Archives par mot-clé : Retours de colloque

Dans la pénombre de l’histoire des sciences

À propos de Guy Boistel et Stéphane Le Gars (dir.), Dans le champ solaire. Cartographie d’un objet scientifique, Paris, Hermann, 2015.

En historien, j’aime à regarder les marges. Les marges épistémiques surtout. J’aime à analyser les processus conduisant par exemple en 1863 un Urbain Le Verrier, alors directeur de l’Observatoire de Paris, à affirmer péremptoirement, dans une lettre au ministre de l’Instruction Publique à propos de Jean Chacornac, un de ses astronomes titulaires en passe d’être mis à l’écart de l’institution astronomique officielle, que celui-ci « n’est pas un savant »[1].

dans-le-champ-solaireCeci n’est pas un savant. Comme dans le cas de Le Verrier, cet énoncé est d’abord un acte d’autorité, édictant en un même mouvement une norme et une déviance, stigmatisant un individu, un ensemble de pratiques. Ceci n’est pas un savant. Cet énoncé peut également signifier, dans une tradition surréaliste bien connue, que malgré les apparences les choses ne sont pas forcément ce qu’on croit qu’elles sont. Dire « ceci n’est pas un savant » de quelqu’un se prétendant tel, dire de ses publications qu’elles n’appartiennent pas au domaine de la fabrication d’un savoir (académique), c’est aussi tenter « d’abattre la forteresse où la similitude (est) prisonnière de l’assertion de ressemblance »[2].

Disons-le tout de go, malgré les apparences, malgré les ressemblances, le livre dont il s’agit ici de faire la recension n’est pas un livre d’histoire des sciences. Enfin, comme j’espère le montrer, il ne devrait pas pouvoir être considéré comme le résultat d’un travail de recherche. Bien que cela ne soit pas particulièrement agréable, je jouerai, une fois encore, et peut-être un peu schizophréniquement, le rôle de gatekeeper dont je souligne pourtant fréquemment le caractère parfois autoritaire chez tant d’acteurs du 19e et du début du 20e siècle. Ne perdons pas de vue qu’être aux marges d’un champ, celui de l’histoire des sciences en l’occurrence, c’est encore appartenir à ce champ, et il est bon de rappeler, pour tenter de préserver notre propre crédibilité en tant que (sous- ?)discipline produisant un certain discours sur le monde, que tous les travaux ne se valent pas, et, en l’occurrence, qu’il ne faut pas confondre historiens et antiquaires des idées scientifiques.

Le livre collectif co-dirigé par Stéphane Le Gars et Guy Boistel traite de l’histoire du Soleil comme « objet scientifique », en se concentrant sur le 19e et le 20e siècles. Au vu de l’importance des études solaires en astronomie, aussi bien dans les plus grands observatoires que chez de nombreux amateurs, observateurs, photographes, spectroscopistes, c’est un sujet qui mérite largement un éclairage spécifique. Le titre de l’ouvrage intrigue et donne envie d’en savoir plus. Pourquoi parler de « champ solaire » ? Un trait d’esprit en référence à Bourdieu ? Pourquoi parler de « cartographie » ? pourquoi parler d’« objet scientifique » ? Avant même d’ouvrir l’ouvrage, ceci laisse augurer une certaine structuration théorique des analyses historiques, ce qui nous met, en bon zilselien, dans une posture bienveillante a priori.

(source : phototheque.net/Luberon.html)
Champ tournesolaire (source : phototheque.net/Luberon.html)

Hélas, cet enthousiasme initial est rapidement tempéré par la lecture de l’introduction de Stéphane Le Gars. Les ambitions affichées par le co-directeur de l’ouvrage sont grandes. Rien de moins que la constitution d’une « épistémologie solaire » (c’est l’objet de la première partie du livre). Cette terminologie quelque peu grandiloquente désigne en réalité, on s’en rend compte page 14, une tentative de réflexion sur la modélisation à partir du cas de l’étude du Soleil par quelques savants. Pourquoi pas. Nous jugerons sur pièce à la lecture de la première partie. Explicitant l’objet de la deuxième partie du livre, Le Gars nous explique qu’il s’agit également d’étudier «  le Soleil comme un objet source de possibles : source de rayonnement bien évidemment, mais également source d’énergie, voire source de controverses » (p. 14). Là on commence à se perdre. Quel rapport entre le fait d’être une « source de rayonnement » et celui de constituer une « source de controverses » ? Des jeux de mots ne font pas une problématique et l’on sent d’emblée que la structuration de l’ensemble risque de n’être qu’un mirage. Mais le problème principal est ailleurs. En effet, le lecteur de l’introduction ayant quelques connaissances en histoire, sociologie, et philosophie des sciences et des techniques risque surtout d’être pour le moins troublé par l’utilisation maladroite d’une gamme assez large de concepts empruntés aux STS. Le cas de la notion d’immersion (embeddedness) est particulièrement frappant. Développée en 2000 par Lorraine Daston dans son ouvrage Biographies of scientific objects afin de décrire la manière dont certains « objets scientifiques » (c’est donc de ces objets-là dont il est question dans le titre…) peuvent être insérés dans des contextes culturels différents de ceux dans lesquels ils ont émergé, l’immersion est utilisée par Le Gars pour mettre en parallèle deux textes, l’un de Bruno Latour, l’autre de Colette Le Lay (si si !!). Latour, dans l’ouvrage dirigé par Daston, se demande si l’on peut considérer qu’il s’agit bien du bacille de Koch qui a tué Ramsès II alors que ce bacille, comme objet scientifique, n’est apparu qu’au XIXe siècle. Le Gars indique que, « dans le même ordre d’idée », on peut s’interroger (comme le fait Le Lay au chapitre 7) sur la réminiscence d’arguments utilisés au début du 19e siècle (reliant activité solaire et prix du blé) chez les climato-sceptiques d’aujourd’hui. Quel rapport avec Latour ? En quoi s’agit-il ici d’une question d’immersion ? Epistémologiquement ces deux cas n’ont absolument rien à voir. D’ailleurs, Le Gars abandonne rapidement la notion d’immersion (mais pourquoi l’avait-il introduite déjà ?), lui préférant les « expressions » de « dissolution » et de « recristallisation » du Soleil, absolument vides de contenu théorique. Soudain, tout s’éclaire pour le lecteur. Bon sang mais c’est bien sûr ! Contrairement aux apparences, ce n’est pas en chercheur de SHS, pas en historien, pas en épistémologue, ni en sociologue que pense et écrit Le Gars, et il en sera de même de la quasi totalité des auteurs de cet ouvrage, mais bien en physicien. Voici la clé de lecture de ce livre. C’est un livre écrit par un physicien, passionné d’histoire et d’épistémologie, à destination d’un lectorat de physiciens. Les imprécisions notionnelles, les incorrections terminologiques, tout ceci doit finalement être relativisé et sans doute être mis sur le compte d’une activité relevant plus du loisir sérieux que d’une activité professionnelle de recherche.

Mais continuons notre parcours des chapitres du livre. Continuer la lecture de Dans la pénombre de l’histoire des sciences

Recherche scientifique, académies, pouvoirs publics : un cocktail (d)étonnant ?

Sous la conduite de son Secrétaire Perpétuel, l’historien Hervé Hasquin[1], l’Académie royale de Belgique a mis sur pied le Collège Belgique, à savoir une offre de cours-conférences directement inspirée du Collège de France. La mue et l’entrée concrète de la vénérable institution dans le 21e siècle s’accompagnent de la mise en ligne de tous les cours-conférences et colloques organisés par et à l’Académie. Comme de nombreuses académies européennes, celle de Belgique fut fondée au 18e siècle (1772). Période charnière, comme on va le voir, pour le développement des relations entre recherche scientifique et autorités politiques…

Les 30 avril et 7 mai 2015 derniers, les professeurs Robert Halleux (FNRS/Université de Liège) et Chantal Grell (UVSQ) proposaient ainsi un cours-conférence intitulé « La naissance des politiques scientifiques en Europe : science et grandeur des États (17e-18e siècles) ». En réalité, leurs présentations résultaient de recherches menées dans le cadre d’un programme international financé par l’Académie internationale d’histoire des sciences. Le but du projet ? Tout simplement réaliser une histoire comparée des politiques scientifiques depuis l’Ancien Régime jusqu’à nos jours… La bagatelle en somme. Prononcée à Bruxelles, ce cours-conférence a, en 2015, une résonance particulière puisque le gouvernement fédéral belge par l’intermédiaire de la Secrétaire d’État en charge de la Recherche Scientifique entend réorganiser de la cave au grenier l’Agence fédérale de la Politique Scientifique (BELSPO)… Les premières mesures ont pu être observées au mois d’avril dernier – durant le week-end de Pâques, tout un symbole ! – quand on a appris le licenciement avec effet immédiat du président du comité de direction de BELSPO, Philippe Mettens. Hasard ou pas, l’ex-responsable de la politique scientifique fédérale belge était présent le 7 mai lors de la seconde partie du cours-conférence. Tout un symbole (bis) !

Importance des interactions entre chercheurs et monde politique

Recherche scientifique, académies et pouvoirs publics. Voilà un cocktail (d)étonnant que nous ont servi Robert Halleux et Chantal Grell et qui imprégnera les quelques lignes qui vont suivre. Le constat est d’ailleurs assez clair pour nos deux orateurs. Depuis ce que l’on appelle communément la révolution scientifique amorcée au 17e siècle, les chercheurs/scientifiques ont eu besoin du pouvoir politique pour financer leurs travaux. Ou du moins ils ont pu compter dessus jusqu’à un certain point. La course aux financements, les deadlines intenables, l’orientation des axes de la recherche, etc. ne seraient donc pas des inventions du 21e siècle ? Horresco referens.

La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)
La salle du Trône, avant restauration (crédits : IRPA/KIK)

Continuer la lecture de Recherche scientifique, académies, pouvoirs publics : un cocktail (d)étonnant ?

Parce qu’en fin de compte, tout ne se vaut pas : l’épistémologie à l’usage de la sociologie. Retour d’expérience

Ce texte a été présenté lors de la – très réussie ! – Journée d’étude « À quoi sert l’épistémologie en sciences humaines et sociales ? », qui s’est tenue à la Maison des sciences de l’homme et de la société, à Lille le 6 février 2015. L’intervention est livrée brute et sans modification dès le lendemain. Elle servira de base à un texte plus élaboré, puisque des actes sont envisagés. Il y a des chances que la deuxième partie disparaisse, parce que l’épistémologie est tout de même une affaire sérieuse. En attendant, la voici en exclusivité dans le Carnet Zilsel. J’en profite pour remercier tou-te-s les twittos (cités nommément, car il n’y a rien de scandaleux dans leurs tweets me semble-t-il) qui ont nourri mon esquisse ludique et sauvage de typologie !

« À quoi sert l’épistémologie en SHS ? » J’ai remué dans tous les sens cette question que je me suis efforcé de prendre au sérieux. L’on pourrait répondre de dizaines de façons ; il n’est certes pas aisé de choisir car l’on risque à tout moment de basculer dans l’essentialisation, l’analyse platement fonctionnelle ou l’utilitarisme facile de la doxa de la « boîte à outils ». La pente est savonneuse et les mauvaises langues auront beau jeu de considérer qu’il s’agit là d’une interrogation rhétorique ou d’un prétexte à rassemblement qui ne prêtera pas à conséquence. Poser la question de l’utilité ou des services que pourrait rendre l’épistémologie des/aux/en SHS, c’est aussitôt susciter un raisonnement de biais et polariser des attitudes qui tranchent. « Ça sert à ça, à ça et ça, à ça et mais pas à ça, l’épistémologie », dira-t-on avec aplomb, comme pour s’assurer ou se rassurer. Poser la question, poser cette question, la poser en plus dans le cadre d’une journée d’étude dédiée, cela n’est pas incident. Peut-être une réponse est-elle attendue ; peut-être des points de vue seront entendus, mais tout compte fait ce mode d’interpellation laisse insatisfait – à tout le moins si l’on choisit de traiter le problème sans réciter les paraboles des grands livres de l’épistémologie des SHS et de la théorie de la connaissance sociologique donnés (encore ?) à lire sur les bancs de l’université, et en apportant autre chose qu’une conviction épistémologique plus ou moins décidable. Et je laisse de côté, pour l’instant, l’inscrutabilité référentielle du syntagme « épistémologie en SHS » : il y aurait de quoi interroger ses présupposés, en particulier le singulier et le parti pris qu’il existe quelque chose comme l’épistémologie dans les SHS.

Plutôt que de développer un plaidoyer pro domo, je varierai sur des usages, des modes de justification et des significations associées à l’« épistémologie en SHS ». Je reprends la ficelle de Gabriel Abend qui, dans un article paru en 2008[1], s’efforce de faire ressortir les différentes et pour certaines concurrentes significations que le terme « théorie » revêt dans le langage des sciences sociales. Sans entrer dans le détail de la démonstration, il en dégage sept acceptions et, passé leur exposition, en propose l’analyse. Abend n’est pas satisfait des ambiguïtés lexicales et de la « situation difficile » de la polyphonie qu’il diagnostique, et développe contre cela une « thérapie sémantique ». L’enjeu pour lui est, notamment, de sortir des réductionnismes (« la théorie, c’est ça et pas autre chose ») qui préparent le terrain de politiques d’expansion et d’hégémonie épistémologique (« la théorie, c’est la nôtre, et vous avez tout intérêt à en respecter la grammaire si jamais vous avez quelque prétention à faire de la théorie »). La « thérapie sémantique » consiste à clarifier les références contrastées à « la théorie », à suspendre l’évidence des définitions des Grands Problèmes Théoriques et, ultimement, à reconnaître l’utilité politique de mécanismes institués dans les communautés d’utilisateurs de l’idiome sociologique, par exemple l’argumentation et la discussion rationnelles. Et les réifications et rigidifications de toutes sortes de perdre (de) leur sens en « théorie » comme en raison pratique au filtre de cette critique déflationniste.

Le problème qui est le mien ici est un peu différent, quoique dans « la théorie » comme dans « l’épistémologie » des processus d’essentialisation et de finalisation sont également à l’œuvre. L’idée est de réfléchir sur le recours à l’épistémologie en SHS, d’essayer d’en saisir les significations au vol, en situation. Qu’est-ce que ça signifie de parler d’épistémologie, en SHS, ici et maintenant ? Et plus encore, qu’est-ce que ça implique de parler sous l’autorité de l’épistémologie en SHS ? On le devinera sans peine, il n’est pas lieu de monter en généralité ni de caractériser une épistémologie en SHS qui vaudrait une fois pour toutes, dans l’abstraction des contextes où elle est invoquée (ou révoquée), mais à la différence de faire varier des discours chargés d’évidence. Cette stratégie réplique sur ses objets celle d’un Steven Shapin qui, dans une mise au point récente et salutaire sur l’histoire des sciences et les Science studies, invitait ses collègues à « baisser le ton »[2] (lowering the tone). Continuer la lecture de Parce qu’en fin de compte, tout ne se vaut pas : l’épistémologie à l’usage de la sociologie. Retour d’expérience

La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Du 9 au 11 juillet 2014 s’est tenu à Bordeaux le colloque « Science, innovation, technique et société ». Il était organisé à l’initiative des collègues bordelais, en particulier Pascal Ragouet, du centre Émile Durkheim (Émile, totem de l’étape), et sous la double égide des Réseau Thématique (RT) 29 de l’Association française de sociologie (AFS) et du Comité de Recherche (CR) 29 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Avec quelques camarades, j’y ai participé du début jusqu’à la fin. Pour n’en pas perdre la mémoire, j’en proposerai ici un compte rendu dans la rubrique « Conference advisor ». Subjective, cette restitution le sera à plus d’un titre. D’abord, parce qu’il y a en théorie autant de restitutions possibles que de participants, chacun conservant un souvenir personnel de ce qu’il s’est passé, conditionné par ses expériences interactionnelles sur place et ses capacités d’observation, d’attention aux choses et de mémorisation. Ce retour d’expérience sera subjectif aussi parce que j’assumerai mes partis pris. Quelques commentaires critiques l’exprimeront au fil du texte.

Jour 1 : mise en bouche

Ce n’est pas tous les jours que les chercheurs/ses intéressé-e-s par les sciences et/ou les techniques (et/ou l’innovation, toujours à toutes les sauces) ont l’occasion de se retrouver. Je dis « chercheurs/ses intéressé-e-s » sans préciser d’appartenance(s) disciplinaire(s), parce que je me suis vite rendu compte que, contre ce à quoi je m’étais d’ailleurs préparé (l’identité disciplinaire de la « puissance invitante » le laissait pensait, à tout le moins), il ne s’agissait pas d’un colloque de sociologie-des-sciences-pour-sociologue-des-sciences. S’intéresser à la science, à la technique, à l’innovation, avec tout ce que l’on peut subsumer sous ces termes élastiques, était en effet le commun dénominateur, un principe d’agrégation thématique accueillant qui autorisait un maximum d’enrôlements et a priori un coût d’entrée peu élevé. À première vue, on dira « tant mieux » car s’il y a bien quelques séminaires çà et là, des congrès durant lesquels une ou deux sessions « études des sciences » se tiennent, il est bien rare de pouvoir échanger avec plus d’une dizaine de personnes. Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, ce domaine reste encore confidentiel en France. C’était donc par principe une bonne nouvelle de savoir qu’à Bordeaux, au tout début de l’été, devait s’organiser un tel événement, sur trois jours en plus. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Supplément été : le conference loto

Les claviers des MacBook® crépitent à l’unisson au rythme des idées-force et des buzzwords qui défilent sur un écran : pas de doute, vous êtes dans un colloque (ou un congrès, ou une école d’été, ou, pénible anglicisme, une « conférence »).

Nombre de ces moments de sociabilité, et néanmoins baromètres scientifiques, ayant lieu pendant l’été, le Carnet Zilsel vous donne l’occasion de joindre l’utile à l’agréable. Plus besoin de choisir entre écouter les orateurs et risquer de sortir une culpabilisante grille de Sudoku dans un coin de la salle : il suffit désormais de jouer au Conference Loto. Inspiré par les Business Lotos, il n’était malheureusement pas difficile d’en adapter le principe au monde académique.

Au-delà du côté léger et estival, cela peut donner à réfléchir sur ce qu’est devenu l’exercice globalisé de présentation de soi et de son travail de recherche sur le marché cognitif international (anglophone) – car c’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’ils sont au casse-pipe et payent un droit d’entrée toujours croissant, post-docs et thésards intervenant dans ces raouts offrent à l’auditeur attentif aux logiques de reproduction sociale, avec la saillance particulière des situations d’apprentissage et d’appropriation des codes, un éventail de routines rhétoriques souvent indicatrices de ce qui s’y joue : innover tout en étant dans le moule, manager sa stratégie de distinction.

La pratique de la « présentation » a ses professionnels et manifeste un certain continuum formel entre sphères académique, business, spectacle, etc. La place, sans doute croissante, des dispositifs de communication scénique et/ou numérique dans les rituels sociaux d’échange scientifique n’introduit-elle pas peu à peu une normativité insidieuse, n’incite-t-elle pas à s’inspirer d’un savoir-faire transversal ? Le fait d’être de plus en plus souvent et implicitement enregistré, voire filmé, a-t-il un impact sur les attitudes et pratiques des conférenciers (demandez-vous si vous ferez la même communication et répondrez pareillement aux questions et commentaires en sachant que vous allez être filmé/e et podcasté/e dans les jours qui suivent, « droit à l’oubli » ou non) ? A-t-il un impact sur les garde-robes des collègues ? Le hipster swag va-t-il s’imposer au détriment du fort-en-thème pincé ? Le charisme médiatique devient-il un paramètre du darwinisme académique ? Le fleurissement des blogs et pages perso dans le monde de la recherche modifie-t-il, au-delà de la simple visibilité, les critères de reconnaissance traditionnels ? Le réenchantement des formations doctorales doit-il inclure des ateliers de relooking et de PNL ? Les écoles doctorales ont-elles vocation à devenir des star academies ?

Parce que cela peut faire du bien d’en rire, au moins au mois d’août, laissons parler la grille des expressions aussi récurrentes qu’agaçantes – que les lecteurs sont invités à enrichir.

grille

Il y a plusieurs façons de jouer :

Avec des collègues, définissez à l’avance une grille d’expressions qu’il s’agit de cocher à chaque fois que l’orateur les prononce. Lorsque, par exemple, trois expressions sont cochées, le ou la gagnant/e est le premier ou la première des collègues qui se lève en disant quelque chose de convenu à l’avance (dans les business lotos, il s’agit de crier « bullshit! », mais c’est une option difficilement praticable ; on peut la remplacer, par exemple, en posant à l’orateur une question définie à l’avance et composée elle aussi d’expressions-types).

Une variante consiste à devoir employer délibérément dans son propre exposé un certain nombre d’expressions définies à l’avance par les collègues. Celui ou celle des collègues qui ne parvient pas à caser les expressions qui lui sont attribuées a perdu. Les joueurs de niveau avancé pourront s’envoyer en direct, par sms, les mots à utiliser dans le cours même de l’exposé.

Ou on peut tout simplement s’amuser à recenser et réutiliser cyniquement ces expressions.

Bien entendu, de nombreuses combinaisons sont possibles à partir des unités élémentaires du tableau. Exemple :

– [Question faisant suite à l’exposé] Thanks for this fascinating presentation. I was wondering etc.
Ummm… You’re asking ayyyy very important question. Problem is: rethinking the take-home message tells a different story. How do you connect the dots? Etc. etc.

De là, la tentation est forte d’imaginer des dispositifs plus élaborés, notamment sur le principe des générateurs aléatoires d’articles scientifiques, qui ne sont pas juste là pour nous divertir, mais sont utilisés comme des détecteurs d’éditeurs/organisateurs/évaluateurs voyous. Alors… Une application smartphone destinée à générer des questions ou commentaires dépourvus de sens, pour tester en direct la probité des congressistes ? Et pourquoi pas, lorsque la reconnaissance vocale aura progressé, un logiciel qui ratisserait la Toile en temps réel pour analyser les podcasts et autres MOOC toujours plus nombreux en quête de tics rhétoriques quelconques ? Et qui établirait au jour le jour les statistiques par expression, par chercheur, par équipe… Passer de la « surveillance intellectuelle de soi » à la surveillance instrumentée de tous ; ou comment l’implémentation du surmoi épistémologique bachelardien dans un panoptique numérique (qui ferait le bonheur des agences d’évaluation) transformerait la recherche en un cauchemar orwellien. Jouons donc, tant que nous le pouvons encore !

Ronan Le Roux

Image en bandeau : http://www.cannesbeach.eu/.