Archives par mot-clé : Scientométrie

Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

Le sociologue des sciences en formation continue qui, comme moi, trouve un certain charme à Leiden, ne pouvait qu’être inspiré par la publicité postée sur leur site annonçant des places toujours disponibles pour la formation « Measuring Science and Research Performance » proposée du 8 au 12 septembre 2014. Bon, j’apprendrais par la suite que le contingent habituel de fonctionnaires coréens était exceptionnellement réduit pour cause de vacances, ce qui peut expliquer les places restantes. Ni le prix (je laisse au lecteur le plaisir de chercher l’information sur le site) ni la seconde partie du titre du cours – ah, la performance de la recherche ! – ne m’ont détourné d’y participer. Il faut dire que le CWTS (Centre for Science and Technology Studies) est le must en termes de scientométrie (« this means studying scientific and academic research from a scientific point of view »[1]). Ils ont des énormes bases pour lesquelles des chercheurs viennent de toute l’Europe ; ils conçoivent des logiciels que tout bon scientométricien est censé connaître (VOSviewer) ; ils publient dans Scientometrics, Research Policy et autres revues spécialisées. En bref, ils sont visiblement bons dans leur domaine et sollicités par les agences nationales et européennes pour la production d’indicateurs sur la science. D’ailleurs, cette année ils fêtent leur quart de siècle et affichent fièrement « 25 years of meaningful metrics ».

Logo_Blauw
Meaningful logo (crédits : CWTS)

Mais pourquoi parler de ce cours ? Les conférences, à la limite, relèvent d’une actualité pertinente pour la recherche. Quel intérêt de venir vous conter par le menu une formation professionnelle ? Déjà parce que le public visé est – aussi – un peu les chercheurs impliqués dans la science policy. Mais surtout parce que cela relève d’un début d’observation participante d’un phénomène qui, aussi contesté peut-il être, n’en est pas moins d’une actualité brûlante. Qu’il s’agisse de la formalisation, de la diffusion ou de l’utilisation des indicateurs de mesure de la science, sans compter la mise en logiciels, méthodes et livres des métriques de l’innovation au service d’acteurs stratégiques cherchant la réflexivité sur leurs pratiques : c’est peu dire que la question est d’actualité, comme on dit dans les gazettes[2]. Et ce n’est pas moi qui vous le dis : c’est l’autre chercheuse allemande réalisant une thèse sur l’institutionnalisation de la scientométrie qui semble aussi jouer ce jeu trouble à mi-chemin entre observation participante et formation.

Mesurer la science, certes, mais au service de la « performance ». Science de la science, certes encore, mais au service des politiques scientifiques. Que nous promet donc cette formation ? Nous allons recevoir des exposés sur l’analyse des citations, l’exploitation de l’analyse des réseaux et des cartographies de la science. Nous allons être initiés à l’impact « sociétal » de la recherche. Mais comme on n’apprend jamais mieux qu’en mettant la main à la pâte, les « apprenants » conduiront un travail tout au long de la semaine à travers une série de « travaux pratiques » et réaliseront ainsi en petits groupes une évaluation de la performance d’une université. Ça fait chic, n’est-ce pas. À notre service, des indicateurs bibliométriques avancés (je souligne), les outils « maison » de cartographie, des données en voulez-vous en voilà… Tout ce qu’il faut pour faire une évaluation, quoi. Sauf le montant du budget recherche des universités et le nombre de leurs ressources humaines. Ça c’est bon pour le chercheur has been. Continuer la lecture de Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme