Archives par mot-clé : Histoire des idées

Dans la pénombre de l’histoire des sciences

À propos de Guy Boistel et Stéphane Le Gars (dir.), Dans le champ solaire. Cartographie d’un objet scientifique, Paris, Hermann, 2015.

En historien, j’aime à regarder les marges. Les marges épistémiques surtout. J’aime à analyser les processus conduisant par exemple en 1863 un Urbain Le Verrier, alors directeur de l’Observatoire de Paris, à affirmer péremptoirement, dans une lettre au ministre de l’Instruction Publique à propos de Jean Chacornac, un de ses astronomes titulaires en passe d’être mis à l’écart de l’institution astronomique officielle, que celui-ci « n’est pas un savant »[1].

dans-le-champ-solaireCeci n’est pas un savant. Comme dans le cas de Le Verrier, cet énoncé est d’abord un acte d’autorité, édictant en un même mouvement une norme et une déviance, stigmatisant un individu, un ensemble de pratiques. Ceci n’est pas un savant. Cet énoncé peut également signifier, dans une tradition surréaliste bien connue, que malgré les apparences les choses ne sont pas forcément ce qu’on croit qu’elles sont. Dire « ceci n’est pas un savant » de quelqu’un se prétendant tel, dire de ses publications qu’elles n’appartiennent pas au domaine de la fabrication d’un savoir (académique), c’est aussi tenter « d’abattre la forteresse où la similitude (est) prisonnière de l’assertion de ressemblance »[2].

Disons-le tout de go, malgré les apparences, malgré les ressemblances, le livre dont il s’agit ici de faire la recension n’est pas un livre d’histoire des sciences. Enfin, comme j’espère le montrer, il ne devrait pas pouvoir être considéré comme le résultat d’un travail de recherche. Bien que cela ne soit pas particulièrement agréable, je jouerai, une fois encore, et peut-être un peu schizophréniquement, le rôle de gatekeeper dont je souligne pourtant fréquemment le caractère parfois autoritaire chez tant d’acteurs du 19e et du début du 20e siècle. Ne perdons pas de vue qu’être aux marges d’un champ, celui de l’histoire des sciences en l’occurrence, c’est encore appartenir à ce champ, et il est bon de rappeler, pour tenter de préserver notre propre crédibilité en tant que (sous- ?)discipline produisant un certain discours sur le monde, que tous les travaux ne se valent pas, et, en l’occurrence, qu’il ne faut pas confondre historiens et antiquaires des idées scientifiques.

Le livre collectif co-dirigé par Stéphane Le Gars et Guy Boistel traite de l’histoire du Soleil comme « objet scientifique », en se concentrant sur le 19e et le 20e siècles. Au vu de l’importance des études solaires en astronomie, aussi bien dans les plus grands observatoires que chez de nombreux amateurs, observateurs, photographes, spectroscopistes, c’est un sujet qui mérite largement un éclairage spécifique. Le titre de l’ouvrage intrigue et donne envie d’en savoir plus. Pourquoi parler de « champ solaire » ? Un trait d’esprit en référence à Bourdieu ? Pourquoi parler de « cartographie » ? pourquoi parler d’« objet scientifique » ? Avant même d’ouvrir l’ouvrage, ceci laisse augurer une certaine structuration théorique des analyses historiques, ce qui nous met, en bon zilselien, dans une posture bienveillante a priori.

(source : phototheque.net/Luberon.html)
Champ tournesolaire (source : phototheque.net/Luberon.html)

Hélas, cet enthousiasme initial est rapidement tempéré par la lecture de l’introduction de Stéphane Le Gars. Les ambitions affichées par le co-directeur de l’ouvrage sont grandes. Rien de moins que la constitution d’une « épistémologie solaire » (c’est l’objet de la première partie du livre). Cette terminologie quelque peu grandiloquente désigne en réalité, on s’en rend compte page 14, une tentative de réflexion sur la modélisation à partir du cas de l’étude du Soleil par quelques savants. Pourquoi pas. Nous jugerons sur pièce à la lecture de la première partie. Explicitant l’objet de la deuxième partie du livre, Le Gars nous explique qu’il s’agit également d’étudier «  le Soleil comme un objet source de possibles : source de rayonnement bien évidemment, mais également source d’énergie, voire source de controverses » (p. 14). Là on commence à se perdre. Quel rapport entre le fait d’être une « source de rayonnement » et celui de constituer une « source de controverses » ? Des jeux de mots ne font pas une problématique et l’on sent d’emblée que la structuration de l’ensemble risque de n’être qu’un mirage. Mais le problème principal est ailleurs. En effet, le lecteur de l’introduction ayant quelques connaissances en histoire, sociologie, et philosophie des sciences et des techniques risque surtout d’être pour le moins troublé par l’utilisation maladroite d’une gamme assez large de concepts empruntés aux STS. Le cas de la notion d’immersion (embeddedness) est particulièrement frappant. Développée en 2000 par Lorraine Daston dans son ouvrage Biographies of scientific objects afin de décrire la manière dont certains « objets scientifiques » (c’est donc de ces objets-là dont il est question dans le titre…) peuvent être insérés dans des contextes culturels différents de ceux dans lesquels ils ont émergé, l’immersion est utilisée par Le Gars pour mettre en parallèle deux textes, l’un de Bruno Latour, l’autre de Colette Le Lay (si si !!). Latour, dans l’ouvrage dirigé par Daston, se demande si l’on peut considérer qu’il s’agit bien du bacille de Koch qui a tué Ramsès II alors que ce bacille, comme objet scientifique, n’est apparu qu’au XIXe siècle. Le Gars indique que, « dans le même ordre d’idée », on peut s’interroger (comme le fait Le Lay au chapitre 7) sur la réminiscence d’arguments utilisés au début du 19e siècle (reliant activité solaire et prix du blé) chez les climato-sceptiques d’aujourd’hui. Quel rapport avec Latour ? En quoi s’agit-il ici d’une question d’immersion ? Epistémologiquement ces deux cas n’ont absolument rien à voir. D’ailleurs, Le Gars abandonne rapidement la notion d’immersion (mais pourquoi l’avait-il introduite déjà ?), lui préférant les « expressions » de « dissolution » et de « recristallisation » du Soleil, absolument vides de contenu théorique. Soudain, tout s’éclaire pour le lecteur. Bon sang mais c’est bien sûr ! Contrairement aux apparences, ce n’est pas en chercheur de SHS, pas en historien, pas en épistémologue, ni en sociologue que pense et écrit Le Gars, et il en sera de même de la quasi totalité des auteurs de cet ouvrage, mais bien en physicien. Voici la clé de lecture de ce livre. C’est un livre écrit par un physicien, passionné d’histoire et d’épistémologie, à destination d’un lectorat de physiciens. Les imprécisions notionnelles, les incorrections terminologiques, tout ceci doit finalement être relativisé et sans doute être mis sur le compte d’une activité relevant plus du loisir sérieux que d’une activité professionnelle de recherche.

Mais continuons notre parcours des chapitres du livre. Continuer la lecture de Dans la pénombre de l’histoire des sciences

Sources et ressources de la pensée sociologique

À propos de François Vatin, Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique. Politique, épistémologie et cosmologie, Paris, La Découverte/MAUSS, coll. « Recherches », 2005.

Cet ouvrage de François Vatin, paru il y a dix ans, regroupe trois articles publiés dans les années qui précèdent, articles présentés ici sous une forme révisée et augmentée pour les deux premiers d’entre eux, déjà volumineux dans leur version originale. On n’en finira donc pas de les redécouvrir.

41DEHHYMKXL._SY344_BO1,204,203,200_Ainsi que l’indique le titre du recueil, et comme l’énonce l’auteur dans l’introduction, la problématique commune à ces essais est celle relative à l’émergence, en Europe, dans la seconde moitié du XIXe siècle, d’un questionnement proprement « sociologique ». « Il s’agit en somme de concevoir le contexte qui, dans le monde des idées comme dans le monde des faits, a conduit à l’émergence d’une science positive de la société, irréductible à la philosophie morale comme à l’économie politique » (p. 6). Et ce détour par trois moments clefs de la constitution de la discipline sociologique, tributaires pour chacun d’eux d’un questionnement spécifique (« politique », « épistémologique » et « cosmologique », pour reprendre les termes de l’auteur), ne serait pas sans apporter des éléments pertinents pour la compréhension des problématiques contemporaines propres à la discipline : « Ce contexte, je le crois toujours actuel. En tentant de l’énoncer et de l’éclairer, je désigne donc aussi ce qui me paraît être encore aujourd’hui la mission intellectuelle de la sociologie » (p. 6). A l’inverse des hagiographies convenues, l’objectif de François Vatin, à travers l’examen minutieux de ces trois moments, est bien de réinscrire certaines problématiques sociologiques dans ce que Braudel appellerait une « moyenne durée », afin, écrit Fr. Vatin, de « débusquer les fausses nouveautés qui font foison dans nos disciplines », de souligner « l’ancienneté des débats qui traversent les siècles, sous des formes chaque fois renouvelées » — « ce détour productif »  étant lui-même un moyen « pour mieux penser le présent » (p. 18). Continuer la lecture de Sources et ressources de la pensée sociologique

S’égarer ou se brûler. Retour vers le futur antérieur de la science

À propos de J.B.S. Haldane, Bertrand Russell, Dédale & Icare, trad., Paris, Allia, 2014.

« Les prévisions sont difficiles surtout quand elles concernent l’avenir », avait coutume de dire Pierre Dac. On le vérifie aisément, la futurologie est un exercice des plus périlleux qui expose bien souvent au ridicule ceux qui, trop téméraires pour se contenter d’explorer le passé ou le présent, se lancent dans l’exploration d’avenir. J’ai en tête quelques tentatives étourdissantes de prospectives spatiales dans les journaux français au lendemain du vol de Spoutnik : la vie spatiale s’annonçait radieuse, quotidienne, évidente[1]. Près de soixante ans après, c’est avec une circonspection retenue qu’on relit ces discours enflammés sur l’avenir extra-terrestre de l’humanité. Mais il faut être juste et ne pas céder à la facilité du ricanement systématique. Car la futurologie est un bel objet d’exploration sociologique et historique. Ariel Colonomos vient récemment d’en faire la preuve dans son beau livre La politique des oracles, sous-titré Raconter le futur aujourd’hui[2]. En détaillant la façon dont toute une ingénierie financière ou une grande partie des administrations publiques s’attachent, quotidiennement, à domestiquer le futur, l’auteur révèle les mécanismes profonds d’une stabilité partout recherchée.

book_705_image_cover

Prenons donc la futurologie pour ce qu’elle est : une tentative de tracer les grandes lignes des temps à venir à partir du présent (et cette dernière caractéristique, on le verra, est essentielle). Les Éditions Allia viennent de publier deux textes, l’un de J.B.S. Haldane, et l’autre de Bertrand Russell ; chacun tentait de situer les effets potentiels à plus ou moins longs termes des développements des sciences et des techniques dans l’entre-deux guerres. Continuer la lecture de S’égarer ou se brûler. Retour vers le futur antérieur de la science

La servilité experte dans la Grèce ancienne

À propos de Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 2015.

L’expertise est devenue une thématique canonique des Science and Technology Studies (STS). Rien ni personne n’y échappe. Dans le grand maelstrom de la « démocratie technique », tout le monde peut à un moment où à un autre être qualifié d’« expert ». La fameuse « troisième vague » des STS (celle précisément qui place l’expertise au centre des préoccupations) a tout emporté sur son passage, requalifiant les bonnes vieilles controverses en jeux d’expertise plus ou moins sophistiqués. Les catégories « expert » et « expertise » se sont tellement dilatées qu’elles n’ont plus guère de sens.

9782021123623Il faut le détour par la Grèce ancienne et le très beau livre de Paulin Ismard pour saisir tout l’intérêt d’un travail précis et précautionneux sur les catégories d’analyse relatives à l’expertise. Cette plongée dans un univers qui nous est radicalement étranger fait jaillir des effets de sens assez massifs qui permettent de reconsidérer les analogies hâtives qui sont trop souvent établies sans nuance entre les systèmes politiques antiques et les pendants contemporains. Véritable ethnographie dans les arcanes des cités, le travail d’Ismard fait signe en direction de l’histoire des sciences, de la sociologie de l’action publique et de la science politique. Pas moins. Le recours à un comparatisme souple mais étendu autorise cette appropriation large des analyses – de ce point de vue le livre est un modèle de juxtapositions pertinentes entre exemples historiques dont les écarts sont significatifs. La thèse centrale du livre repose sur une tentative de détourer dans les quelques sources disponibles (textes et inscriptions) la figure des esclaves-experts des cités grecques anciennes. Leur rôle, dans l’administration quotidienne de la polis, leur statut juridique spécifique, leurs capacités d’initiative convergent vers une double acception de la pratique politique : d’une part, un rejet de l’expertise hors du champ politique et, d’autre part, un processus d’invisibilisation organisé de l’inévitable travail bureaucratique nécessaire au maintien des institutions politiques. C’est dans cette tension entre la réalité d’une administration quotidienne du commun et sa délégation à des individus privés des droits de la citoyenneté que se noue l’ambiguïté jamais résolue de l’esclavage public en Grèce ancienne.

Entrons dans le cœur du livre pour comprendre ce traitement original d’un matériau historien finalement très classique.  Continuer la lecture de La servilité experte dans la Grèce ancienne

Tristes tropismes

À propos d’Anna Boschetti, Ismes. Du réalisme au postmodernisme, Paris, CNRS Éditions, 2014, 352 p.

« Ah ! mais ! Il m’a fait bouler, mais je ne resterai pas par terre ! Je vais me recommander aux dieux, et puis m’envoyer moi-même à l’école. De ce pas, je me rends au pensoir… [Se ravisant] Ouais ! vieux comme je suis, avec ma pauvre mémoire et ma comprenotte lente, comment pourrai-je m’assimiler de subtiles frisettes de raisonnements coupés en quatre ? [Se décidant] Il faut y aller. Qu’est-ce que j’ai là à lanterner, au lieu de frapper à cette porte ? [Il frappe à la porte de Socrate] Petit ! hé, petiot ! »
Aristophane, Les Nuées, dans Théâtre complet I, Paris, Gallimard, 1997, p.225.

L’accumulation des « ismes » dans les domaines savants, au même titre que l’« effet logie »[1] ou bien encore l’omniprésence actuelle des « studies » presse à un travail réflexif des chercheurs en sciences sociales ­– et, sans doute également, des philosophes, des historiens de l’art et des spécialistes en études littéraires – sur la genèse des représentations sociales des savoirs et des catégories de pensée qui leur sont associées et qui sont acceptées comme des éléments de classification allant de soi, en quelque sorte pseudo-évidents et unitaires. Bien entendu, ces exemples marqueurs ne sont pas identiques et ne peuvent se confondre ; ils partagent néanmoins comme propriété commune, au-delà de signifier un tropisme académique, d’être des notions-concepts vagues permettant à certains acteurs ou collectifs d’acteurs de surfer dessus pour se faire un nom (et tout ce qui va avec). Ces marqueurs sont proches mais non identiques puisque, comme il va en être question dans cette recension du dernier ouvrage d’Anna Boschetti, les « ismes » ont existé et demeurent en dehors des champs académiques et scientifiques, contrairement aux « logies » et aux « studies » (parmi d’autres envisageables), qui produisent leur petit effet d’attraction par ailleurs.

ismes-anna-boschettiDans son dernier ouvrage, la sociologue des intellectuels et de la culture entend rompre avec toutes ces habitudes de pensée savantes qui consistent – par séduction ?, par mimétisme ?, par paresse ? – à confondre les catégories d’analyse et autres formes de classification avec les objets d’étude, tout autant qu’à concevoir leur développement global suivant des « mouvements » successifs (p. 6), comme si elles naissaient, murissaient, se diffusaient et déclinaient naturellement – ce faisant, une génération en remplace une autre. Cette insatisfaction apparaît d’ailleurs dans la structure de la publication, à la fois sobre et ambitieuse. Composée de cinq chapitres (« romantisme », « avant-gardisme », « existentialisme », « structuralisme » et « postmodernisme ») de prime abord distincts mais entretenant cependant certains rapports d’affinité, cette structure exprime la volonté de l’auteure de s’émanciper des routines de la casuistique qui s’exerce dans les études littéraires et en sciences sociales. Ce sont toutes ces sortes d’habitudes consistant à les traiter suivant le format d’une simple juxtaposition, vis-à-vis de laquelle la confrontation et la comparaison ne sont pas pensées, ou bien à insister exagérément sur une forme de continuité qui laisse supposer une causalité établie (i.e. tel concept est le produit ou a été nécessairement généré par tel autre). Anna Boschetti ne cache pas que cet attachement à l’émancipation de la fausse alternative continuiste/discontinuiste trouve sa source dans les travaux sur l’art de Pierre Bourdieu, tout particulièrement au travers de la notion de « révolution symbolique ». Il y a chez tous les deux une même attention portée à la cumulativité des pratiques, des représentations et des savoirs, qui se distingue de l’emploi à toutes les sauces du concept de « paradigme » de Thomas Kuhn. De la même façon, elle rejette l’antinomie supposée dans l’étude des concepts des approches internaliste et externaliste. Pour tout dire, l’auteure emprunte toute sa méthodologie et sa terminologie à Bourdieu (celui des Règles de l’art et du cours sur Manet), jugeant par exemple insuffisante la sémantique historique (Geschichtliche Grundbegriffe) portée par Reinhart Koselleck (insuffisante en quoi, ce n’est pas très clair…) et le cadre théorique des « mondes de l’art » de Howard Becker, pas assez puissant selon elle, car il réduit les rapports sociaux à un simple processus de coopération entre acteurs agents individuels sans hiérarchies et facteurs de lutte apparents (p. 11).

Ainsi donc, il est question d’habitus et de champs, d’espace des possibles, d’économie des biens symboliques, mais aussi de dispositions, de trajectoires, de classements, d’intérêts, de concurrence… En somme, tout un répertoire bien déterminé qui permet, comme l’escompte l’auteure, de restituer les différents points de vue et représentations des agents, en tenant compte aussi bien des configurations historiques que du fonctionnement de l’espace social à des moments spécifiques, c’est-à-dire en observant les effets du changement social, que ce soit à l’échelle locale, nationale ou encore transnationale, sur le processus de mutation des catégories. Avec tout ça, il y a de quoi opérer un travail comparatif à grande échelle. C’est d’ailleurs ce qui se réalise, au travers du programme d’une sociologie culturelle « transnationale », tel que mené par Gisèle Sapiro et Johan Heilbron[2] auquel il convient d’ajouter Christophe Charle, sur la base du mot d’ordre lancé par Pierre Bourdieu dans son article « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées »[3]. Le présent travail d’Anna Boschetti s’avère une contribution majeure dans cet espace de possibles, prenant un soin tout particulier à restituer la migration-transformation des idées d’un contexte social ou national à un autre. Continuer la lecture de Tristes tropismes