Archives par mot-clé : Histoire des idées

Georges Duby, historien des techniques

Si l’on associe volontiers l’historien Georges Duby à la conceptualisation de la féodalité[1] ainsi qu’au renouvellement de l’histoire de la chevalerie[2], on ne souligne que très (trop) peu souvent son apport à l’histoire des techniques. Bien sûr aucun ouvrage majeur de sa bibliographie n’est entièrement consacré aux techniques ; mais il subsiste un certain nombre d’articles et des pages éparses dans ses livres qui témoignent d’une attention soutenue aux savoirs matériels, aux connaissances pratiques et à l’instrumentation des activités humaines[3]. On peut y déceler la persistance à bas bruit d’un intérêt toujours actif pour cette question des techniques, dont Lucien Febvre regrettait, au début des Annales, qu’elle ne fut pas plus centrale pour la discipline histoire.

Je propose de renouer ici les fils de cette histoire des techniques dispersée dans l’œuvre de Duby, de recomposer – avec les lacunes inhérentes à ce genre d’exercice – les points saillants d’une réflexion qui a porté sur les techniques agricoles, les arts de la guerre et, plus globalement, sur la place des artefacts dans les évolutions sociales et culturelles du Moyen Âge. Dans cette esquisse, on prendra garde de ne point fixer ce qui n’était que quelques lignes de fuite dans une œuvre épaisse de questions nombreuses ; on fera également attention de ne pas considérer ces quelques pierres de touche comme des problématiques totalement closes sur elles-mêmes. Il faut plutôt saisir ces épures d’une histoire des techniques au Moyen Âge comme des points de capiton d’une analyse toujours soucieuse de reconstituer la matérialité d’une époque. Et l’on se demandera, in fine, si le marxisme discret de Duby n’opérait pas avec force à travers cet intérêt obsidional pour les techniques.

Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)
Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)

Assurément, les analyses de Duby ont été corrigées et amendées par des travaux plus récents et une documentation nouvelle[4]. Par exemple, le schéma du passage de l’assolement biennal à l’assolement triennal est aujourd’hui largement remis en cause au profit d’une variation beaucoup plus grande des modes de rotation des cultures. Mais là n’est pas l’important : toutes les recherches en sciences sociales sont vouées à être dépassées, et c’est même l’une de leurs raisons d’être. L’enjeu est davantage de comprendre comment Duby a inscrit une réflexion sur la matérialité et les techniques en lien avec les formes d’organisation et de structuration des sociétés. Loin d’un matérialisme abstrait, l’historien s’est efforcé de construire une réflexion sur la technique comme infrastructure participant aux transformations sociales et culturelles d’une époque. Ce qui méritait bien de développer une mise au point critique. Continuer la lecture de Georges Duby, historien des techniques

Portrait de mon père, Edgar Zilsel

Lorsque nous avons choisi le nom de ce carnet de recherche à la rentrée 2013, Edgar Zilsel était encore une référence à la marge, méconnue et assurément iconoclaste dans le Grand Récit qui, encore aujourd’hui, est fait au sujet des origines des Science and Technology Studies. Marxiste au sein du Cercle de Vienne dont il fut membre, juif dans une Europe convulsée par l’antisémitisme, sociologue-historien sans poste mais accroché à des convictions épistémologiques fortes, exilé aux États-Unis sans véritable soutien, intellectuel malheureux qui finira par se suicider dans l’indifférence : la trajectoire d’Edgar Zilsel fut aussi tragique qu’atypique. Il est difficile, malgré la précision des nécrologies, de se rendre compte de ce que fut concrètement le parcours couvert d’obstacles d’Edgar Zilsel. On ne retient de lui en général que ses productions intellectuelles originales sur les racines sociologiques de la modernité savante. Mais l’en-deçà de cette production n’est que très difficilement approchable. Le fils d’Edgar Zilsel, Paul (1923-2006), physicien émérite et politiquement engagé, a laissé un témoignage poignant sur la vie américaine, si précaire, de son père. Si les mots de Paul Zilsel à l’endroit de son père sont emplis de bienveillance et d’admiration, ils conservent la trace d’une vie de misère que rien, dans les écrits d’Edgar, ne laisse imaginer. Réclusion psychiatrique de sa femme, enfer bureaucratique, reproches des membres de la famille restés en Europe sans pouvoir échapper à la monstruosité nazie, immersion difficile dans la langue anglaise…. Mais aussi obstination à démontrer la justesse de ses analyses matérialistes, entêtement à compulser les ouvrages des bibliothèques afin d’étayer ses argumentations, persévérance dans l’écriture. Paul Zilsel relate avec justesse l’écart qui grandit très vite entre le jeune homme qu’il était, lui, prêt à conquérir sa place en Amérique, et les efforts sans nom que son père devait faire pour se maintenir dans le flux d’une vie commencée ailleurs.

En reproduisant ici ce texte (que nous a très aimablement transmis Nathalie Heinich, après l’avoir elle-même publié en 1999 dans feu la revue Histoire et Anthropologie), nous souhaitons d’abord rendre un hommage sincère à cette persistance intellectuelle qui a animé la vie d’Edgar Zilsel, et pour laquelle il a consenti d’immenses sacrifices. Nous formulons aussi l’espoir de parvenir un jour à publier en français ses principaux textes d’histoire et de sociologie des sciences. En n’oubliant jamais ce qu’il lui a fallu de larmes et de souffrance pour écrire, convaincre et argumenter.

À propos d’Edgar Zilsel

D’Edgar Zilsel, les lecteurs français ne peuvent guère connaître que son livre sur le génie (Die Entstehung des Geniebe­grif­fes), publié à Tübingen en 1926, réédité en 1972 et tardive­ment traduit en 1993 sous le titre Le Génie. Histoire d’une notion, de l’Antiquité à la Renaissance[1]. Quoique ce livre constitue une rare et sans doute unique tentative pour étudier d’un point de vue historique la genèse de la notion de génie, il est resté trop méconnu, en dépit des éloges qu’en donnèrent en leur temps Croce et Luckacs ; et quoique son auteur ait publié par la suite des livres et des articles importants en épistémologie, histoire et sociologie des sciences ainsi que de littérature et d’art, sa réputation ne dépasse pas jusqu’à présent un petit cercle de connaisseurs. Continuer la lecture de Portrait de mon père, Edgar Zilsel

Les illusions perdurent. D’un certain état d’esprit de la rationalité

À propos de Judy L Klein, Rebecca Lemov, Michael D. Gordin, Lorraine Daston, Paul Erikson et Thomas Sturm, Quand la raison faillit perdre l’esprit. La rationalité mise à l’épreuve de la guerre froide, trad., Bruxelles, Éditions Zones Sensibles, 2015.

« La question de savoir si je dois obéir (la règle comme commandement) ou si je veux obéir (la règle comme convention définissant le jeu) est celle de l’autorité de la règle. La question de savoir ce que la règle dit de faire, donc ce qui doit être fait pour s’y soumettre, est celle de sa normativité. Et c’est là que Wittgenstein a contribué d’une façon originale à notre philosophie du normatif : il s’est demandé d’où des choses aussi différentes qu’une formule du langage (l’énoncé verbal d’une règle), un dessin (un plan, une carte, un diagramme), un signal (un poteau indicateur), ou même un objet matériel (une règle en bois) tenaient leur pouvoir de nous diriger. Non plus : pourquoi il faudrait les utiliser pour se diriger ? Mais bien : comment ces instruments pourraient-ils nous dire quoi faire, dès lors que c’est nous qui les avons instaurés en règles, en modèles, en canons à suivre, en définitions du correct et de l’incorrect ? En somme : comment nos règles peuvent-elles nous imposer quoi que ce soit puisque nous en sommes, en dernière analyse, les auteurs ? »
Vincent Descombes, « Suivre les règles établies. », Les Sciences de l’éducation – Pour l’Ère nouvelle 1/2012 (Vol. 45), p.72.

Encore une bonne pioche des Éditions Zones Sensibles. Sensible, le Carnet Zilsel ? Que les carnetiers partagent ou pas les présupposés philosophiques de certains de ses auteurs (en proximité avec le latourisme), cette maison d’édition œuvre à publier des ouvrages dont les thèmes entre en résonance avec nos préoccupations. C’est particulièrement le cas avec Quand la raison…, dont la publication originale est récente (2013). Elle est issue d’un séminaire de travail au Max Planck Institute (MPIWG) et ça se ressent : l’approche culturaliste de ses chercheurs et philosophes des sciences est toujours aussi présente. En témoigne notamment l’iconographie et, il faut le signaler, en guise de couverture, la carte perforée utilisée dans les calculateurs de l’immédiat après-guerre. Un effort a été fourni de rendre cohérent l’élaboration de l’ouvrage pour en unifier la lecture (nous aurions pu craindre qu’avec une telle liste d’auteur.e.s, le produit final soit une somme de contributions). Ainsi, le récit sur toute la durée de la Guerre froide des transformations de la signification de la rationalité acquiert toute sa force. Les chapitres, qui se déroulent chronologiquement, examinent un moment de la reconfiguration à partir d’une étude de cas historique (il sera par exemple question du pont aérien de Berlin, de la crise des missiles de Cuba, de Solidarność). La rationalité ici exposée, c’est celle qui prétend à l’axiomatisation, à la systématisation et à la mécanisation, soit l’idéal-type de la raison pendant la Guerre froide.

20150423_104401_resized

Je le déclare tout de suite, cette lecture a produit à plus d’un titre un drôle d’effet. Tout d’abord parce que les noms convoqués dans le présent volume sont ceux que j’ai ingurgités au cours de mes premières années à l’université, lorsque je suivais les enseignements de psychologie sociale et que je lisais Raymond Boudon ou les auteurs de la collection « sociologie » au PUF (les livres à la couverture bleue, rappelez-vous). Je ne m’y étais pas réellement intéressé depuis, malgré mon passage au GEMASS fondé naguère par Boudon. Ma lecture des travaux sur la rationalité portait davantage sur la philosophie analytique que sur les sciences expérimentales. Il y a quelque chose de l’ordre de la nostalgie qui se joue là (rien à voir avec l’« Ostalgie », hein ?). Ensuite, parce que j’ai réinvesti la théorie des jeux et les expérimentations en sciences sociales sur les comportements humains la plupart du temps dans les transports en commun et que, fonctionnant au radar, tout en essayant de ne pas de faire des erreurs dans mon calcul de trajectoire vis-à-vis de toutes les personnes que je croisais dans la station RER des Halles aux heures de pointe (« allez-y, passez », « tu peux pas te bouger ! »), je m’agaçais à m’avouer être parfois un bien piètre sujet d’expérimentation.

Heureusement, l’« esprit sociologique » reprend vite le dessus. Après tout, concevoir la rationalité ou un raisonnement à partir de la formalisation d’un ensemble de règles finies et déterminées, vouloir instiller plus de logique, d’arithmétique et de calcul pour établir les conditions de prise de décision dans un contexte d’incertitude, de conflit ou de négociation, en assumant de ce fait d’éteindre toute faculté de jugement, ne va pas de soi, non ? Le premier chapitre de l’ouvrage instaure, à propos, l’historicité du concept de rationalité de la Guerre froide, en rappelant quels ont été les enjeux de la dispute sur ses propriétés, depuis la philosophie des Lumières (Leibniz, Bernouilli, Condorcet…) jusqu’aux travaux portant sur la théorie des jeux et celle du choix rationnel de John von Neumann, Oskar Morgenstern et de Thomas Schelling. Je n’ai pas l’intention de m’étendre sur cette mise en perspective historique. Les noms nous sont de toute façon connus, qu’ils appartiennent au domaine de la philosophie ou bien de celui de la théorie des jeux, ou encore des SHS. Ce qui m’importe, c’est de simplement rappeler que la rationalité de la Guerre froide constituait une nouvelle configuration des rapports entre intelligence, raison, sagesse, mécanique, calcul… Une configuration qui ne sera certainement pas la dernière. Pour preuve, la faillite du titre de la publication, qui sauve sans doute la part d’humanité – d’esprit – de nos comportements sociaux en situation d’incertitude.

Par exemple, il a été nouveau de rapprocher au milieu du XXème siècle la rationalité des règles algorithmiques « mises en boîte » dans des machines, c’est-à-dire de valoriser le calcul. Les sociologues et historiens de l’astronomie française à l’articulation des XIXème et XXème siècles se rappelleront de l’exemple du groupe des « petites-mains », composé du contingent, sous-payé, des calculatrices employées par l’Observatoire de Paris dans le cadre du projet de la « carte du ciel ». Avant cela, Condorcet, à l’instar d’autres probabilistes, s’intéressaient de très près aux règles algorithmiques et à la modélisation des stratégies de prise de décision. Ils intégraient toutefois le calcul dans un projet humaniste. Davantage qu’un instrument utile, il représentait une démarche éclairée d’émancipation (intellectuelle, morale et politique) et de lutte contre la démagogie et les fausses évidences. Le calcul était à mille lieues des projets de mécanisation et d’automatisation qui ont fait florès par la suite (George Boole, Alan Turing). L’application des règles arithmétiques, qu’elles soient exécutées par un homme ou une machine, restaient en dernière instance soumise au contrôle et à la critique de la raison. Ce qui se jouait-là en définitive, c’était la disparition du singulier – la règle, renvoie alors à un mode ou à un code de conduite (la règle bénédictine) – pour l’avènement d’une rationalité pratique et procédurale, qui s’accorde au pluriel (les règles juridiques ou grammaticales, comme mathématiques). Le XIXème siècle a vu l’avènement des règles et des modèles.

La caractéristique de la rationalité de la Guerre froide réside principalement dans le fait d’avoir rendue concevable la mise en relation de la rationalité avec la rationalisation, autrement dit de prétendre fonder en logique et au moyen de machines (le calcul de tâches complexes hors de tout exercice raisonné ayant été entre-temps valorisé) le rapprochement des mathématiques et de l’économie. Le tout, sur fond d’usages militaires. Continuer la lecture de Les illusions perdurent. D’un certain état d’esprit de la rationalité

Interdisciplinarité ou invention d’une « offre » disciplinaire ? Sociologie, histoire et science politique au risque du croisement disciplinaire

« Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques » : le champ d’objets que le Carnet Zilsel s’efforce de couvrir et de découvrir depuis maintenant deux ans est vaste. Il est traversé par des enjeux épistémologiques durs et chroniques, parmi lesquels le tracé souvent conflictuel des frontières entre les disciplines, l’affirmation d’offres inter-, pluri- ou post-disciplinaires, ou encore la définition de protocoles de recherche à prétention disruptive. Dans cet article-billet (on ne sait comment qualifier les longues contributions livrées sur le Carnet…), notre camarade Laurent Willemez propose une analyse serrée d’un important corpus de textes se revendiquant de la « socio-histoire ». On apprendra beaucoup sur la genèse (ça, c’est la moindre des choses !), les acteurs, les espaces d’expression et les propositions épistémologiques de ce courant ayant émergé au début des années 1990. Comme c’est généralement le cas ici, cette lecture n’est pas sans intérêts de connaissance personnels. Parmi d’autres contributeurs plus ou moins proches du cluster d’auteurs clés de la socio-histoire, Laurent est partie prenante de cette histoire sociale et intellectuelle. Il nous apporte plus qu’une restitution « froide » d’arguments et de mises en perspective. Il progresse dans son exposé en exprimant ses préférences et, parfois, ses doutes. En cela il réactive l’exigence réflexive du « penser avec, penser contre », slogan-titre d’un ouvrage de Gérard Noiriel (Belin, 2003).
Pour celles et ceux qui veulent lire déconnecté, une version PDF est disponible ici : Interdisciplinarité ou invention, CZ, 7 nov. 2015. Bonne lecture !

Qu’est-ce que faire de la socio-histoire[1] ? Comment pratiquer ce type de travail de sciences sociales dans un entre-deux, ou plutôt un « entre-trois » disciplinaire, alors même que la période actuelle des sciences humaines et sociales peut être considérée comme un moment de raidissement et de durcissement  des frontières entre histoire, sociologie, science politique et anthropologie ? De sorte qu’aujourd’hui, on retrouve le constat fait il y a quelques années par un politiste américain réfléchissant à l’état de sa discipline : on est bien dans l’ère des « tables séparées », chaque discipline étant assise seule à une table et « protégeant sa part secrète de vulnérabilité »[2]. D’une manière paradoxale, trois ouvrages publiés presque au même moment il y a une dizaine d’année ont montré la fois la réalité de ce constat et les tentatives, réelles, pour le dépasser.

Quelles sont les conditions de possibilité des échanges entre ces disciplines, quels sont leurs bénéfices et leurs coûts[3] ? À leur manière, les trois ouvrages réunis répondent à cette question, bien que chacun de manière différente et dans des registres très divers ; ils montrent surtout comment s’est inventée et pérennisée une sous-discipline, la socio-histoire, avec ses auteurs, ses objets, ses terrains, ses questions épistémologiques et méthodologiques. Mais aussi avec ses incompréhensions et ses malentendus. Depuis cette période, plusieurs ouvrages ont paru, qui n’ont pas vraiment, me semble-t-il, changé la donne, bien au contraire. Comme je le montrerai dans un certain nombre de notes qui actualisent ce texte, ces prises de position sur la socio-histoire permettent de valider le diagnostic réalisé il y a dix ans[4].

226158_f

Car en réalité, ces trois ouvrages ne parlent pas de la même socio-histoire, ne travaillent pas les mêmes « traditions » sociologiques (avec tous les effets de recomposition plus ou moins mythologique que le recours aux traditions suppose) et proposent en fait au moins deux socio-histoires distinctes. Ainsi, à travers une analyse critique de ces ouvrages, il est possible de montrer au concret comment se construisent, se renforcent et se concurrencent des légitimités disciplinaires et sous-disciplinaires. Les différents ouvrages mettent l’accent sur les rapports sociaux de connaissance et de pouvoir qui participent à l’institutionnalisation des disciplines, non seulement à travers les thématiques qu’ils développent, mais aussi par le fait même qu’ils existent. Développant un discours performatif, ils font advenir ce qu’ils analysent, en l’occurrence la socio-histoire, chacun à sa manière : l’un est un manuel, le second un ouvrage issu d’un colloque, le troisième une analyse fondée sur une recherche de terrain très fouillée. Ouvrons donc ces répertoires de la self-fulfilling prophecy (inter)disciplinaire.

L’analyse critique vise deux plans (relativement) disjoints, à la fois pour ce que disent les livres et ce qu’ils sont. Matérialisant l’état d’un champ de recherche, l’imprimant en quelque sorte, ils montrent où en est la socio-histoire, font le récit des succès, mais aussi parfois des « semi-échecs »[5] d’une posture disciplinaire et méthodologique spécifique. En m’inspirant ainsi des analyses inaugurées par Victor Karady sur l’émergence des sciences sociales au début du XXe siècle, je montrerai que la socio-histoire a pu et peut apparaître dans différentes disciplines, en l’occurrence en sociologie et en science politique, comme une nouvelle offre disciplinaire, promue par un certain nombre d’entrepreneurs scientifiques, qui tentaient au moment de la sortie des ouvrages et tentent (encore, j’y reviendrai) de croiser les approches et de proposer des perspectives pluri- ou interdisciplinaires (le choix des préfixes n’est pas sans conséquences ni arrières pensées) qui pourraient renouveler leur discipline. Mais je voudrai aussi souligner que paradoxalement, c’est dans le cadre d’une discipline institutionnalisée, la science politique, que cette entreprise a réussi, alors même que son succès n’a été que très partiel ailleurs. Dès lors, les avatars de cette approche pluri-disciplinaire ne montrent-ils pas d’abord la force de résistance des frontières entre les différentes disciplines des sciences sociales ?

Un tel travail de sociologie des sciences sociales ne peut être pertinent qu’à partir du moment où il ne se contente pas d’objectiver à la louche son terrain d’enquête, mais qu’il va jusqu’à proposer d’autres perspectives de recherches et d’autres méthodologies. C’est pourquoi il est intéressant de confronter le regard globalisant d’un manuel ou d’un ouvrage collectif à visée méthodologique et épistémologique avec celui d’une enquête fine et concrète qui prend au sérieux des pratiques de recherches liées à l’alliance du travail historique et du raisonnement sociologique. C’est dans ce cadre que se place l’ouvrage d’Eric Phélippeau, exemple concret de ce que peut apporter un travail de type socio-historique en termes de connaissance du politique et de renouvellement des approches et des objets. Il permet de proposer de manière sous-jacente un programme de recherche, ou même, j’y reviendrai, une « formule de recherche » socio-historique.

9782200262273-X_0

Réaliser une telle lecture, à la fois critique et programmatique, plus de dix ans après la parution des ouvrages, a pour objectif et conséquence de prendre position dans un champ, ici celui de la socio-histoire, et constitue en cela un « instrument de l’échange intellectuel » pour reprendre une expression du bel article de Bertrand Müller[6]. Ce type de position surplombante peut être difficile à tenir à partir du moment où j’ai moi-même participé, à la constitution de la sous-discipline ici en jeu, la socio-histoire[7]. Toutes les prises de positions s’articulent à une visée. Ici, ma  volonté de prendre la parole sur ces échanges disciplinaires, ainsi que, dans une perspective institutionnelle, mon propre passage de la science politique à la sociologie (et donc un certain éloignement par rapport à des enjeux directement disciplinaires), ont rendu possible une certaine prise de distance, et non un reniement, d’avec la socio-histoire. C’est dans cette perspective que l’on peut comprendre le double objet de ce texte : à la fois réaliser une première sociologie de ce sous-champ disciplinaire et proposer un certain nombre de leçons épistémologiques et méthodologiques qui peuvent être tirées des ouvrages recensés. Au fond, il ne s’agit là que d’une posture banalement réflexive, qui conduit le chercheur à s’interroger sur les fondements et les logiques de sa recherche[8].

Interdisciplinarité et maintenance des frontières

La prétention à la construction et à la représentation d’intérêts sociaux passe d’abord par la nécessité de les dénommer, puis par un travail de rassemblement et d’homogénéisation autour de ces dénominations[9]. Les chercheurs en sciences sociales contribuent tous les jours à cette production d’identités tout à la fois sociales et scientifiques, et c’est particulièrement le cas quand ils participent à la création d’entités disciplinaires ou sous-disciplinaires, qui « occupent le terrain » scientifique et apparaissent comme des « sortes de synecdoques sociales réussies », pour reprendre le syntagme qu’emploie Michel Offerlé dans ses travaux sur les groupes d’intérêts[10]. Dès lors, il est nécessaire de s’interroger sur les conditions de l’usage par les deux ouvrages généraux (et en laissant de côté pour l’instant le travail d’Eric Phélippeau) du terme « socio-histoire ». Et le moins que l’on puisse dire est que les deux définitions de ce terme sont bien distinctes. Continuer la lecture de Interdisciplinarité ou invention d’une « offre » disciplinaire ? Sociologie, histoire et science politique au risque du croisement disciplinaire

Le vît est obtus. Ce que les porn studies font aux sciences sociales

À propos de Florian Vörös (ed.), Cultures pornographiques. Anthologie des porn studies, Paris, Éditions Amsterdam, 2015.

Les porn studies n’ont pas surgi dans un complet désert bibliographique. Les études historiques, sociologiques et anthropologiques sur la sexualité sont nombreuses depuis les travaux pionniers de Margaret Mead sur les Samoans. Même si l’histoire de la sexualité s’est longtemps confondue avec une histoire de la reproduction, les approches culturalistes ont permis de dépoussiérer la chose et de donner une épaisseur toute somatique aux tremblements érotiques de la chair. De Foucault à Lacqueur, le croisement des pratiques sexuelles et des investissements politiques n’a cessé d’interroger. C’est donc sur ce substrat particulièrement riche que les porn studies sont apparues. Dans le grand mouvement nord-américain de découpages thématiques en « studizes » parfois réduites à la taille d’un confetti, l’obscénité sexuelle et ses représentations médiatiques ont peu à peu été quadrillées par des questionnements sociologiques, anthropologiques et historiques des plus pertinents. Il en résulte aujourd’hui un foisonnement théorique et empirique tel qu’il est n’était pas inutile de produire une anthologie raisonnée (à défaut d’être raisonnable) des porn studies. Le parti pris de Florian Vörös est de n’esquiver aucun des débats politiques et méthodologiques traversant les études sur la pornographie et, dans le même temps, d’assumer des choix clairs. En ouvrant cette anthologie sur une réflexion (empruntée à Linda Williams) concernant le double du terme « obscénité » (à la fois ce qui est vulgaire et ce qui est « placé hors de la scène » [p. 5]), Florian Vörös indique nettement le parti pris des choix effectués : saisir les lignes de transgressions sans hésiter à les nommer comme telles. Je suivrai d’ailleurs la voie qu’il propose en conservant au mot « obscène » sa double signification la rendant – en pratique – imperméable aux tentatives de réification.

editions-amsterdam-cultures-pornographiques-florian-voros-394x591La pornographie (et les études qui en cernent les productions et les manifestations) est en effet par son objet même (les sexualités présentées dans une obscénité plus ou moins travaillée) soumis à un régime de haute tension morale. Florian Vörös rappelle que les « sex wars » opposait une ligne féministe anti-porno qui voyait dans l’analyse critique de la pornographie une justification potentielle des dominations dont celle-ci est porteuse, à une ligne tout aussi féministe mais persuadée que c’est l’exploration rigoureuse des conditions sociales et historiques d’émergence de la pornographie qui sont la condition du dévoilement des structures de pouvoir engrammées. L’anthologie qu’a rassemblée Florian Vörös est axée sur cette deuxième voie. Avec cette idée lancinante que les porn studies pourraient permettre à un discours argumenté des sciences sociales de venir faire pièce au traditionnel couplet « médico-pyschologique » (p. 16). Cette ambition politique et méthodologique présente l’intérêt de déplacer les termes quelque peu dépassés des « sex wars ». En voulant « ouvrir la boîte noire du mainstream » (p. 18), les études pornographiques féministes présentées dans l’ouvrage ne se limitent pas à une (indispensable) exploration des marges et de leurs potentialités émancipatrices. Il s’agit aussi bien d’aller voir dans la machinerie phallo-centrée et capitaliste la plus sombre que de signaler les tentatives de récupération libérale du développement sexuel personnel. La question économique est venue déborder les traditionnelles interrogations culturelles sur les représentations. Le retour d’un certain souci des conditions de production et de réception accompagne une analyse féministe et antiraciste de la pornographie. De ce point de vue, l’anthologie tient toutes ses promesses. Les textes les plus essentiels de la thématique porn sont présentés dans des traductions de qualité. On notera en particulier un effort tout particulier pour rendre aux articles et chapitres une fluidité qui paraît tout de suite plus évidente en anglais qu’en français. Je propose d’explorer quelques-uns des aspects qui m’ont semblé les plus saillants. Continuer la lecture de Le vît est obtus. Ce que les porn studies font aux sciences sociales