Archives par mot-clé : Critique

La ville, lieu (de la) critique ?

À propos de Cécile Gintrac et Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.

C’est peu dire que la géographie urbaine critique est un champ de recherche particulièrement bouillonnant. Profitant des entreprises de croisement multiples favorisées par la montée en puissance des « studies » sur les campus anglo-saxons, l’honorable discipline géographie en a profité pour muter sous diverses formes. Parallèlement à cet éclatement (tout relatif[1]) des espaces disciplinaires classiques, les transformations politiques des années 1960 et 1970 reconfigurent les possibilités d’un discours académique critique et radical, même si ces deux termes recouvrent des positionnements très variés. L’ouvrage dirigé par Cécile Gintrac et Matthieu Giroud est une anthologie d’articles et de chapitres de géographes anglo-saxons et allemands dont les travaux ont porté sur la ville. Cette coupe dans l’épaisseur de la géographie urbaine est – nécessairement – un peu arbitraire, même si la logique des choix qu’opèrent les directeurs de l’édition est parfaitement lisible : postcolonial studies, marxisme et études féministes fixent les points de repères du type de critique mis en œuvre pour comprendre les transformations contemporaines de la ville. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont rassemblé des textes chronologiquement étalés dans le temps, ce qui donne à voir les déplacements successifs de la géographie critique ; ils ont également associé dans le volume des auteurs de générations différentes mais très souvent liés entre eux par des rapports académiques parfois étroits (Don Mitchell est l’étudiant de Neil Smith qui est lui-même le doctorant de David Harvey, figure tutélaire planant sur tout l’ouvrage). Difficile de situer les travaux critiques français sur la mappemonde des géographies radicales (le pluriel s’impose car très clairement toutes les radicalités ne s’organisent pas dans le même plan) et l’on ne s’étonnera pas, donc, de ne trouver aucun auteur français dans l’anthologie.

71QwK+SYrYLL’ouvrage offre donc une vue d’ensemble (avec ses biais et ses points aveugles, c’est inévitable) sur un type de recherche géographique, que l’on pourrait caractériser – en première approximation – comme une géographie instruite des rapports de domination et consciente des efforts analytiques à accomplir pour se défaire du discours commun réifiant sur le monde tel qu’il est. La géographie, comme toutes les sciences sociales, mais peut-être plus que d’autres, est tout particulièrement susceptible de tomber dans le piège d’un surlignement du réel (qu’on cache parfois pudiquement sous le nom de « terrain », terme commode pour parfois contourner les obstacles politiques et épistémologiques). Sans y prendre garde, on en vient vite à naturaliser l’espace, à prendre pour des évidences toute une série de constructions humaines situées, sédimentées dans des histoires sociales et culturelles plus ou moins longues et ressortissant de jeux de pouvoir complexes. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont bien raison de pointer la nécessité de penser aussi « contre l’espace » (p. 15). Car c’est cette fausse évidence d’un quotidien toujours inscrit dans la spatialité (urbaine en l’occurrence) qu’il faut sans cesse combattre et contre laquelle les outils d’analyse doivent être suffisamment fins pour décrire des échelles géographiques diverses et, en même temps, suffisamment puissants pour prendre dans ses rets des phénomènes aussi massifs que la néolibéralisation des pratiques immobilières ou la criminalisation du territoire par le droit.

Afin de donner à entrevoir (sans l’épuiser) la richesse du livre, je propose de situer quelques-uns de ses chapitres le long de deux axes qui donnent à voir l’amplitude des coordonnées critiques choisies par les éditeurs. Continuer la lecture de La ville, lieu (de la) critique ?

Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (2/2)

In the second part of our interview, Christopher Donohue and Will Thomas discuss the possibilities offered by scientific blogging. Despite the usefulness and heuristicity of writing posts (clarifying theoretical or empirical aspects of a research that has just started, moving forward in the exploration of new objects of study, facilitating the flow of fresh ideas, interacting with other scholars, and so on), they both point out the fact that this activity is still far from being considered a legitimate part in an academic career. And at the same time, it requires a significant investment in time, energy, collective coordination and discussion. So there is something of a dilemma in the pursuit of this cognitive aspiration, and we thought it was useful, even essential, to reopen the interview on this issue. We also wished to ask what is their position towards the idea and practice of debate and open criticism (organized skepticism, in Robert K. Merton’s terms) within the academic world, given that we still think that it’s easier to engage in critical thinking and discussions in the US than in France. Another thing: like the Carnet Zilsel, EWP has its obsessions. The long series of posts written by Will on Simon Schaffer’s oeuvre is a good example. For its part, Christopher took the opportunity of this interview to announce the forthcoming publication of a series on Joseph Agassi, a now totally forgotten philosopher of science. (We also take this occasion to publicize that Chris will give a talk on Agassi in the Sociology of Science [a.k.a. “SoS”] Seminar of the Printemps, on March 20, 2015.) To sum up, we are delighted to have caused this interesting transatlantic conversation, and we hope that the discussion will continue for the coming years!

Even today, it seems that researchers are cautious about the idea of being involved in a scientific blog. It is true that it takes time and, above all, that this sort of contribution is not taken into account in the academic CV. This blurs the boundaries between ordinary usual scientific contribution evaluated within the peer-review system (which represents a huge temporal investment), and the desire to popularize and communicate on topics in a much more spontaneous manner. What is your position on these issues? How do they resonate in the United States? Could we say that it challenges the professional ethos of researchers?

Will Thomas (WT): Blogs can be a distraction if you’re not self-disciplined enough to budget your time, and I don’t think they can be anything other than a supplementary item on a CV, simply because of the lack of peer review involved. But they can also be a good investment in terms of their ability to help develop ideas. Alex Wellerstein’s blog is really great at this.

Interestingly, I think that due to universities’ emphasis on documenting “impact”—as well as the “evangelical” streak running through the humanities (i.e., the belief that ultimately research should speak to a public need for humanistic ideas)—the popularization function of blogs is fairly well accepted by now. I can’t think of any instances where I’ve heard someone look down on that. (Again, Alex has had great success in addressing the public, though he does have the advantage of writing about nuclear weapons!)

(credits: Charlie Broome, via Flickr)
Give Me a Keyboard and I will Raise a Blog (credits: Charlie Broome, via Flickr)

The biggest barrier, I think, is that many senior scholars look on blogging as something that is beneath their dignity. In my experience, scholars are reluctant to let people see what they are doing before their ideas are well polished. When they do write for blogs, one definitely gets the sense that they are mounting the lectern rather than talking off-hand, and calling attention to questions about details they don’t know the answer to. They want to project a kind of knowing authority. They might also have a sense that Internet discussions always get invaded by trolls, which is not my experience when you’re working in a specialized area. I think even the ugliness of the word “blog” may have something to do with it—it’s easy to disdain. This is too bad because there are at least some senior scholars, who I think could make good use of the medium. Their participation would do a lot to integrate it into the scholar’s accepted toolkit. Continuer la lecture de Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (2/2)

Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche

Cet article part d’une minuscule anicroche, une de celles qui émaillent régulièrement le microcosme académique. Une petite chicanerie sans conséquence, que chacun va vite renvoyer à son insignifiance. Mais qui mérite pourtant qu’on y revienne et qu’on s’y arrête, du fait justement de l’insignifiance à laquelle chacun souhaite la renvoyer.

Un colloque doit bientôt être organisé autour de la question de la rationalité scientifique contemporaine, et l’argument l’annonçant évoque « l’audience croissante du relativisme sociologisant dans les milieux de décision [qui] accompagne aujourd’hui l’encouragement à la recherche à court terme au détriment d’une recherche moins finalisée mais porteuse d’avenir ». Le coup est parti sur les listes de diffusion. Aussitôt, dans les antichambres électroniques, on s’étonne de tant de simplisme, on s’indigne. Que signifie ce « relativisme sociologisant » ? Et quel rapport avec la science ? Et comment peut-on oser rapprocher ce « relativisme sociologisant » de la mesquinerie comptable du « nouveau management » de la recherche (Vilkas 2009), sachant les luttes menées par les sociologues et les historiens – tous probablement « relativistes » – contre l’emprise de la pensée marchande sur la pensée scientifique ? N’y a-t-il pas là un raccourci paresseux, voire un contre-sens honteux ? Et puis comment peut-on imaginer que ce « relativisme sociologisant » puisse avoir l’oreille des « décideurs » (en admettant qu’une telle catégorie ait un sens) ?

Et rapidement, ce sont les Science and Technology Studies (STS) qui entrent en scène, pour tout de suite protester de leur innocence, et réclamer que l’on revienne à des choses plus sérieuses. Et tout aussi rapidement le sujet s’épuise, et chacun retourne à ces choses plus sérieuses.

crédits : http://horizon2020projects.com/).
La recherche en mode (2) Euro Millions (crédits : http://horizon2020projects.com/)

C’est que le relativisme, dans le champ des STS, est un sujet sensible, au point d’en devenir fantomatique. Y penser toujours, n’en parler jamais. On peut encore, bien sûr, avec ces manières dont le monde académique a le secret, exorciser ce spectre à coup de discours savants. Mais s’en inquiéter vraiment, et examiner cette inquiétude, c’est aujourd’hui presque une faute de goût, une grossièreté. Le relativisme ne doit plus être un sujet pour les STS aujourd’hui. Il ne l’est d’ailleurs plus vraiment depuis une quinzaine d’année. C’est que la dernière fois qu’il en fut vraiment question, ça n’a pas laissé de bons souvenirs. La « guerre des sciences » a déjà presque vingt ans, mais elle laisse encore un goût de cendre. La blague de potache d’un physicien facétieux (Sokal 1996) a tourné à l’avalanche d’invectives, à la bagarre collective, et tout le monde s’en est retourné un peu sale, un peu barbouillé. Et depuis, comme ces vieilles disputes familiales qu’on préfère oublier en s’imaginant que le temps en fera son affaire, on évite juste le sujet. On s’agace, on hausse les épaules lorsque le vieil oncle remet ça sur la table au moment du gigot dominical, et puis on passe vite à autre chose. Et ça suppure tranquillement. Continuer la lecture de Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche

L’État, la nature et le capital : le triptyque infernal. Compte rendu et entretien flash avec Razmig Keucheyan

Il est rare, pour ne pas dire exceptionnel, qu’un essai de sociologie politique dise, en quelque 200 pages, l’essentiel d’une époque. C’est le cas du très beau livre de Razmig Keucheyan, dont le titre et le sous-titre annoncent d’emblée les couleurs (rouge/vert) : La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique. Ni plus, ni moins, le défi à relever consiste à rendre raison du rapport que nous entretenons avec la nature (le « nous » renvoyant pour l’essentiel à l’Occident moderne dans ses développements les plus divers).

La nature est un champ de bataille. Essai d'écologie politique, Paris, La Découverte, coll. Zones, 2014
La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, coll. Zones, 2014

On sait les débats contemporains sur l’ontologie naturaliste particulièrement vifs, mais la thèse radicale de Keucheyan permet de l’éclairer sous un jour nouveau. En règle générale, l’ontologie naturaliste est vue comme une certaine conception occidentale sur « la nature », séparée des pratiques humaines. Dans cette coupure fondamentale se verrait le rapport d’instrumentalisation de l’homme sur son environnement et sa capacité à produire son cadre de vie, ses modes d’explication du monde et ses principes politiques. Keucheyan travaille assez différemment le problème de l’ontologie naturaliste en introduisant et en assumant un questionnement marxiste pour aborder la crise environnementale contemporaine. C’est une option théorique forte qui particularise ce projet dans la littérature existante. Partant du principe, rappelé en son temps par Walter Benjamin, que le « capitalisme ne mourra pas de mort naturelle », Keucheyan suit les différents points d’appuis d’une écologie totalement prise dans les rapports capitalistes de domination. Il ne s’agit plus de savoir si l’homme-occidental-moderne est séparé de « la Nature » dans sa façon de la construire, de s’approprier ou de l’utiliser (c’est le sujet d’innombrables dissertations chargées de renvois à Descartes, il fallait s’en déprendre), mais de penser le capitalisme comme un fait anthropologique total auquel n’échappent ni l’homme ni la nature, quels que soient les rapports qu’ils entretiennent l’un avec l’autre. Le renversement est ici d’importance, puisqu’à distance (raisonnable) d’une histoire environnementale qui n’en finit pas de s’auto-délimiter en permanence, prise qu’elle est par la nécessité d’affirmer sa différence épistémologique et professionnelle, l’ouvrage de Keucheyan propose un cadrage tout à la fois sociologique et politique des transformations écologiques actuelles. Parce que l’on comprend assez vite qu’il y a urgence, l’auteur fait bien de ne pas perdre de temps à surjustifier son propos. Il confronte le lecteur fissa au genre de processus délétères qu’on aurait certes tort de laisser à la seule considération des (rares) chercheurs qui s’y intéressent. Continuer la lecture de L’État, la nature et le capital : le triptyque infernal. Compte rendu et entretien flash avec Razmig Keucheyan