Archives par mot-clé : Terrain

Supplément été : le conference loto

Les claviers des MacBook® crépitent à l’unisson au rythme des idées-force et des buzzwords qui défilent sur un écran : pas de doute, vous êtes dans un colloque (ou un congrès, ou une école d’été, ou, pénible anglicisme, une « conférence »).

Nombre de ces moments de sociabilité, et néanmoins baromètres scientifiques, ayant lieu pendant l’été, le Carnet Zilsel vous donne l’occasion de joindre l’utile à l’agréable. Plus besoin de choisir entre écouter les orateurs et risquer de sortir une culpabilisante grille de Sudoku dans un coin de la salle : il suffit désormais de jouer au Conference Loto. Inspiré par les Business Lotos, il n’était malheureusement pas difficile d’en adapter le principe au monde académique.

Au-delà du côté léger et estival, cela peut donner à réfléchir sur ce qu’est devenu l’exercice globalisé de présentation de soi et de son travail de recherche sur le marché cognitif international (anglophone) – car c’est bien de cela dont il s’agit. Parce qu’ils sont au casse-pipe et payent un droit d’entrée toujours croissant, post-docs et thésards intervenant dans ces raouts offrent à l’auditeur attentif aux logiques de reproduction sociale, avec la saillance particulière des situations d’apprentissage et d’appropriation des codes, un éventail de routines rhétoriques souvent indicatrices de ce qui s’y joue : innover tout en étant dans le moule, manager sa stratégie de distinction.

La pratique de la « présentation » a ses professionnels et manifeste un certain continuum formel entre sphères académique, business, spectacle, etc. La place, sans doute croissante, des dispositifs de communication scénique et/ou numérique dans les rituels sociaux d’échange scientifique n’introduit-elle pas peu à peu une normativité insidieuse, n’incite-t-elle pas à s’inspirer d’un savoir-faire transversal ? Le fait d’être de plus en plus souvent et implicitement enregistré, voire filmé, a-t-il un impact sur les attitudes et pratiques des conférenciers (demandez-vous si vous ferez la même communication et répondrez pareillement aux questions et commentaires en sachant que vous allez être filmé/e et podcasté/e dans les jours qui suivent, « droit à l’oubli » ou non) ? A-t-il un impact sur les garde-robes des collègues ? Le hipster swag va-t-il s’imposer au détriment du fort-en-thème pincé ? Le charisme médiatique devient-il un paramètre du darwinisme académique ? Le fleurissement des blogs et pages perso dans le monde de la recherche modifie-t-il, au-delà de la simple visibilité, les critères de reconnaissance traditionnels ? Le réenchantement des formations doctorales doit-il inclure des ateliers de relooking et de PNL ? Les écoles doctorales ont-elles vocation à devenir des star academies ?

Parce que cela peut faire du bien d’en rire, au moins au mois d’août, laissons parler la grille des expressions aussi récurrentes qu’agaçantes – que les lecteurs sont invités à enrichir.

grille

Il y a plusieurs façons de jouer :

Avec des collègues, définissez à l’avance une grille d’expressions qu’il s’agit de cocher à chaque fois que l’orateur les prononce. Lorsque, par exemple, trois expressions sont cochées, le ou la gagnant/e est le premier ou la première des collègues qui se lève en disant quelque chose de convenu à l’avance (dans les business lotos, il s’agit de crier « bullshit! », mais c’est une option difficilement praticable ; on peut la remplacer, par exemple, en posant à l’orateur une question définie à l’avance et composée elle aussi d’expressions-types).

Une variante consiste à devoir employer délibérément dans son propre exposé un certain nombre d’expressions définies à l’avance par les collègues. Celui ou celle des collègues qui ne parvient pas à caser les expressions qui lui sont attribuées a perdu. Les joueurs de niveau avancé pourront s’envoyer en direct, par sms, les mots à utiliser dans le cours même de l’exposé.

Ou on peut tout simplement s’amuser à recenser et réutiliser cyniquement ces expressions.

Bien entendu, de nombreuses combinaisons sont possibles à partir des unités élémentaires du tableau. Exemple :

– [Question faisant suite à l’exposé] Thanks for this fascinating presentation. I was wondering etc.
Ummm… You’re asking ayyyy very important question. Problem is: rethinking the take-home message tells a different story. How do you connect the dots? Etc. etc.

De là, la tentation est forte d’imaginer des dispositifs plus élaborés, notamment sur le principe des générateurs aléatoires d’articles scientifiques, qui ne sont pas juste là pour nous divertir, mais sont utilisés comme des détecteurs d’éditeurs/organisateurs/évaluateurs voyous. Alors… Une application smartphone destinée à générer des questions ou commentaires dépourvus de sens, pour tester en direct la probité des congressistes ? Et pourquoi pas, lorsque la reconnaissance vocale aura progressé, un logiciel qui ratisserait la Toile en temps réel pour analyser les podcasts et autres MOOC toujours plus nombreux en quête de tics rhétoriques quelconques ? Et qui établirait au jour le jour les statistiques par expression, par chercheur, par équipe… Passer de la « surveillance intellectuelle de soi » à la surveillance instrumentée de tous ; ou comment l’implémentation du surmoi épistémologique bachelardien dans un panoptique numérique (qui ferait le bonheur des agences d’évaluation) transformerait la recherche en un cauchemar orwellien. Jouons donc, tant que nous le pouvons encore !

Ronan Le Roux

Image en bandeau : http://www.cannesbeach.eu/.

Colloque : Anatomie d’un exercice ordinaire de la recherche

Dans ce billet,  nous évoquerons cette activité étrange (pour les outsiders comme pour les insiders) qu’est la communication en colloque, de la préparation à la performance orale. Comme le Carnet Zilsel dispose d’une rubrique « Conference advisor », il n’est pas inutile de pousser un peu la réflexion sur cet aspect du travail intellectuel. C’est un billet sur le fil, il faut bien le dire. Ça l’est notamment parce que le risque est grand de compiler les anecdotes, les expériences subjectives, ou encore de jouer complaisamment avec les clichés. Proposant donc autre chose qu’une introspection ostentatoire, ces considérations ne prétendent pas à la généralisation ni à l’universalisation. À l’approche de la pause estivale, elles assument aussi leur côté décalé, à la limite du sérieux. Elles restent une tentative d’appréhender un exercice ordinaire de la recherche (les chercheurs se doivent de communiquer les résultats de leurs travaux à leurs collègues) qui s’organise, paradoxalement, sur le mode de l’inattendu, en ce sens que les réactions des pairs sont, par définition, non prévisibles. C’est donc dans cet entre-deux d’une pratique banale de l’activité de chercheur et d’une performance à chaque fois inédite (enfin, pas toujours : certain-e-s conférencier-e-s ont tendance à se répéter) que nous inscrirons ce billet. Comment organise-t-on cette tension entre ces pôles contradictoires de l’expérience orale, de la mise en scène publique et de la soumission (c’est le mot) aux pairs ? Quelles sont les grandes scansions qui mènent de la recherche en train de faire à la recherche en train de se dire ?

Sociologie de la comm’

Prenons d’abord un peu de champ. Dans un chapitre d’ouvrage particulièrement malin, Neil Gross et Crystal Fleming montrent tout l’intérêt d’étudier de près, en quasi temps réel, la fabrication des papers présentés à l’occasion des colloques[1]. Ils restituent les pas hésitants d’un prof de philosophie politique d’une université américaine se rendant à Paris pour le colloque annuel d’une grande association savante internationale. Lui qui avait envoyé sa proposition de comm’ plusieurs mois avant, à quelques jours de l’ouverture du colloque il n’avait à proposer que quelques bribes de réflexion et des gribouillages sur son carnet. Ce colloque, c’était plus qu’un rendez-vous professionnel ; c’était aussi l’occasion de voyager à moindre frais, de retourner à Paris avec son épouse, de flâner entre Beaubourg et le Marais, de goûter à la Ville-Lumière — bref, un séjour so romantic, à la façon de Midnight in Paris. Mais voilà, il fallait faire bonne figure au sein d’un panel qui pouvait réserver de bons papers, présenter quelque chose en 25 minutes qui ne soit pas (complètement) déshonorant, car le conférencier professionnel sait que les piètres performances ne s’oublient pas (surtout lorsqu’il est au top de la hiérarchie). C’est donc in extremis, jusqu’à très tard dans la nuit, que notre philosophe avait bricolé sa « planche ». Après coup, il considèrera qu’il s’en était sorti, sans avoir suscité l’indifférence (une question du public) ni pour autant fait la différence (une seule question, ce qui est peu). Sa réputation était sauve jusqu’au prochain colloque. Comme c’est son métier, le philosophe savait de toute façon qu’il allait devoir remettre le couvert

Le charme discret de la comm', ft. opalines et boiseries vitrifiées. Une conférence en Sorbonne, salle Liard (crédits : http://www.ecritures-modernite.eu/?page_id=200)
Le charme discret de la comm’, ft. opalines et boiseries vitrifiées. Une conférence en Sorbonne, salle Liard (crédits : http://www.ecritures-modernite.eu/?page_id=200)

Cette histoire est banale, n’est-ce pas ? La raconter in statu nascendi et avec force détails pourrait confiner à la fable pittoresque qui amuserait les seuls universitaires (et/ou les lecteurs de David Lodge) qui y reconnaîtront leur business (as usual), mais il n’en est rien. Gross et Fleming insistent sur le fait que « les conférences peuvent être des sites clés pour l’orchestration sociale du savoir académique » (avec ses rôles, ses partitions, sa scénographie, ses tubes…), et qu’en prenant au sérieux cette pratique sociale, des caractéristiques subtiles de la lebenswelt universitaire-académique peuvent être mises au jour : car « la participation aux conférences ne se réduit pas à voyager à travers le monde, voir de vieux amis, s’informer des derniers potins académiques, ou rester au courant des développements intellectuels récents ; la participation aux conférences est aussi ce moment où l’on se force soi-même, au risque d’un immense embarras si l’on ne parvient pas à le faire à temps, de transformer une idée abstraite ou le plan d’un paper en un texte qui peut être exposé oralement, et dont le pouvoir argumentatif — et l’apport potentiel d’une contribution qui soit significative — peut être mesuré à la réaction du public »[2]. Ça demande beaucoup d’énergie, d’investissement, de risque (si le papier n’est pas à la hauteur). Comme le révèle la trajectoire du philosophe auscultée par les deux sociologues, les conférences peuvent servir de tremplin ou de test, lorsqu’il faut trouver un poste après le PhD ou placer ses idées originales sur le marché. Rien de bien fracassant, dira-t-on, mais le fait est que le colloque, comme institution sociale, n’a que très peu intéressé la sociologie des professions intellectuelles et scientifiques (revue de la littérature par les auteurs à l’appui). Apparaissent pourtant de multiples chantiers : ainsi une sociologie du petit monde des global academics errant de colloque en séminaire, des as de la conf’ inaugurale en série, accumulant les miles, vivotant dans les hôtels de congressistes formatés lounge, etc. ; de même une approche contrastée des dilemmes ordinaires auxquels est confronté/e le/la conférencier-e dans la préparation de son/sa intervention (dilemmes qu’il faut naturellement relier au statut du/de la conférencier-e) : pourquoi ai-je envoyé cette fichue proposition ? Qu’est-ce qui m’a pris lorsque j’ai accepté de donner une conférence plénière dans un colloque à des années-lumière de mes thèmes habituels ? Comment vais-je remplir le temps qui m’est trop généreusement alloué alors que je n’ai rien à dire ? Vais-je lire ce texte que je désespère de réduire parce qu’il est déjà trop long ? Utiliserai-je un PowerPoint pour cacher la misère ? Etc., etc. Continuer la lecture de Colloque : Anatomie d’un exercice ordinaire de la recherche

À propos des buzzwords scientifiques et techniques

Dans cet article, Ronan Le Roux nous montre dans quelle mesure les buzzwords scientifiques et techniques (BST) restent un phénomène mal défini. Il l’illustre avec le cas des biologies « -omiques » (génomique, protéomique, etc.), pour questionner l’existence de critères objectifs permettant de construire les BST comme objets d’étude. Il envisage d’abord que les BST puissent être un artefact, dus à l’hétéronomie de notre perception, et/ou à une interférence entre instrument et phénomène observé (performativité de la scientométrie sur les pratiques d’écriture et de mise en visibilité à l’heure du numérique). Il met en doute ensuite le fait que la lexicométrie fournisse un modèle naturel de BST. Comme il le souligne, on ne peut définir les BST sans jugement de valeur, notamment en cherchant à les situer dans une typologie des néologismes scientifiques et techniques. Ils semblent devoir rester des objets flous et hétérogènes, convenant mieux à des études de cas comparatives.

Difficile aujourd’hui d’échapper aux « buzzwords » : mots à succès, mots à la mode, mots-phares, mots-étendards, formules, « petites phrases », mantras… Qui n’en a vu ou entendu, en tweet ou en 4×3, dans le cadre d’une conférence plénière ou d’une conversation de couloir, savamment agencés ou glissés comme en passant ? Fleurant la futilité sinon l’entourloupe, progéniture d’un brainstorming entre consultants ou trouvaille nec plus ultra de ténor cathodique, ils semblent pareillement destinés à conquérir le marché des temps de cerveaux disponibles ou à aveugler les masses par quelque tour de passe-passe sémio-cognitif, suscitant par réflexe d’humanisme cultivé la méfiance de tout citoyen nourri à l’esprit des Lumières et soucieux d’un bon usage du λόγος pour l’harmonie de la Cité.

Métastases lexicales d’une société hyperconnectée, on ne les conjure qu’en les détournant par des rituels jubilatoires consistant à les neutraliser par un excès d’usage (écholalies ironiques et autres « business lotos »). Cet exorcisme par mithridatisation impliquant a minima pour les locuteurs d’amplifier l’usage même de ce qu’ils souhaiteraient éventuellement voir disparaître, de vaincre le mal par le mal, la nature du buzzword apparaît en pleine lumière : sitôt franchi le seuil critique d’adoption qui le fait exister en tant que tel, son cycle de vie ne peut être interrompu et ne s’épuisera qu’en parvenant à son terme, après quoi il ira rejoindre le cimetière des expressions ringardes – sauf à trouver une seconde jeunesse dans son recyclage par un autre groupe social. C’est sans doute parce qu’un buzzword en tant que buzzword ne peut avoir de détracteur qu’il est aussi bien une instance remarquable de cette « voix de personne » (Valéry), atteignant précisément sa performativité maximale lorsqu’il n’a plus d’auteur et que sa signification s’attrape aussi peu que fumée entre les doigts.

alliageUn dossier récent de la revue Alliage est consacré au « Technobuzz »[1], les buzzwords de la technoscience. Le sourcil se lève spontanément : les buzzwords ne font-ils pas des ombres dans la caverne, ne sont-ils pas l’arsenal terminologique du sophiste contemporain, toute communication de leur part avec l’Académie et le ciel des Idées n’est-elle pas antinomique ou impitoyablement filtrée ? C’est le point de vue adopté, semble-t-il, dans l’article « Buzzword » de Wikipédia : « Les buzzwords dénoncés comme tels ont une fonction inverse du vocabulaire scientifique », ils seraient en fait du côté de la charlatanerie et de ce que les psychologues appellent « effet Dr Who ». Pourtant, ces frontières entre science et société ne sont pas perçues aujourd’hui si étanches qu’elles fassent du thème abordé par ce dossier d’Alliage un non-sujet. Bien au contraire, cette circulation transfrontalière est sans aucun doute un terreau fertile pour les buzzwords, pour le meilleur comme pour le pire : le meilleur, lorsque la société civile se saisit des Frankenstein de la « technoscience » (OGM, dépistage prénatal, nanotechnologies, etc.) comme d’autant d’objets de sains débats démocratiques ; le pire, avec ce que l’on pourrait appeler cette fois « l’effet Omega 3 », lorsque l’industrie, produisant des molécules comme M. Jourdain de la prose, épate le bourgeois avec un terme savant magnifiant tel aspect parfois trivial en guise d’argument de vente.

L’État, la nature et le capital : le triptyque infernal. Compte rendu et entretien flash avec Razmig Keucheyan

Il est rare, pour ne pas dire exceptionnel, qu’un essai de sociologie politique dise, en quelque 200 pages, l’essentiel d’une époque. C’est le cas du très beau livre de Razmig Keucheyan, dont le titre et le sous-titre annoncent d’emblée les couleurs (rouge/vert) : La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique. Ni plus, ni moins, le défi à relever consiste à rendre raison du rapport que nous entretenons avec la nature (le « nous » renvoyant pour l’essentiel à l’Occident moderne dans ses développements les plus divers).

La nature est un champ de bataille. Essai d'écologie politique, Paris, La Découverte, coll. Zones, 2014
La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte, coll. Zones, 2014

On sait les débats contemporains sur l’ontologie naturaliste particulièrement vifs, mais la thèse radicale de Keucheyan permet de l’éclairer sous un jour nouveau. En règle générale, l’ontologie naturaliste est vue comme une certaine conception occidentale sur « la nature », séparée des pratiques humaines. Dans cette coupure fondamentale se verrait le rapport d’instrumentalisation de l’homme sur son environnement et sa capacité à produire son cadre de vie, ses modes d’explication du monde et ses principes politiques. Keucheyan travaille assez différemment le problème de l’ontologie naturaliste en introduisant et en assumant un questionnement marxiste pour aborder la crise environnementale contemporaine. C’est une option théorique forte qui particularise ce projet dans la littérature existante. Partant du principe, rappelé en son temps par Walter Benjamin, que le « capitalisme ne mourra pas de mort naturelle », Keucheyan suit les différents points d’appuis d’une écologie totalement prise dans les rapports capitalistes de domination. Il ne s’agit plus de savoir si l’homme-occidental-moderne est séparé de « la Nature » dans sa façon de la construire, de s’approprier ou de l’utiliser (c’est le sujet d’innombrables dissertations chargées de renvois à Descartes, il fallait s’en déprendre), mais de penser le capitalisme comme un fait anthropologique total auquel n’échappent ni l’homme ni la nature, quels que soient les rapports qu’ils entretiennent l’un avec l’autre. Le renversement est ici d’importance, puisqu’à distance (raisonnable) d’une histoire environnementale qui n’en finit pas de s’auto-délimiter en permanence, prise qu’elle est par la nécessité d’affirmer sa différence épistémologique et professionnelle, l’ouvrage de Keucheyan propose un cadrage tout à la fois sociologique et politique des transformations écologiques actuelles. Parce que l’on comprend assez vite qu’il y a urgence, l’auteur fait bien de ne pas perdre de temps à surjustifier son propos. Il confronte le lecteur fissa au genre de processus délétères qu’on aurait certes tort de laisser à la seule considération des (rares) chercheurs qui s’y intéressent. Continuer la lecture de L’État, la nature et le capital : le triptyque infernal. Compte rendu et entretien flash avec Razmig Keucheyan

Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale

Depuis l’engagement du Processus de Bologne et de la Stratégie de Lisbonne, l’Union européenne et les pays membres ont pour ambition de bâtir « la première économie mondiale fondée sur la connaissance ». L’accélération du rythme de la recherche et des processus de « transmutation » des énoncés scientifiques en Startups innovantes est au cœur des préoccupations politiques, de droite comme de gauche. La réalisation d’un tel projet requiert de former les chercheurs à l’entrepreneuriat et de leur inculquer « l’esprit d’entreprise ».

Le « mode 2 », prophétie à réaliser

La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)
La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)

Il ne sera pas question ici de retracer l’histoire de la construction de l’Espace européen de la recherche et celle de l’Espace européen de l’enseignement supérieur (voir I. Bruno, 2008). On peut néanmoins constater, à la suite de P. Brunet et M. Dubois (2012), que du point de vue des registres de justification ces dynamiques de reconfiguration de la recherche procèdent pour partie de l’influence de certaines « théories » des Sciences and Technology Studies (STS), les mêmes qui vantaient hier – et plus timidement aujourd’hui – l’avènement d’un « mode contextualisé de production de connaissances » et l’affaiblissement corrélatif des frontières entre laboratoires académiques et industries. Comme le rappelle D. Pestre, l’analyse posée par H. Nowotny (actuellement président de l’European Research Council) et M. Gibbons dans le manuel à l’usage des « décideurs » en matière d’économie du capital cognitif (The New Production of Knowledge, 1994), et selon laquelle « nous serions passés d’un mode historique et top down […] à un modèle plus hybride de co-formation des savoirs dans des espaces d’un nouveau type […] a beaucoup influencé les administrateurs de sciences, notamment à l’échelle européenne » (2011, p. 217). Si ces thèses descriptives-normatives jouent un rôle certain dans les réorganisations contemporaines de la recherche et de l’enseignement supérieur – en ce qu’elles justifient la construction d’un monde « en réseau » et « par projet » où la circulation des travaux scientifiques et leur transformation en innovation iraient en s’accélérant –, l’influence des théories néoclassiques d’économie de la connaissance semble également décisive (C. Laval, 2009). Selon D. Plihon (2003), nombre de ces analyses reposent en effet sur une observation simple : qu’il s’agisse d’informatique ou de biotechnologie par exemple, les coûts fixes d’élaboration d’une innovation donnée sont extrêmement élevés quand, symétriquement, leur coût de duplication sont relativement faibles – cela étant particulièrement vrai au sujet du marché des logiciels. Ce faisant, cette économie de la connaissance est une économie de rendements croissants. Dès lors, les acteurs économiques soucieux de rentabilité doivent moins tenter de concevoir un bien standard au meilleur prix et le vendre au prix le plus fort que de viser la conception d’un bien innovant afin de pouvoir être le premier à le commercialiser et de s’assurer, conséquemment, d’une « rente de situation » (D. Plihon, 2003, p. 15). Dans un tel monde, les individus animés par l’ambition de créer une entreprise et possédant des connaissances et des compétences rares – dont les savoirs et les savoir-faire scientifiques font sans doute partie – occupent une place de premier plan.

Continuer la lecture de Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale