Archives par mot-clé : STS

Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (1/2)

When we thought about the possibility of creating an academic blog more than one year ago, we immediately thought of what is for us one of the best references on the subject: Ether Wave Propaganda (EWP), a history of science blog created by Will Thomas in 2008 co-animated since then with his colleague Christopher Donohue. Their posts deals with various subjects on the history of science and technology; they are always informative and well-argued, frequently caustic and constantly uncompromising. The reading of EWP has been a breath of fresh air for us, and we tried to replicate what we understood from this side of the Atlantic as a productive and ambitious “thought-collective”. We too wrote our Zilselian “manifesto “ (a contre-manifeste!) and we strive to implement it in all our posts. And that is why we decided to conduct an interview with our colleagues of EWP, focusing on a series of issues that we all confront in our research, as we shall see in the next paragraphs. We wished to identify Will and Christopher’s motivations; we also wanted to understand the history of their project since the very beginning, and finally their positioning within the field of Science and Technology Studies in the U.S. The following questions were prepared by the entire team of the Carnet Zilsel (Thomas Béraud, Volny Fages, Morgan Jouvenet, Jérôme Lamy, and Arnaud Saint-Martin). We’ve left the responses in English in order to preserve the freshness of the words and their possible double meanings (!). We are quite excited that it has been possible to create such a transatlantic conversation. The interview is divided in two parts. The second part will be published next week.

First of all, could you explain to us the genesis of EWP? In which intellectual and professional context did you create the blog? What were the initial motivations and the problems you wanted to cover? You have already written this story (cf. here and there), but it would be interesting to go back on it because maybe your perception evolved since then…

Will Thomas (WT): I finished my PhD at Harvard University in June 2007 and took up a three-year postdoc at the American Institute of Physics in September. At that time I had become frustrated by the tendency of the historical literature, which others (I later learned) had also noticed and described as “fractured.” There simply wasn’t much engagement or coherence among historians’ books and papers, among their projects and interests, except maybe at a very broad, thematic level, although I think even that is more feigned than real. I had also found much of the prior professional literature on my dissertation (now my book) topic misleading. That created space for me to make (I think) some strong contributions, but it was also, in some ways, disillusioning to discover that I couldn’t trust the professional literature.

 Ether pur, Tubes Sterilises Clin, Musée Somme 1916 (copyright: Great War Observer, 2013, via Flickr)
Ether pur, Tubes Sterilises Clin, Musée Somme 1916 (copyright: Great War Observer, 2013, via Flickr)

The AIP postdoc also traditionally did some teaching at the University of Maryland, so I took the opportunity to do an introductory history of science class in the spring of 2008. I had a really difficult time finding any straightforward, synthetic literature to guide my studies of periods and subjects I hadn’t previously concentrated much on. That, too, seemed to me symptomatic of larger methodological issues that I didn’t think were being addressed. Chris Donohue, then a master’s student, was assigned to be my teaching assistant for that course, and he can talk more about that experience and how he got involved with EWP.

Anyway, it seemed to me that, while there was some methodological discussion in the literature, there was no way of having sustained, probing methodological discussions. With most people, you really didn’t even know if they had noticed the things I was noticing, or if they had opinions about them. I had become aware of blogging, and it seemed like a good way to have sustained, informal, heuristic conversations. I started EWP on New Year’s Day 2008. There were a couple of history of science blogs already, but the phenomenon really only took off a couple years later. Even now, I think EWP remains in a distinct minority as far as its heuristic and methodological orientation is concerned.

It is encouraging that Michael Bycroft’s Double Réfraction and Carnet Zilsel have picked up on this general style. I don’t think Alex Wellerstein’s Restricted Data follows EWP in quite the same way. Alex was a colleague of mine at Harvard, and was my successor in the AIP postdoc position. I admire what he is doing with his blog. It is in the same spirit of learning, and probing the boundaries of what we know. A lot of blogs simply replicate the same non-heuristic “show-and-tell” spirit of scholarship that EWP was reacting against. Popularization is a legitimate use for blogs, but it’s not the peculiar potential that I saw in the medium.

Christopher Donohue (CD): I was Will’s teaching assistant at the University of Maryland in his history of science class, in, I believe, 2005. Although now we agree broadly on the connections between history and philosophy of science and the problems in the academic community, when Etherwave Propaganda began, there was no such consensus or even clarity of approach. Will brought me on to Etherwave when I was his research assistant at the American Institute of Physics, but the conversations which began that started much earlier. Continuer la lecture de Against clubbishness: an interview with Will Thomas and Christopher Donohue, authors of the blog Ether Wave Propaganda (1/2)

Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche

Cet article part d’une minuscule anicroche, une de celles qui émaillent régulièrement le microcosme académique. Une petite chicanerie sans conséquence, que chacun va vite renvoyer à son insignifiance. Mais qui mérite pourtant qu’on y revienne et qu’on s’y arrête, du fait justement de l’insignifiance à laquelle chacun souhaite la renvoyer.

Un colloque doit bientôt être organisé autour de la question de la rationalité scientifique contemporaine, et l’argument l’annonçant évoque « l’audience croissante du relativisme sociologisant dans les milieux de décision [qui] accompagne aujourd’hui l’encouragement à la recherche à court terme au détriment d’une recherche moins finalisée mais porteuse d’avenir ». Le coup est parti sur les listes de diffusion. Aussitôt, dans les antichambres électroniques, on s’étonne de tant de simplisme, on s’indigne. Que signifie ce « relativisme sociologisant » ? Et quel rapport avec la science ? Et comment peut-on oser rapprocher ce « relativisme sociologisant » de la mesquinerie comptable du « nouveau management » de la recherche (Vilkas 2009), sachant les luttes menées par les sociologues et les historiens – tous probablement « relativistes » – contre l’emprise de la pensée marchande sur la pensée scientifique ? N’y a-t-il pas là un raccourci paresseux, voire un contre-sens honteux ? Et puis comment peut-on imaginer que ce « relativisme sociologisant » puisse avoir l’oreille des « décideurs » (en admettant qu’une telle catégorie ait un sens) ?

Et rapidement, ce sont les Science and Technology Studies (STS) qui entrent en scène, pour tout de suite protester de leur innocence, et réclamer que l’on revienne à des choses plus sérieuses. Et tout aussi rapidement le sujet s’épuise, et chacun retourne à ces choses plus sérieuses.

crédits : http://horizon2020projects.com/).
La recherche en mode (2) Euro Millions (crédits : http://horizon2020projects.com/)

C’est que le relativisme, dans le champ des STS, est un sujet sensible, au point d’en devenir fantomatique. Y penser toujours, n’en parler jamais. On peut encore, bien sûr, avec ces manières dont le monde académique a le secret, exorciser ce spectre à coup de discours savants. Mais s’en inquiéter vraiment, et examiner cette inquiétude, c’est aujourd’hui presque une faute de goût, une grossièreté. Le relativisme ne doit plus être un sujet pour les STS aujourd’hui. Il ne l’est d’ailleurs plus vraiment depuis une quinzaine d’année. C’est que la dernière fois qu’il en fut vraiment question, ça n’a pas laissé de bons souvenirs. La « guerre des sciences » a déjà presque vingt ans, mais elle laisse encore un goût de cendre. La blague de potache d’un physicien facétieux (Sokal 1996) a tourné à l’avalanche d’invectives, à la bagarre collective, et tout le monde s’en est retourné un peu sale, un peu barbouillé. Et depuis, comme ces vieilles disputes familiales qu’on préfère oublier en s’imaginant que le temps en fera son affaire, on évite juste le sujet. On s’agace, on hausse les épaules lorsque le vieil oncle remet ça sur la table au moment du gigot dominical, et puis on passe vite à autre chose. Et ça suppure tranquillement. Continuer la lecture de Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche

Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie

À partir de Hans-Jörg Rheinberger, Introduction à la philosophie des sciences, Paris, Éditions La Découverte, collection « Repères », 2014, 128 p. 

« Ce terme de ‘périodisation’ sera le fil conducteur de cet essai. Il indique une action humaine sur le temps et souligne que son découpage n’est pas neutre. Il s’agira ici de mettre en évidence les raisons plus ou moins affichées, plus ou moins avouées qu’on eues les hommes de découper le temps en périodes, souvent assorties de définitions qui soulignent le sens et la valeur qu’ils leur confèrent. »
Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p.12.

Appropriation d’un domaine

rheinbergerDrôle d’ouvrage que celui de l’épistémologue et historien des sciences allemand Hans-Jörg Rheinberger. Les « introductions » sont censées être des outils pédagogiques de type manuel, des « repères » en somme. Pourtant, dès les premières pages, ne le présente-t-il pas comme un « essai » (p. 4) qui dresse dans le même temps un « aperçu » (ibidem) au format plutôt ordinaire ? Ambivalence de l’approche – entre originalité et classicisme – certes, mais aussi ambivalence de l’objet lui-même, car l’auteur entend bien défendre une certaine vision de ce à quoi renvoie le titre. Car voilà, la philosophie des sciences dont il sera question dans cet ouvrage, quelle est-elle ? Le tour du propriétaire est connu. La philosophie des sciences ne peut être confondue avec la théorie de la connaissance (scientifique), réduction qui caractériserait la tradition anglo-saxonne. La théorie de la connaissance ne peut pas être non plus limitée à l’épistémologie. Dans son livre, Rheinberger s’accorde avec une certaine épistémologie, inscrite cette fois-ci dans une « tradition française », dont la propriété intellectuelle distinctive consiste à rendre compte en premier lieu des conditions historiques « sous lesquelles, et les moyens avec lesquels les choses sont transformées en objets de savoir et, d’autre part, sur les manières par lesquelles le processus de production scientifique de connaissances est initié et entretenu. » (p. 5) Davantage qu’une épistémologie historique figée, c’est donc à une épistémologie historicisée, c’est-à-dire mise en œuvre, que l’on a affaire. Cela tombe bien, c’est justement l’intitulé de la version américaine de cette Introduction[i]. Son hypothèse veut donner à voir la série de réflexions, marquée par le passage d’une histoire de l’épistémologie à une épistémologie prenant en compte l’histoire des sciences, qui aurait délimité l’espace d’existence de l’épistémologie historique. Continuer la lecture de Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie

Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?

À propos de Claire Tollis, Laurence Créton-Cazanave, Benoit Aublet (dir.), L’Effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux, Éditions Glyphe, 2014.

Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples et les envoya devant lui deux par deux dans toutes les villes et dans tous les endroits où lui-même devait aller. Il leur dit : « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. Allez-y ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». (…)

Puis il se tourna vers les disciples et leur dit en privé: « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !  En effet, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu ».

Luc (X : 1-3 et 23-24)

 Les travaux de doctorants (ou de jeunes docteurs) portent souvent la marque hésitante d’une entrée dans la communauté scientifique. Il en résulte des maladresses, des ambiguïtés, des errements bien compréhensibles. La fraîcheur des comptes rendus de thèse  compense, le plus souvent, les défauts inhérents aux premiers pas académiques. C’est avec cet a priori bienveillant que j’ai ouvert l’ouvrage du bien nommé « Latouring Club », intitulé L’effet Latour et sous-titré : Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux. Voilà donc de jeunes impétrants se saisissant des travaux de Bruno Latour pour comprendre les effets de leur lecture sur les travaux et les analyses en cours.

v_book_1528En fait, la désillusion intervient rapidement. Je passe sur les agaçantes familiarités qui tentent assez maladroitement de montrer la proximité/distance des auteurs avec Bruno Latour et dont ils espèrent (en vain) rendre le lecteur complice. De « Bruno » (p. 251) à « Dr Latour » (p. 191), en passant par « l’Ami Bruno » (p. 159), toutes les interpellations faussement impertinentes de l’auctorialité créent davantage de distance avec celui qui lit qu’elles ne permettent le rapprochement. On comprend, dès l’introduction, que les représentants du « Latouring Club » se sont bien amusés à se discuter et à écrire leurs textes, mais on se sent très vite exclu de cet entre soi.

Je laisserai également de côté les irritantes erreurs de renvoi dans les bibliographies. On se perd à chercher des textes référencés dont l’année ne correspond pas ou qui sont carrément manquants.

Non, ce qui énerve vraiment à la lecture de l’ouvrage, c’est qu’il n’y circule aucun air frais sur la façon de lire un auteur qui n’a jamais cessé de susciter des débats. On y renifle plutôt l’odeur de l’encens devant l’autel. La dévotion transpire à chaque page, l’absence presque totale de point de vue un tant soit peu critique (le mot est honni et semble valoir excommunication, j’y reviendrai) est quasiment revendiquée. Dans cette atmosphère empesée de religiosité dévote, on recueille la parole du Maître, on la discute entre exégètes, on prononce des anathèmes, on célèbre la clairvoyance de l’Auteur. Les textes sacrés (ceux qui disent la nouvelle manière de comprendre la science, de penser la controverse, de suivre les « actants », de compter les humains et les non-humains) ne sont jamais passés au trébuchet décapant de la discussion sérieuse. Pourtant, les occasions n’ont pas manqué, depuis les questions de Simon Schaffer (1991) sur le retour à l’hylozoïsme présocratique que suppose la théorie de l’acteur-réseau, jusqu’aux interrogations sur la commensurabilité des modes d’existence (Saint-Martin 2013), en passant par le travestissement sémantique de truismes descriptifs en radicalisme de paille (Gingras 1995) et l’impossibilité de maintenir des réseaux ouverts indéfiniment (Chateauraynaud 1991). Il y là matière à débat. Et on aurait pu s’attendre à ce que les certitudes latouriennes portées en chaire depuis tant d’années soient un tant soit peu remises en cause. Il n’en est rien, bien au contraire. Le livre des disciples enamourés qu’il m’a été donné de lire ressemble à un long prêche célébrant la Divine parole. Continuer la lecture de Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?

Star Académique : Sheila Jasanoff en tournée à Paris

Un vis-à-vis pour commencer : Sheila Jasanoff est professeure de Science and Technology (STS) à l’Université de Harvard, aux États-Unis. Elle a publié de nombreux travaux sur l’expertise judiciaire et, plus largement, sur les relations entre science et droit. En ce qui me concerne, je suis doctorant en sociologie et j’effectue une thèse sur la médecine légale, à la croisée de la sociologie des sciences et de la sociologie du droit. On comprendra dès lors que la venue à Paris de Sheila Jasanoff pendant le mois de juin ne pouvait pas me laisser indifférent. Je l’ai d’abord fréquentée tout au long de l’année, à distance, en silence, que ce soit à travers mes lectures ou à l’occasion de présentations écrites et orales[1]. J’ai ainsi tenté de mettre les thèses de la « coproduction » (i.e. la grande innovation conceptuelle de l’auteure) à l’épreuve de mes matériaux empiriques et des questions de recherche que j’y ai adossées.

Sheila Jasanoff, Harvard University, PSL Lectures - Conférences Diderot, 12, 17, 23 juin
Avis à la population STS et au-delà : Sheila Jasanoff, PSL Lectures, Conférences Diderot, Paris, 12-17-23 juin 2014 (sources : www.univ-psl.fr)

À l’approche de l’été, après une année à lire et à en deviser avec les collègues, j’ai donc découvert dans ma boîte mail les nombreuses annonces de conférences qui présentent et discutent les travaux (autour) d’une des leaders des STS. Impossible cependant d’assister aux prises de parole répétées de Jasanoff tant les rencontres organisées étaient nombreuses (j’en ai repéré au moins cinq sur deux semaines !). C’est difficile à concilier avec la vie ordinaire du doctorant-sociologue, entre le labo et les terrains. Aussi, il a fallu choisir. Deux événements ont plus particulièrement retenu mon attention, parce qu’ils apparaissaient a priori comme un prolongement possible des lectures de certains travaux de Jasanoff que je connais bien[2]. On peut y voir un intérêt de connaissance assez instrumental : il fallait que ces déplacements me servent d’une façon ou d’une autre. Mais en même temps, j’étais intrigué par la mention, dans les argumentaires et le design de ces événements, d’un principe de l’échange avec Jasanoff. « Échanger » : c’était en effet sous cette bannière que les organisateurs pensaient l’interaction avec une experte concernée de ces questions. Nous ne sommes plus ici dans le cadre plus classique de la conférence académique, durant laquelle des conférenciers présentent leurs travaux à la chaîne dans des sessions préformatées (confer l’« anatomie » proposée par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin ici même) ; dans ce cas précis, on pouvait s’attendre à une configuration interactionnelle différente, un petit « forum hybride » tourné vers la discussion plus informelle, prétexte à des prises de parole relâchées, un peu à la façon de la « table ronde », tout cela avec Sheila Jasanoff en guest star. Intéressé, stimulé même, mais pas toujours convaincu par les propositions théoriques de Jasanoff (en deux mots, celles-ci n’adhèrent pas très bien à l’approche ethnographique de l’activité des experts telle que je la mets en œuvre), ces moments d’« échange » où l’interaction rompaient l’ordre de la performance académique attendue étaient a priori les plus intéressants. Et c’est sur cet aspect à la fois omniprésent (car affiché pour vendre les événements) et étrangement sous-entendu que je varierai dans ce billet. À ce stade, il n’est pas inutile de préciser que je ne suis pas « expert » de l’œuvre déjà très étoffée de références et de commentaires de Sheila Jasanoff ; j’essaie plutôt d’en mobiliser certains développements dans mon travail de thèse — c’est donc une référence, dans tous les sens du terme. Je ne prétends pas non plus restituer de façon extensive les échanges nourris ni la richesse de ce qu’il s’est dit pendant ces journées, mais de rendre compte – à titre de terrain exploratoire – de l’esprit de dialogue qui a présidé à leur organisation et à leurs affichages. Ce faisant, on peut également réfléchir aux limites communes aux événements scientifiques qui se proposent de faire dialoguer la « communauté scientifique » avec ce que j’appellerai, provisoirement, pour insister sur la portée internationale des recherches qu’elle mènent, une « star académique ». Continuer la lecture de Star Académique : Sheila Jasanoff en tournée à Paris