Faire l’éloge de la grandeur savante vers 1900

Comment s’organisent et sont façonnés les images et valeurs, les stéréotypes et représentations plus ou moins partagés du travail scientifique ?[1] Pour donner quelques éléments de réponse à ces questions qui en amorcent d’autres, je résumerai une série de résultats d’une enquête socio-historique, qui visait à rendre raison de l’élaboration de la « grandeur savante », c’est-à-dire le processus par lequel un ensemble composite de valeurs épistémiques et morales est attribué à des acteurs scientifiques, individuel et collectif. La grandeur s’associe ici à des définitions générales de la persona savante. À l’intersection de l’individuel et du collectif, la notion maussienne de persona révèle la qualification des identités socioculturelles – ici dans les sciences – et les divers rôles endossés par les individus[2]. Parmi les possibles, l’on peut citer les catégories de classement disciplinaire dont le sens peut fluctuer d’un contexte à l’autre (physicien, mathématicien, astronome), les mots identificatoires (savant, homme de science, amateur, etc.), en plus des dispositions éthiques qui cadrent l’exercice de la science (la vocation, le désintéressement, le mérite, l’intégrité morale…). La construction de la persona savante met en récit des allants de soi, des répertoires de symboles et des qualités attendues, et pas n’importe comment, puisque le récit s’inscrit dans le cadre culturel à partir duquel l’image collective du savant est façonnée par ceux-là mêmes qui sont habilités (ou pas, ou peu) à dire ce qu’est la science. Cette fabrique en personne(s) de la grandeur savante, je l’illustrerai par deux études de cas se recoupant dans un même contexte historico-culturel : les éloges funèbres de l’Académie des sciences de Paris et les stéréotypes de la grandeur astronomique à la Belle Époque.

Institut de France (crédits : patrimoine-histoire.fr)
Une science sous la coupole de l’Institut de France (crédits : patrimoine-histoire.fr)

Un mot peut-être, pour expliquer pourquoi je me suis intéressé aux éloges funèbres et, chemin faisant, à la grandeur savante ; car je suis bien conscient que, au premier abord, le sujet est exotique voire quelque peu morbide. Pour ravitailler la base de données prosopographique que j’avais conçue pour les besoins de ma thèse, qui portait sur l’astronomie française sous la Troisième République, j’ai « dépouillé » – comme l’on dit avec délicatesse – des dizaines de dossiers d’anciens membres de l’Académie des sciences. Ces dossiers sont plus ou moins épais, à la mesure de la grandeur du membre de l’Institut ; ils rassemblent et classent les documents selon un ordre invariable : premières notes soumises aux Comptes rendus, campagne pour l’élection, notices sur les recherches en cours, correspondances et, fermant la marche, des documents nécrologiques. Cette dernière catégorie m’a intrigué. J’avais déjà constaté l’usage des oraisons et des éloges funèbres comme sources secondaires dans l’historiographie. Il arrive que des historiens de l’astronomie puisent dans ces récits-fleuves sans toujours en critiquer les sources ni le cours à la confluence du bio- et de l’hagiographique. Or, en examinant plus attentivement ce genre expressif et en particulier ce qu’il révèle des représentations ordinaires de la science la plus légitime, c’est-à-dire celle qu’évalue et thésaurise l’Académie des sciences de Paris, l’idée m’est venue d’en faire la source primaire d’une enquête socio-historique : l’éloge funèbre à la Belle Époque en tant qu’il qualifie, exprime et reconduit la grandeur académique[3]. C’est ce fil d’enquête que je reprendrai aujourd’hui en l’enrichissant : dans une première séquence, je resserrerai l’analyse que j’ai proposée de l’éloge académique dans un article passé inaperçu – et pour cause –, puis j’exposerai trois registres de construction de la grandeur savante dans l’astronomie fin-de-siècle – les registres cassinienprofessionnel et uranien. Continuer la lecture de « Faire l’éloge de la grandeur savante vers 1900 »

Recherche scientifique, académies, pouvoirs publics : un cocktail (d)étonnant ?

Sous la conduite de son Secrétaire Perpétuel, l’historien Hervé Hasquin[1], l’Académie royale de Belgique a mis sur pied le Collège Belgique, à savoir une offre de cours-conférences directement inspirée du Collège de France. La mue et l’entrée concrète de la vénérable institution dans le 21e siècle s’accompagnent de la mise en ligne de tous les cours-conférences et colloques organisés par et à l’Académie. Comme de nombreuses académies européennes, celle de Belgique fut fondée au 18e siècle (1772). Période charnière, comme on va le voir, pour le développement des relations entre recherche scientifique et autorités politiques…

Les 30 avril et 7 mai 2015 derniers, les professeurs Robert Halleux (FNRS/Université de Liège) et Chantal Grell (UVSQ) proposaient ainsi un cours-conférence intitulé « La naissance des politiques scientifiques en Europe : science et grandeur des États (17e-18e siècles) ». En réalité, leurs présentations résultaient de recherches menées dans le cadre d’un programme international financé par l’Académie internationale d’histoire des sciences. Le but du projet ? Tout simplement réaliser une histoire comparée des politiques scientifiques depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours… La bagatelle en somme. Prononcée à Bruxelles, ce cours-conférence a, en 2015, une résonance particulière puisque le gouvernement fédéral belge par l’intermédiaire de la Secrétaire d’État en charge de la Recherche Scientifique entend réorganiser de la cave au grenier l’Agence fédérale de la Politique Scientifique (BELSPO)… Les premières mesures ont pu être observées au mois d’avril dernier – durant le week-end de Pâques, tout un symbole ! – quand on a appris le licenciement avec effet immédiat du président du comité de direction de BELSPO, Philippe Mettens. Hasard ou pas, l’ex-responsable de la politique scientifique fédérale belge était présent le 7 mai lors de la seconde partie du cours-conférence. Tout un symbole (bis) !

Importance des interactions entre chercheurs et monde politique

Recherche scientifique, académies et pouvoirs publics. Voilà un cocktail (d)étonnant que nous ont servi Robert Halleux et Chantal Grell et qui imprégnera les quelques lignes qui vont suivre. Le constat est d’ailleurs assez clair pour nos deux orateurs. Depuis ce que l’on appelle communément la révolution scientifique amorcée au 17e siècle, les chercheurs/scientifiques ont eu besoin du pouvoir politique pour financer leurs travaux. Ou du moins ils ont pu compter dessus jusqu’à un certain point. La course aux financements, les deadlines intenables, l’orientation des axes de la recherche, etc. ne seraient donc pas des inventions du 21e siècle ? Horresco referens.

La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)
La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)

Continuer la lecture de « Recherche scientifique, académies, pouvoirs publics : un cocktail (d)étonnant ? »

La servilité experte dans la Grèce ancienne

À propos de Paulin Ismard, La démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Le Seuil, « L’Univers historique », 2015.

L’expertise est devenue une thématique canonique des Science and Technology Studies (STS). Rien ni personne n’y échappe. Dans le grand maelstrom de la « démocratie technique », tout le monde peut à un moment où à un autre être qualifié d’« expert ». La fameuse « troisième vague » des STS (celle précisément qui place l’expertise au centre des préoccupations) a tout emporté sur son passage, requalifiant les bonnes vieilles controverses en jeux d’expertise plus ou moins sophistiqués. Les catégories « expert » et « expertise » se sont tellement dilatées qu’elles n’ont plus guère de sens.

9782021123623Il faut le détour par la Grèce ancienne et le très beau livre de Paulin Ismard pour saisir tout l’intérêt d’un travail précis et précautionneux sur les catégories d’analyse relatives à l’expertise. Cette plongée dans un univers qui nous est radicalement étranger fait jaillir des effets de sens assez massifs qui permettent de reconsidérer les analogies hâtives qui sont trop souvent établies sans nuance entre les systèmes politiques antiques et les pendants contemporains. Véritable ethnographie dans les arcanes des cités, le travail d’Ismard fait signe en direction de l’histoire des sciences, de la sociologie de l’action publique et de la science politique. Pas moins. Le recours à un comparatisme souple mais étendu autorise cette appropriation large des analyses – de ce point de vue le livre est un modèle de juxtapositions pertinentes entre exemples historiques dont les écarts sont significatifs. La thèse centrale du livre repose sur une tentative de détourer dans les quelques sources disponibles (textes et inscriptions) la figure des esclaves-experts des cités grecques anciennes. Leur rôle, dans l’administration quotidienne de la polis, leur statut juridique spécifique, leurs capacités d’initiative convergent vers une double acception de la pratique politique : d’une part, un rejet de l’expertise hors du champ politique et, d’autre part, un processus d’invisibilisation organisé de l’inévitable travail bureaucratique nécessaire au maintien des institutions politiques. C’est dans cette tension entre la réalité d’une administration quotidienne du commun et sa délégation à des individus privés des droits de la citoyenneté que se noue l’ambiguïté jamais résolue de l’esclavage public en Grèce ancienne.

Entrons dans le cœur du livre pour comprendre ce traitement original d’un matériau historien finalement très classique.  Continuer la lecture de « La servilité experte dans la Grèce ancienne »

Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique

Dans la rubrique « Séminaire » du Carnet Zilsel, hélas sous-alimentée, nous avons surtout repris les minutes du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps. Nous l’avons fait pour une raison simple de proximité, comme il est organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin (disclaimer : rédacteur du présent chapô), avec la complicité de nombreux rédacteurs du Carnet. Pour cette saison 3, le séminaire a porté sur les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Cinq séances se sont succédées depuis l’automne 2014. Lors de la première séance, le 14 novembre 2014, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ont présenté une recherche (interminable !) sur l’histoire sociale et configurationnelle de la sociologie historique des sciences et techniques. Le papier en support de leur intervention sera bientôt publié par la Revue d’histoire des sciences et ils en décriront la lente maturation dans un prochain billet zilselien. La deuxième séance du 19 décembre 2014 nous a transportés dans l’Allemagne du début du 20e siècle. Sur la base d’une recherche intensive dans les archives, Marc Joly (Centre Georg Simmel/EHESS) est revenu sur la naissance de la Société allemande de sociologie, telle qu’elle peut s’analyser à travers les rapports pour le moins compliqués de trois acteurs centraux : Georg Simmel, Ferdinand Tönnies, Max Weber. Comme d’habitude, l’invité était discuté par un collègue spécialiste des questions du jour. Cette séance-là Wolf Feuerhahn (CAK/EHESS) a ainsi donné la réplique. Le 30 janvier 2015, nous avons découvert un étrange objet des sciences juridiques, les « Mélanges ». Notre camarade Laurent Willemez (Printemps/UVSQ) a restitué la rationalité et les codes de ce genre expressif, lequel révèle la structuration sociale et intellectuelle d’une discipline académique, le droit du travail. L’exposé était cette fois discuté par Pierre-Yves Baudot (CESDIP/UVSQ). Le 20 mars 2015, nous avons reçu Christopher Donohue (National Human Genome Research Institute). Les lecteurs-rices du Carnet Zilsel connaissent désormais fort bien son travail. En effet, notre petite équipe s’était mobilisée en décembre 2014 pour échanger avec lui et Will Thomas, les animateurs du blog Ether Wave Propaganda. L’invitation avait vocation à approfondir la conversation transatlantique et transcarnetière. L’intervention de Christopher, iconoclaste et très stimulante, était intitulée «  Why Joseph Agassi is no longer read as much: reflections on the history and present state of the history and sociology of science ». On peut la lire sur EWP en plusieurs parties (ici, , encore ici, enfin là pour finir). Dans l’ultime séance de la saison, le 3 avril dernier, notre camarade de la team Zilsel Volny Fages s’est à nouveau immergé dans la trame tourbillonnaire de sa thèse portant sur les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle. C’était l’occasion de discuter une multitude de problèmes enchevêtrés qui nous concernent au premier chef : reconstruction des « marges » de la science et de l’« autorité socio-épistémique », normativité de l’analyse, positionnement méthodologique de/dans l’enquête, affiliation ou résistance à l’ordre des disciplines, etc. Comme il est de bonne méthode de battre le fer tant qu’il est chaud, nous publierons ci-après le texte à peine retouché et refroidi de Volny.

Il y a environ six mois, la commande était simple et claire : parle-nous de ta thèse et raconte-nous ta manière d’appréhender les rapports entre histoire et sociologie des sciences. Rien que ça. Toujours plein d’entrain j’ai accepté sans hésiter, me disant qu’il est toujours bon de revenir sur ce que l’on a fait et de tenter d’y mettre un peu d’ordre. Quand je me suis attelé à la tâche, je me suis rendu compte que j’avais probablement été un peu présomptueux et catégorique dans le titre que j’avais alors donné pour mon intervention (pour mémoire : « Entre histoire sociale et sociologie historique, ou comment décrire les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle sans sombrer dans une nébuleuse méthodologique »). Présomptueux d’abord car je me suis bien peu replongé dans mes travaux de thèse depuis trois ans et que le temps passé risque de me rendre parfois un peu imprécis, je m’en excuse par avance. Présomptueux ensuite car malgré mon combat héroïque, durant mes années de thèse, avec mes sources, mes acteurs, mes objets, avec les traditions historiographiques auxquelles il semblait alors naturel que je me rattachasse (j’ai nommé l’histoire de l’astronomie), je ne me suis jamais vraiment posé la question du rattachement ou de la caractérisation disciplinaire de mon travail – objet du séminaire d’aujourd’hui. Qu’étais-je alors en train de faire ? De l’histoire sociale ? C’est l’avis de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme. De la sociologie historique ? Il semblerait que ce soit l’avis de mes camarades du Carnet Zilsel et du séminaire SoS. Je reste, quant à moi, encore aujourd’hui circonspect. Et l’on comprendra sans peine pourquoi dans les développements qui suivent.

Rendre visibles les invisibles

Une historiographie de l’astronomie centrée sur l’étude des héros de l’histoire

En abordant mon travail de thèse, l’idée était d’aller regarder ce qui se passait dans le domaine de la cosmologie en France avant Einstein afin d’interroger le désert supposément identifié par les historiens de la cosmologie (Jacques Merleau-Ponty parle de « docte ignorance »[1]).
Rapidement, il m’est apparu que cette démarche était très largement téléologique et conduisait inévitablement à une impasse. Chercher des traces de cosmologie relativiste avant Einstein, des précurseurs s’interrogeant sur l’origine de l’univers en tant qu’entité globale physico-mathématique était une erreur classique et, j’en fis l’expérience amère, ne pouvait conduire qu’à une absence de résultats.

L'ambiance feutrée de la Bibliothèque de l'Observatoire de Paris (crédits : PSL)
L’ambiance feutrée de la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (crédits : PSL)

Continuer la lecture de « Les auteurs de cosmogonies scientifiques du second 19e siècle, de la lumière rasante des marges à la mise en visibilité historiographique »

Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (2/2)

In the second part of our interview, Christopher Donohue and Will Thomas discuss the possibilities offered by scientific blogging. Despite the usefulness and heuristicity of writing posts (clarifying theoretical or empirical aspects of a research that has just started, moving forward in the exploration of new objects of study, facilitating the flow of fresh ideas, interacting with other scholars, and so on), they both point out the fact that this activity is still far from being considered a legitimate part in an academic career. And at the same time, it requires a significant investment in time, energy, collective coordination and discussion. So there is something of a dilemma in the pursuit of this cognitive aspiration, and we thought it was useful, even essential, to reopen the interview on this issue. We also wished to ask what is their position towards the idea and practice of debate and open criticism (organized skepticism, in Robert K. Merton’s terms) within the academic world, given that we still think that it’s easier to engage in critical thinking and discussions in the US than in France. Another thing: like the Carnet Zilsel, EWP has its obsessions. The long series of posts written by Will on Simon Schaffer’s oeuvre is a good example. For its part, Christopher took the opportunity of this interview to announce the forthcoming publication of a series on Joseph Agassi, a now totally forgotten philosopher of science. (We also take this occasion to publicize that Chris will give a talk on Agassi in the Sociology of Science [a.k.a. “SoS”] Seminar of the Printemps, on March 20, 2015.) To sum up, we are delighted to have caused this interesting transatlantic conversation, and we hope that the discussion will continue for the coming years!

Even today, it seems that researchers are cautious about the idea of being involved in a scientific blog. It is true that it takes time and, above all, that this sort of contribution is not taken into account in the academic CV. This blurs the boundaries between ordinary usual scientific contribution evaluated within the peer-review system (which represents a huge temporal investment), and the desire to popularize and communicate on topics in a much more spontaneous manner. What is your position on these issues? How do they resonate in the United States? Could we say that it challenges the professional ethos of researchers?

Will Thomas (WT): Blogs can be a distraction if you’re not self-disciplined enough to budget your time, and I don’t think they can be anything other than a supplementary item on a CV, simply because of the lack of peer review involved. But they can also be a good investment in terms of their ability to help develop ideas. Alex Wellerstein’s blog is really great at this.

Interestingly, I think that due to universities’ emphasis on documenting “impact”—as well as the “evangelical” streak running through the humanities (i.e., the belief that ultimately research should speak to a public need for humanistic ideas)—the popularization function of blogs is fairly well accepted by now. I can’t think of any instances where I’ve heard someone look down on that. (Again, Alex has had great success in addressing the public, though he does have the advantage of writing about nuclear weapons!)

(credits: Charlie Broome, via Flickr)
Give Me a Keyboard and I will Raise a Blog (credits: Charlie Broome, via Flickr)

The biggest barrier, I think, is that many senior scholars look on blogging as something that is beneath their dignity. In my experience, scholars are reluctant to let people see what they are doing before their ideas are well polished. When they do write for blogs, one definitely gets the sense that they are mounting the lectern rather than talking off-hand, and calling attention to questions about details they don’t know the answer to. They want to project a kind of knowing authority. They might also have a sense that Internet discussions always get invaded by trolls, which is not my experience when you’re working in a specialized area. I think even the ugliness of the word “blog” may have something to do with it—it’s easy to disdain. This is too bad because there are at least some senior scholars, who I think could make good use of the medium. Their participation would do a lot to integrate it into the scholar’s accepted toolkit. Continuer la lecture de « Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (2/2) »