Archives par mot-clé : Enquête

Note critique sur le mot « technoscience »

Dans la précédente « Note historique », nous avons montré que le néologisme « technoscience » ne revenait ni à Latour (1987) ni à Hottois (1977). Ce mot a été inventé dans l’immédiat après-guerre et a été utilisé une vingtaine de fois entre 1946 et 1976. Si l’on ajoute à ces premières occurrences, celles qui sont documentées entre 1977 et aujourd’hui (Hottois in Goffi 2006 : 21-38), on dispose d’un ensemble assez complet de significations pour passer de la recension bibliographique à l’étude critique de la notion.

Cette recension fait apparaître sept objections principales auxquelles cette note est consacrée.

1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini

La recension des usages du mot « technoscience » entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui montre que le mot a deux référents principaux :

1/ La « totalité des sciences et techniques », définie dans une perspective écologique (Clement 1965 ; Caldwell et DeVille 1968 ; Caldwell, DeVille, Lindesmith et Schuchman 1969 ; Bandurski 1973) ou, plus fréquemment, dans la perspective utilitariste (Lasswell 1946 ; Roherty 1960 ; LeRoy Collins 1964 ; Blissett 1972 ; Rosenthal 1973 ; Werskey 1975 ; Lambright 1976 ; Suttmeier 1977).

2/ Le « génie chimique » (Durandet 1960), le « génie industriel » (Castellano 1965) et, par extension, les « sciences de l’ingénieur » ou les « sciences de la conception » (Kwa in Nordmann 2011), c’est-à-dire le bloc des disciplines qui produisent des connaissances en fabriquant des objets nouveaux. Le génie ne représente évidemment qu’une part de la totalité des sciences et des techniques.

(source : blogging4jobs.com)
Savoir faire tampon (source : blogging4jobs.com)

Continuer la lecture de Note critique sur le mot « technoscience »

Note historique sur le mot « technoscience »

Le terme « technoscience » connaît une certaine popularité dans l’étude des sciences (philosophie, sociologie et histoire des sciences). Dominique Raynaud propose d’en examiner les attendus et les enjeux dans une mise au point en deux temps. Dans ce premier billet, il propose une approche historique qui tend à montrer que ce néologisme n’a pas été inventé par Bruno Latour (1987) ou Gilbert Hottois (1977). Citations et coups de sonde bibliographique à l’appui, il en date l’apparition dans l’immédiat après-guerre. Cela résout le problème d’attribution. Une deuxième note explorera les significations que le mot « technoscience » a revêtu entre 1946 et aujourd’hui, et tentera de restituer les objections auxquelles le mot a été confronté.

Cette note se propose d’étudier la signification et la portée du mot « technoscience », qui jouit depuis une trentaine d’années d’une certaine popularité dans l’étude des sciences et des techniques. Le mot, qui met en relief l’« intrication » (entanglement)[1] ou le « tissu sans couture » (intervowen fabric) entre sciences et techniques, semble, en première approximation, se justifier du fait que les sciences contemporaines ont été le théâtre de mutations importantes : mise en place de vastes organisations de recherche, lancements de programmes internationaux, développement des rapports entre science et industrie, intervention croissante de l’État dans la gestion des organismes de recherche.

Ne sachant pas a priori si la technoscience est un « concept », une « catégorie » ou une « notion », j’ai adopté la plus grande réserve en la qualifiant provisoirement de « mot ». Ses significations seront étudiées à l’aide de méthodes historiques : nous rechercherons ses premières occurrences dans la littérature et préciserons le sens qu’il a dans chaque contexte.

Le problème d’attribution

Les sociologues des sciences et techniques attribuent généralement le terme « technoscience » à Latour (1987). C’est, dit Latour au cours des années 1980, « un paquet fabriqué par certains chercheurs pour résoudre des problèmes de priorité, de préséance, de responsabilité et d’étiquette, pour exclure le travail de ceux qui ne portent pas de blouse blanche et pour couronner quelques lauréats du prix Nobel » (1987 : 282). Le terme a été repris par beaucoup de collaborateurs, directs ou indirects (Stengers 1997 ; Haraway 1997[2] ; Law et Mol 2000 ; Law 2002 ; Nowotny et Weiss 2000 ; Nowotny et Felt 2002 ; Anderson 2002 ; Pickering 2003 ; Barnes 2005).

Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)
La technoscience, c’est pas sorcier ! Vintage Chemistry Sets 34 (crédits : Windell Oskay, via Flickr, 2013)

Continuer la lecture de Note historique sur le mot « technoscience »

L’effet sofistique

À propos de Marco Vidal, Fist, label « Zones », Éditions La Découverte, 2015, 156 p.

« C’est précisément là que doivent intervenir les exercices spirituels, afin d’opérer peu à peu la transformation intérieure qui est indispensable. Nous ne possédons aucun traité systématique qui codifierait un enseignement et une technique des exercices spirituels. Pourtant les allusions à telle ou telle de ces activités intérieures sont très fréquentes dans les écrits de l’époque hellénistique et romaine. Il faut bien en conclure que ces exercices étaient bien connus, qu’il suffisait d’y faire allusion parce qu’ils faisaient partie de la vie quotidienne des écoles philosophiques, qu’ils faisaient donc partie d’un enseignement oral traditionnel. »
Pierre Hadot, Exercices spirituels, Paris, Albin Michel, 2002, p. 24-25.

Le chaînon manquant 

Ce livre, qui ne traite pas de la pugilistique (ainsi que le laisserait croire l’image en couverture), on le doit en partie à Jean-Luc – heureuse anagramme – dont l’entretien au début des années quatre-vingt dans le magazine « Gaipied » a suscité l’émoi chez notre auteur. Il est la matrice de toutes ses interrogations, de tous ses fantasmes à propos du fist fucking. À la fois initiateur et expert. C’est la représentation de Jean-Luc et sa chaîne chromée de deux mètres cinquante de long et de trois kilos, introduite aux heures de dragues nocturnes au ras de l’anus, que l’on va retrouver tout au long de cette enquête.

téléchargementCar Marco Vidal, le nom d’emprunt de ce « professeur de philosophie, écrivain et critique », nous annonce-t-on d’emblée, entend empoigner la formule de Michel Foucault, pour qui le fist fucking représente la seule véritable innovation sexuelle de l’époque moderne. Confronté à cette déclaration péremptoire, l’étonnement de Vidal est double. Tout d’abord, les pratiques sexuelles n’ont cessé de se renouveler au travers de développements technologiques (téléphone, Internet…) qui sont sans doute plus significatives de notre contemporanéité, comme on dit. Et puis, quoi ? A-t-il réellement fallu attendre l’aménagement des backrooms du célèbre club de San Francisco « Les Catacombes », ce « temple du trou du cul », selon la restitution qu’en fait Gayle Rubin (dont la Fistinière représenterait l’importation locale ?), pour que s’instaure et s’institutionnalise une nouvelle pratique[i] ? Continuer la lecture de L’effet sofistique

Les forteresses vides du pouvoir. Architecture et politique dans l’Italie de la Renaissance

À propos du livre de Patrick Boucheron, De l’éloquence architecturale. Milan, Mantoue, Urbino (1450-1520), Paris, Éditions B2, 2014, 68 p.

C’est une évidence qu’il est parfois nécessaire de rappeler : l’architecture est un exercice politique majeur. Il n’est de monumentalité qui ne soit adossée à une certaine idée de la puissance d’agir. Par-delà ce qui semble être un truisme, le dénouage du couple architecture-politique s’avère néanmoins plus complexe : où commence l’intention politique ? Où s’arrête l’exercice du gouvernement ? Est-ce dans l’assemblage des blocs de pierre que se loge le pouvoir de dire ou de faire ? Est-ce dans le parcours imposé par les espaces découpés et cloisonnés que l’on trouve la force d’une autorité qui conduit les pas là où elle le souhaite ? Ces questions ne sont pas aisées à trancher. Car à chaque époque, le jeu d’équilibre entre la construction des palais, des temples ou des forteresses et le type de politique menée n’a cessé d’évoluer. Investissant la place, le bref ouvrage de Patrick Boucheron se propose de clarifier l’ordre du monumental dans la politique italienne de la Renaissance. Plus exactement, il envisage trois villes, Milan, Mantoue et Urbino et (donc) trois formes d’architectures spécifiques du pouvoir. Que se passe-t-il de 1450 à 1520 dans ces cités italiennes qui traduisent une « éloquence architecturale » particulière ? Quelles formes politiques viennent soudain se coaguler dans des pratiques d’édification voisines (sans être semblables) d’une ville à l’autre ?

La forme (politique) d’une ville

de-l-eloquence-architecturalePatrick Boucheron commence son enquête en suivant la piste des recommandations du célèbre architecte Leon Battista Alberti. Ce dernier, dans son traité De re aedificatoria paru en 1452, reliait explicitement la beauté d’un monument et l’intimidation qu’il pouvait susciter. Le pouvoir, en embellissant les lieux qu’il occupe, produit une sorte d’invulnérabilité. Bien sûr, rien dans l’histoire politique et architecturale ne confirme cette proposition théorique. Et la prose mordante d’un Machiavel viendra dissiper ces songes illusoires d’une beauté monumentale intouchable. Quelque chose de fondamental s’est joué dans l’Italie de la Renaissance qui, plus tard, touchera tous les États européens. Une certaine conception du pouvoir, inscrite dans la pierre et les agencements spatiaux, s’est construite durant cette période avant de s’étendre à d’autres contrées. Le paradoxe – résumé dans le vers d’Horace que cite Patrick Boucheron : « La Grèce conquise conquit son vainqueur farouche » – réside dans le fait qu’il est nécessaire de bien saisir comment la politique architecturale péninsulaire s’est établie pour comprendre ensuite quel type d’absolutisme opèrera dans l’Europe moderne. Continuer la lecture de Les forteresses vides du pouvoir. Architecture et politique dans l’Italie de la Renaissance

La ville, lieu (de la) critique ?

À propos de Cécile Gintrac et Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.

C’est peu dire que la géographie urbaine critique est un champ de recherche particulièrement bouillonnant. Profitant des entreprises de croisement multiples favorisées par la montée en puissance des « studies » sur les campus anglo-saxons, l’honorable discipline géographie en a profité pour muter sous diverses formes. Parallèlement à cet éclatement (tout relatif[1]) des espaces disciplinaires classiques, les transformations politiques des années 1960 et 1970 reconfigurent les possibilités d’un discours académique critique et radical, même si ces deux termes recouvrent des positionnements très variés. L’ouvrage dirigé par Cécile Gintrac et Matthieu Giroud est une anthologie d’articles et de chapitres de géographes anglo-saxons et allemands dont les travaux ont porté sur la ville. Cette coupe dans l’épaisseur de la géographie urbaine est – nécessairement – un peu arbitraire, même si la logique des choix qu’opèrent les directeurs de l’édition est parfaitement lisible : postcolonial studies, marxisme et études féministes fixent les points de repères du type de critique mis en œuvre pour comprendre les transformations contemporaines de la ville. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont rassemblé des textes chronologiquement étalés dans le temps, ce qui donne à voir les déplacements successifs de la géographie critique ; ils ont également associé dans le volume des auteurs de générations différentes mais très souvent liés entre eux par des rapports académiques parfois étroits (Don Mitchell est l’étudiant de Neil Smith qui est lui-même le doctorant de David Harvey, figure tutélaire planant sur tout l’ouvrage). Difficile de situer les travaux critiques français sur la mappemonde des géographies radicales (le pluriel s’impose car très clairement toutes les radicalités ne s’organisent pas dans le même plan) et l’on ne s’étonnera pas, donc, de ne trouver aucun auteur français dans l’anthologie.

71QwK+SYrYLL’ouvrage offre donc une vue d’ensemble (avec ses biais et ses points aveugles, c’est inévitable) sur un type de recherche géographique, que l’on pourrait caractériser – en première approximation – comme une géographie instruite des rapports de domination et consciente des efforts analytiques à accomplir pour se défaire du discours commun réifiant sur le monde tel qu’il est. La géographie, comme toutes les sciences sociales, mais peut-être plus que d’autres, est tout particulièrement susceptible de tomber dans le piège d’un surlignement du réel (qu’on cache parfois pudiquement sous le nom de « terrain », terme commode pour parfois contourner les obstacles politiques et épistémologiques). Sans y prendre garde, on en vient vite à naturaliser l’espace, à prendre pour des évidences toute une série de constructions humaines situées, sédimentées dans des histoires sociales et culturelles plus ou moins longues et ressortissant de jeux de pouvoir complexes. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont bien raison de pointer la nécessité de penser aussi « contre l’espace » (p. 15). Car c’est cette fausse évidence d’un quotidien toujours inscrit dans la spatialité (urbaine en l’occurrence) qu’il faut sans cesse combattre et contre laquelle les outils d’analyse doivent être suffisamment fins pour décrire des échelles géographiques diverses et, en même temps, suffisamment puissants pour prendre dans ses rets des phénomènes aussi massifs que la néolibéralisation des pratiques immobilières ou la criminalisation du territoire par le droit.

Afin de donner à entrevoir (sans l’épuiser) la richesse du livre, je propose de situer quelques-uns de ses chapitres le long de deux axes qui donnent à voir l’amplitude des coordonnées critiques choisies par les éditeurs. Continuer la lecture de La ville, lieu (de la) critique ?