Archives par mot-clé : featured

Des pixels et du grammage. Mutations d’un projet éditorial

Ceci n’est pas un billet, ni même un article-billet. Comme c’est la mode, rangeons-le dans le genre « communiqué ». Pour une fois (!), nous serons brefs. Nous tenions à informer nos cher-e-s lectrices-eurs que nous préparons depuis quelques semaines un nouveau projet éditorial. En janvier 2017, nous lancerons le premier numéro de la revue semestrielle Zilsel­ (Science, technique, société), aux Éditions du Croquant. C’est un nouveau défi, de nouvelles exigences, une nouvelle folie. Des pages se tourneront donc, sur papier cette fois.

Une expérience, un carnet

Lorsque nous avons créé et lancé le Carnet Zilsel en octobre 2013, nous n’imaginions pas le genre d’activité que cela suppose. Notre premier bilan d’étape publié en mai 2014 sur l’incontournable carnet Devenir historien-ne laisse entrevoir notre enthousiasme de primo-carnetiers. C’était encore un processus inchoatif, un peu bordélique même, et nous prenions goût au blogging. Nous avons publié beaucoup de textes (90, sans compter le présent « communiqué »), certains très (trop ?) longs. Ces textes auraient pu être soumis à des revues, mais nous avons préféré alimenter le Carnet Zilsel plutôt que garnir nos CV. Des textes, hors catégorie, ont légèrement secoué. D’autres suivront. Le Carnet Zilsel s’est avéré un excellent pas de tir pour faire décoller nos missiles balistiques. On ne s’étonnera pas que ces articles-billets orientés disputatio sont les plus consultés. Avec le temps, le risque était d’ailleurs grand de s’enfermer dans ce registre. Pour autant, c’est sans doute l’activité qui demande le plus d’investissement et d’exigence, qu’il s’agisse des lectures, des relectures, des rédactions, des réponses aux commentaires, etc. L’art de la dispute suppose un mélange subtil d’argumentations au cordeau, de justesse voire de tension dans l’écriture, et la dramatisation n’est pas étrangère à l’exercice. Mais à quelques notes critiques près, l’essentiel de nos textes se veut constructif, traitant de livres que nous avons appréciés (il faut le répéter, car il arrive parfois qu’on nous reproche un ton « trop critique », alors qu’en comptant large nous n’avons produit qu’une dizaine de comptes rendus ou de notes clairement engagés dans la disputatio). Les quelques entretiens que nous avons réalisés témoignent également de nos préférences. Le Carnet Zilsel, c’est donc l’espace rêvé pour nous exprimer – nous, c’est-à-dire notre petite équipe, les collègues qui nous ont peu à peu rejoints, les (hélas) rares lectrices-eurs qui nous ont fait l’amitié de nous confier des textes inédits. Certes, nous avons eu un peu de mal à maintenir le flux : un billet par semaine, c’était trop audacieux. Non seulement cela demandait un effort permanent et conséquent d’écriture (en même temps, certains membres de l’équipe sont graphomanes, cette limite est donc toute relative !), mais en plus nous usions sans doute nos lectrices-eurs. Donc à la rentrée 2015, nous avons décidé de publier toutes les deux semaines, ce qui est déjà pas mal.

Encore une revue ?

Le Carnet Zilsel est une chouette aventure, mais il est temps de monter en puissance, bref d’éditer une revue. Nous ne mentirons pas : cette idée nous a toujours traversé l’esprit. Il y a quelques années, nous avions même commencé à élaborer un projet de maison d’édition, vite jeté aux oubliettes parce que c’était alors objectivement irréaliste. La revue qui vient n’est pas l’aboutissement du carnet de recherche, le projet tel qu’il s’invente aujourd’hui n’a jamais été anticipé ni prémédité au moment de l’inscription sur hypotheses.org. L’enjeu, maintenant que nous sommes lancés en coulisses, est de penser la combinaison entre ces formats, à construire des points de passage et des zones d’indépendance. Le défi n’est pas mince. Nous n’en dirons pas davantage parce que nous sommes en cours de réflexion.

Nous avons conscience que, par bien des aspects, monter une revue est complètement déraisonnable. Organiser un carnet de recherche, c’est déjà beaucoup de temps et d’énergie, mais ce n’est rien en comparaison d’une structure éditoriale appelée à durer. Et pourtant tout se met en place ! Des indices dans le désordre : le comité de rédaction est quasi complet, il inclut près d’une vingtaine de membres, tous rassemblés autour des thèmes de prédilection du Carnet. L’équipe est interdisciplinaire et internationale. Le conseil scientifique est en formation, il est composé (pour l’instant) d’une trentaine de collègues dont nous estimons les travaux (il y aurait peu de surprises). Les deux premiers numéros sont en voie de calage et les premiers papiers sont « commandés ». Du point de vue éditorial, Zilsel fonctionnera à peu près comme la revue « historique » des Éditions du Croquant, Savoir/Agir : l’équipe de rédaction se chargera de préparer les numéros, d’aider à l’écriture des articles, évaluera les textes reçus spontanément, selon un système d’évaluation ouvert et transparent (l’auteur-e évalué-e connaîtra les relectrices-eurs, et vice versa). Il n’y aura pas de dossier a priori (ou alors à la marge, si c’est utile et pertinent), des rubriques organiseront chaque numéro (Études, Friches, Entretiens, Classiques, Critiques, en plus des bonus). Autre point auquel nous tenons : Zilsel sera francophone. C’est, l’air de rien, un choix assez crucial quand on connaît l’hégémonie de l’anglais dans le domaine que nous couvrons. Dans la mesure du possible, nous essayerons de solliciter et de traduire des textes de collègues de pays dont les activités ne sont pas assez connues en France (continent sud-américain, Asie, Russie, Europe de l’Est, etc.). Enfin, nous travaillons en ce moment à la confection de la maquette. Inutile d’en dire plus car c’est en construction et il faut ménager un peu de suspense. La seule chose que l’on peut dire est que les numéros dépasseront 250 pages et que nous tenons à ce que des textes longs puissent être publiés, y compris dans la rubrique des notes critiques.

Tout cela est en cours de définition. Les premières réunions du comité de rédaction seront bientôt organisées. Ce sera l’occasion de décider collectivement des choix stratégiques et de bien réfléchir à notre positionnement scientifique, éditorial et politique dans l’environnement relativement encombré des revues de sciences humaines et sociales. C’est un work in progress, il nous reste beaucoup de points à préciser (logistique éditoriale, fonctionnement du comité, diffusion, présence à venir sur une plateforme en ligne, probablement Cairn.info, etc.). Mais à y bien réfléchir, ce n’est pas le plus difficile. L’avenir est ouvert. Il l’a toujours été. Nous ignorions seulement jusqu’à quel point.

Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)
& Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)

Image en bandeau : sergign/Shutterstock.com.

Le tribunal des flagrants délires « sociologiques »

« Les sciences sociales sont au fond toujours hantées (…) par la tentation du philosophe-Dieu et qui prend dans le cas des sciences sociales, la forme de la tentation du sociologue-roi tout puissant qui agit par la représentation (…). Je pense que chez tout sociologue, et a fortiori, dans l’état actuel de la division du travail scientifique, chez tout économiste, il y a un petit Hegel qui sommeille et l’ambition d’opposer le savoir absolu, le savoir du Tout, le savoir de celui qui possède la connaissance du Tout au savoir partiel des individus. (…) Vous le voyez, le philosophe et le sociologue qu’on oppose souvent s’assignent inconsciemment le même rôle et si la sociologie exerce une telle fascination sur la jeunesse c’est en grande partie parce que c’est un rôle de roi ou de Dieu, qui surplombe les consciences, bref le rôle que la philosophie s’est toujours assigné et dont la sociologie est la forme moderne. »
    Pierre Bourdieu, Sociologie générale vol. 1, Cours au Collège de France 1981-1983, Paris, Seuil/Raisons d’agir, 2015, p. 274-275.

En ce début d’année 2016, il est difficile d’échapper au battage journalistique autour du dernier essai de Geoffroy de Lagasnerie, sobrement intitulé Juger. L’État pénal face à la sociologie[1]. Dans le moment de fébrilité « post-traumatique » qui serait le nôtre, l’essai qu’il vient de faire paraître (dans sa « série » éditoriale, « À venir », chez Fayard) intrigue les rédactions et ce qu’il reste d’amateurs du débat d’idées à la française. Le « jeune philosophe et sociologue » propose un « ouvrage exigeant et néanmoins renversant », lit-on par exemple dans un chapô du magazine « trendy » Grazia[2]. Il y propose d’« interroger » le « système du jugement et de la répression » (p. 17), et à travers lui de « penser » la Justice, le droit, la pénalité ou le rapport à la loi. Juger et les prises de position médiatiques de son auteur ne font pas l’unanimité, attirant autant les louanges que les critiques. Dans cet article, nous proposerons d’évaluer de près ce nouvel opus. Juger l’essai sur pièces, en somme, afin de désembuer les arguments d’une « théorie » qui déconstruit plus vite que son ombre. Tuons d’emblée tout suspense : nous n’avons pas été convaincus. Juger souffre d’approximations, de raccourcis, d’impensés et d’erreurs de raisonnement.

couv-juger-okCet essai est organisé en quatre parties principales auxquelles s’ajoute une cinquième partie conclusive, d’ordre méthodologique. La première partie amorce l’observation d’un aspect de la vie d’un tribunal : l’audience. La production du sujet par le droit est l’occasion pour G. de Lagasnerie d’esquisser ce qu’il appelle une « théorie répressive du pouvoir ». L’auteur entend non seulement rendre compte du processus judiciaire dans ses apories normatives, mais également mettre au jour l’efficace d’une pratique critique lorsqu’elle prend le droit et ses manifestations pour objets. La deuxième partie est consacrée dans la foulée aux formes de violence produites dans l’enceinte du tribunal et plus globalement dans les cadres de l’État. Ce sont les deux termes du débat, « État » et « violence », que G. de Lagasnerie prétend reconceptualiser. Revenant aux procédures concrètes de décision des peines, la troisième partie est, elle, concentrée sur le jugement et les grilles perceptives qui le rendent possibles : la place de la responsabilité dans le dispositif judiciaire (et plus globalement dans la philosophie pénale) sont centrales dans l’analyse. La quatrième partie est une descente anthropologique dans les logiques profondes de la peine et de la répression. L’auteur souhaite démontrer que les cadres de la pénalité sont « fictifs » en ce sens qu’ils réfèrent toujours à des schèmes socio-culturels historiquement situés. Au terme de ce parcours, G. de Lagasnerie tire une leçon sociologique de sa mise à plat des conditions d’organisation de la pénalité et du jugement par l’État. L’essai s’achève sur un « appendice » d’une trentaine de pages dans lequel G. de Lagasnerie se propose ni plus ni moins de « Repenser la sociologie critique », mais se contente en fait de mettre en scène une rupture formidablement régressive sur un plan intellectuel et politique avec une sociologie mainstream érigée en ennemi théorique et politique – non sans tacler au passage, avec un ressentiment à peine dissimulé, les sociologues censés avoir sacrifié au « mythe du terrain » et à l’ethnographie la plus descriptive. Continuer la lecture de Le tribunal des flagrants délires « sociologiques »

Le réalisme kitsch

Dans un texte aussi drôle que décapant, dans la lignée de sa fameuse Dispute, Pascal Engel est revenu récemment sur les grandes tendances qui marquent à son sens la tradition philosophique française[1]. Après avoir fait défiler les grandes figures de cette tradition intellectuelle, dans une fresque fellinienne digne du final baroque de « 8 ½ », la seconde partie du papier d’Engel soulignait les écueils propres à certaines tendances de la philosophie française des six dernières décennies — autrement dit de ce que certains ont pu appeler la « French Theory » : relativisme contradictoire (transmuté parfois en pluralisme mou), vitalisme des siècles passés, dualismes grossiers, intuition autosuffisante, grandiloquence, essayisme médiatique et médiatisé, logorrhées mondaines, mépris hautain pour la réalité empirique, lui-même associé à un flou référentiel immunisant, etc. Ne manquait plus, à la traîne dans cet hilarant défilé philosophique du 14 juillet, batifolant sur un char multicolore et technoïde, Michel Maffesoli et sa joyeuse troupe d’herméneutes de la « postmodernité », qui condensent et subliment, dans un pot-pourri aussi syncrétique qu’improbable, ces divers travers intellectuels[2].
Dans le présent texte consacré à des réflexions contemporaines sur la question du réalisme, Pascal Engel pointe les limites de différentes perspectives philosophiques, qui, à défaut de partager les fantasmagories anthropologico-sociologiques des postmodernes susnommés, partagent toutefois avec ces derniers un goût prononcé pour le kitsch. L’auteur de La Dispute et de La norme du vrai vise en effet à montrer, avec une certaine efficacité nous semble-t-il, et après avoir identifié les principales acceptions de la notion philosophique et épistémologique de « réalisme », que le « carnaval ontologique » dans lequel s’illustrent cette fois-ci le « réalisme spéculatif » de Quentin Meillassoux, les « réalismes accueillants » de Markus Gabriel, de Tristan Garcia ou de Bruno Latour[3], et, dans une moindre mesure, le « réalisme contextualisé » de Jocelyn Benoist ou encore le « nouveau réalisme » de Maurizio Ferraris, ne sont en réalité ni particulièrement « réalistes » (ils semblent bien plutôt incarner diverses formes d’idéalisme), ni ne sont spécialement « nouveaux » — sauf peut-être en ce qui concerne, pour les premiers d’entre eux, une aptitude particulière à la grandiloquence, elle-même favorisée par des moyens de médiatisation jusqu’alors inédits en philosophie (blogs, conférences sur internet, réseaux sociaux électroniques, etc.).
Dans son ouvrage sur Les Fous voyageurs, Ian Hacking notait, avec humour, que le postmodernisme pouvait être considéré comme « une répétition banalisante du romantisme allemand, sans la poésie »[4]. Soulignant de son côté les aspects « kitsch » du postmodernisme philosophique des précédentes décades (postmodernisme qui recycle de vieilles doctrines critiques dans des habits neufs, affiche un relativisme contradictoire, et s’exprime dans un langage aussi glissant que confus, source de gloses infinies, et par là même immunisé contre la critique rationnelle), Pascal Engel relève que les « nouveaux réalistes », qui entendaient au départ réagir au postmodernisme, partagent en fait bien souvent avec ce dernier un style « pompeux, obscur, et surtout très largement autoréférentiel ».
L’article de Pascal Engel intéressera les lecteurs du Carnet Zilsel, bien au-delà de la critique du postmodernisme qui s’y manifeste et de l’écho que l’on pourra trouver au « canular Tremblay », en raison de la réflexion stimulante qu’il propose sur le « réalisme ». Réflexion qui concerne non seulement les travaux de Bruno Latour, mais de manière bien plus large l’ensemble des Science & Technology Studies, qui prennent précisément pour objet la manière dont les sciences et autres disciplines, inscrites dans des contextes socio-historiques donnés, vont appréhender diverses « réalités », divers objets du monde.
Cet article, incisif mais argumenté, suscitera en toute vraisemblance des réponses et mises au point, dont le Carnet Zilsel se fera l’écho le cas échéant.

Introduction

Après plusieurs décennies de postmodernisme, de « French Theory » et de « construction sociale de la réalité », nous voilà confrontés à une profusion de « réalismes », supposés nous réveiller de nos sommeils dogmatiques idéalistes et consacrer la remise à l’honneur de la métaphysique, dont quasiment tous les courants philosophiques, à commencer par le postmodernisme, avaient depuis un demi-siècle proclamé la fin[5]. Le mouvement est international. Il y a le « réalisme spéculatif » du Français Quentin Meillassoux, dont on nous dit qu’il est le « fer de lance » du réalisme matérialiste d’aujourd’hui et qu’il inspire toute une école de pensée anglophone dont les figures autoproclamées sont Ray Brassier, Graham Harman et Ian Hamiton Grant, le Manifesto del Nuovo Realismo de Maurizio Ferraris qui s’étend bien au-delà de la Péninsule, le nouveau réalisme de Markus Gabriel parti d’outre- Rhin pour proclamer que tout existe sauf le monde, ou encore la « version réaliste de l’activité scientifique » de Bruno Latour (qu’on avait pourtant cru être un constructiviste dans une incarnation précédente). A quoi il faut ajouter le réalisme « des choses » de Tristan Garcia, l’« onticologie » de Levi Bryant, le matérialisme « vibrant » de Jane Bennett, le réalisme « en transit » de John Caputo, le réalisme « deleuzien » de Manuel De Landa, et bien d’autres poetae minores, sans parler de l’immarcescible Zizek, qui revendique dans cette affaire son matérialisme. D’autres auteurs se disent également réalistes sans pour autant accepter le saut métaphysique effectué par les premiers : l’esprit « réaliste » de Cora Diamond, le « réalisme de l’ordinaire » promu par Sandra Laugier, le réalisme « contextuel » de Jocelyn Benoist. On nous annonce un « realist turn » qui aurait supplanté depuis longtemps tous les autres « turns » que la philosophie a pris auparavant, et une floraison de doctrines dont on a l’impression qu’il est bien plus important de leur donner des noms (« object oriented philosophy », « transcendental materialism », « transcendental ontology », « transcendental nihilism ») que de les constituer. Comme les instituteurs du M. Crépin de Töpffer, chacun a son système. La vague réaliste, qui s’est répandue comme une trainée de poudre, a déjà ses commentaires attitrés, ses textes-clefs, ses blogs, ses revues, ses colloques, ses collections, ses séries de conférences sur U-tube, etc. Nombre de ces auteurs nous sont présentés dans des campagnes de presse menées tambour battant comme des wunderkinder : « prodige allemand », « figure de plus en plus remarquée du paysage philosophique mondial », « météore dans le ciel philosophique », etc. Il y a une chose au moins dont les nouveaux réalistes ne semblent pas dépourvus, c’est du sens de la publicité.[6]

Des réalistes sur les épaules des géants (crédits : Erich Ferdinand, 2008, via Flickr)
Des réalistes sur les épaules des géants (crédits : Erich Ferdinand, 2008, via Flickr)

Qu’est-ce que cet ensemble bariolé de doctrines peut avoir en commun ? En quel sens ces réalismes sont-ils nouveaux ? En quoi sont-ils des réalismes ? Un bon chien est un chien, mais il n’est pas nécessairement bon (il lui manque la bonté). Un Beaujolais nouveau n’est pas nécessairement du Beaujolais (cela peut être de la piquette). De même un réalisme nouveau n’est pas nécessairement nouveau : ce qui peut sembler nouveau à l’un peut apparaître comme une vieille lune à l’autre, et on ne sait jamais si ce qui nous apparaît nouveau maintenant sera considéré comme nouveau plus tard. « Nouveau » est comme « moderne » ou « d’avant-garde » : ce sont des adjectifs qui ne s’appliquent qu’à ceux qui les utilisent au moment où ils les utilisent. Un nouveau réalisme n’est pas nécessairement non plus du réalisme. Après tout la « nouvelle philosophie » promue jadis en France à la fin des années 1970 n’était ni nouvelle, ni de la philosophie. Le nouveau réalisme est-il alors comme le couteau de Lichtenberg ? Continuer la lecture de Le réalisme kitsch

Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular

Une semaine après la révélation du canular, l’improbable « Jean-Pierre Tremblay » n’est déjà plus qu’un souvenir et un spectre-qui-hante sur la plateforme Cairn.info. L’article a en effet été retiré par la rédaction de la « revue des Sciences Humaines et Sociales » Sociétés. Son directeur, qui en appelle à la raison pour une fois, s’est fendu d’un étonnant – c’est peu dire – mot d’excuse. Alors, on arrête ? Non, surtout pas. Le travail de démontage et d’enquête collective doit pouvoir continuer parce que ces moments de vérité sont trop rares dans nos disciplines. Dans le prolongement donc de l’article de révélation et d’analyse du canular co-signé par Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin (et publié le 7 mars 2015), la rédaction du Carnet Zilsel propose d’approfondir la discussion les semaines prochaines. Bernard Lahire, le premier, enfonce le clou dans l’article qui suit. Il revient d’abord sur les suites douces-amères de la thèse d’astrologie d’É. Teissier, puis met en avant les vertus du canular lorsque la cible visée par la critique rationnelle finit par se dérober.

Le canular soigneusement préparé par deux jeunes sociologues français, Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin, pour porter un éclairage critique sur la nature très problématique de ce qui se publie dans la revue française Sociétés, dirigée par Michel Maffesoli, est un formidable coup de maître dont on se souviendra longtemps. Par une mystification démystificatrice, les auteurs de ce canular provoquent l’éclat de rire, mais font surtout voler en éclat le sérieux d’une entreprise anti-scientifique qui se pare des attributs de la science.

Flash-back : l’« affaire Teissier » comme révélatrice d’une faute professionnelle et d’une imposture collective

Comme ils le rappellent dans le texte qui révèle les tenants et aboutissants de ce canular[1], la décision d’élaborer une telle farce s’inscrit dans l’histoire récente de la discipline sociologique. Il y a bientôt près de quatorze ans, la très médiatique astrologue, Elizabeth Teissier, soutenait une « thèse » de sociologie à l’Université Paris V-Sorbonne, sous la direction de Michel Maffesoli[2]. Alertés par Jean-Paul Krivine (rédacteur en chef de la revue Science et pseudo-sciences) de l’imposture (la toute nouvelle doctorante ne cachant pas son souhait de voir entrer l’astrologie à l’université), Jean-Claude Pecker (astrophysicien, membre de l’Institut, professeur honoraire au Collège de France) et Jean Audouze (astrophysicien, directeur du Palais de la découverte) prirent l’initiative de former un comité de relecture pluri-disciplinaire de la « thèse ». Les défenseurs de la candidate, et en tout premier lieu son directeur de thèse, s’étaient indignés publiquement du fait que les premières dénonciations de cette soutenance de thèse dans la presse avaient été émises par des personnes n’ayant pas lu la thèse. Une telle indignation était, malheureusement, assez classique : ceux qui méprisent en permanence les règles les plus élémentaires de la vie scientifique n’hésitent jamais à accuser ceux qui ont l’impudence de le dire tout haut, de faire preuve d’un manquement coupable aux règles. Ils évoquaient, par ailleurs, de simples « dérapages » dans la thèse, et banalisaient le scandale en laissant penser que la chose était courante en sociologie.

Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)
Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)

Continuer la lecture de Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular

Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?

À propos de Claire Tollis, Laurence Créton-Cazanave, Benoit Aublet (dir.), L’Effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux, Éditions Glyphe, 2014.

Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples et les envoya devant lui deux par deux dans toutes les villes et dans tous les endroits où lui-même devait aller. Il leur dit : « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. Allez-y ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». (…)

Puis il se tourna vers les disciples et leur dit en privé: « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !  En effet, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu ».

Luc (X : 1-3 et 23-24)

 Les travaux de doctorants (ou de jeunes docteurs) portent souvent la marque hésitante d’une entrée dans la communauté scientifique. Il en résulte des maladresses, des ambiguïtés, des errements bien compréhensibles. La fraîcheur des comptes rendus de thèse  compense, le plus souvent, les défauts inhérents aux premiers pas académiques. C’est avec cet a priori bienveillant que j’ai ouvert l’ouvrage du bien nommé « Latouring Club », intitulé L’effet Latour et sous-titré : Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux. Voilà donc de jeunes impétrants se saisissant des travaux de Bruno Latour pour comprendre les effets de leur lecture sur les travaux et les analyses en cours.

v_book_1528En fait, la désillusion intervient rapidement. Je passe sur les agaçantes familiarités qui tentent assez maladroitement de montrer la proximité/distance des auteurs avec Bruno Latour et dont ils espèrent (en vain) rendre le lecteur complice. De « Bruno » (p. 251) à « Dr Latour » (p. 191), en passant par « l’Ami Bruno » (p. 159), toutes les interpellations faussement impertinentes de l’auctorialité créent davantage de distance avec celui qui lit qu’elles ne permettent le rapprochement. On comprend, dès l’introduction, que les représentants du « Latouring Club » se sont bien amusés à se discuter et à écrire leurs textes, mais on se sent très vite exclu de cet entre soi.

Je laisserai également de côté les irritantes erreurs de renvoi dans les bibliographies. On se perd à chercher des textes référencés dont l’année ne correspond pas ou qui sont carrément manquants.

Non, ce qui énerve vraiment à la lecture de l’ouvrage, c’est qu’il n’y circule aucun air frais sur la façon de lire un auteur qui n’a jamais cessé de susciter des débats. On y renifle plutôt l’odeur de l’encens devant l’autel. La dévotion transpire à chaque page, l’absence presque totale de point de vue un tant soit peu critique (le mot est honni et semble valoir excommunication, j’y reviendrai) est quasiment revendiquée. Dans cette atmosphère empesée de religiosité dévote, on recueille la parole du Maître, on la discute entre exégètes, on prononce des anathèmes, on célèbre la clairvoyance de l’Auteur. Les textes sacrés (ceux qui disent la nouvelle manière de comprendre la science, de penser la controverse, de suivre les « actants », de compter les humains et les non-humains) ne sont jamais passés au trébuchet décapant de la discussion sérieuse. Pourtant, les occasions n’ont pas manqué, depuis les questions de Simon Schaffer (1991) sur le retour à l’hylozoïsme présocratique que suppose la théorie de l’acteur-réseau, jusqu’aux interrogations sur la commensurabilité des modes d’existence (Saint-Martin 2013), en passant par le travestissement sémantique de truismes descriptifs en radicalisme de paille (Gingras 1995) et l’impossibilité de maintenir des réseaux ouverts indéfiniment (Chateauraynaud 1991). Il y là matière à débat. Et on aurait pu s’attendre à ce que les certitudes latouriennes portées en chaire depuis tant d’années soient un tant soit peu remises en cause. Il n’en est rien, bien au contraire. Le livre des disciples enamourés qu’il m’a été donné de lire ressemble à un long prêche célébrant la Divine parole. Continuer la lecture de Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?