Archives par mot-clé : Sociologie de la connaissance

La position de la revue Sociétés dans l’espace discursif de la sociologie française

27 juin 2015, le maffesolisme bougeotte encore. Certes, la revue de « Sciences Humaines et Sociales » Sociétés ne paraît plus depuis que l’ineffable Jean-Pierre Tremblay y a placé son fake dans le numéro 4 de l’année 2014, mais les signes sont patents d’une résilience qui force l’admiration : ainsi le dionysisme demeure-t-il une valeur sûre des Éditions CNRS, via notamment les Cahiers européens de l’imaginaire, les journées du CEAQ viennent de se tenir « en Sorbonne » les 23 et 24 juin 2015, les « invitations à l’imaginaire » de l’Espace Ricard ne connaissent toujours pas la crise, et last but not least, M. Maffesoli – lorsqu’il n’égratigne pas M. Quinon et A. Saint-Martin dans la réédition de ses Nouveaux Bien-pensants – promet la publication d’un essai sur l’Autolib’, sur un air de « Gaya Scienza » (chiche !). Parce que la polémique n’est pas éteinte et que même @JeanPieTremblay s’y invite avec force tweets, l’équipe du Carnet Zilsel entend donc maintenir la pression. Dans ce nouveau billet versé dans la rubrique « Canular Tremblay », Yves Gingras et Marc Bertin proposent une analyse tranchante de la position de Sociétés dans l’« espace discursif » de la sociologie française. C’est simple et efficace. Reste néanmoins à convaincre celles et ceux qui, pour des raisons qu’il faudra un jour totalement élucider, persistent à penser que le maffesolisme vaut sa minute de peine.

Le canular visant à montrer (ou peut-être simplement à rappeler…) que la revue Sociétés, fondée et dirigée par Michel Maffesoli (jusqu’en mars 2015), publie des textes dont le contenu se résume souvent à un jargon postmoderne sans contenu empirique vérifiable, a fait couler beaucoup d’encre. Arrivant quelques mois après la tempête, notre texte ne vise pas à ajouter au débat épistémologique – important – sur les critères qui devraient guider une démarche sociologique conçue comme une contribution scientifique à la connaissance du monde social. Nous proposons plutôt d’utiliser les outils de l’analyse automatique de textes pour répondre à la question suivante : dans l’espace discursif de la sociologie, peut-on vraiment distinguer le style de la revue Sociétés, imité et même parodié par l’actant Jean-Pierre Tremblay, de celui des revues de sociologie françaises les plus importantes ?

La structure de l’espace éditorial de la sociologie française a déjà été analysée par François Briatte qui, en se fondant sur les lieux de publication des auteurs, a bien montré que « la revue Sociétés fait partie d’un ensemble de revues “de niche”, dont les auteurs restent largement “entre eux” »[1]. Ses trois études bibliométriques ont clairement  « établi la nature marginale de la revue Sociétés dans l’espace éditorial sociologique »[2].

(crédits : Raphael Desrosiers, 2014, via Flickr)
Le maffesolisme à la limite du borne-out (crédits : Raphael Desrosiers, 2014, via Flickr)

Alors que ces résultats sont fondés sur les pratiques de publication des auteurs qui circulent (ou pas) entre les revues, nous proposons ici d’analyser le contenu textuel des principales revues françaises de sociologie pour identifier les positions qu’elles occupent dans ce que nous appellerons l’espace discursif de la sociologie française. L’analyse factorielle des correspondances (AFC) devrait alors nous faire voir si la revue Sociétés se distingue vraiment – par son contenu plutôt que par ses auteurs – des autres revues. Comme nous le constaterons, cette approche confirme parfaitement les résultats obtenus par François Briatte : Sociétés occupe bel et bien une position unique dans l’espace discursif et s’oppose en fait, par son contenu, à toutes les principales revues de sociologie françaises. On peut même dire qu’elle ne circule pas dans le même espace car elle en est toujours séparée sur l’axe horizontal. Continuer la lecture de La position de la revue Sociétés dans l’espace discursif de la sociologie française

Sources et ressources de la pensée sociologique

À propos de François Vatin, Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique. Politique, épistémologie et cosmologie, Paris, La Découverte/MAUSS, coll. « Recherches », 2005.

Cet ouvrage de François Vatin, paru il y a dix ans, regroupe trois articles publiés dans les années qui précèdent, articles présentés ici sous une forme révisée et augmentée pour les deux premiers d’entre eux, déjà volumineux dans leur version originale. On n’en finira donc pas de les redécouvrir.

41DEHHYMKXL._SY344_BO1,204,203,200_Ainsi que l’indique le titre du recueil, et comme l’énonce l’auteur dans l’introduction, la problématique commune à ces essais est celle relative à l’émergence, en Europe, dans la seconde moitié du XIXe siècle, d’un questionnement proprement « sociologique ». « Il s’agit en somme de concevoir le contexte qui, dans le monde des idées comme dans le monde des faits, a conduit à l’émergence d’une science positive de la société, irréductible à la philosophie morale comme à l’économie politique » (p. 6). Et ce détour par trois moments clefs de la constitution de la discipline sociologique, tributaires pour chacun d’eux d’un questionnement spécifique (« politique », « épistémologique » et « cosmologique », pour reprendre les termes de l’auteur), ne serait pas sans apporter des éléments pertinents pour la compréhension des problématiques contemporaines propres à la discipline : « Ce contexte, je le crois toujours actuel. En tentant de l’énoncer et de l’éclairer, je désigne donc aussi ce qui me paraît être encore aujourd’hui la mission intellectuelle de la sociologie » (p. 6). A l’inverse des hagiographies convenues, l’objectif de François Vatin, à travers l’examen minutieux de ces trois moments, est bien de réinscrire certaines problématiques sociologiques dans ce que Braudel appellerait une « moyenne durée », afin, écrit Fr. Vatin, de « débusquer les fausses nouveautés qui font foison dans nos disciplines », de souligner « l’ancienneté des débats qui traversent les siècles, sous des formes chaque fois renouvelées » — « ce détour productif »  étant lui-même un moyen « pour mieux penser le présent » (p. 18). Continuer la lecture de Sources et ressources de la pensée sociologique

D’une polémique à l’autre… en passant par la compréhension. Petite note bio-méthodologique

Le 7 mars 2015 sur le Carnet Zilsel, l’article de Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin sur le « maffesolisme » paraissait, dans lequel ils révélaient le pot-aux-roses : la « revue de Science Humaines et Sociales » Sociétés s’était fait berner par un faux article sur l’Autolib’ d’un sociologue fictif, Jean-Pierre Tremblay, illustrant par l’absurde l’imposture d’un courant (d’air ?) de la sociologie française. L’affaire est désormais si connue qu’il n’est plus lieu de la résumer encore (voir la page sur Wikipédia, pour une synthèse rapide). Deux mois après la publication du billet-fleuve, le constat est clair que la polémique a pris le pas sur la véritable discussion argumentée. Polémiste par défaut, M. Maffesoli a tout fait pour personnaliser le « débat » dans diverses interviews données à la presse. Il fallait sauver la face coûte-que-coûte en usant les vieilles ficelles de l’éristique et du dialogue de sourds. Quitte à laisser filer des contre-vérités et des caricatures. Manuel Quinon reprend le fil de la critique rationnelle et met les points sur les i dans cette note bio-méthodologique. À partir de sa recherche de thèse en cours (de finition) sur la « galaxie de l’imaginaire », il propose une réflexion substantielle sur l’articulation de la compréhension et de la critique dans le travail d’objectivation du « maffesolisme ». De quoi couper court aux spéculations et aux insinuations qui prolifèrent depuis mars. Mais cette mise au point se veut également pédagogique. Ayons confiance dans la perfectibilité cognitive de l’homo sociologicus : les sociologues imaginaires qui, au CEAQ ou à Montpellier, s’inventent des objets et des terrains d’étude trouveront sans doute quelque intérêt à lire la note, et pourraient même se convertir à la sociologie (il n’est pas interdit de rêver, n’est-ce pas ?).

Un samedi soir, Paris, Goutte-d’Or. Soirée pour l’anniversaire d’un ami. Je ne connais pas grand-monde, et c’est tant mieux : des gens à découvrir, des intérêts à partager. Un sympathique physicien, avec lequel nous parlons thèse et post-thèse, et auquel je raconte la publication par la revue Sociétés de notre article bidon sur l’Autolib’, coécrit avec Arnaud Saint-Martin sous le pseudonyme de « Jean-Pierre Tremblay »[1]. Nous rions de bon cœur, alors que je résume le contenu délirant de notre pastiche, le « retour à la matrice », « l’existence qui précède l’essence », et autres calembours grotesques doublés de surinterprétations crépusculaires. Prenant un nouveau verre, je me fraie un chemin entre les ilots interactionnels, jusqu’à un petit groupe situé au fond de la pièce, duquel a émané un mot incongru – si l’on considère en tout cas les circonstances : « psychanalyse ». J’écoute, et interviens. Outre un ami de longue date, l’échange se fait avec un couple de philosophes. Nous évoquons nos intérêts de recherche respectifs : Heidegger, l’Ecole de Francfort, la psychanalyse, l’épistémologie. Le groupe se dissout, et se reforme un peu plus tard dans la soirée, après quelques nouveaux verres. Le léger différend, qui était apparu plus tôt en ce qui concerne notre intérêt respectif pour la psychanalyse, prend cette fois une tournure assez tranchée. Et se déplace, surtout, sur le plan méthodologique, après que j’ai présenté tour à tour mon travail de thèse, et le canular sur l’Autolib’.

Mon interlocuteur : « – Je ne comprends pas… Comment peux-tu travailler sur un sujet que tu critiques en même temps ?
– En, fait, le “maffesolisme”, même s’il est le point de départ de ma thèse, avec l’affaire Teissier, n’est qu’une petite partie de mon terrain, qui porte bien plutôt sur le réseau de chercheurs “ésotéristes” fédéré dans les années 1960, 70 et 80, par l’islamologue Henry Corbin et le sociologue Gilbert Durand…
– Oui, mais même s’il s’agit d’une petite partie, comment peux-tu travailler là-dessus de manière objective, si tu les critiques par ailleurs ?
– Hé bien, comme je te l’indiquais, ce n’est qu’une petite partie de mon terrain… Mais je ne vois pas bien ou serait la contradiction : tu peux bien critiquer, dans un premier ou dans un second temps, les bases épistémologiques d’une théorie particulière, le mode d’administration de la preuve qui y prévaut, et, dans un autre temps, chercher à décrire et à comprendre cette théorie dans toutes ses ramifications conceptuelles, en mettant en suspend la question de son adéquation avec la réalité, non ?
– Tu critiques Maffesoli, mais tu es d’accord avec ce que disent Henry Corbin et Gilbert Durand, Durand que Maffesoli présente pourtant comme son “Maître” ?
– (moi, m’échauffant un peu :) Non, pas du tout ! Leur vision du monde, à Corbin et à Durand, leur conception ésotériste d’une “chevalerie spirituelle” garante de l’équilibre cosmique, n’est pas du tout ma tasse de thé ! Je suis agnostique, moi, je ne crois pas en l’existence d’une connaissance secrète salvatrice, réservée à une élite spirituelle, et capable de sauver l’humanité… Mais so what ? C’est comme si tu reprochais à un ethnologue de faire un terrain exotique, parce qu’il n’est pas acquis à la vision du monde des indigènes qu’il étudie…
– (mon philosophe, toujours calme et sceptique :) Humm… Donc tu travailles sur des objets que tu n’apprécies pas ? Pas plus Maffesoli, que Durand et Corbin…
– (moi, agacé :) – Mais où est le problème, encore une fois ? Moi, je cherche à comprendre ces braves gens, comme le ferait n’importe quel ethnologue perdu en Amazonie. Et même si leurs visions respectives de l’homme et du monde ne sont pas les miennes, ça n’empêche pas que j’ai bien plus de sympathie pour les théories de Durand et Corbin, qui constituent l’objet central de ma thèse, que pour celles de Maffesoli, que je critique à l’occasion. De même, comme je te le disais tout à l’heure, que j’ai beaucoup plus de sympathie pour les grandes fresques philosophico-apocalyptiques de Heidegger et de l’Ecole de Francfort (ce sont de belles histoires, après tout, non ?), que pour les élucubrations et falsifications freudiennes. Même si je ne crois, à titre personnel, à aucune de ces charmantes mythologies intellectuelles.
– (mon philosophe, toujours imperturbable et sceptique) : Mouais… Reste que je ne comprends toujours pas bien comment tu peux…
– (moi, tranchant :) Et moi je ne comprends pas pourquoi tu n’écoutes pas ce que je te répète depuis tout à l’heure, et pourquoi tu me mets dans une boîte qui n’est pas la mienne ! Parlons d’autre chose… »

Car en effet, ce dialogue de sourds aurait pu s’éterniser. Reste que les questions soulevées par mon interlocuteur, et notre incompréhension réciproque, se sont prolongées en moi bien après la fin de l’échange. Si l’excellent vin rouge ingurgité avait probablement contribué à crisper les positions, il reste que mon philosophe posait des questions pertinentes, questions que j’avais vaguement anticipées avant que nous rendions public notre canular sur l’Autolib’, et auxquelles il m’était alors bien difficile de répondre.

Retour sur une polémique, et ses « arguments »

Quelques jours plus tard, à la suite de cette soirée, je prenais connaissance des premiers éléments de réponse de Michel Maffesoli face au canular dont il se déclarera la « victime »[2]. De notre analyse détaillée du « maffesolisme »[3], il n’en sera jamais question dans la bouche ou sous la plume du directeur de publication de Sociétés, qui ne l’a vraisemblablement pas lu : il parle à ce propos d’une simple « lettre » sans « aucun argument »[4] pour désigner… notre texte de 35 pages, dans lequel nous explicitons pourtant les règles de composition « maffesoliennes » que nous avons suivies pour rédiger notre pastiche – pastiche que le premier intéressé jugera toutefois, à différentes reprises, « bien fait […], avec une bonne utilisation […] de mes propres termes [et] expressions »[5], « bien fait et astucieux […], amusant qui plus est »[6], « pas sot du tout », « très bien fait », « corresponda[nt] bien [à mon propre style] »[7].

Rouleau de Complot (crédits : Arturo de Albornoz, tenemosunplan.com, via Flickr)
Rouleau de complot (crédits : Arturo de Albornoz, tenemosunplan.com, via Flickr)

Sans percevoir, semble-t-il, l’aspect contradictoire de ses propos, M. Maffesoli confirmera même de manière très explicite la validité des thèses les plus fantaisistes (car correspondant en effet à sa métaphysique anthropologique et sociale) de notre faux article maffesolien[8]. Sans donc jamais aborder la seule chose pertinente dans le cadre d’une discussion intellectuelle « normale », à savoir les arguments que nous avions avancés, et qui reposaient sur la quadruple analyse de son lexique (opaque), de sa rhétorique (marquée par des oppositions binaires et des oxymores oraculaires), de sa conception conjecturale (mais fortement structurée et axiologisée) de l’homme et du monde, et de son mode d’administration de la preuve (caractérisé par le biais de confirmation), M. Maffesoli formulera, en guise de réponse, des hypothèses hasardeuses tantôt basées sur la théorie du complot (il serait un « bouc émissaire », et nous serions quant à nous deux « chevaux légers », manipulés par de « vieux caciques de la sociologie » souhaitant « régler des comptes » par personnes interposées[9]), tantôt ad hominem (nous serions « jaloux »[10], « malveillants »[11], « infantiles »[12], « frileux »[13], voire même, pour creuser la veine de la psychologie conjecturale que M. Maffesoli semble affectionner, et qui laisse pour le moins songeur, « impuissants »[14]). Continuer la lecture de D’une polémique à l’autre… en passant par la compréhension. Petite note bio-méthodologique

Note critique sur le mot « technoscience »

Dans la précédente « Note historique », nous avons montré que le néologisme « technoscience » ne revenait ni à Latour (1987) ni à Hottois (1977). Ce mot a été inventé dans l’immédiat après-guerre et a été utilisé une vingtaine de fois entre 1946 et 1976. Si l’on ajoute à ces premières occurrences, celles qui sont documentées entre 1977 et aujourd’hui (Hottois in Goffi 2006 : 21-38), on dispose d’un ensemble assez complet de significations pour passer de la recension bibliographique à l’étude critique de la notion.

Cette recension fait apparaître sept objections principales auxquelles cette note est consacrée.

1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini

La recension des usages du mot « technoscience » entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui montre que le mot a deux référents principaux :

1/ La « totalité des sciences et techniques », définie dans une perspective écologique (Clement 1965 ; Caldwell et DeVille 1968 ; Caldwell, DeVille, Lindesmith et Schuchman 1969 ; Bandurski 1973) ou, plus fréquemment, dans la perspective utilitariste (Lasswell 1946 ; Roherty 1960 ; LeRoy Collins 1964 ; Blissett 1972 ; Rosenthal 1973 ; Werskey 1975 ; Lambright 1976 ; Suttmeier 1977).

2/ Le « génie chimique » (Durandet 1960), le « génie industriel » (Castellano 1965) et, par extension, les « sciences de l’ingénieur » ou les « sciences de la conception » (Kwa in Nordmann 2011), c’est-à-dire le bloc des disciplines qui produisent des connaissances en fabriquant des objets nouveaux. Le génie ne représente évidemment qu’une part de la totalité des sciences et des techniques.

(source : blogging4jobs.com)
Savoir faire tampon (source : blogging4jobs.com)

Continuer la lecture de Note critique sur le mot « technoscience »

Tristes tropismes

À propos d’Anna Boschetti, Ismes. Du réalisme au postmodernisme, Paris, CNRS Éditions, 2014, 352 p.

« Ah ! mais ! Il m’a fait bouler, mais je ne resterai pas par terre ! Je vais me recommander aux dieux, et puis m’envoyer moi-même à l’école. De ce pas, je me rends au pensoir… [Se ravisant] Ouais ! vieux comme je suis, avec ma pauvre mémoire et ma comprenotte lente, comment pourrai-je m’assimiler de subtiles frisettes de raisonnements coupés en quatre ? [Se décidant] Il faut y aller. Qu’est-ce que j’ai là à lanterner, au lieu de frapper à cette porte ? [Il frappe à la porte de Socrate] Petit ! hé, petiot ! »
Aristophane, Les Nuées, dans Théâtre complet I, Paris, Gallimard, 1997, p.225.

L’accumulation des « ismes » dans les domaines savants, au même titre que l’« effet logie »[1] ou bien encore l’omniprésence actuelle des « studies » presse à un travail réflexif des chercheurs en sciences sociales ­– et, sans doute également, des philosophes, des historiens de l’art et des spécialistes en études littéraires – sur la genèse des représentations sociales des savoirs et des catégories de pensée qui leur sont associées et qui sont acceptées comme des éléments de classification allant de soi, en quelque sorte pseudo-évidents et unitaires. Bien entendu, ces exemples marqueurs ne sont pas identiques et ne peuvent se confondre ; ils partagent néanmoins comme propriété commune, au-delà de signifier un tropisme académique, d’être des notions-concepts vagues permettant à certains acteurs ou collectifs d’acteurs de surfer dessus pour se faire un nom (et tout ce qui va avec). Ces marqueurs sont proches mais non identiques puisque, comme il va en être question dans cette recension du dernier ouvrage d’Anna Boschetti, les « ismes » ont existé et demeurent en dehors des champs académiques et scientifiques, contrairement aux « logies » et aux « studies » (parmi d’autres envisageables), qui produisent leur petit effet d’attraction par ailleurs.

ismes-anna-boschettiDans son dernier ouvrage, la sociologue des intellectuels et de la culture entend rompre avec toutes ces habitudes de pensée savantes qui consistent – par séduction ?, par mimétisme ?, par paresse ? – à confondre les catégories d’analyse et autres formes de classification avec les objets d’étude, tout autant qu’à concevoir leur développement global suivant des « mouvements » successifs (p. 6), comme si elles naissaient, murissaient, se diffusaient et déclinaient naturellement – ce faisant, une génération en remplace une autre. Cette insatisfaction apparaît d’ailleurs dans la structure de la publication, à la fois sobre et ambitieuse. Composée de cinq chapitres (« romantisme », « avant-gardisme », « existentialisme », « structuralisme » et « postmodernisme ») de prime abord distincts mais entretenant cependant certains rapports d’affinité, cette structure exprime la volonté de l’auteure de s’émanciper des routines de la casuistique qui s’exerce dans les études littéraires et en sciences sociales. Ce sont toutes ces sortes d’habitudes consistant à les traiter suivant le format d’une simple juxtaposition, vis-à-vis de laquelle la confrontation et la comparaison ne sont pas pensées, ou bien à insister exagérément sur une forme de continuité qui laisse supposer une causalité établie (i.e. tel concept est le produit ou a été nécessairement généré par tel autre). Anna Boschetti ne cache pas que cet attachement à l’émancipation de la fausse alternative continuiste/discontinuiste trouve sa source dans les travaux sur l’art de Pierre Bourdieu, tout particulièrement au travers de la notion de « révolution symbolique ». Il y a chez tous les deux une même attention portée à la cumulativité des pratiques, des représentations et des savoirs, qui se distingue de l’emploi à toutes les sauces du concept de « paradigme » de Thomas Kuhn. De la même façon, elle rejette l’antinomie supposée dans l’étude des concepts des approches internaliste et externaliste. Pour tout dire, l’auteure emprunte toute sa méthodologie et sa terminologie à Bourdieu (celui des Règles de l’art et du cours sur Manet), jugeant par exemple insuffisante la sémantique historique (Geschichtliche Grundbegriffe) portée par Reinhart Koselleck (insuffisante en quoi, ce n’est pas très clair…) et le cadre théorique des « mondes de l’art » de Howard Becker, pas assez puissant selon elle, car il réduit les rapports sociaux à un simple processus de coopération entre acteurs agents individuels sans hiérarchies et facteurs de lutte apparents (p. 11).

Ainsi donc, il est question d’habitus et de champs, d’espace des possibles, d’économie des biens symboliques, mais aussi de dispositions, de trajectoires, de classements, d’intérêts, de concurrence… En somme, tout un répertoire bien déterminé qui permet, comme l’escompte l’auteure, de restituer les différents points de vue et représentations des agents, en tenant compte aussi bien des configurations historiques que du fonctionnement de l’espace social à des moments spécifiques, c’est-à-dire en observant les effets du changement social, que ce soit à l’échelle locale, nationale ou encore transnationale, sur le processus de mutation des catégories. Avec tout ça, il y a de quoi opérer un travail comparatif à grande échelle. C’est d’ailleurs ce qui se réalise, au travers du programme d’une sociologie culturelle « transnationale », tel que mené par Gisèle Sapiro et Johan Heilbron[2] auquel il convient d’ajouter Christophe Charle, sur la base du mot d’ordre lancé par Pierre Bourdieu dans son article « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées »[3]. Le présent travail d’Anna Boschetti s’avère une contribution majeure dans cet espace de possibles, prenant un soin tout particulier à restituer la migration-transformation des idées d’un contexte social ou national à un autre. Continuer la lecture de Tristes tropismes