Archives par mot-clé : Terrain

Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2)

La première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps s’est déroulée le 10 janvier dernier. Nous livrons dans ce billet et dans un autre à paraître bientôt un compte rendu de ce qui y a été exposé. C’est pour nous une expérimentation. En effet, les recherches et les discussions de séminaire ne sont généralement pas diffusées — et pour cause —, ou bien alors les notes circulent « sous le manteau » entre collègues plus ou moins impliqués. Animé par les mêmes chercheurs qui contribuent à cet axe « SoS » du Printemps, le Carnet Zilsel propose ici une réimplantation dans la blogosphère scientifique de ces contenus, évidemment retravaillés pour l’occasion. C’est une façon de rendre visibles et préhensibles ces connaissances et hypothèses, énoncées ici sous une forme intermédiaire et assurément provisoire. Autrement dit, une manière de vraiment présenter la recherche « en train de se faire ».

Les coorganisateurs du séminaire, Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ont retenu cette année le thème « sciences/politique ». Dans l’introduction de cadrage, Arnaud en propose une rapide mise en perspective ; puis Morgan présente les grandes lignes d’une recherche en cours sur les sciences de la stratosphère, laquelle met précisément en jeu les relations entre science et politique. Son exposé est ensuite commenté par Jérôme Lamy. Ce billet reconstitue la première partie d’une séance de trois heures. L’autre partie, consacrée à l’enquête menée par Jérôme sur les sciences de gouvernement, sera publiée prochainement sur le carnet.

Quelques associations plus ou moins libres

/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d'écran Word 2010)
/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d’écran Word 2010)
Pour débuter cette première séance de l’année du séminaire de « sociologie des sciences », organisé au laboratoire Printemps (CNRS/UVSQ) par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ce dernier revient sur la réflexion qui les a conduit à renouveler sa thématique. Cette année ce cycle de séminaires est consacré à un thème classique : « sciences et politique ». Comme l’indique d’emblée Arnaud, les petits malins pourront jouer à l’infini avec les associations de sens stimulées par ce couple qui en appelle d’autres (savoir/pouvoir, typiquement) : science (au singulier) slash politique (au singulier) ; sciences (au pluriel) versus Politique (au singulier majuscule) ; sciences politiques (le tout au pluriel), politiques scientifiques et politiques de la science (pour faire hype) ; sciences du politique (successivement pluriel et singulier), etc. Si l’on ajoute à ces mots des compléments de vocabulaire, les choses iront en se compliquant : champ scientifique slash ou versus ou « et » champ politique ; mondes scientifiques et mondes politiques à l’intersection desquels s’établissent des arènes politiques ; écologies scientifiques arcboutées sur leur territoire socio-épistémique et s’alliant à d’autres (politiques, donc), pour persévérer dans leur constitution native, etc. Par-delà le fétichisme des mots – et pour le dire plus concrètement –, ce qui est visé c’est la relation entre science et politique, soit des espaces socio-intellectualo-professionnels qui continuent d’être à part, ou alors qui ne se recoupent que selon certaines modalités à spécifier et/ou explorer ; autrement dit, ce sont les modes par lesquels s’exerce un effort collectif de démarcation de part et d’autre de la frontière (un boundary work, comme on dit depuis belle lurette en sociologie des sciences).

Continuer la lecture de Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2)

Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS

Au mois d’octobre dernier, le colloque annuel de la Society for Social Studies of Science a eu lieu à San Diego. Cette association, la « 4S » pour les intimes, équipée de sa revue, Science, Technology & Human Values, s’est affirmée depuis le milieu des années 1970 comme un lieu central de rassemblement et d’administration collective des études sur les sciences et les technologies, la caisse de résonnance de la communauté « STS » (Science and Technology Studies).

Mise au vert
Mise au vert. Crédits : 4S

À San Diego, plus que nulle part ailleurs, l’espèce du « chercheur STS » se sent chez elle. C’est son écosystème, sa matrice amniotique. San Diego, la Californie, ses plages, ses surfeurs, ses startups, sa base navale, son Institut Salk – dont Bruno Latour a fait, il y a bien longtemps, le terrain de son ethnographie séminale –, sa chaleur, ses phoques et ses lions de mer, sa douceur de vivre. Jeune chercheur, historien des sciences soigneusement acculturé aux diverses tendances des « studies » tout au long de ma formation doctorale, c’est donc avec une certaine fébrilité que je décollais pour San Diego, m’apprêtant à fouler pour la première fois le sol américain et à me joindre aux 1200 participants venus communier lors de cette grand messe annuelle.

Suspendre le jugement, tant faire se peut

L’arrivée au Town and Country Resort and Convention Center est quelque peu effrayante. Un hôtel massif, à l’architecture soviétisante, nous fait face et isole le complexe hôtelier où a lieu le colloque de la route austère et du centre commercial qu’il jouxte. Heureusement, quelques camions remorques aux couleurs éclatantes et aux chromes astiqués sont disposés sur le parking et égayent un peu le cadre. Oui, c’est étonnant : en même temps que le meeting de la 4S a lieu cette année celui de la California Tow Truck Association, l’association californienne des camions remorques. Les hasards du calendrier…

Continuer la lecture de Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS