Archives par mot-clé : STS

Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde

un-monde-closÀ propos de Paul Edwards, Un monde clos. L’ordinateur, la bombe et le discours politique à l’époque de la guerre froide, Paris, Éditions B2, 2013, 212 p.

L’ouvrage de Paul Edwards publié par les éditons B2 sous le titre Un monde clos n’en est pas vraiment un. Entendons-nous, il s’agit bien d’un parallélépipède de papier composé de feuilles imprimées et reliées entre-elles. Mais le livre-matériel n’est pas nécessairement un livre-œuvre. Car en fait d’ouvrage, il s’agit d’un chapitre de l’édition américaine de The Closed World (Edwards 1996), chapitre déjà publié en français (Edwards 2004), aujourd’hui (brillamment) retraduit et augmenté d’une introduction conséquente. Le lecteur restera donc sur sa faim de ne découvrir qu’un entremet lorsqu’on lui a promis un repas complet.

Prenons donc cet objet pour ce qu’il est, une version intermédiaire, une « mise en bouche », avant, nous l’espérons la traduction complète de l’ouvrage.

D’un monde clos…

L’introduction (inédite) impressionne par son ampleur de vue. C’est peu dire qu’on adopte ici le point de vue de Sirius pour analyser les transformations massives d’une sphère techno-scientifique aux contours un peu flous il est vrai (la faute à cette hauteur de vue, précisément). La thèse est la suivante : la guerre froide a eu pour conséquence la clôture du monde sur lui-même, enfermant les tensions géopolitiques dans un espace politique, culturel, économique strictement borné. À l’opposé de cette conception, Edwards soutient (en puisant dans la théorie littéraire) que le monde vert (hanté par l’imaginaire et centré sur la nature) offre une alternative à la froide géographie (mentale) de l’après seconde guerre mondiale. Il s’agirait alors de retrouver « la communauté et l’ordre cosmique par la transcendance de la rationalité, de l’autorité, des conventions et de la technologie » (p. 4). À ce niveau de généralité, il est difficile de saisir exactement ce que signifierait une transcendance de la rationalité : s’agit-il de se déprendre des schèmes rationalistes ? Ou bien de considérer qu’il est possible de fonder une autre rationalité ? Visiblement, Edwards installe cette opération transcendantale dans la logique des couples d’opposition : au monde clos de la technologie s’opposent la magie et la nature. Sans que l’on sache très bien néanmoins les opérations cognitives et pratiques qui permettraient de faire jouer ces doublets. D’autant qu’il semble hasardeux, au vu des nombreuses études anthropologiques sur le sujet, d’opposer magie et technologie (voir par exemple : Gell 1988).

Continuer la lecture de Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde

Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (2/2)

Yves Gingras (crédits : UQAM)
Yves Gingras (crédits : UQAM)

Suite et fin de l’entretien qu’Yves Gingras a donné au Carnet Zilsel (première partie ici). Après avoir situé quelques étapes et moments importants de sa carrière, Yves évoque des tendances et des travers du travail académique. C’est l’occasion de réitérer des critiques (informées de sociologie des sciences et d’épistémologie) de pratiques trop ordinaires : radicalisme en bois des constructivistes, cynisme conceptuel des entrepreneurs de « théorie », pseudo-innovation, branding de courants sociologiques, recherche effrénée de la labellisation… Quand bien même ses analyses ont toutes les chances de demeurer inaudibles pour les chercheurs qui continuent de concevoir leur travail comme l’accumulation de « buzzwords », de néologismes et d’œuvres « bancables » sans lendemain, la stratégie déployée ici et illustrée par l’exemple depuis des années consiste à produire patiemment des connaissances solides dans des champs d’expertise (sociologie et histoire des sciences), tout en relevant quand il le faut les inepties qui tendent à s’y répandre. Si la seconde tâche est parfois ingrate, elle n’en reste pas moins indispensable. Dont acte !

Quel regard portes-tu, en 1993, sur l’histoire des sciences en France lorsque tu viens pour la première fois ?

L’équipe de La Villette était alors dynamique mais personne ne faisait vraiment de la sociologie des sciences, qui était plutôt monopolisée par le Centre de sociologie de l’innovation à l’École des Mines autour de Bruno Latour et Michel Callon. Or, le hasard a fait que mon texte intitulé « Following Scientists Through Society ? Yes, but at Arm’s lenght »[1], qui critiquait cette école de pensée circulait avant publication sous forme de note de recherche. Dominique Pestre a alors eu la bonne idée d’organiser un débat avec Pickering et Latour. Je connaissais en fait déjà bien mes deux contradicteurs. Le premier échange avec Latour avait eu lieu en fait dès 1981, alors que j’étais encore étudiant. Ce fut lors d’une émission enregistrée pour la Télé-Université. C’était dans le cadre d’un cours de sociologie des sciences construit par Pierre Ouellet, devenu depuis un grand poète, écrivain et professeur de littérature à l’UQAM. Je reprochais (déjà !) à Latour de ne pas vraiment parler des sociologues dont il prétendait pourtant critiquer le travail. Il s’inventait des opposants de paille, en quelque sorte.

Continuer la lecture de Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (2/2)

Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (1/2)

« Pourquoi si dur ? — dit un jour
au diamant le charbon de cuisine ;
ne sommes-nous pas proches parents ? »
Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

 

Yves Gingras est professeur à l’Université du Québec à Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences. Dans cet entretien donné au Carnet Zilsel (réalisé le 10 décembre 2013 par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin à Paris, puis complété à distance), il revient sur les étapes-clé de sa carrière, depuis sa formation à l’Université de Montréal jusqu’à ses recherches les plus récentes. On apprendra beaucoup sur d’une part le contexte d’émergence du domaine appelé hier « Science, technologie et société », et de l’autre l’histoire des institutions qui le développèrent dès les années 1970. Les travaux d’Yves sont bien connus des historiens et des sociologues des sciences et techniques. Ils traitent de nombreux thèmes : de la sociologie historique de la physique (au Canada et au Québec, mais pas seulement), de l’histoire des universités, des recompositions du champ scientifique à l’échelle mondiale, à l’aide notamment des méthodes de la scientométrie dont il est un spécialiste. À noter, en passant, qu’il publiera le 9 janvier 2014 aux Éditions Raisons d’agir un ouvrage intitulé Les dérives de l’évaluation de la recherche : Du bon usage de la bibliométrie, synthèse de ses travaux sur la question et mise en garde contre les abus de l’évaluation équipée par l’une des méthodes les plus ordinaires de la sociologie des sciences. Pour naviguer entre ces nombreux fronts de recherche et cette bibliographie foisonnante, on trouvera sur le site de la Chaire la quasi-totalité des articles en accès libre.
Gingras_Yves_001En complément des éléments relatifs à sa trajectoire académique, nous avons souhaité interroger Yves sur sa pratique originale et finalement peu commune de la critique. Il est en effet connu pour une série de comptes rendus et de notes critiques, qui ont joué un rôle certain dans la discussion des développements et des « résultats » d’approches particulièrement visibles dans les STS, comme le sont (l’étaient ?) la théorie de l’« acteur-réseau », l’ineffable « mangle of practice » de Andrew Pickering, ou encore le « programme empirique du relativisme » de Harry Collins. Dans la seconde partie de l’entretien (billet n° 2), il revient sur ces controverses qui n’en sont finalement pas et défend résolument une éthique « conséquentialiste » de la recherche. C’est l’occasion de réfléchir sur le fonctionnement du champ des sciences sociales, en particulier sur la difficile percée d’une rationalité critique qui puisse prévenir l’illusionnisme des révolutions conceptuelles sans lendemain. Il faut souligner en outre qu’Yves intervient sur d’autres scènes que le seul monde académique pour faire valoir un point de vue toujours argumenté sur des sujets relevant de sa compétence. Ainsi, il a tenu de 1997 à 2012 une chronique mensuelle dans le cadre de l’émission radiophonique Les années lumière, diffusée sur Radio-Canada. Un livre d’entretiens en a été tiré (Parlons sciences. Entretiens avec Yanick Villedieu. Les transformations de l’esprit scientifique, Boréal, 2008 ; paru également sous le titre de Propos sur les sciences, Éditions Raison d’agir, 2010). Parler sciences exige des connaissances et l’exercice d’une certaine responsabilité cognitive : message que l’auteur ne cesse de marteler, quitte à cliver dans un domaine STS qui est loin de fonctionner comme champ scientifique.

Commençons par ta formation. Comment es-tu venu à l’histoire et à la sociologie des sciences ?

YG : C’est par l’histoire que je suis arrivé à la sociologie des sciences. Je faisais des études de physique à l’Université Laval à Québec. Lorsque je préparais ma maîtrise, je m’intéressais au fondement des concepts scientifiques. Mon projet de recherche portait alors sur la densité d’impulsion des ondes électromagnétiques dans les diélectriques. J’en ai d’ailleurs publié les résultats dans Physics Letters en 1980. J’étais frappé par le peu d’intérêt porté à cette question qui remontait pourtant à Einstein lui-même qui en avait traité dans un papier écrit avec Jacob Laub publié en 1908. Pour expliquer cet oubli d’un problème plutôt que sa résolution définitive, je me disais qu’il fallait tenir compte de la transformation du contenu des manuels de physique. Le manuel le plus courant au milieu des années 1970, et avec lequel j’avais étudié l’électrodynamique classique, était celui de John David Jackson, Classical electrodynamics, paru d’abord en 1962 et réédité en 1975. À l’époque, c’est la question de l’électromagnétisme dans le vide qui domine la physique car cela est utile pour la physique des particules. Les propriétés des champs dans les milieux continus étant alors reléguées au second plan, traitées superficiellement sinon simplement ignorées. Le contraste avec le livre standard antérieur Electromagnetic Theory de Julius Adams Stratton, paru en 1941, est frappant. Toutefois le problème que j’étudiais est réapparu juste avant que je termine mon mémoire et j’ai été agréablement surpris de le voir brièvement traité dans la seconde édition du livre de Jackson parue en 1975, mais que je n’ai consulté qu’à la fin de mon travail. Dans mon mémoire, avant de résoudre des équations pour comparer les différentes solutions du problème, je consacre le premier chapitre à l’histoire du problème de la densité d’impulsion électromagnétique en retraçant en quelque sorte sa généalogie. Pour réaliser ce chapitre, j’ai lu tout ce que j’ai trouvé sur la philosophie et l’histoire de la physique.

Continuer la lecture de Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (1/2)

L’art délicat du manifeste épistémologique

À partir de Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont (eds.), Social Knowledge in the Making, University of Chicago Press, 2011, 471 p. Reprise revisée (et autorisée) d’un compte rendu paru initialement dans la Revue française de sociologie, n° 4, 2012, p. 571-574.

SKMEn première lecture, Social Knowledge in the Making (SKM) ne laisse pas indifférent et excite la curiosité : pour qui veut étudier les pratiques de savoir des disciplines traitant de la vie sociale, l’ouvrage édité par Charles Camic, Neil Gross et Michèle Lamont fournit une introduction utile et un programme de recherche relativement intégré. Puisque nous vivons censément dans des sociétés saturées par la connaissance, des sociétés de la connaissance, que celle-ci frappe donc par son ubiquité, son caractère expansif et l’extrême variété de ses expressions, le projet d’une sociologie des pratiques du « social knowledge » devrait se justifier par soi selon les auteurs. La notion très extensive de « social knowledge » est le pivot de l’ouvrage et englobe les « informations descriptives et les assertions analytiques au sujet des actions, comportements, états subjectifs et capacités des êtres humains et/ou relatifs aux propriétés et aux processus des unités agrégées ou collectives », auxquelles s’ajoutent des « assertions normatives » empiriquement fondées et les « technologies et outils du savoir » (p. 3, souligné dans le texte). Malgré l’omniprésence de ces réalités, les trois sociologues soulignent l’existence de « lacunes », ces pratiques cognitives étant peu étudiées en tant que telles selon eux. Alors que les sciences de la nature sont l’objet d’innombrables monographies et la chasse gardée d’un domaine aux contours toujours flous, les Science and Technology Studies (STS), il y aurait semble-t-il urgence à se mettre au travail. Ainsi, tous les auteurs contribuant à SKM traitent à leur manière le problème de la construction en pratiques de ces savoirs. Les objets retenus sont très variés (pratiques historiographiques, préparation d’une communication à une conférence, modes d’évaluation des recherches académiques, sondages, usages de l’objectivité, techniques d’anticipation et de modélisation de scénarios dans des conjectures géopolitiques incertaines, analyse financière, etc.) et laissent deviner un champ de recherche extensible à l’envi.

Continuer la lecture de L’art délicat du manifeste épistémologique

Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS

Au mois d’octobre dernier, le colloque annuel de la Society for Social Studies of Science a eu lieu à San Diego. Cette association, la « 4S » pour les intimes, équipée de sa revue, Science, Technology & Human Values, s’est affirmée depuis le milieu des années 1970 comme un lieu central de rassemblement et d’administration collective des études sur les sciences et les technologies, la caisse de résonnance de la communauté « STS » (Science and Technology Studies).

Mise au vert
Mise au vert. Crédits : 4S

À San Diego, plus que nulle part ailleurs, l’espèce du « chercheur STS » se sent chez elle. C’est son écosystème, sa matrice amniotique. San Diego, la Californie, ses plages, ses surfeurs, ses startups, sa base navale, son Institut Salk – dont Bruno Latour a fait, il y a bien longtemps, le terrain de son ethnographie séminale –, sa chaleur, ses phoques et ses lions de mer, sa douceur de vivre. Jeune chercheur, historien des sciences soigneusement acculturé aux diverses tendances des « studies » tout au long de ma formation doctorale, c’est donc avec une certaine fébrilité que je décollais pour San Diego, m’apprêtant à fouler pour la première fois le sol américain et à me joindre aux 1200 participants venus communier lors de cette grand messe annuelle.

Suspendre le jugement, tant faire se peut

L’arrivée au Town and Country Resort and Convention Center est quelque peu effrayante. Un hôtel massif, à l’architecture soviétisante, nous fait face et isole le complexe hôtelier où a lieu le colloque de la route austère et du centre commercial qu’il jouxte. Heureusement, quelques camions remorques aux couleurs éclatantes et aux chromes astiqués sont disposés sur le parking et égayent un peu le cadre. Oui, c’est étonnant : en même temps que le meeting de la 4S a lieu cette année celui de la California Tow Truck Association, l’association californienne des camions remorques. Les hasards du calendrier…

Continuer la lecture de Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS