Archives par mot-clé : Marxisme

Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (2/2)

Seconde partie de l’article d’Emmanuel Barot. Approfondissant les arguments du billet précédent, l’auteur élabore avec force un diagnostic sur l’état du monde universitaire. De quoi (ré)équiper la critique au-delà des slogans et des manifestations d’humeur éphémères. En résumé : COGNITAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !

II. La toyotisation de la pensée

Depuis les années 1960 différents courants de gauche passés au postmodernisme ont rejoint les théoriciens libéraux ou néolibéraux pour affirmer que la théorie marxiste de la valeur et de la plus-value, quand bien même elle aurait été valable au XIXème siècle, avait été frappée d’obsolescence par les « Trente Glorieuses » et les régimes sans cesse innovants d’enrôlement du travail intellectuel dans le capitalisme. Pourtant reconnaître la différence entre productions matérielle et intellectuelle, et la complexification induite par les révolutions technologiques dans les mécanismes de reproduction élargie du capital, n’impose aucunement de laisser entendre que l’accumulation de ce dernier ferait partie du passé. À l’occasion de la mise en perspective historique de la crise universitaire mondialisée proposée, on a notamment montré dans la partie précédent que l’insertion organique des institutions scolaires dans les rapports marchands était largement antérieure au « néo-libéralisme » et à leur privatisation croissante sous l’effet des contre-réformes qui sévissent aujourd’hui. On va examiner maintenant, avec Marx, les régimes spécifiquement actuels de la « marchandisation des savoirs », en esquissant un élargissement partiel à la production intellectuelle de l’idée de « toyotisation », du nom de cette méthode « Toyota », d’abord née dans l’industrie et maintenant en cours de généralisation dans les services publics, d’organisation standardisée, et optimale pour le profit, de la production, et de transformation du travailleur en pure source de profit psychologiquement façonnée pour supporter le système et être incapable de lui résister.

Continuer la lecture de Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (2/2)