Archives par mot-clé : Etudes sociales du spatial

Étudier le global, bille en tête

À propos de Sebastian Vincent Grevsmühl, La Terre vue d’en haut. L’Invention de l’environnement global, Paris, Éditions du Seuil, collection « Anthropocène », 2014, 375 p.

« L’image, effet-représentation dans et par ses signes, représente par traces et marques, la force : délégations de force, les signes ont moins valeur cognitive comme représentants de concepts que valeur pathique et esthétique comme signaux et indices, « représentants » de force, dans lesquels à notre tour, nous les tard-venus, les glosateurs, nous ne connaîtrons la force de l’image qu’en reconnaissant ses effets (au titre des pouvoirs de l’image) et ce, moins sur l’image même dotée d’une telle force que dans les textes, les énoncés qui, tout au long de l’histoire, en racontent et en étudient les effets, en réglementent le domaine d’exercice, en spécifient ou en constatent les développements et les influences. »
Louis Marin, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p.14-15.

L’agentivité des images

La Terre vue d’en haut que nous propose  Sebastian Grevsmühl porte sur le « global ». Plus précisément la restitution de la représentation de l’« environnement global » dans le contexte géopolitique de la Guerre froide. Mais puisque son objet est « le global », il fallait bien qu’il intègre tout cela dans un cadre culturel plus englobant encore. C’est en procédant à une démarche d’historien des sciences culturaliste, façon Peter Galison (Galison 2005), qu’il arrive par exemple à montrer comment la conquête du spatial et la recherche du contrôle de l’environnement et de la prévision climatique ont été intimement mêlées à une culture visuelle nouvelle – faite de perpendicularité et de fragmentation – qui s’est instaurée au moment de la Première Guerre mondiale ou comment l’Antarctique est devenu le marqueur planétaire pour des missions de colonisation spatiale. Par ce culturalisme, nous voilà au cœur de la globalisation, l’interdépendance (d’éléments scientifiques, politiques, architecturaux, artistiques, ou bien encore littéraires) joue à fond ses rôles interprétatif et explicatif d’un phénomène donné.

9782021111293Ce qui m’a tout d’abord intéressé dans son travail, c’est le souci qu’il accorde aux cultures matérielle et visuelle associées à son objet. En effet, il aurait été facile de limiter la portée des pouvoirs des images à leurs propriétés illustratrice ou spectaculaire d’un texte ou d’un discours pré-constitué. Or par cette étude, il entend intégrer le champ interdisciplinaire (ou pluridisciplinaire, je ne sais plus vraiment comment le dire) des « études visuelles en Science and Technology Studies (STS) », qui suscite un intérêt croissant, notamment dans les mondes anglophone et germanophone[i], bien que non déterminé au regard de la multiplication des intitulés le concernant, vis-à-vis duquel les représentations ou visualisations scientifiques sont prises au sérieux, au sens où elles font quelque chose. Cette prise au sérieux n’est pas monolithique mais s’établit sur un gradient. Dans le cas du travail de Sebastian Grevsmühl, la question ontologique, telle que mise en œuvre par Alfred Gell (1998), n’est par exemple pas abordée ; il préfère, à la suite de Norton Wise, considérer les visualisations scientifiques comme faisant partie intégrante d’une « épistémologie matérialisée[ii] ». L’essentiel de la problématique que l’auteur s’efforce d’étayer vise à rendre compte de l’assemblage complexe d’éléments visuels, matériels et métaphoriques (dont chacun est pris dans une épaisseur historique particulière) par lequel son objet, l’« environnement global », peut advenir. Ainsi comprise, l’image ne vient pas après coup illustrer des arguments scientifiques préétablis ; elle produit au contraire du sens et de l’intelligibilité qui participent pleinement à leur formulation et à leur détermination.

La démonstration qu’il propose me paraît fonctionner en trois temps : la question de la globalisation en histoire des sciences, l’émergence de la préoccupation environnementaliste et la visualisation scientifique de l’« environnement global »… pris globalement. Cette démonstration est restituée au travers de la mise en série de configurations et d’assemblages locaux, faisant intervenir des acteurs aussi bien scientifiques, militaires, politiques, architectes, qu’artistes ou utopistes. Ce faisant il nous rappelle, pour reprendre la formule de Marc Abélès, en conclusion de son étude sur la globalisation, que le global se comprend par le local et, qu’au final, tout se tient (Abélès 2008). Continuer la lecture de Étudier le global, bille en tête

L’évidence du point de vue satellisé (1)

Application Google Earth sur Android
Application Google Earth sur Android

La dissémination d’images satellites dans les médias et la prolifération d’innombrables applications techniques dans la vie quotidienne (géolocalisation par GPS, applications de smartphones, Google Earth…), ainsi que la publication de plus en plus soutenue d’ouvrages et d’articles de spécialistes sur la question m’ont donné envie de publier une série de billets tirés d’un rapport de recherche qui somnolait sur mon disque dur. Il y est précisément question du statut, de la production et de la mise en circulation de ces images. Rédigé en 2011 en collaboration avec Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, EHESS) dans le cadre d’un contrat de recherche financé par le Centre National d’Études Spatiales (Cnes), ce rapport d’une centaine de pages visait à tester l’efficace d’une sociologie pragmatique sur le thème à spectre large de l’appropriation sociale des données satellitaires[1]. Comment ces dernières sont « domestiquées » par une variété de communautés d’utilisateurs ? Quels changements induisent-elles dans la perception de la réalité ? Quelle en est la valeur ? Parmi la gamme des données analysables à l’aune de cette problématique, les images étaient les plus accessibles et les plus visibles. Leur interprétation sémiologique pouvait faire émerger de nouveaux problèmes sur l’acculturation des données issues de la technologie satellite. C’est en somme une ligne d’enquête classique de la sociologie des usages des techniques, qu’il s’agissait de mettre à l’épreuve d’un nouveau corpus d’objets.

Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)
Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)

Pour les étudier, on peut naturellement s’appuyer sur la sociologie et l’histoire des techniques astronautiques, en particulier des techniques d’imagerie par télédétection, mais aussi à la sémiologie, à la philosophie, à l’histoire de l’art et ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui les « études visuelles » (visual studies). Ces croisements peuvent donner de beaux résultats. On peut mentionner, parmi les publications les plus récentes, le très « visuel » ouvrage de Laura Kurgan, Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics (MIT Press, 2013). Professeure d’architecture à Columbia University, l’auteure explore avec force images le genre de représentations que les technologies satellites contribuent à engendrer (images, bases de données, GPS, systèmes d’information géographique, spatio-cartes, vues synoptiques offertes par Google Earth) et à diffuser à l’échelle de la planète au moyen notamment des satellites de télécommunication. Depuis les premiers satellites de reconnaissance en opération durant la Guerre froide (cas classique de Corona) jusqu’à l’omniprésence actuelle des images satellites issues des systèmes d’observation à haute-résolution du type SPOT (en France, depuis 1986) ou Quickbird et Ikonos (USA), les exemples ne manquent pas. Laura Kurgan s’arrête notamment sur l’effet de représentation des images produites au moment de la guerre du Golfe (1991), au Kossovo (1999) ou à Manhattan au lendemain du 11 septembre 2001. Dans ces exemples, le flottement est manifeste entre ce qui relève de l’observation et de la surveillance, et il est intéressant d’étudier comment les images sont parlées ou surinterprétées pour servir des fins très terre à terre. On se souvient de l’usage fait par Colin Powell à l’ONU en 2003 d’images supposées objectiver la possession d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein. La transparence, souligne Laura Kurgan après Lisa Parks[2] (p. 24-29), était toute relative ; opaques, ces représentations révélaient les manipulations sémiotiques et les montages rendus possibles par cette view from nowhere orbitale. En résumé, Close Up at a Distance passe en revue les différents aspects et la dynamique de diffusion du « régime visuel » institué par ces techniques de télédétection. Ce livre comme d’autres récemment publiés[3] permettent ainsi de prendre toute la mesure de ces fictions de réalité qui frappent la rétine.

Continuer la lecture de L’évidence du point de vue satellisé (1)