Archives par mot-clé : Résistance à la systématique

Big Data is watching you. Du totalitarisme algorithmique et de ses conséquences

À propos d’Evgeny Morozov, Le mirage numérique. Pour une politique du Big Data, Paris, Les prairies ordinaires, 2015.

L’extension du domaine numérique semble sans fin. Les plateformes, les applications, les réseaux constituent aujourd’hui l’infrastructure de communication la plus massive, la plus disponible, mais aussi (paradoxe qui n’en est pas un), la moins politiquement analysée. L’ouvrage d’Evgeny Morozov se veut une tentative de déconstruction des allants de soi de la domination algorithmique dans la transformation des modes d’administration politique de nos vies. Rédigé dans un style clair, plein d’allant et volontiers grinçant[1], l’argumentaire déploie une critique raisonnée de ce qui apparaît très clairement, au fil des pages, comme une idéologie de la Silicon Valley. Inutile d’aller cherche du côté du soft power, de la domination douce ou du consentement forcé (oxymores politiquement inoffensifs) : nous sommes là en présence d’un programme hégémonique (au sens littéralement gramscien) qui tente d’imposer un certain type de politique par la diffusion d’un modèle infrastructurel spécifique.

Le mirage californien

Morozov prend pour point de départ la situation de la Silicon Valley dont, dit-il, la survie dépend de la prorogation du système capitaliste dans sa forme actuelle, c’est-à-dire néolibérale. Il met en regard deux transformations très diversement appréciées : la crise financière dont l’épicentre s’est situé à Wall Street et qui a eu pour principale conséquence un sauvetage du système bancaire par les restes de l’État social au prix d’une survie périlleuse ; la montée en puissance de l’onirisme numérique faisant de la réponse algorithmique le point nodal de toute l’économie du futur. Comme bien souvent dans les mutations idéologiques, les recoupements sont difficiles à saisir ; ici, la crise de Wall Street et le mirage de la Silicon Valley ne sont pas seulement liés par des causalités plus ou moins directes, ils sont solidaires l’un de l’autre. L’obsession des acteurs de la Silicon Valley pour les capteurs et le self-tracking entretient en effet la dépendance néolibérale aux données. Et cette commune politisation de la vie par le numérique (depuis Wall Street et la Silicon Valley, donc) n’est que peu souvent soulignée, la seconde bénéficiant d’une mansuétude médiatique bien coupable. Car les entrepreneurs du numériques de ce bord du Pacifique se voient en tenants d’un « socialisme » d’un genre nouveau (p. 12) : celui qui donnerait immédiatement satisfaction à des utilisateurs libres, capables de se changer en comparateurs transparents et efficaces des services que tout un chacun peut désormais monnayer, de la voiture d’Uber à l’appartement d’Airbnb. Morozov souligne combien l’égalité devant le numérique n’est qu’une aberration portée par la seule rhétorique technophile la plus indigente : l’information obtenue via Google par un PDG et par un chômeur ne dit rien de l’asymétrie fondamentale et structurelle de leur position sociale. Prétendre qu’il y a, derrière un accès internet, la version 2.0 du principe d’égalité relève, pour le moins, de la forfaiture intellectuelle, ce que montre avec brio l’auteur. Et derrière cette pseudo-promesse de l’égalité (numérique) pour tous, c’est un projet politique sordide qui se dégage, celui de substituer l’infrastructure numérique pensée depuis la Californie à l’État social, lequel est en déliquescence avancée depuis les attaques à marche forcée des administrations converties au néolibéralisme et à son rejet du bien commun et de l’investissement public.

2475721

Le mirage californien du tout-numérique repose sur une série de fables technophiles. Ainsi, cette douteuse « loi de Varian » qui prédit l’extension des biens luxueux aux classes moyennes puis au plus pauvres dans 5 ou 10 ans. Morozov remarque que la différence fondamentale avec d’anciens services achetés directement monnaie sonnante et trébuchante réside dans la cession (gratuite) de données personnelles en échange d’un service architecturé autour d’une « plateforme ». Or ces données sont le nerf de la guerre numérique ; elles sont le bien le plus précieux que toutes les entreprises du net recherchent (de Facebook à Google de Twitter à Amazon). Gisement aurifère supposé intarissable de l’économie informatique, les données sont d’abord collectées par les Google & cie. avec un stakhanovisme obsessionnel. Le passage quasi-obligatoire par des plateformes libre-échangistes déplace les points d’appui du procès capitaliste : ce sont désormais ceux qui font une offre (de transport, de voiture, d’appartement…) qui ont pour eux les coûts fixes de l’activité, les géants du net se contentant de gérer une batterie d’algorithmes suffisamment puissants pour mettre en liens des personnes aux revenus trop limités pour se payer des transports ou des moyens de logement classiques. Le plus ironique dans cette situation de servitude volontaire, c’est que le numérique renoue avec l’antique économie de la réputation ; en agrégeant toutes les données d’utilisateurs, l’on peut par exemple savoir si vous êtes un hôtelier occasionnel fiable. Les jugements des uns et des autres (plus ou moins bien intentionnés, indexés sur des humeurs à l’emporte-pièce) vont servir à abonder une rente réputationnelle d’autant plus importante que les plateformes seront en mesure de relayer cette politique de la renommée individuelle.

Morozov indique quelques pistes pour se débarrasser d’Uber et de sa logique mortifère. Il imagine par exemple un service public municipal indiquant à tout moment aux usagers l’ensemble des possibilités de transport à sa disposition (à l’exception d’Uber) pour se rendre là où il le désire. Il n’est alors nul besoin d’abonder un serveur quelconque en données personnelles, et le service rendu ne suppose pas une mise en concurrence des uns et des autres.

Dans cette exploration de l’idéologie californienne du numérique, Morozov multiplie les exemples ; comme celui de cette application de mise aux enchères en temps réel des places de parking disponibles. Le numérique conquiert des pans entiers de nos vies, et sa politique capitaliste avec. L’horizon d’attente de cette économie de la connexion permanente et du jugement généralisé des activités ne fait pas de doute : toutes les barrières de l’intimité et du dessaisissement de soi au monde doivent disparaître. La marchandisation des données, en tant que projet politique, ne supporte aucune résistance. Continuer la lecture de Big Data is watching you. Du totalitarisme algorithmique et de ses conséquences

Où en est la critique ?

À propos du livre d’Éric Loret, Petit manuel critique, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2015.

L’exercice de la critique est parmi les plus difficiles, puisqu’il affronte directement – pour celui qui la pratique comme pour celui qui s’y soumet en produisant une œuvre – la double question de l’universalité d’un goût et de la subjectivité des points de vue. Abîme philosophique dans lequel on peut aisément se perdre, oscillant d’un point à l’autre de la justification (de la) critique. L’essai d’Éric Loret entend rendre compte de l’état actuel de l’exercice critique, de sa difficulté à l’ère du numérique où toutes les apostrophes en commentaires sont possibles. Cette liberté d’interpellation et d’expression du jugement sur les œuvres est plus que salutaire. Théoriquement, elle devrait permettre de miner les oligopoles de la critique et réarmer une philosophie publique de l’expression du goût. En pratique, les choses sont toutefois moins évidentes. Les problématiques autour de l’autorité critique, comme l’absence d’un renouvellement de la forme même de son exercice laissent dubitatifs sur les effets encore à venir d’une démocratisation de la pratique critique. Abordant le problème sous l’angle d’une interrogation à la fois inquiète et informée, Éric Loret (re)met à l’épreuve les catégories kantiennes de la faculté de juger et trace, dans l’épaisseur d’une bibliographie passée au tamis de la critique (!), les contours de ce que pourrait être une émancipation politique par la formation d’un goût qui ne sombrerait pas dans l’hubris d’un tout à l’égo.

LoretMême s’il se concentre uniquement sur la critique dans le domaine de l’art, l’essai d’Éric Loret offre des pistes prometteuses pour un questionnement plus général sur l’exercice même de la critique, dans le domaine des sciences humaines et sociales notamment. En effet, l’exercice critique, dans le domaine de la science, s’articule à la fois à l’exigence de réflexivité (ce que je fais en tant que social scientist, d’où je parle et quels sont les allants de soi dont je peux essayer de me défaire) et à la mise en commun des résultats sous l’empire du jugement par les pairs (un examen rigoureux de la méthodologie, des données obtenues, du cadre analytique employé, des ressources bibliographiques mobilisées, de la pertinence épistémique du travail produit), et c’est pourquoi il est intéressant de comprendre par comparaison sa mise en œuvre dans le champ des pratiques artistiques et culturelles. 

Kant 2.0

Éric Loret fonde sa réflexion sur l’illusion uchronique de « l’œuvre qu’on emmènera sur l’île déserte ». L’inanité d’un choix de livres ou de films qui serait pour soi sans jamais être soumis à la discussion est évidente. L’expression du goût n’a de sens que dans un cadre collectif. Comme acte autoréférentiel, elle ne renvoie qu’à un égotisme dilaté. Kant et sa Critique de la faculté de juger sont ici utilement mis à contribution pour penser l’expérience disputée de la critique. L’écoute d’une pièce musicale ou la lecture d’un ouvrage sont des recréations potentielles pour l’auditeur : mimer la gestuelle du chef d’orchestre ou placer des formes et des couleurs sur des paysages décrits constituent des pratiques perceptives faisant du jeu le point de pivotement de l’exercice critique.

Éric Loret rapporte des expériences esthétiques-limite, lors de l’exposition One on one à l’Institut pour l’Art Contemporain de Berlin en 2012. L’enfermement solitaire dans un cube transformé en salle d’exposition rend l’exercice de la faculté de juger particulièrement difficile. Le partage du sens, l’appui sur les autres personnes (que l’on ne connaît pas forcément mais qui sont, elles aussi, embarquées dans une expérience esthétique) manquent cruellement. Et la temporalité de l’exposition à l’œuvre de devenir problématique à son tour : quand sortir ? quelle est la juste mise à l’épreuve de la confrontation à l’œuvre ? Autant de questions qui permettent de repositionner la collectivité de la perception artistique au centre de l’exercice critique. On ne saurait absolument juger du beau dans une solitude perceptive. Et la retraite volontaire rousseauiste de n’être, précisément, qu’un moyen de remobiliser l’élan vital par lequel la puissance esthétique peut s’exprimer. Car même l’écoute solitaire de la musique suppose un partage d’immédiateté créatrice avec l’œuvre en cours.

La critique, corps et âme (crédits : One on One , via kw-berlin.de/en/exhibitions/one_on_one_52)
La critique, corps et âme (crédits : One on One , via kw-berlin.de/en/exhibitions/one_on_one_52)

Continuer la lecture de Où en est la critique ?

L’effet sofistique

À propos de Marco Vidal, Fist, label « Zones », Éditions La Découverte, 2015, 156 p.

« C’est précisément là que doivent intervenir les exercices spirituels, afin d’opérer peu à peu la transformation intérieure qui est indispensable. Nous ne possédons aucun traité systématique qui codifierait un enseignement et une technique des exercices spirituels. Pourtant les allusions à telle ou telle de ces activités intérieures sont très fréquentes dans les écrits de l’époque hellénistique et romaine. Il faut bien en conclure que ces exercices étaient bien connus, qu’il suffisait d’y faire allusion parce qu’ils faisaient partie de la vie quotidienne des écoles philosophiques, qu’ils faisaient donc partie d’un enseignement oral traditionnel. »
Pierre Hadot, Exercices spirituels, Paris, Albin Michel, 2002, p. 24-25.

Le chaînon manquant 

Ce livre, qui ne traite pas de la pugilistique (ainsi que le laisserait croire l’image en couverture), on le doit en partie à Jean-Luc – heureuse anagramme – dont l’entretien au début des années quatre-vingt dans le magazine « Gaipied » a suscité l’émoi chez notre auteur. Il est la matrice de toutes ses interrogations, de tous ses fantasmes à propos du fist fucking. À la fois initiateur et expert. C’est la représentation de Jean-Luc et sa chaîne chromée de deux mètres cinquante de long et de trois kilos, introduite aux heures de dragues nocturnes au ras de l’anus, que l’on va retrouver tout au long de cette enquête.

téléchargementCar Marco Vidal, le nom d’emprunt de ce « professeur de philosophie, écrivain et critique », nous annonce-t-on d’emblée, entend empoigner la formule de Michel Foucault, pour qui le fist fucking représente la seule véritable innovation sexuelle de l’époque moderne. Confronté à cette déclaration péremptoire, l’étonnement de Vidal est double. Tout d’abord, les pratiques sexuelles n’ont cessé de se renouveler au travers de développements technologiques (téléphone, Internet…) qui sont sans doute plus significatives de notre contemporanéité, comme on dit. Et puis, quoi ? A-t-il réellement fallu attendre l’aménagement des backrooms du célèbre club de San Francisco « Les Catacombes », ce « temple du trou du cul », selon la restitution qu’en fait Gayle Rubin (dont la Fistinière représenterait l’importation locale ?), pour que s’instaure et s’institutionnalise une nouvelle pratique[i] ? Continuer la lecture de L’effet sofistique

Supplément été : le conference loto

Les claviers des MacBook® crépitent à l’unisson au rythme des idées-force et des buzzwords qui défilent sur un écran : pas de doute, vous êtes dans un colloque (ou un congrès, ou une école d’été, ou, pénible anglicisme, une « conférence »).

Nombre de ces moments de sociabilité, et néanmoins baromètres scientifiques, ayant lieu pendant l’été, le Carnet Zilsel vous donne l’occasion de joindre l’utile à l’agréable. Plus besoin de choisir entre écouter les orateurs et risquer de sortir une culpabilisante grille de Sudoku dans un coin de la salle : il suffit désormais de jouer au Conference Loto. Inspiré par les Business Lotos, il n’était malheureusement pas difficile d’en adapter le principe au monde académique.

Au-delà du côté léger et estival, cela peut donner à réfléchir sur ce qu’est devenu l’exercice globalisé de présentation de soi et de son travail de recherche sur le marché cognitif international (anglophone) – car c’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’ils sont au casse-pipe et payent un droit d’entrée toujours croissant, post-docs et thésards intervenant dans ces raouts offrent à l’auditeur attentif aux logiques de reproduction sociale, avec la saillance particulière des situations d’apprentissage et d’appropriation des codes, un éventail de routines rhétoriques souvent indicatrices de ce qui s’y joue : innover tout en étant dans le moule, manager sa stratégie de distinction.

La pratique de la « présentation » a ses professionnels et manifeste un certain continuum formel entre sphères académique, business, spectacle, etc. La place, sans doute croissante, des dispositifs de communication scénique et/ou numérique dans les rituels sociaux d’échange scientifique n’introduit-elle pas peu à peu une normativité insidieuse, n’incite-t-elle pas à s’inspirer d’un savoir-faire transversal ? Le fait d’être de plus en plus souvent et implicitement enregistré, voire filmé, a-t-il un impact sur les attitudes et pratiques des conférenciers (demandez-vous si vous ferez la même communication et répondrez pareillement aux questions et commentaires en sachant que vous allez être filmé/e et podcasté/e dans les jours qui suivent, « droit à l’oubli » ou non) ? A-t-il un impact sur les garde-robes des collègues ? Le hipster swag va-t-il s’imposer au détriment du fort-en-thème pincé ? Le charisme médiatique devient-il un paramètre du darwinisme académique ? Le fleurissement des blogs et pages perso dans le monde de la recherche modifie-t-il, au-delà de la simple visibilité, les critères de reconnaissance traditionnels ? Le réenchantement des formations doctorales doit-il inclure des ateliers de relooking et de PNL ? Les écoles doctorales ont-elles vocation à devenir des star academies ?

Parce que cela peut faire du bien d’en rire, au moins au mois d’août, laissons parler la grille des expressions aussi récurrentes qu’agaçantes – que les lecteurs sont invités à enrichir.

grille

Il y a plusieurs façons de jouer :

Avec des collègues, définissez à l’avance une grille d’expressions qu’il s’agit de cocher à chaque fois que l’orateur les prononce. Lorsque, par exemple, trois expressions sont cochées, le ou la gagnant/e est le premier ou la première des collègues qui se lève en disant quelque chose de convenu à l’avance (dans les business lotos, il s’agit de crier « bullshit! », mais c’est une option difficilement praticable ; on peut la remplacer, par exemple, en posant à l’orateur une question définie à l’avance et composée elle aussi d’expressions-types).

Une variante consiste à devoir employer délibérément dans son propre exposé un certain nombre d’expressions définies à l’avance par les collègues. Celui ou celle des collègues qui ne parvient pas à caser les expressions qui lui sont attribuées a perdu. Les joueurs de niveau avancé pourront s’envoyer en direct, par sms, les mots à utiliser dans le cours même de l’exposé.

Ou on peut tout simplement s’amuser à recenser et réutiliser cyniquement ces expressions.

Bien entendu, de nombreuses combinaisons sont possibles à partir des unités élémentaires du tableau. Exemple :

– [Question faisant suite à l’exposé] Thanks for this fascinating presentation. I was wondering etc.
Ummm… You’re asking ayyyy very important question. Problem is: rethinking the take-home message tells a different story. How do you connect the dots? Etc. etc.

De là, la tentation est forte d’imaginer des dispositifs plus élaborés, notamment sur le principe des générateurs aléatoires d’articles scientifiques, qui ne sont pas juste là pour nous divertir, mais sont utilisés comme des détecteurs d’éditeurs/organisateurs/évaluateurs voyous. Alors… Une application smartphone destinée à générer des questions ou commentaires dépourvus de sens, pour tester en direct la probité des congressistes ? Et pourquoi pas, lorsque la reconnaissance vocale aura progressé, un logiciel qui ratisserait la Toile en temps réel pour analyser les podcasts et autres MOOC toujours plus nombreux en quête de tics rhétoriques quelconques ? Et qui établirait au jour le jour les statistiques par expression, par chercheur, par équipe… Passer de la « surveillance intellectuelle de soi » à la surveillance instrumentée de tous ; ou comment l’implémentation du surmoi épistémologique bachelardien dans un panoptique numérique (qui ferait le bonheur des agences d’évaluation) transformerait la recherche en un cauchemar orwellien. Jouons donc, tant que nous le pouvons encore !

Ronan Le Roux

Image en bandeau : http://www.cannesbeach.eu/.