Archives par mot-clé : STS

La sociologie comme elle se lit

À propos de Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

La sociologie comme elle s’écrit est un livre sur les livres, un livre sur les gens qui prennent la peine d’écrire des livres, et un livre pour les lecteurs qui considèrent que les livres sont une ressource intellectuelle inestimable – y compris les livres qui tombent des mains. Pour son auteur, Jean-Louis Fabiani, c’est un livre de bilan : le bilan de décennies de lectures ; pour le lecteur, c’est le témoignage d’un observateur participant de l’histoire des sciences humaines sociales depuis le début des années 1970. Et c’est pourquoi c’est un livre recommandable. Mais La sociologie comme elle s’écrit, c’est aussi un bilan de compétences herméneutiques : à travers ses lectures l’auteur défend la pratique de la recension et de l’exégèse, et plus encore ici de la collectio, du recueil et de l’assemblage de « textes apparemment dissemblables » (p. 16). Ce n’est pas le premier essai dans le genre « livre sur les livres »[1], mais cela n’enlève rien de son intérêt. Lisons-le donc, en écrivant.

Qu’est-ce qu’un sociologue qui lit ?

« Le sociologue ne doit jamais cesser d’affûter ses compétences de lecteur. En lisant, en écrivant. » (p. 17) Cet aspect-là du « métier de sociologue » est sans nul doute essentiel, et J.-L. Fabiani fait bien de le rappeler dans le prologue. Pourtant son titre, « Portrait du sociologue en lector », laisse apparaître ce qu’il en coûte de revêtir les habits du lecteur. Défendre et illustrer cette disposition intellectuelle, c’est dans une certaine mesure ramer à contre-courant. Car comme l’écrit J.-L. Fabiani, les carrières universitaires incitent plutôt à la créativité et à l’originalité (p. 9). Lire les autres, c’est suspendre le fil de ses propres recherches le temps d’une recension. Et le petit producteur académique de se laisser distancer par la concurrence dans la course à la publication. Mais ce n’est pas tout. On sait que Pierre Bourdieu, se remémorant ses années de khâgne et sa vocation refroidie d’historien de la philosophie, a contribué à façonner la figure repoussoir du lector, cette créature étrange végétant dans les eaux usées de l’academica mediocritas, cacatoès qui s’imagine en auctor par le seul jeu de ses commentaires scolastico-scolaires[2]. Cette charge n’était pas infondée, c’était de bonne guerre même, Bourdieu s’estimant victime d’un éternel misreading. À distance donc de cette posture caricaturée à l’excès sous sa plume féroce, Bourdieu exigeait de ses lecteurs qu’ils soient des lectores-auctores (p. 11). Il pensait bien faire, lui qui lisait beaucoup les auteurs de sa trempe, comme l’illustrent les longues séances d’explication de textes scandant ses premiers cours au Collège de France[3]. Mais n’est pas Bourdieu qui veut. Cela suppose de se mettre à la hauteur d’un auctor sûr de son pouvoir auctorial. D’avoir une œuvre avant de se risquer à lire un pair.

0a4c14697d

Pourtant, lire les autres, c’est aussi se placer dans le sens de l’enquête. J.-L. Fabiani souligne qu’Émile Durkheim était un infatigable lecteur et que sa revue, L’Année sociologique, faisait la part belle au compte rendu. Un peu désuète à l’heure du tout-terrain, cette sociologie de cabinet n’en recèle pas moins une grande force : elle rappelle combien la lecture, et l’écriture l’accompagnant, sont aussi créatrices. Enfin, pas n’importe comment. Il est des lectures expédiées et sans intérêt, des notes de lecture n’apportant rien d’autre qu’une nouvelle quatrième de couverture, des lectures qui n’ont d’autre fin que d’installer le lector en thésauriseur d’une « rente symbolique ». À l’inverse, le rendement d’une bonne lecture se mesure à sa capacité de faire surgir autre chose par l’interprétation, une plus-value cognitive, des « effets de connaissance et d’intelligibilité » (p. 12). Vous pensiez l’avoir lu, eh bien lisez ce compte rendu, le livre commenté s’y trouve transfiguré. Condenser, restituer, situer dans l’espace des possibles, mettre en perspective, (se) confronter, mais aussi lire entre les lignes, chercher à rendre raison des blancs et des manques, faire craquer les paquets de sens trop bien emballés : un texte, ça se presse comme un citron. Et il faut mettre du cœur à/dans l’ouvrage. Parler d’un livre qu’on a lu pour en dire quelque chose d’à peu près sensé, cela demande autant d’application que d’implication.

J.-L. Fabiani, qui transbahute son « vieil habitus de lecteur » (p. 12) de recension en recension, a de qui tenir. Ce travail du review essay, il s’y est familiarisé au contact de Jean-Claude Chamboredon – vous savez, le co-auteur du Métier de sociologue (1968) que l’on oublie hélas souvent de citer. Chamboredon transforma ce « genre mineur en un lieu d’innovation intellectuelle » (p. 12), et ses élèves ­­– parmi lesquels J.-L. Fabiani – d’emboîter le pas. Le prologue est l’occasion de se raconter à travers l’expérience de la lecture. J.-L. Fabiani livre peu à peu son panthéon référentiel et ses affinités sélectives. Il en a croisé du monde, entre les rédactions de Critique, des Actes de la recherche en sciences sociales ou de feu la revue Préfaces ; sans compter les séjours à l’étranger, en particulier à l’université de Californie à San Diego au cours des années 1970, où J.-L. Fabiani eut l’occasion de mettre des visages sur ses lectures sociologiques (Bennet Berger, Aaron Cicourel, Randall Collins, Cesar Graña, Joseph Gusfield) (p. 14).

Portrait du sociologue en Hannibal lector Pierre Bourdieu (crédits : college-de-france.fr/)
Portrait du sociologue Pierre Bourdieu en Hannibal lector (crédits : college-de-france.fr/)

La table des matières laisse deviner l’éclectisme mais aussi les choix ponctuels d’un lecteur sur une vingtaine d’années. Certains auteurs sont aujourd’hui canonisés. C’est le cas de Pierre Bourdieu (chap. 1, fatalement) et de Michel Foucault (chap. 3), dont les ouvrages continuent de susciter des milliers de recensions à travers le monde. Le processus de canonisation est en cours pour d’autres : Andrew Abbott (chap. 5)[4] et Bruno Latour (chap. 11, comme pour clore la marche). Ne déméritant pas une seconde, les autres auteurs commentés dans La sociologie comme elle s’écrit apportent tous à la pratique des sciences sociales, chacun à sa façon, et il se pourrait même que certains soient déjà canonisés par quelques happy few dans l’indifférence des échelles de cotation mainstream : Jean-Claude Passeron (chap. 2), Daniel Cefaï (chap. 4), Ivan Ermakoff, Randall Collins, Gérard Lenclud, Luc Boltanski, Cyril Lemieux (respectivement chap. 6, 7, 8, 9 et 10). Ce cortège est hétéroclite en première lecture. Il est très masculin, très blanc, très « 54/105 Boulevard Raspail », très franco-étasunien. Où se trouve donc la cohérence ? Pourquoi avoir retenu ces recensions-là plutôt que d’autres ? Pourquoi cet énigmatique sous-titre, De Bourdieu à Latour ? Cela relève-t-il du simple affichage vendeur pour attirer l’attention du lecteur-client ou d’une véritable intention théorique ? Pour tâcher d’y voir clair, observons donc à l’œuvre les lectures de J.-L. Fabiani – sans toutes les reprendre, car­ il ne faudrait pas que ce compte rendu exonère de les lire. Continuer la lecture de La sociologie comme elle se lit

Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

J’ai été un peu surpris de la forme de cet article de recherche […]. J’ai été assez étonné de lire ce qui me semble par passage être une sorte d’étude des centraliens à travers le prisme d’une conférence de sociologie, plutôt que l’étude des conférences de sciences humaines à travers l’œil d’élèves ingénieurs (ce qui me semblait être le sujet initial, je comprends cependant qu’il était difficile de nous l’annoncer de cette manière).
    Élève-ingénieur, 2e année.

J’enseigne la sociologie des sciences à l’École Centrale de Paris (ECP), pour des élèves-ingénieurs en deuxième année. Le programme porte sur les liens entre recherche et entrepreneuriat. J’y analyse les dynamiques et les discours économiques et politiques incitant les jeunes diplômés à se lancer dans la création de start-up et de spin-off. J’essaie de défaire des idées largement partagées par les élèves d’un établissement formant les « Leaders, innovateurs, entrepreneurs » de demain : celles du « schéma linéaire d’innovation », de l’entrepreneur héroïque, du chercheur académique reclus dans sa « tour d’ivoire », des sciences et techniques comme « moteurs de la croissance », etc. Le décor planté, nous traitons le thème de la Slow-science, lequel s’est récemment imposé à l’agenda de la mise en politique(s) des sciences et techniques. En même temps que je préparais mon cours, j’ai découvert l’annonce d’une conférence à venir d’Isabelle Stengers. Invitée au séminaire Citoyenneté académique : slow-science et recherche action, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) où j’ai fait ma thèse, la philosophe belge devait reprendre ses méditations sur l’avènement possible d’« une autre science ». La date de son intervention coïncidant avec celle d’une des séances de mon cours : l’heure venait pour moi d’organiser ma première sortie de classe. Pour faire prendre l’air aux élèves. Pour les extraire de l’atmosphère douillette d’une école d’élite (G. Lazuech, 1988) nichée au pied du parc de Sceaux et les exposer aux bourrasques avant-gardistes – qui ne sont parfois que des coups de vent – dont l’EHESS se pense la génératrice. J’ai aussi mis au point un protocole expérimental : l’idée était de demander aux élèves centraliens de rédiger en groupe de quatre un compte-rendu de la conférence d’I. Stengers, incluant une synthèse des arguments défendus par la philosophe et une description ethnographique de l’événement.

Le 105, boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)
Le 105 boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)

Résultat de cette expérimentation, l’article qui suit a été composé en deux étapes. J’ai rédigé un premier texte en m’appuyant, d’une part, sur les textes des élèves et, d’autre part, sur mes notes complétées de retranscriptions extraites de l’enregistrement de l’intervention d’I. Stengers. Cette version bêta terminée, je l’ai soumise aux étudiants en leur demandant de la commenter, de proposer des prolongements, et s’il le fallait d’objecter aux interprétations proposées. Ces remarques compilées, j’ai repris la rédaction : j’ai coupé des passages jugés inexacts par les élèves, ajouté certaines remarques et modulé les analyses en fonction de leurs suggestions. Cette démarche emprunte aux méthodes de « triangulation ethnographique ». Elle repose premièrement sur une multiplication des points de vue relatifs à un même phénomène (investigator triangulation [N. K. Denzin, 1978]), afin d’obtenir une description complexifiée. Deuxièmement, les principaux intéressés doivent éprouver la « solidité » des primes observations et interprétations dans le but de révéler des points de désaccords entre enquêtés et enquêteur et enjoindre ce dernier à les expliquer (M. Kleine, 1990). Bonne surprise : les premiers comptes-rendus sont riches. Ils témoignent de l’étrangeté d’une conférence de SHS pour des non-initiés. Et, rapporter dans un même texte l’argumentation de l’auteur de L’invention des sciences modernes (1993) et ce qu’en ont retenu les centraliens permet d’observer presque in vivo comment un discours relevant des sciences humaines et sociales est saisi et interprété par des « non-spécialistes ». C’est une sorte de démarche itérative et collective d’analyse sociologique qui se trouve ainsi mise en œuvre. Continuer la lecture de Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet

À propos de Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015.

La nature a compté dans l’histoire du pouvoir associé au château du Versailles. Les résistances qu’elle a opposées à ses gouvernants l’ont même conduit à être un foyer d’invention d’une politique de la nature. Pour le montrer, G. Quenet délaisse le plan quadrillé du palais et du Petit Parc qui l’entoure, s’éloignant du même coup d’une historiographie peu regardante sur les rapports des hommes de la cour avec les êtres vivant au-delà. Sa proposition s’appuie ainsi sur une extension du domaine de l’histoire de Versailles, suivant les traces du roi et de sa cour (mais aussi celle de sa police) dans le Grand Parc et la campagne alentour, aménagés tant bien que mal pour leurs besoins. Les archives exploitées par l’historien témoignent de difficultés d’aménagement qui tranchent avec la thématique aujourd’hui bien polie de la domination « à la française » de la nature. Il s’agit dès lors pour lui de restituer ce Versailles « dynamique et mobile, vivant et giboyeux », mais aussi « heurté, incontrôlé, contesté » (pp. 7-8), loin donc du « fantasme de l’absolutisme environnemental » consacré par une historiographie centrée sur les principaux bâtiments (p. 31 sq.). « Resserr[ant] l’étau patrimonial autour de Versailles », celle-ci n’a pu faire du château un objet constitutif de l’identité nationale qu’au prix d’une artificielle mise à distance du Grand Parc et de la vie qui l’anime (dans cette veine, « pour que le château s’affirme, il faut que le Grand Parc s’enfonce dans l’ombre », p. 177).

70718494_000_CV_1_000Le but du Versailles de Quenet est d’éclairer à nouveau ce domaine royal au statut original, sous un jour plus contrasté que celui qui écrase les allées du Petit Parc. Il lui faut donc troquer la posture textualiste qui, en cherchant à déchiffrer le sens du château, l’a en quelque sorte « momifié » (p. 7), pour une autre heuristique. L’historien choisit pour cela un modèle « contemporain du palais », celui de l’histoire naturelle, pour saisir les quatre moments – « naissance, croissance, régénération et mort » – de la vie de « l’animal Versailles » (pp. 10-11). Celui-ci « se reproduit et se développe au prix d’un gigantesque métabolisme, parcouru de flux qui entrent (…), qui sortent (…), et qui se régénèrent » (p. 16) : c’est sous cette forme – hybride, pour le coup – que Quenet entend donner toute sa force à « la matérialité de la nature » dans l’histoire de Versailles. Dans cette présentation, l’effet est saisissant ; on frôle le « monster movie » (sous-titre : « Bruno Latour meets Louis XIV ! »).

Plus sérieusement, l’ouvrage présente une passionnante enquête d’histoire environnementale (dont G. Quenet est l’un des fers de lance en France[1]), proposant une nouvelle perspective sur un lieu de pouvoir qui étonne encore par sa démesure. Dans le domaine de Versailles, l’environnement royal est marqué notamment par la richesse de la faune et la rareté de l’eau, et l’auteur exploite brillamment la façon dont ces particularités travaillent et sont travaillées par la politique d’aménagement au service de la cour. La chasse est à la fois l’un de ses plaisirs favoris et l’occasion d’une confrontation planifiée avec la nature. Louis XIV, par exemple, chasse un jour sur trois à la fin de son règne : sangliers, loups, cerfs, chevreuils, daims, lièvres, faisans… Ceux-ci sont confinés – parfois élevés ou importés[2] – dans le Grand Parc, ceinturé d’une clôture : mais comment gérer cette ressource, i.e. en jouir sans l’épuiser, dans le cadre d’une pratique de chasse exceptionnellement sédentaire (pp. 30, 108-109) ? Pratiquée passionnément, la chasse au loup élimine l’espèce, ce qui met en évidence la « portée écologique considérable » de cette disparition sur la biodiversité et sa répartition dans le Grand Parc, sous la forme de ce que l’on appelle aujourd’hui des « cascades trophiques » (p. 123). On voit aussi comment les pratiques de gestion du domaine appellent de développer des techniques de classification semi-savantes : la création de route implique de classer les arbres (décoratifs ou non), et le maintien d’une réserve de gibier satisfaisante de distinguer les espèces nuisibles des autres. Belettes et fouines sont ainsi placées sur une liste noire que l’expérience apprend à mieux remplir : dans les années 1760, par exemple, « le service des chasses demande que les sommes consacrées [à l’éradication des] hiboux servent à exterminer les pies, ce que le roi approuve ». Le cas des lapins apparait en revanche insoluble, accédant finalement au rang de « problème national » (pp. 110-112). Continuer la lecture de Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet

Note critique sur le mot « technoscience »

Dans la précédente « Note historique », nous avons montré que le néologisme « technoscience » ne revenait ni à Latour (1987) ni à Hottois (1977). Ce mot a été inventé dans l’immédiat après-guerre et a été utilisé une vingtaine de fois entre 1946 et 1976. Si l’on ajoute à ces premières occurrences, celles qui sont documentées entre 1977 et aujourd’hui (Hottois in Goffi 2006 : 21-38), on dispose d’un ensemble assez complet de significations pour passer de la recension bibliographique à l’étude critique de la notion.

Cette recension fait apparaître sept objections principales auxquelles cette note est consacrée.

1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini

La recension des usages du mot « technoscience » entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui montre que le mot a deux référents principaux :

1/ La « totalité des sciences et techniques », définie dans une perspective écologique (Clement 1965 ; Caldwell et DeVille 1968 ; Caldwell, DeVille, Lindesmith et Schuchman 1969 ; Bandurski 1973) ou, plus fréquemment, dans la perspective utilitariste (Lasswell 1946 ; Roherty 1960 ; LeRoy Collins 1964 ; Blissett 1972 ; Rosenthal 1973 ; Werskey 1975 ; Lambright 1976 ; Suttmeier 1977).

2/ Le « génie chimique » (Durandet 1960), le « génie industriel » (Castellano 1965) et, par extension, les « sciences de l’ingénieur » ou les « sciences de la conception » (Kwa in Nordmann 2011), c’est-à-dire le bloc des disciplines qui produisent des connaissances en fabriquant des objets nouveaux. Le génie ne représente évidemment qu’une part de la totalité des sciences et des techniques.

(source : blogging4jobs.com)
Savoir faire tampon (source : blogging4jobs.com)

Continuer la lecture de Note critique sur le mot « technoscience »

Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (2/2)

In the second part of our interview, Christopher Donohue and Will Thomas discuss the possibilities offered by scientific blogging. Despite the usefulness and heuristicity of writing posts (clarifying theoretical or empirical aspects of a research that has just started, moving forward in the exploration of new objects of study, facilitating the flow of fresh ideas, interacting with other scholars, and so on), they both point out the fact that this activity is still far from being considered a legitimate part in an academic career. And at the same time, it requires a significant investment in time, energy, collective coordination and discussion. So there is something of a dilemma in the pursuit of this cognitive aspiration, and we thought it was useful, even essential, to reopen the interview on this issue. We also wished to ask what is their position towards the idea and practice of debate and open criticism (organized skepticism, in Robert K. Merton’s terms) within the academic world, given that we still think that it’s easier to engage in critical thinking and discussions in the US than in France. Another thing: like the Carnet Zilsel, EWP has its obsessions. The long series of posts written by Will on Simon Schaffer’s oeuvre is a good example. For its part, Christopher took the opportunity of this interview to announce the forthcoming publication of a series on Joseph Agassi, a now totally forgotten philosopher of science. (We also take this occasion to publicize that Chris will give a talk on Agassi in the Sociology of Science [a.k.a. “SoS”] Seminar of the Printemps, on March 20, 2015.) To sum up, we are delighted to have caused this interesting transatlantic conversation, and we hope that the discussion will continue for the coming years!

Even today, it seems that researchers are cautious about the idea of being involved in a scientific blog. It is true that it takes time and, above all, that this sort of contribution is not taken into account in the academic CV. This blurs the boundaries between ordinary usual scientific contribution evaluated within the peer-review system (which represents a huge temporal investment), and the desire to popularize and communicate on topics in a much more spontaneous manner. What is your position on these issues? How do they resonate in the United States? Could we say that it challenges the professional ethos of researchers?

Will Thomas (WT): Blogs can be a distraction if you’re not self-disciplined enough to budget your time, and I don’t think they can be anything other than a supplementary item on a CV, simply because of the lack of peer review involved. But they can also be a good investment in terms of their ability to help develop ideas. Alex Wellerstein’s blog is really great at this.

Interestingly, I think that due to universities’ emphasis on documenting “impact”—as well as the “evangelical” streak running through the humanities (i.e., the belief that ultimately research should speak to a public need for humanistic ideas)—the popularization function of blogs is fairly well accepted by now. I can’t think of any instances where I’ve heard someone look down on that. (Again, Alex has had great success in addressing the public, though he does have the advantage of writing about nuclear weapons!)

(credits: Charlie Broome, via Flickr)
Give Me a Keyboard and I will Raise a Blog (credits: Charlie Broome, via Flickr)

The biggest barrier, I think, is that many senior scholars look on blogging as something that is beneath their dignity. In my experience, scholars are reluctant to let people see what they are doing before their ideas are well polished. When they do write for blogs, one definitely gets the sense that they are mounting the lectern rather than talking off-hand, and calling attention to questions about details they don’t know the answer to. They want to project a kind of knowing authority. They might also have a sense that Internet discussions always get invaded by trolls, which is not my experience when you’re working in a specialized area. I think even the ugliness of the word “blog” may have something to do with it—it’s easy to disdain. This is too bad because there are at least some senior scholars, who I think could make good use of the medium. Their participation would do a lot to integrate it into the scholar’s accepted toolkit. Continuer la lecture de Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (2/2)