Archives par mot-clé : Histoire des idées

Artillerie lourde. Boutefeux conceptuels en histoire des sciences

« […] les superstructures de la société civile sont comme le système des tranchées dans la guerre moderne. […] il arrivait, au cours de cette dernière guerre, qu’une attaque acharnée d’artillerie donnât l’impression d’avoir détruit tout le système défensif adverse, mais n’en avait détruit en fait que la surface extérieure […] »

Gramsci A., « Notes sur Machiavel, sur la politique et sur le Prince moderne », Cahiers de prison, 16[1].

Se rassembler autour des travaux d’un individu est une pratique courante dans le monde scientifique. A fortiori en sciences humaines et sociales. Ces rassemblements revêtent des formes diverses, allant de l’hommage à un pair (retraité), l’exhumation d’un génie (tenu pour) oublié, à l’actualisation de la pensée (dévoyée) d’un fondateur (tenu pour) bien connu. Depuis, disons, une vingtaine d’années (et nous prierons la charité du lecteur pour cette approximation) les rassemblements autour de penseurs associés au large spectre du marxisme s’organisent plus fréquemment. Ici même Zilsel, par ici et là-bas Marx, et ailleurs Gramsci. Dans notre petite typologie, une place particulière est tenue par ce genre de rassemblements : car, dès lors que la figure tutélaire X ayant motivé la réunion se trouve aussi être politiquement estampillée, la méfiance attise rapidement l’œil critique et l’appréciation se porte rapidement sur le terrain des légitimités : qui donc fait ainsi appel à X ?, et quelles sont ses raisons ? Il en va ainsi : radicalité résonne souvent en culte à peine voilé d’authenticité.

C’est la récurrence de ce type d’appréciations, entendu de-ci de-là après avoir assisté à l’atelier Science as Cultural Hegemony : Gramscian Concepts for the History of Science, (22–24 janvier 2014, Barcelone), qui me pousse à en proposer un compte-rendu dans une forme qui s’efforcera d’échapper au réflexe puriste. La méthode en sera simple : tâcher de décrire empiriquement ce en quoi consista ce rassemblement ci. Non seulement – et non surtout – du point de vue de ses contenus mais avant tout de lui de ses pratiques : vers une ethnographie des armureries conceptuelles.

Continuer la lecture de Artillerie lourde. Boutefeux conceptuels en histoire des sciences

Les rimes de la modernité

MusesÀ propos de Hugues Marchal (ed.), avec la contribution de Philippe Chométy, Caroline De Mulder, Bénédicte Elie, Laurence Guellec, Sophie Laniel-Musitelli, Muriel Louâpre, Catriona Seth, Nicolas Wanlin et Alexandre Wenger, Muse et ptérodactyles. La poésie de la science de Chénier à Rimbaud, Paris, Le Seuil, 2013, 650 p.

 

Les 214 poèmes qui constituent cette anthologie de la poésie scientifique au 19e siècle sont bel et bien les éléments entr’aperçus d’un « continent disparu », comme le soutient Hugues Marchal. Le plus souvent en vers, parfois en proses, ces textes portent témoignage d’un genre littéraire qui fut au centre de la production artistique. Présenter des découvertes scientifiques sous la contrainte d’une métrique parfaite, ou faire rimer « phosphates » et « carbonates » (comme l’ose Jules Arbelot en 1882), la forme littéraire la plus recherchée s’est, un temps, conjuguée sur le mode de la science triomphante. C’est un moment dense de l’histoire des relations tumultueuses entre littérature et science que cette anthologie restitue ; une période où ces grands secteurs de l’activité humaine se sont affrontés, accordés, distendus, rapprochés, sur un mode particulier. L’arc chronologique s’étend de la Convention (dont on connaît le rôle, en France, dans la structuration des savoirs disciplinaires) à 1900, époque à laquelle la poésie scientifique n’apparaît plus que comme un exercice désuet, sinon ridicule.

L’époque moderne se prolonge un peu au 19e siècle en imposant encore pour quelques temps la figure de « l’honnête homme » capable de circuler entre différents espaces d’expression. Mais la scission s’opère à travers une série de processus historiques croisés : les pratiques scientifiques se fractionnent en segments cognitifs fins, la littérature forge ses propres canons réflexifs sur le romanesque et, enfin, l’idéal du progrès scientifique continu est sérieusement remis en question à la fin du 19e siècle.

Continuer la lecture de Les rimes de la modernité

Une sociologie de l’idéologie antitotalitaire : le champ intellectuel français emporté sur sa droite

IntellectelloGauche_UNE72D’après Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1968-1981), par Michael Scott Christofferson, Marseille, Agone, « Éléments », 2013, 622 p[1].

Michael Scott Christofferson offre une étude originale et documentée des enjeux de l’antitotalitarisme en France dans les années 1970. Il propose une socio-histoire du champ intellectuel français sous l’angle d’une offensive idéologique anticommuniste. L’enjeu de l’ouvrage est immense puisqu’il fait contrepoids à une vulgate (néo)libérale d’après laquelle l’antitotalitarisme constitue une évidence morale à ne surtout pas interroger. L’idée d’une disqualification, par le totalitarisme, d’une gauche intellectuelle restée fidèle au marxisme, n’est pas — loin s’en faut — le produit d’une révélation politique que les écrits de Soljenitsyne auraient validée. C’est un mouvement lent, mais néanmoins visible de réaction idéologique que Christofferson décrit.

Autopsie du tropisme antitotalitaire

L’ouvrage — version publiée de sa thèse de doctorat soutenue sous la direction de Robert Paxton — s’ouvre sur les conditions de réception du concept de « totalitarisme » en France. Le poids politique et intellectuel du Parti Communiste Français (PCF) ainsi que sa relation maintenue avec l’URSS ont configuré le débat antitotalitaire dans des formes spécifiques ; d’autant plus que la montée en puissance de la gauche tout au long des années 1970, et son alliance avec le PCF, suscitent des craintes et des réprobations à droite comme au sein de la gauche anticommuniste.

Continuer la lecture de Une sociologie de l’idéologie antitotalitaire : le champ intellectuel français emporté sur sa droite