Archives par mot-clé : STS

Réponse à la réponse de Pascal Ragouet

Et donc, comme convenu, voici la réponse de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages à la réponse de Pascal Ragouet. Aux lectrices et aux lecteurs d’approfondir à présent, en allant d’abord découvrir l’ouvrage important et discutable (au sens le plus positif du terme) que ce dernier a publié.

Les recensions critiques, réalisées avec le plus grand soin et la plus grande attention qui soit, ont cette vertu heuristique d’amener l’auteur de l’ouvrage recensé à préciser un certain nombre d’éléments ou de points aveugles. A notre longue recension de dix-neuf pages, Pascal Ragouet a ainsi proposé une réponse argumentée de cinq pages : chacun d’entre nous a donc eu le plaisir d’être vraiment lu – chose qui est, somme toute, relativement rare, dans la mesure où les recensions sont, la plupart du temps et au mieux, un moyen pour faire circuler son nom dans les revues et pour attirer l’attention bienveillante de l’auteur, ou au pire un renvoi d’ascenseur qui se fond en éloges et ne mentionne que quelques critiques sans substance – pour la forme.

Du reste, la longueur de la critique et le temps consacré à la lecture est proportionnelle à l’intérêt de l’ouvrage. Un livre inintéressant ne mérite pas qu’on lui consacre la moindre ligne. Loin de nous, donc, de souscrire à la formule de Pascal Ragouet selon laquelle les quelques lignes consacrées à l’intérêt de son livre perdent toute leur valeur face au flot de critiques que nous faisons par ailleurs. Nous redisons que cet ouvrage est une contribution importante à la sociologie des controverses scientifiques, quels que soient nos avis respectifs sur l’avenir de ce courant de la sociologie des sciences et des techniques. Oui, il est bon d’entendre que les sciences sont traversées par des normes et que le mot de « rationalité » n’est pas un gros mot. Oui, la notion d’idioparadigme est stimulante et potentiellement heuristique (peut-être Pascal Ragouet prépare-t-il un autre ouvrage qui vise à en préciser les contours ?).

Nous laisserons de côté les réponses liées à la lecture des auteurs, car la discussion risque fort de tourner en conflit herméneutique et de n’aboutir qu’à une confrontation stérile de citations, aux dépens du contenu.

En revanche, nous souhaiterions revenir une fois encore sur la critique, à notre sens centrale, de la construction théorique de Pascal Ragouet, une construction pleinement axée, si nous l’avons bien lue, autour de la notion de « science normale ». On aurait attendu de l’auteur qu’il nous fournisse effectivement une définition de la « science normale » sans se contenter de renvoyer à Thomas Kuhn, car la confusion du lecteur ne cesse de s’épaissir au cours de l’ouvrage, tant l’usage que Pascal Ragouet en fait semble s’écarter du sens qu’en donnait l’auteur de La structure des révolutions scientifiques, y compris même dans son indétermination caractérisée (indétermination par ailleurs largement réduite dans la postface qu’il publie en 1969, mais passons). Se cacher derrière la pluralité des sens conférés à la « science normale » ne dispense pas, comme chercheur, de restreindre le périmètre scientifique de la notion, et ce d’autant plus qu’elle est au cœur de l’ouvrage. Sans compter que dans ces différents sens, Thomas Kuhn n’a jamais associé normalité et normativité. Rien n’empêche d’apporter un autre contenu aux concepts que l’on utilise, évidemment, mais il faut alors le préciser et le développer, ce qui nous semble insuffisamment fait ici. Cette association demeure implicite et peu questionnée, ce qui finit par fragiliser, du point de vue du lecteur, l’ensemble théorique de l’ouvrage.

Pour terminer, nous tenons à remercier Pascal Ragouet de s’être prêté à cet exercice de disputatio sans lequel nulle science n’est possible et qui, nous l’espérons, aura permis de faire avancer la discussion autour de son ouvrage, nous le répétons, tout à fait intéressant.

Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages

Image en bandeau :  StockSnap, via Pixabay.

Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster

Dans le dernier numéro de la revue Zilsel (n° 2, septembre 2017), la rubrique « Frictions » proposait d’interroger l’état actuel et les marges de progression éventuelles des études de controverses scientifiques et techniques[1]. Outre deux articles de mise au point bibliographique et de recadrage théorique, le dossier incluait une longue note critique de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages[2] – tous deux membres du comité de rédaction de la revue – du dernier ouvrage de Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique (Paris, Raisons d’agir, 2016). La rédaction avait jugé utile et pertinent d’engager une lecture de ce dernier, car l’ambition de l’auteur est de proposer un cadre d’analyse théoriquement renouvelé d’un genre d’enquête – que d’aucuns pensent vu et revu –, à partir d’une étude de cas en soi intéressante. On découvria rapidement que la lecture des collègues est franche et sur le fond, elle entre dans la contradiction comme c’est la norme. Néanmoins, Pascal Ragouet considère qu’ils font fausse route et a tenu à contre-argumenter dans le texte qui suit. Le Carnet et la revue Zilsel encouragent depuis le début les échanges critiques argumentés, c’est donc sans surprise qu’il accueille avec intérêt cette longue réponse. Naturellement, elle donnera lieu à une ulime réponse, à paraître dès le lendemain.

La rédaction

Dans un premier temps, je me suis senti honoré qu’un article de 19 pages vienne développer une critique de mon dernier ouvrage, parce que j’imaginais partager avec les auteurs de la recension une conception identique de la critique : un exercice attentif au contenu des arguments, tournant résolument le dos aux raccourcis et aux attaques ad hominem. Je me suis lourdement trompé. Si l’on excepte les quelques rares lignes censées rappeler l’intérêt de mon travail, il faut bien admettre qu’à l’issue de la lecture du texte de M. Dhermy-Mairal et V. Fages le lecteur risque trouver cet intérêt bien relatif puisqu’en conclusion, je passe pour quelqu’un qui se bat « contre des fantômes » (p. 184), qui n’a manifestement pas compris que « les « boîtes noires de la science [avaient] déjà été largement ouvertes » (p. 184) et qui continue à s’intéresser à un objet « qui a perdu de sa superbe analytique » (p. 184). Le lecteur était de toute façon fixé bien plus tôt dans le texte puisqu’au milieu de l’article à la page 177, ma critique du relativisme « semble rater sa cible » et qu’elle nous projette « des années en arrière dans une guerre des sciences largement refroidie ». La faute sans doute à mon âge puisqu’à la suite de ces affirmations péremptoires jamais étayées, l’explication de mon incapacité résiderait dans un possible « effet de génération » (p. 177). Cette incise me reste en travers de la gorge, je dois le dire. S’en tenir à l’évocation des manques argumentatifs, des problèmes conceptuels devrait suffire pour une critique. En tout cas, cette remarque superflue me rappelle tout le caractère utopique de la norme d’universalité dont Merton faisait l’un des éléments constitutifs de son ethos.

Alors que retenir de cette longue recension ? Je l’avoue, je suis vite passé en la lisant à la deuxième moitié de l’article, celle censée se faire plus critique. J’aimerais répondre aux préventions de mes évaluateurs. Continuer la lecture de Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster

La sociologie comme elle se lit

À propos de Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

La sociologie comme elle s’écrit est un livre sur les livres, un livre sur les gens qui prennent la peine d’écrire des livres, et un livre pour les lecteurs qui considèrent que les livres sont une ressource intellectuelle inestimable – y compris les livres qui tombent des mains. Pour son auteur, Jean-Louis Fabiani, c’est un livre de bilan : le bilan de décennies de lectures ; pour le lecteur, c’est le témoignage d’un observateur participant de l’histoire des sciences humaines sociales depuis le début des années 1970. Et c’est pourquoi c’est un livre recommandable. Mais La sociologie comme elle s’écrit, c’est aussi un bilan de compétences herméneutiques : à travers ses lectures l’auteur défend la pratique de la recension et de l’exégèse, et plus encore ici de la collectio, du recueil et de l’assemblage de « textes apparemment dissemblables » (p. 16). Ce n’est pas le premier essai dans le genre « livre sur les livres »[1], mais cela n’enlève rien de son intérêt. Lisons-le donc, en écrivant.

Qu’est-ce qu’un sociologue qui lit ?

« Le sociologue ne doit jamais cesser d’affûter ses compétences de lecteur. En lisant, en écrivant. » (p. 17) Cet aspect-là du « métier de sociologue » est sans nul doute essentiel, et J.-L. Fabiani fait bien de le rappeler dans le prologue. Pourtant son titre, « Portrait du sociologue en lector », laisse apparaître ce qu’il en coûte de revêtir les habits du lecteur. Défendre et illustrer cette disposition intellectuelle, c’est dans une certaine mesure ramer à contre-courant. Car comme l’écrit J.-L. Fabiani, les carrières universitaires incitent plutôt à la créativité et à l’originalité (p. 9). Lire les autres, c’est suspendre le fil de ses propres recherches le temps d’une recension. Et le petit producteur académique de se laisser distancer par la concurrence dans la course à la publication. Mais ce n’est pas tout. On sait que Pierre Bourdieu, se remémorant ses années de khâgne et sa vocation refroidie d’historien de la philosophie, a contribué à façonner la figure repoussoir du lector, cette créature étrange végétant dans les eaux usées de l’academica mediocritas, cacatoès qui s’imagine en auctor par le seul jeu de ses commentaires scolastico-scolaires[2]. Cette charge n’était pas infondée, c’était de bonne guerre même, Bourdieu s’estimant victime d’un éternel misreading. À distance donc de cette posture caricaturée à l’excès sous sa plume féroce, Bourdieu exigeait de ses lecteurs qu’ils soient des lectores-auctores (p. 11). Il pensait bien faire, lui qui lisait beaucoup les auteurs de sa trempe, comme l’illustrent les longues séances d’explication de textes scandant ses premiers cours au Collège de France[3]. Mais n’est pas Bourdieu qui veut. Cela suppose de se mettre à la hauteur d’un auctor sûr de son pouvoir auctorial. D’avoir une œuvre avant de se risquer à lire un pair.

0a4c14697d

Pourtant, lire les autres, c’est aussi se placer dans le sens de l’enquête. J.-L. Fabiani souligne qu’Émile Durkheim était un infatigable lecteur et que sa revue, L’Année sociologique, faisait la part belle au compte rendu. Un peu désuète à l’heure du tout-terrain, cette sociologie de cabinet n’en recèle pas moins une grande force : elle rappelle combien la lecture, et l’écriture l’accompagnant, sont aussi créatrices. Enfin, pas n’importe comment. Il est des lectures expédiées et sans intérêt, des notes de lecture n’apportant rien d’autre qu’une nouvelle quatrième de couverture, des lectures qui n’ont d’autre fin que d’installer le lector en thésauriseur d’une « rente symbolique ». À l’inverse, le rendement d’une bonne lecture se mesure à sa capacité de faire surgir autre chose par l’interprétation, une plus-value cognitive, des « effets de connaissance et d’intelligibilité » (p. 12). Vous pensiez l’avoir lu, eh bien lisez ce compte rendu, le livre commenté s’y trouve transfiguré. Condenser, restituer, situer dans l’espace des possibles, mettre en perspective, (se) confronter, mais aussi lire entre les lignes, chercher à rendre raison des blancs et des manques, faire craquer les paquets de sens trop bien emballés : un texte, ça se presse comme un citron. Et il faut mettre du cœur à/dans l’ouvrage. Parler d’un livre qu’on a lu pour en dire quelque chose d’à peu près sensé, cela demande autant d’application que d’implication.

J.-L. Fabiani, qui transbahute son « vieil habitus de lecteur » (p. 12) de recension en recension, a de qui tenir. Ce travail du review essay, il s’y est familiarisé au contact de Jean-Claude Chamboredon – vous savez, le co-auteur du Métier de sociologue (1968) que l’on oublie hélas souvent de citer. Chamboredon transforma ce « genre mineur en un lieu d’innovation intellectuelle » (p. 12), et ses élèves ­­– parmi lesquels J.-L. Fabiani – d’emboîter le pas. Le prologue est l’occasion de se raconter à travers l’expérience de la lecture. J.-L. Fabiani livre peu à peu son panthéon référentiel et ses affinités sélectives. Il en a croisé du monde, entre les rédactions de Critique, des Actes de la recherche en sciences sociales ou de feu la revue Préfaces ; sans compter les séjours à l’étranger, en particulier à l’université de Californie à San Diego au cours des années 1970, où J.-L. Fabiani eut l’occasion de mettre des visages sur ses lectures sociologiques (Bennet Berger, Aaron Cicourel, Randall Collins, Cesar Graña, Joseph Gusfield) (p. 14).

Portrait du sociologue en Hannibal lector Pierre Bourdieu (crédits : college-de-france.fr/)
Portrait du sociologue Pierre Bourdieu en Hannibal lector (crédits : college-de-france.fr/)

La table des matières laisse deviner l’éclectisme mais aussi les choix ponctuels d’un lecteur sur une vingtaine d’années. Certains auteurs sont aujourd’hui canonisés. C’est le cas de Pierre Bourdieu (chap. 1, fatalement) et de Michel Foucault (chap. 3), dont les ouvrages continuent de susciter des milliers de recensions à travers le monde. Le processus de canonisation est en cours pour d’autres : Andrew Abbott (chap. 5)[4] et Bruno Latour (chap. 11, comme pour clore la marche). Ne déméritant pas une seconde, les autres auteurs commentés dans La sociologie comme elle s’écrit apportent tous à la pratique des sciences sociales, chacun à sa façon, et il se pourrait même que certains soient déjà canonisés par quelques happy few dans l’indifférence des échelles de cotation mainstream : Jean-Claude Passeron (chap. 2), Daniel Cefaï (chap. 4), Ivan Ermakoff, Randall Collins, Gérard Lenclud, Luc Boltanski, Cyril Lemieux (respectivement chap. 6, 7, 8, 9 et 10). Ce cortège est hétéroclite en première lecture. Il est très masculin, très blanc, très « 54/105 Boulevard Raspail », très franco-étasunien. Où se trouve donc la cohérence ? Pourquoi avoir retenu ces recensions-là plutôt que d’autres ? Pourquoi cet énigmatique sous-titre, De Bourdieu à Latour ? Cela relève-t-il du simple affichage vendeur pour attirer l’attention du lecteur-client ou d’une véritable intention théorique ? Pour tâcher d’y voir clair, observons donc à l’œuvre les lectures de J.-L. Fabiani – sans toutes les reprendre, car­ il ne faudrait pas que ce compte rendu exonère de les lire. Continuer la lecture de La sociologie comme elle se lit

Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

J’ai été un peu surpris de la forme de cet article de recherche […]. J’ai été assez étonné de lire ce qui me semble par passage être une sorte d’étude des centraliens à travers le prisme d’une conférence de sociologie, plutôt que l’étude des conférences de sciences humaines à travers l’œil d’élèves ingénieurs (ce qui me semblait être le sujet initial, je comprends cependant qu’il était difficile de nous l’annoncer de cette manière).
    Élève-ingénieur, 2e année.

J’enseigne la sociologie des sciences à l’École Centrale de Paris (ECP), pour des élèves-ingénieurs en deuxième année. Le programme porte sur les liens entre recherche et entrepreneuriat. J’y analyse les dynamiques et les discours économiques et politiques incitant les jeunes diplômés à se lancer dans la création de start-up et de spin-off. J’essaie de défaire des idées largement partagées par les élèves d’un établissement formant les « Leaders, innovateurs, entrepreneurs » de demain : celles du « schéma linéaire d’innovation », de l’entrepreneur héroïque, du chercheur académique reclus dans sa « tour d’ivoire », des sciences et techniques comme « moteurs de la croissance », etc. Le décor planté, nous traitons le thème de la Slow-science, lequel s’est récemment imposé à l’agenda de la mise en politique(s) des sciences et techniques. En même temps que je préparais mon cours, j’ai découvert l’annonce d’une conférence à venir d’Isabelle Stengers. Invitée au séminaire Citoyenneté académique : slow-science et recherche action, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) où j’ai fait ma thèse, la philosophe belge devait reprendre ses méditations sur l’avènement possible d’« une autre science ». La date de son intervention coïncidant avec celle d’une des séances de mon cours : l’heure venait pour moi d’organiser ma première sortie de classe. Pour faire prendre l’air aux élèves. Pour les extraire de l’atmosphère douillette d’une école d’élite (G. Lazuech, 1988) nichée au pied du parc de Sceaux et les exposer aux bourrasques avant-gardistes – qui ne sont parfois que des coups de vent – dont l’EHESS se pense la génératrice. J’ai aussi mis au point un protocole expérimental : l’idée était de demander aux élèves centraliens de rédiger en groupe de quatre un compte-rendu de la conférence d’I. Stengers, incluant une synthèse des arguments défendus par la philosophe et une description ethnographique de l’événement.

Le 105, boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)
Le 105 boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)

Résultat de cette expérimentation, l’article qui suit a été composé en deux étapes. J’ai rédigé un premier texte en m’appuyant, d’une part, sur les textes des élèves et, d’autre part, sur mes notes complétées de retranscriptions extraites de l’enregistrement de l’intervention d’I. Stengers. Cette version bêta terminée, je l’ai soumise aux étudiants en leur demandant de la commenter, de proposer des prolongements, et s’il le fallait d’objecter aux interprétations proposées. Ces remarques compilées, j’ai repris la rédaction : j’ai coupé des passages jugés inexacts par les élèves, ajouté certaines remarques et modulé les analyses en fonction de leurs suggestions. Cette démarche emprunte aux méthodes de « triangulation ethnographique ». Elle repose premièrement sur une multiplication des points de vue relatifs à un même phénomène (investigator triangulation [N. K. Denzin, 1978]), afin d’obtenir une description complexifiée. Deuxièmement, les principaux intéressés doivent éprouver la « solidité » des primes observations et interprétations dans le but de révéler des points de désaccords entre enquêtés et enquêteur et enjoindre ce dernier à les expliquer (M. Kleine, 1990). Bonne surprise : les premiers comptes-rendus sont riches. Ils témoignent de l’étrangeté d’une conférence de SHS pour des non-initiés. Et, rapporter dans un même texte l’argumentation de l’auteur de L’invention des sciences modernes (1993) et ce qu’en ont retenu les centraliens permet d’observer presque in vivo comment un discours relevant des sciences humaines et sociales est saisi et interprété par des « non-spécialistes ». C’est une sorte de démarche itérative et collective d’analyse sociologique qui se trouve ainsi mise en œuvre. Continuer la lecture de Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet

À propos de Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015.

La nature a compté dans l’histoire du pouvoir associé au château du Versailles. Les résistances qu’elle a opposées à ses gouvernants l’ont même conduit à être un foyer d’invention d’une politique de la nature. Pour le montrer, G. Quenet délaisse le plan quadrillé du palais et du Petit Parc qui l’entoure, s’éloignant du même coup d’une historiographie peu regardante sur les rapports des hommes de la cour avec les êtres vivant au-delà. Sa proposition s’appuie ainsi sur une extension du domaine de l’histoire de Versailles, suivant les traces du roi et de sa cour (mais aussi celle de sa police) dans le Grand Parc et la campagne alentour, aménagés tant bien que mal pour leurs besoins. Les archives exploitées par l’historien témoignent de difficultés d’aménagement qui tranchent avec la thématique aujourd’hui bien polie de la domination « à la française » de la nature. Il s’agit dès lors pour lui de restituer ce Versailles « dynamique et mobile, vivant et giboyeux », mais aussi « heurté, incontrôlé, contesté » (pp. 7-8), loin donc du « fantasme de l’absolutisme environnemental » consacré par une historiographie centrée sur les principaux bâtiments (p. 31 sq.). « Resserr[ant] l’étau patrimonial autour de Versailles », celle-ci n’a pu faire du château un objet constitutif de l’identité nationale qu’au prix d’une artificielle mise à distance du Grand Parc et de la vie qui l’anime (dans cette veine, « pour que le château s’affirme, il faut que le Grand Parc s’enfonce dans l’ombre », p. 177).

70718494_000_CV_1_000Le but du Versailles de Quenet est d’éclairer à nouveau ce domaine royal au statut original, sous un jour plus contrasté que celui qui écrase les allées du Petit Parc. Il lui faut donc troquer la posture textualiste qui, en cherchant à déchiffrer le sens du château, l’a en quelque sorte « momifié » (p. 7), pour une autre heuristique. L’historien choisit pour cela un modèle « contemporain du palais », celui de l’histoire naturelle, pour saisir les quatre moments – « naissance, croissance, régénération et mort » – de la vie de « l’animal Versailles » (pp. 10-11). Celui-ci « se reproduit et se développe au prix d’un gigantesque métabolisme, parcouru de flux qui entrent (…), qui sortent (…), et qui se régénèrent » (p. 16) : c’est sous cette forme – hybride, pour le coup – que Quenet entend donner toute sa force à « la matérialité de la nature » dans l’histoire de Versailles. Dans cette présentation, l’effet est saisissant ; on frôle le « monster movie » (sous-titre : « Bruno Latour meets Louis XIV ! »).

Plus sérieusement, l’ouvrage présente une passionnante enquête d’histoire environnementale (dont G. Quenet est l’un des fers de lance en France[1]), proposant une nouvelle perspective sur un lieu de pouvoir qui étonne encore par sa démesure. Dans le domaine de Versailles, l’environnement royal est marqué notamment par la richesse de la faune et la rareté de l’eau, et l’auteur exploite brillamment la façon dont ces particularités travaillent et sont travaillées par la politique d’aménagement au service de la cour. La chasse est à la fois l’un de ses plaisirs favoris et l’occasion d’une confrontation planifiée avec la nature. Louis XIV, par exemple, chasse un jour sur trois à la fin de son règne : sangliers, loups, cerfs, chevreuils, daims, lièvres, faisans… Ceux-ci sont confinés – parfois élevés ou importés[2] – dans le Grand Parc, ceinturé d’une clôture : mais comment gérer cette ressource, i.e. en jouir sans l’épuiser, dans le cadre d’une pratique de chasse exceptionnellement sédentaire (pp. 30, 108-109) ? Pratiquée passionnément, la chasse au loup élimine l’espèce, ce qui met en évidence la « portée écologique considérable » de cette disparition sur la biodiversité et sa répartition dans le Grand Parc, sous la forme de ce que l’on appelle aujourd’hui des « cascades trophiques » (p. 123). On voit aussi comment les pratiques de gestion du domaine appellent de développer des techniques de classification semi-savantes : la création de route implique de classer les arbres (décoratifs ou non), et le maintien d’une réserve de gibier satisfaisante de distinguer les espèces nuisibles des autres. Belettes et fouines sont ainsi placées sur une liste noire que l’expérience apprend à mieux remplir : dans les années 1760, par exemple, « le service des chasses demande que les sommes consacrées [à l’éradication des] hiboux servent à exterminer les pies, ce que le roi approuve ». Le cas des lapins apparait en revanche insoluble, accédant finalement au rang de « problème national » (pp. 110-112). Continuer la lecture de Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet