Archives par mot-clé : Terrain

Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

J’ai été un peu surpris de la forme de cet article de recherche […]. J’ai été assez étonné de lire ce qui me semble par passage être une sorte d’étude des centraliens à travers le prisme d’une conférence de sociologie, plutôt que l’étude des conférences de sciences humaines à travers l’œil d’élèves ingénieurs (ce qui me semblait être le sujet initial, je comprends cependant qu’il était difficile de nous l’annoncer de cette manière).
    Élève-ingénieur, 2e année.

J’enseigne la sociologie des sciences à l’École Centrale de Paris (ECP), pour des élèves-ingénieurs en deuxième année. Le programme porte sur les liens entre recherche et entrepreneuriat. J’y analyse les dynamiques et les discours économiques et politiques incitant les jeunes diplômés à se lancer dans la création de start-up et de spin-off. J’essaie de défaire des idées largement partagées par les élèves d’un établissement formant les « Leaders, innovateurs, entrepreneurs » de demain : celles du « schéma linéaire d’innovation », de l’entrepreneur héroïque, du chercheur académique reclus dans sa « tour d’ivoire », des sciences et techniques comme « moteurs de la croissance », etc. Le décor planté, nous traitons le thème de la Slow-science, lequel s’est récemment imposé à l’agenda de la mise en politique(s) des sciences et techniques. En même temps que je préparais mon cours, j’ai découvert l’annonce d’une conférence à venir d’Isabelle Stengers. Invitée au séminaire Citoyenneté académique : slow-science et recherche action, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) où j’ai fait ma thèse, la philosophe belge devait reprendre ses méditations sur l’avènement possible d’« une autre science ». La date de son intervention coïncidant avec celle d’une des séances de mon cours : l’heure venait pour moi d’organiser ma première sortie de classe. Pour faire prendre l’air aux élèves. Pour les extraire de l’atmosphère douillette d’une école d’élite (G. Lazuech, 1988) nichée au pied du parc de Sceaux et les exposer aux bourrasques avant-gardistes – qui ne sont parfois que des coups de vent – dont l’EHESS se pense la génératrice. J’ai aussi mis au point un protocole expérimental : l’idée était de demander aux élèves centraliens de rédiger en groupe de quatre un compte-rendu de la conférence d’I. Stengers, incluant une synthèse des arguments défendus par la philosophe et une description ethnographique de l’événement.

Le 105, boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)
Le 105 boulevard Raspail, à environ 11 kilomètres du campus de Centrale (crédits : EHESS, 2013)

Résultat de cette expérimentation, l’article qui suit a été composé en deux étapes. J’ai rédigé un premier texte en m’appuyant, d’une part, sur les textes des élèves et, d’autre part, sur mes notes complétées de retranscriptions extraites de l’enregistrement de l’intervention d’I. Stengers. Cette version bêta terminée, je l’ai soumise aux étudiants en leur demandant de la commenter, de proposer des prolongements, et s’il le fallait d’objecter aux interprétations proposées. Ces remarques compilées, j’ai repris la rédaction : j’ai coupé des passages jugés inexacts par les élèves, ajouté certaines remarques et modulé les analyses en fonction de leurs suggestions. Cette démarche emprunte aux méthodes de « triangulation ethnographique ». Elle repose premièrement sur une multiplication des points de vue relatifs à un même phénomène (investigator triangulation [N. K. Denzin, 1978]), afin d’obtenir une description complexifiée. Deuxièmement, les principaux intéressés doivent éprouver la « solidité » des primes observations et interprétations dans le but de révéler des points de désaccords entre enquêtés et enquêteur et enjoindre ce dernier à les expliquer (M. Kleine, 1990). Bonne surprise : les premiers comptes-rendus sont riches. Ils témoignent de l’étrangeté d’une conférence de SHS pour des non-initiés. Et, rapporter dans un même texte l’argumentation de l’auteur de L’invention des sciences modernes (1993) et ce qu’en ont retenu les centraliens permet d’observer presque in vivo comment un discours relevant des sciences humaines et sociales est saisi et interprété par des « non-spécialistes ». C’est une sorte de démarche itérative et collective d’analyse sociologique qui se trouve ainsi mise en œuvre. Continuer la lecture de Conférence du troisième type à l’EHESS : des centraliens tentent de comprendre Isabelle Stengers

Archives des vies irrégulières. Compte rendu et entretien flash avec Philippe Artières

La nouvelle publication du Livre de vies coupables de Philippe Artières est l’occasion de revenir sur une entreprise d’ampleur que l’historien mène depuis une vingtaine d’années. L’ouvrage rassemble des autobiographies de criminels commandées, à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, par le professeur Lacassagne, légiste à Lyon. L’éminent spécialiste est littéralement fasciné par les toutes les formes de graphies criminelles. Il a ainsi copié des tatouages à même le corps des condamnés, constituant ainsi un étrange spicilège des écrits de/à fleur de peau. Cette obsession scripturaire, Artières s’en est emparée et la soumise à l’inquiétude de l’histoire.

Le livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, Albin Michel, 2014 [2000]
Le livre des vies coupables. Autobiographies de criminels (1896-1909), Paris, Albin Michel, 2014 [2000]

En s’interrogeant sur ces phrases rassemblées dans de petits cahiers dûment numérotés, l’historien questionne la formation d’une conscience de l’écriture pour dire les vies irrégulières. Il s’agit bien sûr d’un dernier geste de liberté, d’une forme inédite du « dire soi » criminel. Dans la dernière partie de l’ouvrage, Artières recompose les logiques internes de ces pratiques d’écriture scrupuleuse : dans l’espace clos des cellules froides, enfermés dans les contraintes strictes de la vie carcérale, des hommes et des femmes prennent la plume que Lacassagne leur tend. Ils occupent – non sans difficulté, regimbement mais aussi parfois avec une exaltation impressionnante – « l’atelier d’écriture ». Ceux qu’on a jugés coupables se prennent au jeu d’une rédaction hâtée, serrée dans les questions du médecin mais inédite dans sa forme.

Les « stratégies discursives » que repère Artières sont classiques : l’évanouissement du « je » pour mieux se mettre à distance, l’excès et le débordement, enfin le romanesque. Le travail de l’historien, cependant, ne se limite pas, loin s’en faut, à cette anatomie des ambivalences de l’écriture. Les écrits des criminelles ne sont pas seulement des pratiques médicales inventives (comprendre les logiques du crime en interrogeant les acteurs principaux de celui-ci), ils sont la manifestation d’une présence panoptique qui demande aux coupables de porter sur eux-mêmes le regard du monde. Car c’est bien dans ce dédoublement trouble de celui qui dit son crime et fouille dans les recoins de sa mémoire que le médecin croit pouvoir déceler les origines du mal. D’ailleurs, sur l’un des rares manuscrits annotés par Lacassagne, celui-ci se fait volontiers critique, mordant même. Il ne croit pas les prisonniers. La relative bienveillance qu’il entretient à leur égard (en leur fournissant quelques douceurs) est d’abord un moyen d’obtenir les résultats qu’il veut. Mais lorsque ces criminels lui livrent leur vie, dans la brutalité reconstruite d’un labeur d’écriture parfois douloureux, force est de constater que quelque chose échappe au savant. Ces écrits, mêmes cadrés par les recommandations du médecin, débordent les intentions pyscho-pathologiques du commanditaire ; elles glissent du quadrillage scientifique pour reprendre le pouvoir ; elles s’imposent comme la dernière prise de parole possible pour ceux qui n’auront plus l’occasion de la prendre.

Je reprendrai ici – dans l’ordre même de ces récits – quelques éléments frappants de certaines de ces autobiographies criminelles pour donner à voir non pas seulement leur étrangeté fascinante, mais pour illustrer le dilemme de l’historien devant l’archive : en s’appuyant sur elle pour dire quelque chose du monde on comprend tout à coup que, croyant esquisser quelques points lumineux sur une surface sociale opaque, on n’a fait qu’étendre l’empire des ombres. Continuer la lecture de Archives des vies irrégulières. Compte rendu et entretien flash avec Philippe Artières

Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

Le sociologue des sciences en formation continue qui, comme moi, trouve un certain charme à Leiden, ne pouvait qu’être inspiré par la publicité postée sur leur site annonçant des places toujours disponibles pour la formation « Measuring Science and Research Performance » proposée du 8 au 12 septembre 2014. Bon, j’apprendrais par la suite que le contingent habituel de fonctionnaires coréens était exceptionnellement réduit pour cause de vacances, ce qui peut expliquer les places restantes. Ni le prix (je laisse au lecteur le plaisir de chercher l’information sur le site) ni la seconde partie du titre du cours – ah, la performance de la recherche ! – ne m’ont détourné d’y participer. Il faut dire que le CWTS (Centre for Science and Technology Studies) est le must en termes de scientométrie (« this means studying scientific and academic research from a scientific point of view »[1]). Ils ont des énormes bases pour lesquelles des chercheurs viennent de toute l’Europe ; ils conçoivent des logiciels que tout bon scientométricien est censé connaître (VOSviewer) ; ils publient dans Scientometrics, Research Policy et autres revues spécialisées. En bref, ils sont visiblement bons dans leur domaine et sollicités par les agences nationales et européennes pour la production d’indicateurs sur la science. D’ailleurs, cette année ils fêtent leur quart de siècle et affichent fièrement « 25 years of meaningful metrics ».

Logo_Blauw
Meaningful logo (crédits : CWTS)

Mais pourquoi parler de ce cours ? Les conférences, à la limite, relèvent d’une actualité pertinente pour la recherche. Quel intérêt de venir vous conter par le menu une formation professionnelle ? Déjà parce que le public visé est – aussi – un peu les chercheurs impliqués dans la science policy. Mais surtout parce que cela relève d’un début d’observation participante d’un phénomène qui, aussi contesté peut-il être, n’en est pas moins d’une actualité brûlante. Qu’il s’agisse de la formalisation, de la diffusion ou de l’utilisation des indicateurs de mesure de la science, sans compter la mise en logiciels, méthodes et livres des métriques de l’innovation au service d’acteurs stratégiques cherchant la réflexivité sur leurs pratiques : c’est peu dire que la question est d’actualité, comme on dit dans les gazettes[2]. Et ce n’est pas moi qui vous le dis : c’est l’autre chercheuse allemande réalisant une thèse sur l’institutionnalisation de la scientométrie qui semble aussi jouer ce jeu trouble à mi-chemin entre observation participante et formation.

Mesurer la science, certes, mais au service de la « performance ». Science de la science, certes encore, mais au service des politiques scientifiques. Que nous promet donc cette formation ? Nous allons recevoir des exposés sur l’analyse des citations, l’exploitation de l’analyse des réseaux et des cartographies de la science. Nous allons être initiés à l’impact « sociétal » de la recherche. Mais comme on n’apprend jamais mieux qu’en mettant la main à la pâte, les « apprenants » conduiront un travail tout au long de la semaine à travers une série de « travaux pratiques » et réaliseront ainsi en petits groupes une évaluation de la performance d’une université. Ça fait chic, n’est-ce pas. À notre service, des indicateurs bibliométriques avancés (je souligne), les outils « maison » de cartographie, des données en voulez-vous en voilà… Tout ce qu’il faut pour faire une évaluation, quoi. Sauf le montant du budget recherche des universités et le nombre de leurs ressources humaines. Ça c’est bon pour le chercheur has been. Continuer la lecture de Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

L’État durable. Sur la vitalité d’une sociologie politique des structures

À propos de Pierre Lascoumes, Laure Bonnaud, Emmanuel Martinais, Jean-Pierre Le Bourhis, Le développement durable. Une nouvelle affaire d’État, Paris, PUF, 2014, 200 p.

L’ouvrage que Pierre Lascoumes a rédigé avec Laure Bonnaud, Jean-Pierre Le Bourhis et Emmanuel Martinais constitue une pièce d’importance dans le renouvellement des problématiques sur l’État que la sociologie politique a insufflé depuis une dizaine d’années. Les réflexions sur les instruments de gouvernement avaient déjà balisé un champ de recherche qui intégrait à la fois les impératifs d’une science politique attentive aux procédures concrètes de l’action publique et les attentes d’une sociologie des organisations soucieuse de ne pas perdre de vue la place des acteurs dans leurs structures.

dev durDans Le développement durable. Une nouvelle affaire d’État, les auteurs se saisissent d’une réforme administrative et politique d’ampleur (la fusion du ministère de l’écologie et de celui de l’industrie) pour ensuite en suivre les effets, les conséquences, les remodelages, les reconfigurations. Fondée sur des analyses d’archives institutionnelles (notamment les organigrammes et leurs vies successives) et de nombreux entretiens, l’enquête est envisagée comme une série de focus sur des moments précis de la réforme et sur des plans d’action variés. De la machinerie ministérielle aux réarrangements régionaux, de la lutte des grands corps d’ingénieurs aux remaniements des pratiques professionnelles, la vue est ample, mais toujours précise.

Continuer la lecture de L’État durable. Sur la vitalité d’une sociologie politique des structures

Supplément été : le conference loto

Les claviers des MacBook® crépitent à l’unisson au rythme des idées-force et des buzzwords qui défilent sur un écran : pas de doute, vous êtes dans un colloque (ou un congrès, ou une école d’été, ou, pénible anglicisme, une « conférence »).

Nombre de ces moments de sociabilité, et néanmoins baromètres scientifiques, ayant lieu pendant l’été, le Carnet Zilsel vous donne l’occasion de joindre l’utile à l’agréable. Plus besoin de choisir entre écouter les orateurs et risquer de sortir une culpabilisante grille de Sudoku dans un coin de la salle : il suffit désormais de jouer au Conference Loto. Inspiré par les Business Lotos, il n’était malheureusement pas difficile d’en adapter le principe au monde académique.

Au-delà du côté léger et estival, cela peut donner à réfléchir sur ce qu’est devenu l’exercice globalisé de présentation de soi et de son travail de recherche sur le marché cognitif international (anglophone) – car c’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’ils sont au casse-pipe et payent un droit d’entrée toujours croissant, post-docs et thésards intervenant dans ces raouts offrent à l’auditeur attentif aux logiques de reproduction sociale, avec la saillance particulière des situations d’apprentissage et d’appropriation des codes, un éventail de routines rhétoriques souvent indicatrices de ce qui s’y joue : innover tout en étant dans le moule, manager sa stratégie de distinction.

La pratique de la « présentation » a ses professionnels et manifeste un certain continuum formel entre sphères académique, business, spectacle, etc. La place, sans doute croissante, des dispositifs de communication scénique et/ou numérique dans les rituels sociaux d’échange scientifique n’introduit-elle pas peu à peu une normativité insidieuse, n’incite-t-elle pas à s’inspirer d’un savoir-faire transversal ? Le fait d’être de plus en plus souvent et implicitement enregistré, voire filmé, a-t-il un impact sur les attitudes et pratiques des conférenciers (demandez-vous si vous ferez la même communication et répondrez pareillement aux questions et commentaires en sachant que vous allez être filmé/e et podcasté/e dans les jours qui suivent, « droit à l’oubli » ou non) ? A-t-il un impact sur les garde-robes des collègues ? Le hipster swag va-t-il s’imposer au détriment du fort-en-thème pincé ? Le charisme médiatique devient-il un paramètre du darwinisme académique ? Le fleurissement des blogs et pages perso dans le monde de la recherche modifie-t-il, au-delà de la simple visibilité, les critères de reconnaissance traditionnels ? Le réenchantement des formations doctorales doit-il inclure des ateliers de relooking et de PNL ? Les écoles doctorales ont-elles vocation à devenir des star academies ?

Parce que cela peut faire du bien d’en rire, au moins au mois d’août, laissons parler la grille des expressions aussi récurrentes qu’agaçantes – que les lecteurs sont invités à enrichir.

grille

Il y a plusieurs façons de jouer :

Avec des collègues, définissez à l’avance une grille d’expressions qu’il s’agit de cocher à chaque fois que l’orateur les prononce. Lorsque, par exemple, trois expressions sont cochées, le ou la gagnant/e est le premier ou la première des collègues qui se lève en disant quelque chose de convenu à l’avance (dans les business lotos, il s’agit de crier « bullshit! », mais c’est une option difficilement praticable ; on peut la remplacer, par exemple, en posant à l’orateur une question définie à l’avance et composée elle aussi d’expressions-types).

Une variante consiste à devoir employer délibérément dans son propre exposé un certain nombre d’expressions définies à l’avance par les collègues. Celui ou celle des collègues qui ne parvient pas à caser les expressions qui lui sont attribuées a perdu. Les joueurs de niveau avancé pourront s’envoyer en direct, par sms, les mots à utiliser dans le cours même de l’exposé.

Ou on peut tout simplement s’amuser à recenser et réutiliser cyniquement ces expressions.

Bien entendu, de nombreuses combinaisons sont possibles à partir des unités élémentaires du tableau. Exemple :

– [Question faisant suite à l’exposé] Thanks for this fascinating presentation. I was wondering etc.
Ummm… You’re asking ayyyy very important question. Problem is: rethinking the take-home message tells a different story. How do you connect the dots? Etc. etc.

De là, la tentation est forte d’imaginer des dispositifs plus élaborés, notamment sur le principe des générateurs aléatoires d’articles scientifiques, qui ne sont pas juste là pour nous divertir, mais sont utilisés comme des détecteurs d’éditeurs/organisateurs/évaluateurs voyous. Alors… Une application smartphone destinée à générer des questions ou commentaires dépourvus de sens, pour tester en direct la probité des congressistes ? Et pourquoi pas, lorsque la reconnaissance vocale aura progressé, un logiciel qui ratisserait la Toile en temps réel pour analyser les podcasts et autres MOOC toujours plus nombreux en quête de tics rhétoriques quelconques ? Et qui établirait au jour le jour les statistiques par expression, par chercheur, par équipe… Passer de la « surveillance intellectuelle de soi » à la surveillance instrumentée de tous ; ou comment l’implémentation du surmoi épistémologique bachelardien dans un panoptique numérique (qui ferait le bonheur des agences d’évaluation) transformerait la recherche en un cauchemar orwellien. Jouons donc, tant que nous le pouvons encore !

Ronan Le Roux

Image en bandeau : http://www.cannesbeach.eu/.