoin est, le bien-fondé de la théorie des « champs » : les tenants de la « psychologie sociale » et du « spiritualisme », sur lesquels je me suis attardé, constituèrent autant de fronts en lutte contre la posture d’autonomie scientifique de la sociologie symbolisée par Durkheim (et autant de fronts contre lesquels lutta ce dernier pour rendre légitime une telle posture). Lorsqu’il se demande pourquoi Gaston Richard et Paul Lapie, deux compagnons de route de L’Année sociologique séduits par la « psychologie sociale » (ou, plus précisément, tentés par la fermeture sous les auspices de la « psychologie sociale » du champ naissant des sciences sociales), « sont convoqués dans une enquête sur une révolution scientifique à laquelle ils n’ont visiblement pas pris part », Fabiani passe à côté des implications méthodiques de la notion de « champ ». Pourquoi « ressusciter », en effet, Lapie et Richard (outre Tarde), mais aussi Daniel Essertier, Georges Palante, Raoul de la Grasserie, etc. ? Pas pour le plaisir de l’érudition. Nullement pour « réhabiliter » des figures injustement oubliées. Mais parce que cela m’est apparu, progressivement, comme le meilleur moyen : 1. de faire comprendre, via l’accent mis sur des processus de déclassement et de reclassement, l’ampleur d’un remodelage des pratiques de production des connaissances et des modes de pensée ; 2. d’insister sur la dimension existentielle de l’engagement (et du refus d’engagement) dans le jeu des sciences humaines et sociales (et, donc, d’éclairer la logique de ce dernier). Continuer la lecture de Réponse à Jean-Louis Fabiani

L’épistémologie dans le trou noir

« One reason Hamann chose to write in this [obscure] fashion was to affirm stylistically his opposition to the superficial clarity of contemporary philosophical writing. He thought that his dense and epigrammatic style corresponded better to the inherent mystery and complexity of things than did the superficially polished and elegant style prevalent in his day. »
Garrard, Counter-Enlightenments. From the eighteenth century to the present, London, Routledge, 2006.

Avant-propos[1]

  « N’ayons pas peur de nos adversaires. Ceux, en particulier, qui me détestent parce que je cite Éluard, Genet, Woolf, Pasolini et Artaud plutôt que de faire la simple et unique apologie d’une physique omnipotente. Parce que je tente d’instiller un peu de poétique dans le scientifique. Parce que je pose des questions qui décadrent parfois… Ils ne sont pas plus puissants, ils sont juste plus méchants. »
  Aurélien Barrau, Facebook, 2016.

Lorsque nous avions quitté Aurélien Barrau dans un précédent article[2], il était physicien, auteur d’ouvrages de vulgarisation scientifique – mais surtout pas vulgarisateur –, et même apprenti philosophe[3]. Nous le retrouvons aujourd’hui docteur en philosophie, par la grâce d’une thèse[4] soutenue le 20 janvier 2016, en Sorbonne, sur les pensées de Jacques Derrida et Nelson Goodman. Il est également apprenti épistémologue, comme l’atteste l’essai De la vérité dans les sciences qu’il vient de publier aux Éditions Dunod[5]. En parallèle de ces métamorphoses, la présence médiatique du cosmologue postmoderne – ou de l’« astrophysicien de gauche »[6], c’est selon  – a continué de croître, ce qui montre que, malgré les retours positifs sur notre premier article, il nous faut poursuivre l’effort critique. Notons d’ailleurs que l’intéressé n’a pas répondu publiquement à nos arguments. L’unique exception à ce silence est, à notre connaissance, ce petit paragraphe « chipé » en juin dernier sur son « mur » Facebook et que nous nous sommes permis de reproduire comme épigraphe du présent avant-propos… un paragraphe qui force l’admiration dans le registre du hors-sujet. Bravant le risque de l’acharnement thérapeutique, nous revenons à la charge[7], saisissant l’occasion d’examiner plus en détail une question que nous avions soulevée dans « Aurélien Barrau, phobosophe »[8], sans avoir tout à fait les éléments pour y répondre : quelle est la position épistémologique d’Aurélien Barrau ? Nous avions conclu que sa volonté de réfléchir aux questions définitoires à propos de la science était décrédibilisée par sa tendance à invoquer les grilles de lecture « philosophiques » – ou, phobosophiques, à notre avis – les plus douteuses, comme certains passages particulièrement « légendaires » de Deleuze et Guattari, qui avaient attiré l’œil mi-furieux, mi-amusé d’Alan Sokal et Jean Bricmont il y a près de vingt ans dans Impostures Intellectuelles[9]. Dans un registre voisin, nous avions également buté sur l’étonnement (d’une naïveté elle-même étonnante) de M. Barrau vis-à-vis des critiques essuyées par Bruno Latour pour ses versions jusqu’au-boutistes du constructivisme de la connaissance.

Conférence d’Aurélien Barrau à Guibeville, en 2009 (source : http://astrobreuillet.free.fr/autre.php?id=60)
Conférence d’Aurélien Barrau à Guibeville, en 2009 (source : http://astrobreuillet.free.fr/autre.php?id=60)

C’est donc avec une certaine appréhension que nous nous sommes lancés dans la lecture de la thèse et de l’essai. C’est peu dire que nous en sommes ressortis avec nos craintes confirmées : à travers ses écrits et, s’inscrivant en cela dans la tradition postmoderne qu’il fétichise, M. Barrau met, pour ainsi dire, la charrue normative avant les bœufs épistémologiques. C’est ainsi qu’il écrit, avant d’amorcer la conclusion de son mémoire de doctorat :

« L’ennemi, si l’on peut dire, n’est pas véracité de la vérité mais la rigidité – presque cadavérique – qu’elle impose au système qu’elle régule. La vérité n’est pas un argument, elle se place en amont pour neutraliser le débat à venir. Elle répond avant la question. »[10]

Où l’on voit donc que, non seulement Aurélien Barrau se revendique – sans en clarifier la nature – d’une version populaire du « scepticisme foucaldien »[11], mais de surcroît, il se fend d’assertions sur la connaissance qui ne sont pas sans rappeler celle du maître qu’il s’est inventé. La revendication n’est donc pas qu’une bravade : pour notre apprenti épistémologue, la vérité « impose », elle « neutralise ». Cette vérité, en (peut-être grande) partie néfaste d’après l’auteur, est-elle une obsession récurrente de la « dialectique de l’un et de l’ordre » ? C’est ce qui paraît en recoupant les récents travaux d’Aurélien Barrau. Dans la sect. 1, nous examinerons comment il se propose de critiquer cette dialectique, armé des œuvres de Jacques Derrida et Nelson Goodman. Dans De la vérité dans les sciences, Aurélien Barrau fait également feu de tout bois en ce même sens de « déconstruction » de la vérité, comme illustré par le passage suivant, situé dans la Conclusion de l’ouvrage :

« Suivre aveuglément la vérité (qui est nécessairement celle d’une culture, d’une époque, d’une civilisation, d’un système de croyance, d’un choix de rapports spécifiques au réel…) sans questionner ce qui l’établit peut être aussi dangereux que de l’ignorer. La science est une manière de faire un monde, parmi d’autres possibles. Elle est cohérente et convaincante, elle est belle et rationnelle, mais n’entretient pas nécessairement de lien privilégié avec la vérité ou avec l’en-soi du réel. »[12]

Nous verrons dans la sect. 2 comment ces deux paragraphes, qui résument les deux thèses centrales du livre (la contingence de la science pour le second paragraphe, sa violence potentielle pour le premier), y sont défendues. Ces deux thèmes – largement repris dans la thèse – s’articulent l’un à l’autre, nous le comprendrons progressivement, de la manière suivante : pour Aurélien Barrau, l’exigence de vérité est menaçante et même violente, il est donc de toute évidence « bon » qu’elle soit – d’après lui – contingente à un choix que nul n’est vraiment tenu de faire. Continuer la lecture de L’épistémologie dans le trou noir