Archives par mot-clé : Etudes visuelles

Le vît est obtus. Ce que les porn studies font aux sciences sociales

À propos de Florian Vörös (ed.), Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2015.

Les porn studies n’ont pas surgi dans un complet désert bibliographique. Les études historiques, sociologiques et anthropologiques sur la sexualité sont nombreuses depuis les travaux pionniers de Margaret Mead sur les Samoans. Même si l’histoire de la sexualité s’est longtemps confondue avec une histoire de la reproduction, les approches culturalistes ont permis de dépoussiérer la chose et de donner une épaisseur toute somatique aux tremblements érotiques de la chair. De Foucault à Lacqueur, le croisement des pratiques sexuelles et des investissements politiques n’a cessé d’interroger. C’est donc sur ce substrat particulièrement riche que les porn studies sont apparues. Dans le grand mouvement nord-américain de découpages thématiques en « studizes » parfois réduites à la taille d’un confetti, l’obscénité sexuelle et ses représentations médiatiques ont peu à peu été quadrillées par des questionnements sociologiques, anthropologiques et historiques des plus pertinents. Il en résulte aujourd’hui un foisonnement théorique et empirique tel qu’il est n’était pas inutile de produire une anthologie raisonnée (à défaut d’être raisonnable) des porn studies. Le parti pris de Florian Vörös est de n’esquiver aucun des débats politiques et méthodologiques traversant les études sur la pornographie et, dans le même temps, d’assumer des choix clairs. En ouvrant cette anthologie sur une réflexion (empruntée à Linda Williams) concernant le double du terme « obscénité » (à la fois ce qui est vulgaire et ce qui est « placé hors de la scène » [p. 5]), Florian Vörös indique nettement le parti pris des choix effectués : saisir les lignes de transgressions sans hésiter à les nommer comme telles. Je suivrai d’ailleurs la voie qu’il propose en conservant au mot « obscène » sa double signification la rendant – en pratique – imperméable aux tentatives de réification.

editions-amsterdam-cultures-pornographiques-florian-voros-394x591La pornographie (et les études qui en cernent les productions et les manifestations) est en effet par son objet même (les sexualités présentées dans une obscénité plus ou moins travaillée) soumis à un régime de haute tension morale. Florian Vörös rappelle que les « sex wars » opposait une ligne féministe anti-porno qui voyait dans l’analyse critique de la pornographie une justification potentielle des dominations dont celle-ci est porteuse, à une ligne tout aussi féministe mais persuadée que c’est l’exploration rigoureuse des conditions sociales et historiques d’émergence de la pornographie qui sont la condition du dévoilement des structures de pouvoir engrammées. L’anthologie qu’a rassemblée Florian Vörös est axée sur cette deuxième voie. Avec cette idée lancinante que les porn studies pourraient permettre à un discours argumenté des sciences sociales de venir faire pièce au traditionnel couplet « médico-pyschologique » (p. 16). Cette ambition politique et méthodologique présente l’intérêt de déplacer les termes quelque peu dépassés des « sex wars ». En voulant « ouvrir la boîte noire du mainstream » (p. 18), les études pornographiques féministes présentées dans l’ouvrage ne se limitent pas à une (indispensable) exploration des marges et de leurs potentialités émancipatrices. Il s’agit aussi bien d’aller voir dans la machinerie phallo-centrée et capitaliste la plus sombre que de signaler les tentatives de récupération libérale du développement sexuel personnel. La question économique est venue déborder les traditionnelles interrogations culturelles sur les représentations. Le retour d’un certain souci des conditions de production et de réception accompagne une analyse féministe et antiraciste de la pornographie. De ce point de vue, l’anthologie tient toutes ses promesses. Les textes les plus essentiels de la thématique porn sont présentés dans des traductions de qualité. On notera en particulier un effort tout particulier pour rendre aux articles et chapitres une fluidité qui paraît tout de suite plus évidente en anglais qu’en français. Je propose d’explorer quelques-uns des aspects qui m’ont semblé les plus saillants. Continuer la lecture de Le vît est obtus. Ce que les porn studies font aux sciences sociales

Étudier le global, bille en tête

À propos de Sebastian Vincent Grevsmühl, La Terre vue d’en haut. L’Invention de l’environnement global, Paris, Éditions du Seuil, collection « Anthropocène », 2014, 375 p.

« L’image, effet-représentation dans et par ses signes, représente par traces et marques, la force : délégations de force, les signes ont moins valeur cognitive comme représentants de concepts que valeur pathique et esthétique comme signaux et indices, « représentants » de force, dans lesquels à notre tour, nous les tard-venus, les glosateurs, nous ne connaîtrons la force de l’image qu’en reconnaissant ses effets (au titre des pouvoirs de l’image) et ce, moins sur l’image même dotée d’une telle force que dans les textes, les énoncés qui, tout au long de l’histoire, en racontent et en étudient les effets, en réglementent le domaine d’exercice, en spécifient ou en constatent les développements et les influences. »
Louis Marin, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Éditions du Seuil, 1993, p.14-15.

L’agentivité des images

La Terre vue d’en haut que nous propose  Sebastian Grevsmühl porte sur le « global ». Plus précisément la restitution de la représentation de l’« environnement global » dans le contexte géopolitique de la Guerre froide. Mais puisque son objet est « le global », il fallait bien qu’il intègre tout cela dans un cadre culturel plus englobant encore. C’est en procédant à une démarche d’historien des sciences culturaliste, façon Peter Galison (Galison 2005), qu’il arrive par exemple à montrer comment la conquête du spatial et la recherche du contrôle de l’environnement et de la prévision climatique ont été intimement mêlées à une culture visuelle nouvelle – faite de perpendicularité et de fragmentation – qui s’est instaurée au moment de la Première Guerre mondiale ou comment l’Antarctique est devenu le marqueur planétaire pour des missions de colonisation spatiale. Par ce culturalisme, nous voilà au cœur de la globalisation, l’interdépendance (d’éléments scientifiques, politiques, architecturaux, artistiques, ou bien encore littéraires) joue à fond ses rôles interprétatif et explicatif d’un phénomène donné.

9782021111293Ce qui m’a tout d’abord intéressé dans son travail, c’est le souci qu’il accorde aux cultures matérielle et visuelle associées à son objet. En effet, il aurait été facile de limiter la portée des pouvoirs des images à leurs propriétés illustratrice ou spectaculaire d’un texte ou d’un discours pré-constitué. Or par cette étude, il entend intégrer le champ interdisciplinaire (ou pluridisciplinaire, je ne sais plus vraiment comment le dire) des « études visuelles en Science and Technology Studies (STS) », qui suscite un intérêt croissant, notamment dans les mondes anglophone et germanophone[i], bien que non déterminé au regard de la multiplication des intitulés le concernant, vis-à-vis duquel les représentations ou visualisations scientifiques sont prises au sérieux, au sens où elles font quelque chose. Cette prise au sérieux n’est pas monolithique mais s’établit sur un gradient. Dans le cas du travail de Sebastian Grevsmühl, la question ontologique, telle que mise en œuvre par Alfred Gell (1998), n’est par exemple pas abordée ; il préfère, à la suite de Norton Wise, considérer les visualisations scientifiques comme faisant partie intégrante d’une « épistémologie matérialisée[ii] ». L’essentiel de la problématique que l’auteur s’efforce d’étayer vise à rendre compte de l’assemblage complexe d’éléments visuels, matériels et métaphoriques (dont chacun est pris dans une épaisseur historique particulière) par lequel son objet, l’« environnement global », peut advenir. Ainsi comprise, l’image ne vient pas après coup illustrer des arguments scientifiques préétablis ; elle produit au contraire du sens et de l’intelligibilité qui participent pleinement à leur formulation et à leur détermination.

La démonstration qu’il propose me paraît fonctionner en trois temps : la question de la globalisation en histoire des sciences, l’émergence de la préoccupation environnementaliste et la visualisation scientifique de l’« environnement global »… pris globalement. Cette démonstration est restituée au travers de la mise en série de configurations et d’assemblages locaux, faisant intervenir des acteurs aussi bien scientifiques, militaires, politiques, architectes, qu’artistes ou utopistes. Ce faisant il nous rappelle, pour reprendre la formule de Marc Abélès, en conclusion de son étude sur la globalisation, que le global se comprend par le local et, qu’au final, tout se tient (Abélès 2008). Continuer la lecture de Étudier le global, bille en tête

Cet obscur objet du désir

À propos de François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014.

« À l’encontre des postures précédentes où prédomine la pulsion de mort, on peut repérer un autre groupe de postures axées sur la jouissance libidinale ou la satisfaction érotique (érotisation de la recherche et de ses “objets”). Le “choix de l’objet” est donc ici la quête d’un plaisir sexuel, que celui-ci prenne sa source dans des “objets” ou des choses (fétichisme, scatophilie), dans le moi propre du chercheur (auto-érotisme, narcissisme), dans des espèces animales ou des êtres “monstrueux” (zoophilie, bestialisme, nécrophilie) ou dans d’autres êtres humains (hétérosexualité, homosexualité, pédophilie, bisexualité). Ici aussi, évidemment, Éros est plus ou moins associé à Thanatos, car il y a une dimension mortifère dans l’auto-érotisme et même l’amour orgastique absolu évoque la perte de conscience : la “petite mort”. Dans ces postules ce n’est pas la haine de l’“objet”, la volonté de l’agresser, de le détruire, de l’anéantir, qui guide la recherche, mais l’amour de l’“objet”, l’attrait qu’il provoque, la séduction qu’il exerce, en sachant aussi que l’amour et la haine sont dans une relation ambivalente (union des contraires et possibilité de transformation en leur contraire). On distinguera là trois postures : l’auto-érotisme, la captation et la fusion. »
Magali Uhl et Jean-Marie Brohm, Le Sexe des sociologues. La perspective sexuelle en sciences humaines, Bruxelles, La Lettre volée, 2003 : 84.

J’avais proposé à mes camarades du Carnet Zilsel de réaliser la recension de cette publication dès son annonce sur les réseaux sociaux, sans avoir clairement d’avis sur l’objet introduit. Cette Introduction aux Porn Studies que nous propose François-Ronan Dubois accompagnait et guidait idéalement la sortie au début de l’année 2014 de la première revue académique dédiée aux porn studies, en même temps qu’était offerte au lectorat francophone la traduction d’un ouvrage référence sur la représentation de la sexualité sur les écrans (Linda Williams, Screening Sex, Paris, Capricci, 2014 [éd. originale Duke University Press, 2008]). À défaut de trouver une rime aussi riche pour 2014 qu’avec 2013, reconnaissons que ce début d’année est bien celui des publications sur la pornographie[1].

61556Pour moi qui m’intéresse principalement aux études cinématographiques, le terme « porn studies » renvoie irrémédiablement aux travaux de Linda Williams, professeur de rhétorique et d’études filmiques à l’université de Berkeley (où enseigne également Judith Butler, dont il sera question dans le carnet ces prochaines semaines). Ses travaux m’ont toujours semblé attachés à ce domaine des études cinématographiques qui, elles-mêmes, s’inscrivent dans l’histoire de la représentation politique des corps, du désir et de la jouissance[2]. Même lorsqu’elle a publié en 2004 chez Duke UP son Porn studies, la ligne éditoriale m’a paru claire. Les auteurs de cet ouvrage collectif ne cherchaient pas à débattre de la nature de la pornographie mais entendaient avant toute chose faire part de leur expérience d’enseignement et de recherche à partir de matériaux visuels pornographiques (il reste assurément à ce jour l’un des témoignages les plus explicites à propos des conditions pratiques et matérielles de la recherche sur et par le cinéma). Le rapprochement de la pornographie et du cinéma (i.e. l’interrogation sur la limite) est régulièrement débattu ; la place du regard et du réalisme vis-à-vis de la représentation sexuelle à l’écran a ainsi été dernièrement vivement interrogée (et célébrée) à l’occasion de la sortie de films dans le circuit de distribution en salles mainstream (notamment les deux volumes de Nymphomaniac de Lars Von Trier, L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche…). Sinon, hormis les films, il y a bien eu dans mon parcours universitaire la lecture enthousiaste des travaux « méta-éthiques » de Ruwen Ogien et ceux, plus spécifiquement juridiques, de Marcela Iacub (la Iacub d’avant les cochonneries dans Libé), de la casuistique en somme, or de telles réflexions ne portaient pas sur le « porn » mais bel et bien sur la pornographie. Les autres travaux, par exemple sociologiques ou ethnographiques, ne me paraissent pas s’adresser particulièrement aux chercheurs en études pornographiques : Le Travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013) est une excellente enquête de la sociologie du travail et des professions (bibliographie à l’appui). Autre temps, autres mœurs de la recherche ? De manière biaisée, je comptais sur la publication de François-Ronan Dubois pour m’éclairer, non pas sur l’objet « porn » en propre, mais sur le prétendu domaine des porn studies.

Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir

L’évidence du point de vue satellisé (2)

science et vieLes images satellites : un avant et un après

Dans le billet précédent, nous avons « vu » combien les images satellites sont omniprésentes. Elles ne cessent de paraître et d’imprimer la rétine. Tenez, le dernier hors-série de Science & Vie vient à nouveau confirmer l’attractivité de ce médium. Le titre, rien que le titre, annonce déjà la formule : « Spécial Terre, en trente ans, tout a changé : la preuve en 100 images satellites ». Dans l’édito titré « La vision du monde », la rédaction prend acte de la versatilité et de l’extra-lucidité de cet « œil », de ces « images qui disent mieux que personne à quel point notre monde a changé. (…) Nettes et sans appel, les réponses [des satellites] sont plus précises que nos souvenirs d’enfance et les témoignages des anciens. À elles toutes, ces images nous font prendre conscience de la puissance de l’empreinte que les sept milliards d’hommes imposent à leur planète. (…) » (p. 3) Une fois explicité le fonctionnement de cet implacable point de vue orbital, le sommaire déroule quantité de thèmes. Rien n’échappe donc aux capteurs embarqués. Ils attestent la progression inexorable des grandes métropoles, l’assèchement de grandes zones humides, la déforestation, la fonte des glaces arctiques, etc. Les vues avant/après sont confondantes et laissent peu de doutes. Dans un autre registre, ces vues sont également utilisées dès après le surgissement d’une catastrophe de grande ampleur. Par exemple au lendemain du passage du typhon Haiyan qui a dévasté des régions entières des Philippines, ces premiers clichés ont été mis en circulation sur les sites Internet des grands journaux, comme le Los Angeles Times.

"Satellite Photos of Japan, Before and After the Quake and Tsunami", NYT, 15 mars 2011
« Satellite Photos of Japan, Before and After the Quake and Tsunami », NYT, 15 mars 2011

J’avais déjà repéré en 2011 l’efficacité de ces techniques visuelles à l’époque de l’enquête réalisée avec les camarades du GSPR. Le site internet du New York Times publiait dès le 13 mars 2011 des clichés avant/après diffusé par Google Earth and Maps, à partir de données acquises par GeoEye-1. Ils rendaient visibles les dégâts engendrés par le séisme survenu deux jours auparavant au moyen. Le même jour, le site d’ABC News dévoilait une animation interactive à partir des mêmes clichés. En déplaçant le curseur de la souris sur l’image, l’internaute s’inclut virtuellement dans le scénario de la catastrophe : il peut inverser le cours temporel (passer de l’après à l’avant), risquer des va-et-vient (avant/après/avant, etc.), ou encore balayer l’image superposée à la façon du tsunami. Sur l’incontournable carnet Culture visuelle, André Gunthert a aussitôt perçu le pouvoir de révélation de ce dispositif médiatique : « La comparaison est saisissante, et la vision des zones côtières comme nettoyées par la vague permet de saisir l’ampleur d’un désastre que les premières images avaient paradoxalement banalisé et atténué. »[1] En effet le montage meut l’image, il réalise d’une certaine façon le projet de l’image-mouvement et crée les conditions d’une perception originale de la temporalité de l’événement.

Continuer la lecture de L’évidence du point de vue satellisé (2)

L’évidence du point de vue satellisé (1)

Application Google Earth sur Android
Application Google Earth sur Android

La dissémination d’images satellites dans les médias et la prolifération d’innombrables applications techniques dans la vie quotidienne (géolocalisation par GPS, applications de smartphones, Google Earth…), ainsi que la publication de plus en plus soutenue d’ouvrages et d’articles de spécialistes sur la question m’ont donné envie de publier une série de billets tirés d’un rapport de recherche qui somnolait sur mon disque dur. Il y est précisément question du statut, de la production et de la mise en circulation de ces images. Rédigé en 2011 en collaboration avec Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, EHESS) dans le cadre d’un contrat de recherche financé par le Centre National d’Études Spatiales (Cnes), ce rapport d’une centaine de pages visait à tester l’efficace d’une sociologie pragmatique sur le thème à spectre large de l’appropriation sociale des données satellitaires[1]. Comment ces dernières sont « domestiquées » par une variété de communautés d’utilisateurs ? Quels changements induisent-elles dans la perception de la réalité ? Quelle en est la valeur ? Parmi la gamme des données analysables à l’aune de cette problématique, les images étaient les plus accessibles et les plus visibles. Leur interprétation sémiologique pouvait faire émerger de nouveaux problèmes sur l’acculturation des données issues de la technologie satellite. C’est en somme une ligne d’enquête classique de la sociologie des usages des techniques, qu’il s’agissait de mettre à l’épreuve d’un nouveau corpus d’objets.

Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)
Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)

Pour les étudier, on peut naturellement s’appuyer sur la sociologie et l’histoire des techniques astronautiques, en particulier des techniques d’imagerie par télédétection, mais aussi à la sémiologie, à la philosophie, à l’histoire de l’art et ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui les « études visuelles » (visual studies). Ces croisements peuvent donner de beaux résultats. On peut mentionner, parmi les publications les plus récentes, le très « visuel » ouvrage de Laura Kurgan, Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics (MIT Press, 2013). Professeure d’architecture à Columbia University, l’auteure explore avec force images le genre de représentations que les technologies satellites contribuent à engendrer (images, bases de données, GPS, systèmes d’information géographique, spatio-cartes, vues synoptiques offertes par Google Earth) et à diffuser à l’échelle de la planète au moyen notamment des satellites de télécommunication. Depuis les premiers satellites de reconnaissance en opération durant la Guerre froide (cas classique de Corona) jusqu’à l’omniprésence actuelle des images satellites issues des systèmes d’observation à haute-résolution du type SPOT (en France, depuis 1986) ou Quickbird et Ikonos (USA), les exemples ne manquent pas. Laura Kurgan s’arrête notamment sur l’effet de représentation des images produites au moment de la guerre du Golfe (1991), au Kossovo (1999) ou à Manhattan au lendemain du 11 septembre 2001. Dans ces exemples, le flottement est manifeste entre ce qui relève de l’observation et de la surveillance, et il est intéressant d’étudier comment les images sont parlées ou surinterprétées pour servir des fins très terre à terre. On se souvient de l’usage fait par Colin Powell à l’ONU en 2003 d’images supposées objectiver la possession d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein. La transparence, souligne Laura Kurgan après Lisa Parks[2] (p. 24-29), était toute relative ; opaques, ces représentations révélaient les manipulations sémiotiques et les montages rendus possibles par cette view from nowhere orbitale. En résumé, Close Up at a Distance passe en revue les différents aspects et la dynamique de diffusion du « régime visuel » institué par ces techniques de télédétection. Ce livre comme d’autres récemment publiés[3] permettent ainsi de prendre toute la mesure de ces fictions de réalité qui frappent la rétine.

Continuer la lecture de L’évidence du point de vue satellisé (1)