Archives par mot-clé : Sociologie de la connaissance

Charles Wright Mills Unchained

À propos de François Denord et Bertrand Réau, La sociologie de Charles Wright Mills, Paris, La Découverte, « Repères », 2014.

« The badder they are, the bigger the reward. »
King Schultz, Django Unchained, par Quentin Tarantino (2012).

Inglourious Basterd

1460184-gf« Il est de gauche et c’est un plouc » (p. 108). C’est dans ces termes justement choisis que François Denord et Betrand Réau caractérisent en bout de course la personnalité « haute en couleurs » (enfin, surtout rougeoyante) du sociologue américain Charles Wright Mills (1916-1962), dans l’utile ouvrage qu’ils lui consacrent. Il y a de cela en effet. Les témoignages et les récits biographiques convergent : Mills est sans doute ce « plouc de gauche », ce Texan tarantinien un peu bourru/bourrin aventuré dans le Manhattan intello des fifties, pas tout à fait raccord mais fort bien intégré dans les cercles de la gauche étasunienne, il est aussi ce « franc-tireur » radical et par moments passablement binaire, ce héros critique à tous les étages pointant à la prestigieuse université Columbia, sans compromis ni concessions, ce savant intransigeant et tellement franc du collier, mais aussi, faut-il le signaler tant c’est en principe connu, ce praticien inventif de la sociologie (L’imagination sociologique, son best-seller paru en 1959, est un immense classique), cet adversaire de la Théorie avec un grand t (la « suprême théorie » iconifiée par Talcott Parsons, ça n’est pas sa tasse de thé) doublé d’un redoutable analyste de la société américaine. Ces multiples visages de C. Wright Mills, Denord et Réau les dessinent trait pour trait avec efficacité et une juste empathie. Ils parviennent dans l’ensemble à éviter l’hagiographie (c’était tentant !) et mettent en perspective, de façon dynamique et didactique, les recherches et les prises de position de l’auteur. Dans la série « La sociologie de… », ce « Repères » est donc réussi et comble un vide certain pour le lectorat francophone.

Pulp Nonfiction

Le premier chapitre reconstitue les moments d’une existence qui aura été relativement courte. Fauché par une crise cardiaque à seulement 46 ans, Mills quitte la scène alors que la Guerre froide est à son comble dramaturgique. On sent bien l’écart entre son milieu d’origine et celui vers lequel il tendra une fois la carrière de sociologue embrassée. Mills est né à Waco, dans le Texas. Il a tout du red-neck, Stetson vissé sur le crâne. Son milieu originaire est « plutôt pauvre culturellement et attentiste politiquement » (p. 8). Il est élevé par une mère catholique et très pratiquante, et le role model paternel par défaut est agent d’assurance, bref le genre de « col blanc » dont il auscultera l’éthologie plus tard. Denord et Réau soulignent à quel point cette socialisation primaire aura des effets sur sa conception de la société américaine, et notamment sa focalisation sur les classes moyennes et par contraste la méfiance à l’égard d’une « élite » lointaine autant qu’hautaine, loin des valeurs terrestres des petites gens du Texas, incarnées par un grand-père cow-boy. Mills est un enfant solitaire, il est rétif à la discipline, ne lit pas, s’ennuie à l’école. L’université (Austin, Texas) précipitera une mue très conséquente : au mitan des années 30, durant la Grande dépression, il se découvre une appétence pour la sociologie et la philosophie, il finit par lire beaucoup et accélère une forme de rupture avec le milieu social qui l’avait formé. En cours, il assimile le pragmatisme, les basics de ce que l’on nommera ultérieurement l’« école de Chicago », se fait aux problèmes de la social reform, etc. Ce qui est intéressant dans la carrière de Mills (et de ses contemporains), notent les auteurs, c’est qu’il est observateur participant d’un mouvement de professionnalisation de la discipline amorcée depuis la fin du 19e siècle. Cette dernière se fragmente peu à peu, reconnaît des spécialités et des thèmes privilégiés, des départements dominent (Chicago, Columbia) et d’autres apparaissent (Harvard). Continuer la lecture de Charles Wright Mills Unchained