Archives par mot-clé : Tout-terrain

Réponse à Marc Joly

Dans un billet précédent paru sur le Carnet Zilsel, Marc Joly répondait au compte rendu de son ouvrage La révolution sociologique que Jean-Louis Fabiani venait de faire paraître sur le site En attendant Nadeau. Le propos y est vif et tranchant. Au tour de Jean-Louis Fabiani de répondre à la réponse. Inutile d’en rajouter : aux lecteurs/lectrices de reprendre le dossier (i.e. de lire l’ouvrage) et de se faire leur propre opinion. Commentaires bienvenus !
La rédaction

Le lecteur qui n’aurait en main que les critiques très violentes que M. Joly adresse à mon compte rendu pourrait être conduit à penser qu’il est négatif. Il n’en est rien. J’ai salué à plusieurs reprises les qualités de son ouvrage, et je l’ai encouragé à développer son point de vue de manière plus systématique et plus raisonnée. Je rappelle ici ma conclusion : « Ce compte rendu est donc à la fois admiratif et critique. Si Marc Joly est loin d’avoir corroboré sa thèse, il l’a proposée avec une telle audace et une telle vivacité intellectuelle qu’on doit lui savoir gré d’avoir partagé ses riches dossiers et sa verve polémique, tout en témoignant de l’air du temps, qui est plus tardien que durkheimien ».

J’apparais dans son texte, qui me semble témoigner d’une violence inutile, et sans doute, à terme, contre-productive, comme un individu « aux abois » qui n’a rien compris à la sociologie des sciences. Ce n’est pas la réputation que j’ai dans d’autres cercles que le sien, et si j’ai beaucoup de respect pour le travail des gens de Zilsel, je ne pense pas pour autant qu’ils aient le monopole de la compétence. Si j’aime la controverse, je déteste la police de la pensée, laquelle me semble gagner au sein des jeunes générations. Je crois que mon travail plaide pour moi : je suis convaincu que mon compte rendu restera comme une évaluation sérieuse et que M. Joly aura bien vite oublié son coup de colère.

Nous sommes l’un et l’autre sociologues, et il ne m’en voudra pas si, en passant, je fais un peu de sociologie du champ sociologique contemporain. Continuer la lecture de Réponse à Marc Joly

Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif

Le premier numéro de la revue Zilsel circule fort bien et nous en sommes ravis. Tiré de nouveau, il est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies et le site des Éditions du Croquant. Depuis peu, nous sommes également et diffusés sur la plateforme Cairn, et les premières données sur les consultations sont plutôt encourageantes. Donc, nous continuons sur notre lancée et préparons les prochains numéros. Parmi les bonnes résolutions, nous avions esquissé le projet de combiner les publications de la revue et celles du carnet de la façon la plus optimale possible. Car ce n’est pas parce que nous sommes « passés en revue » qu’il faut reléguer au second plan ce qui nous a tant mobilisé dans l’aventure zilselienne. Hors de question même. Donc, nous inaugurons une nouvelle rubrique, « Chutes », qui sera composée de billets publiés en complément des articles parus dans la revue. 420 pages, c’était en réalité très court, il nous aura fallu tailler dans certains textes. Ces coupes n’ont pas épargné l’article de Boris Attencourt, qui porte sur les trajectoires socio-intellectuelles d’Alain Badiou et d’Alain Finkielkraut. En cours d’édition, nous nous étions dit qu’il serait bon de replacer les éléments qui n’étaient pas complètement nécessaires – des « chutes », dirons-nous – pour étayer son argumentaire dans un nouveau billet. C’est annoncé en note de bas de page dans l’article, et désormais en ligne dans notre nouvelle rubrique. On y découvrira des données utiles pour objectiver la structuration des réseaux d’affinité et les partitions subtiles de la scène de l’intelligence contemporaine. C’est aussi l’occasion pour Boris – qui achève une thèse qui promet beaucoup – d’esquisser une réflexion sur son propre rapport à la vie intellectuelle et au possible désenchantement qu’induit l’analyse objectivante des conditions de son développement.
                                                                                                                              La rédaction

L’article que nous avons publié très récemment dans la revue Zilsel engageait un important matériel qui, comme c’est souvent le cas, nous a conduit pour diverses raisons (saturation, format, etc.), à laisser de côté de nombreux traitements. Or, ce que nous nous proposons de faire ici, c’est d’essayer dans une perspective réflexive sur l’analyse déployée de restituer une partie de ces « chutes » en matière d’administration de la preuve ayant jalonné le montage rédactionnel. Il est vrai que si l’on m’avait dit au début de ma thèse que j’écrirais un article sur Badiou et Finkielkraut, j’aurais répondu sans hésitations : « Faut pas exagérer tout de même ! ». Ma recherche a donc été de ce point de vue, et je le dis sans honte, un long travail de déniaisement vis-à-vis du monde intellectuel. Car, le noviciat dans cet univers va nécessairement de pair avec une certaine idéalisation morale des pratiques. En revanche, quelques années après, l’étude de cet espace du vedettariat intellectuel nous révélait toutes ses potentialités objectives et notamment qu’un tel rapprochement entre Badiou et Finkielkraut n’avait rien d’impossible. Toutefois, si j’avais osé anticiper cette rencontre, j’aurais sous doute eu droit à des remarques telles que : « Mais vous n’y pensez-pas ? », « Comment osez-vous ? », « Cela n’a rien à voir ! ». C’est la raison pour laquelle je tiens à remercier Aude Lancelin, Alain Badiou et Alain Finkielkraut d’avoir rendu possible par leur passage à l’acte l’écriture d’un tel papier. Précisons d’ailleurs qu’il aurait pu donner lieu à une suite, compte tenu du fait qu’Aude Lancelin avait cherché à ce qu’Alain Badiou et Bernard-Henri Lévy (un autre « nouveau philosophe ») se rencontrent de la même manière, mais sans succès finalement. Ni le fruit du hasard, ni d’un règlement de compte idéologique, cette co-production répond bien évidemment, et c’est ce que j’ai essayé de démontrer dans le papier, à des conditions sociales de possibilité et, parmi elles, à des carrières académiques marginales dont il faut rappeler qu’elles ne sont pas, loin s’en faut, dénuées de prestige. Il s’agit pour le dire vite de l’université de Vincennes et du Collège international de philosophie en ce qui concerne Badiou et de la revue Le Débat et de l’École Polytechnique du côté de Finkielkraut. Cela explique pourquoi nous avions alors procédé à l’analyse comparée des sujets de thèse encadrés par Alain Badiou depuis les années 1970, en vue d’appréhender sa marginalité universitaire et, tout particulièrement, l’absence de pouvoir reproducteur au sein de la discipline qui la caractérise. L’encadrement doctoral de Badiou ne peut en effet se comprendre qu’en référence à la définition scolaire de la discipline. D’où notre choix de le comparer sur ce plan à un représentant du pôle de l’orthodoxie philosophique, Jean-François Marquet, issu de la même génération de philosophes (il est né en 1938 soit une année seulement après Badiou), professeur à la Sorbonne (Paris 4), spécialiste de philosophie allemande (notamment Schelling auquel il a consacré sa thèse) et qui a de surcroît présidé durant de nombreuses années le jury d’agrégation. D’après le catalogue du SUDOC, Badiou a dirigé 56 thèses de 1973 à 2014 et Marquet 58 de 1974 à 2005. Le traitement des données qui a été effectué requiert deux remarques préalables. Bien que les périodes considérées ne se recoupent pas complètement puisque l’encadrement des thèses pour Marquet compte 9 années de moins, les volumes atteints sont quasi égaux et se prêtent donc tout à fait à la comparaison. D’autre part, le parti a été pris à la lecture des titres et résumés (parfois non disponibles) d’être le plus inclusif possible en faisant figurer les thèses dans toutes les catégories auxquelles elles pouvaient prétendre d’un point de vue nominal. S’il s’agissait là d’éviter de ne trop céder aux opérations de classification un pouvoir de sélection (surtout lorsqu’on a affaire à du contenu flou et des catégories ne s’excluant pas mutuellement) et de redoubler les effets de hiérarchisation déjà présents, nous n’ignorions pas pour autant le fait que les thèses classées dans les mêmes thématiques puissent entretenir des différences qualitatives importantes. Continuer la lecture de Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif

Un homme qui évalue. Une journée imaginaire dans la vie d’un chercheur précaire

Imagine vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Tu es dans une ville européenne, mais tu pourrais être aussi aux États-Unis, l’important est que tu sois quelque part en Occident, dans un état soi-disant libéral, et que tu sois là pendant ces années, pendant ces jours. Imagine être en Italie, à Milan, à Rome, ou bien – pourquoi pas ? – à Trieste. Mais tu pourrais être aussi en France, imagine, par exemple, d’être à Paris. Tu es l’un des très nombreux Italiens qui habitent à Paris, qui cherchent du boulot, qui trouvent un boulot, qui perdent leur boulot. Peut-être, es-tu un soi-disant travailleur cognitif – statut qu’on n’arrive jamais à bien définir, et pourtant tout le monde sait ce que c’est –, tu as bien fait une thèse, même deux – en fait, non, ce n’est pas ton cas –, par contre tu as fait plusieurs postdocs. Imagine-toi te réveiller le matin dans ton appartement et diviser ta journée en deux parties : le matin, tu étudies et tu écris pour attraper une autre bourse de recherche, l’après-midi, tu cherches un travail quelconque, sans savoir exactement lequel, peut-être un boulot alimentaire – on dit comme ça, en France –, un travail pour gagner ta vie, ou non, peut-être tu cherches le travail de ta vie, tu cherches l’occasion de la changer, ta vie. En tout cas, imagine vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Oui, car le matin, quand tu étudies et tu écris pour trouver une bourse de recherche, tu as constamment affaire aux procédures d’évaluation qui sont censées apprécier, trier, discriminer, classer, différencier, sélectionner, hiérarchiser et finalement retenir ces projets. Procédures, mécanismes, machines, dispositifs, outils, apparats, processus, systèmes, méthodes, normes – tu penses. Tu sais d’ailleurs que le dossier que tu as envoyé pour postuler à cette bourse est le numéro trois mille cinq cent etc., tu sais que chaque dossier comporte deux lettres de recommandation écrites par des scientifiques renommés, décriant les qualités excellentes, extraordinaires, absolument remarquables du candidat, tu sais qu’à trois mille cinq cent etc. projets – mais peut-être qu’ils sont moins nombreux, peut-être que pas tous ceux qui ont démarré la procédure en ligne pour postuler et qui ont reçu un numéro de dossier ont mené à terme la demande, imaginons qu’ils soient moins de la moitié, c’est-à-dire mille cinq cent etc. –, donc tu sais qu’à mille cinq cent etc. projets correspondent trois mille lettres de recommandation. Tu comprends qu’il existe une sorte de production à l’échelle industrielle de ce genre de lettres, et tu supposes qu’il y a des scientifiques renommés qui passent une bonne partie de leur temps, lorsque la date limite pour postuler une bourse de recherche se rapproche, à écrire des lettres de recommandation pour quelqu’un qu’ils ne connaissent peut-être qu’à peine. Tu penses même monter une entreprise de production de lettres de recommandation en sous-traitance, tu en ris et tu décales ce drôle de projet pour la deuxième partie de ta journée, celle où tu te consacres à la recherche d’un emploi. Imagine toi bien connaître les procédures, les dispositifs, les protocoles d’évaluation des projets, parce que, toi-même, dans ta petite expérience, tu as été chargé d’évaluer, et du coup tu sais bien ce que signifie une évaluation formalisée à travers un processus de double-blind peer review. Tu te demandes comment ils font pour gérer l’évaluation d’une telle quantité de projets en si peu de temps, le niveau moyen des projets étant très élevé – cela aussi tu le sais bien –, et tu te réponds à toi même que, sans une machine informatique capable de gérer en même temps l’aspect objectif et subjectif de l’évaluation, ce seront la chance et les rapports de force académiques qui trancheront. Tu comprends que les bourses que tu as obtenues jusqu’ici, tu les as obtenues grâce à l’horrible et immoral hasard – la chance de tomber sur un referee favorable, par exemple –, et pas vraiment parce qu’un jeu d’évaluations croisées aurait enfin rendu justice à ton mérite. Imagine toi t’interroger sur les raisons de cet effort démesuré d’évaluation et de ce gigantisme bureaucratique, en n’oubliant jamais que le hasard, le par-delà le bien et le mal que la bonne évaluation devrait chasser, finit toujours par revenir par la fenêtre. Tu te souviens d’avoir lu un livre de Béatrice Hibou intitulé La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, qui t’a appris combien et comment la bureaucratisation de la politique, de l’administration publique et de la vie quotidienne ne sont que le reflet d’une gouvernementalité néolibérale, et du coup tu ne peux pas t’arrêter d’énumérer, dans un catalogue borgésien infini, toutes les pratiques bureaucratiques et d’évaluation qui te concernent à ce moment précis : tu t’es inscrit au pôle emploi, tu as demandé le RSA, tu cherches un appartement à louer, tu dois renouveler la carte de la Bibliothèque Nationale de France, tu as ouvert un compte bancaire, tu as demandé ta carte vitale, tu as envoyé un article à une revue de philosophie, tu as postulé des bourses de recherche ainsi que plusieurs offres d’emploi – pour chacune de ces activités il t’a fallu monter un dossier assez nourri et suffisamment robuste pour une évaluation très attentive. Toutes ces pratiques, prises individuellement, sont nécessaires, convenables, presque évidentes, aucun doute ! – tu penses –, mais tout à coup tu les vois comme un ensemble, tu les imagines comme un complexe qui ne manque pas d’une involontaire cohérence. Sans compter le nombre de questionnaires d’évaluation que tu remplis quand tu profites d’un service internet ou téléphonique, et aussitôt tu te souviens également des questionnaires de satisfaction que tu distribuais aux étudiants à l’université, de ceux que tu as remplis quand toi-même tu étais étudiant, des interminables questionnaires d’évaluation que tu gérais quand tu travaillais en entreprise et tu galérais avec son système qualité ISO quelque chose. Tu te souviens de ce qu’il en était finalement de ces questionnaires, tu te souviens des arrangements, des petits stratagèmes afin d’ajuster les choses, d’esquiver les problèmes, d’accomplir les obligations du système. Tu te souviens des statistiques qui en étaient tirées, et de leur usage de propagande. Tu te souviens également d’avoir lu, une fois, un manuel de management consacré aux pratiques d’évaluation du travail, un ouvrage collectif, et tu te souviens que l’un des auteurs, dans un élan de franchise, avouait que ces pratiques se révélaient, au fond, inefficaces par rapport a l’objectif même qu’elles se donnaient. Et pourtant – il disait –, il faut les mettre en place, puisqu’elles contribuent à créer un climat de justice organisationnelle, sans lequel, aujourd’hui, il n’est pas possible de motiver les gens. Donc, tu repenses au livre de Béatrice Hibou sur la bureaucratisation du monde et tu constates que cela résonne avec ton expérience quotidienne. Tu comprends qu’évaluation et bureaucratie ne sont que deux miroirs opposés et que lorsque l’on affirme la nécessité de démanteler les molochs bureaucratiques du passé, de la science de l’administration du 20e  siècle, au nom de la flexibilité, bien sûr, du nivellement des hiérarchies, de l’empowerment, de la « proactivité », de la prise d’initiative individuelle, de la responsabilité, de la créativité, c’est à ce moment là qu’un nouveau système (post)bureaucratique va se dessiner comme arrière-plan de ces discours, et « évaluation » est le nom qui leur correspond le mieux. Tu imagines vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Continuer la lecture de Un homme qui évalue. Une journée imaginaire dans la vie d’un chercheur précaire

Prix Robert-Nobel 2016 de Sociologie, avec une lettre de Bernard Lahire, lauréat

robert-nobel

Créé en 2009 dans le but explicite et revendiqué de copier la bonne idée des économistes en créant un « Prix Nobel » afin de tirer un peu la couverture médiatique vers nous, le Prix « Une Heure de Peine » en l’honneur de Robert Nobel, plus communément appelé « Prix Nobel de Sociologie » (une appellation diablement pratique quand même), a été cette année décerné par un Comité exceptionnel composé de personnes plutôt sympas qui ont bien voulu participer. Au terme de tractations houleuses dont nous passerons les détails, ledit Comité a décidé de récompenser cette année :

Bernard Lahire

Pour sa contribution générale à la sociologie mais aussi, et surtout, pour avoir pris les armes dans son ouvrage Pour la sociologie (La Découverte 2016) contre un certain nombre d’incompétents médiatiques adeptes de la dénonciation des « excuses sociologiques ».

Comme chaque année, la prestigieuse dotation du « Prix Nobel de Sociologie » (à savoir une poignée de main et une bière) sera remise au lauréat quand bon lui semblera. Il pourra par ailleurs désormais se présenter comme « Bernard Lahire, “Prix Nobel” de Sociologie 2016 ».

25add51ef63134313734353239363138313130
Bernard Lahire (crédits : La Découvberte)

Le Comité exceptionnel rassemblé cette année a par ailleurs souhaité innover en créant un nouveau prix : le « Prix de l’Excuse Sociologique en l’honneur de Manuel Valls ». En effet, suite aux déclarations de ce dernier (« expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser »), il a semblé nécessaire de pouvoir distinguer chaque année les moments d’incompréhension patente et désolante de la nature de la sociologie et des sciences sociales – quitte à leur trouver des excuses. Inutile de dire que le Comité avait un choix pléthorique de candidats. En s’excusant par avance auprès des immanquables déçus, le jury a toutefois décidé de rester logique et de décerner pour cette première année ce prix à

Manuel Valls

Premier Ministre et inspirateur de cette récompense, à qui nous offrons une heure de cours de sociologie gratuite.

Manuel Valls (Source : Entevue.fr)
Manuel Valls (Source : Entevue.fr)

Le Comité pour l’attribution du prix « Une Heure de Peine » en l’honneur de Robert Nobel renouvelle ses félicitations aux lauréats et s’engage à renouveler l’expérience l’année prochaine et aussi longtemps que cela nous amusera. Il ajoute qu’il est conscient de la trop forte représentation masculine parmi les élus mais aussi en son sein, ce pour quoi il enjoint toutes celles qui le veulent à le rejoindre.

Suite à l’annonce extrêmement médiatisée du prix, le 13 octobre 2016, le Comité a reçu une lettre de Bernard Lahire, que nous sommes honorés de reproduire in extenso :

Madame, Messieurs, les membres du comité,

Je tiens solennellement à remercier les membres du comité du Prix (Robert) Nobel de sociologie de m’avoir distingué cette année pour (je cite le communiqué officiel parce que je l’aime bien) « (m)a contribution générale à la sociologie mais aussi, et surtout, pour avoir pris les armes dans (m)on ouvrage Pour la sociologie (La Découverte 2016) contre un certain nombre d’incompétents médiatiques adeptes de la dénonciation des “excuses sociologiques” ».

Dans des univers où la compétition prédomine, être récompensé par des pairs est une chose très improbable, et même quelque peu inquiétante. Si les membres du comité n’avaient pas été, comme je le crois, déraisonnablement alcoolisés ou sous l’emprise de drogues dures (on peut craindre notamment une fréquentation assidue des salles de shoot SHS), ils auraient sans doute émis plus normalement des jugements du type : « Ce qu’il fait est quand même moins original que ce que fait Boltanski ou Latour hein ! ». Ou encore, puisque le jury est composé essentiellement de Français : « Mouais… Bof… » Mais le mal a été fait, le prix décerné et, personnellement, j’en suis très content.

Que le Prix (Robert) Nobel de sociologie me soit, de plus, décerné la même année que le Prix (Alfred) Nobel de littérature, organisé par d’obscurs Suédois, à Bob Dylan est pour moi une belle coïncidence. C’est le signe d’une incroyable audace des institutions. Car fallait-il avoir de l’audace pour attribuer un prix de littérature à un vulgaire songwriter. Comme l’a rappelé Alain Finkielkraut avec la force argumentative qu’on lui connaît : « La littérature c’est des livres qu’on lit. Jusqu’à plus ample informé, ce n’est pas des chansons qu’on écoute » (sic). Bob s’en remettra-t-il ? Acceptera-t-il un prix aussi contesté ? Son silence (qui a suivi les propos du grand philosophe) montre qu’il encaisse difficilement le coup de l’évidence. Quant à moi, même si le poids de la notoriété peut être parfois difficile à porter (mais j’ai particulièrement apprécié la retenue impeccable des journalistes qui ont respecté la tranquillité de mon travail depuis l’annonce du Prix), j’accepte quand même joyeusement le Prix Nobel, la poignée de main et la pinte de bière.

PS : Si j’ai un peu tardé avant de faire cette déclaration, c’est parce que l’annonce du Prix m’a d’abord laissé sans voix, et quand je l’ai retrouvée, j’avais pas mal de choses à faire.

Lyon, le jeudi 27 octobre 2016.


Crédits logo : @coulmont.
Crédits photo pour le bandeau : Shutterstock, via Nightlife.ca et la fête de la bière québécoise.
© Fondation (Robert) Nobel

L’épistémologie dans le trou noir

« One reason Hamann chose to write in this [obscure] fashion was to affirm stylistically his opposition to the superficial clarity of contemporary philosophical writing. He thought that his dense and epigrammatic style corresponded better to the inherent mystery and complexity of things than did the superficially polished and elegant style prevalent in his day. »
Garrard, Counter-Enlightenments. From the eighteenth century to the present, London, Routledge, 2006.

Avant-propos[1]

  « N’ayons pas peur de nos adversaires. Ceux, en particulier, qui me détestent parce que je cite Éluard, Genet, Woolf, Pasolini et Artaud plutôt que de faire la simple et unique apologie d’une physique omnipotente. Parce que je tente d’instiller un peu de poétique dans le scientifique. Parce que je pose des questions qui décadrent parfois… Ils ne sont pas plus puissants, ils sont juste plus méchants. »
  Aurélien Barrau, Facebook, 2016.

Lorsque nous avions quitté Aurélien Barrau dans un précédent article[2], il était physicien, auteur d’ouvrages de vulgarisation scientifique – mais surtout pas vulgarisateur –, et même apprenti philosophe[3]. Nous le retrouvons aujourd’hui docteur en philosophie, par la grâce d’une thèse[4] soutenue le 20 janvier 2016, en Sorbonne, sur les pensées de Jacques Derrida et Nelson Goodman. Il est également apprenti épistémologue, comme l’atteste l’essai De la vérité dans les sciences qu’il vient de publier aux Éditions Dunod[5]. En parallèle de ces métamorphoses, la présence médiatique du cosmologue postmoderne – ou de l’« astrophysicien de gauche »[6], c’est selon  – a continué de croître, ce qui montre que, malgré les retours positifs sur notre premier article, il nous faut poursuivre l’effort critique. Notons d’ailleurs que l’intéressé n’a pas répondu publiquement à nos arguments. L’unique exception à ce silence est, à notre connaissance, ce petit paragraphe « chipé » en juin dernier sur son « mur » Facebook et que nous nous sommes permis de reproduire comme épigraphe du présent avant-propos… un paragraphe qui force l’admiration dans le registre du hors-sujet. Bravant le risque de l’acharnement thérapeutique, nous revenons à la charge[7], saisissant l’occasion d’examiner plus en détail une question que nous avions soulevée dans « Aurélien Barrau, phobosophe »[8], sans avoir tout à fait les éléments pour y répondre : quelle est la position épistémologique d’Aurélien Barrau ? Nous avions conclu que sa volonté de réfléchir aux questions définitoires à propos de la science était décrédibilisée par sa tendance à invoquer les grilles de lecture « philosophiques » – ou, phobosophiques, à notre avis – les plus douteuses, comme certains passages particulièrement « légendaires » de Deleuze et Guattari, qui avaient attiré l’œil mi-furieux, mi-amusé d’Alan Sokal et Jean Bricmont il y a près de vingt ans dans Impostures Intellectuelles[9]. Dans un registre voisin, nous avions également buté sur l’étonnement (d’une naïveté elle-même étonnante) de M. Barrau vis-à-vis des critiques essuyées par Bruno Latour pour ses versions jusqu’au-boutistes du constructivisme de la connaissance.

Conférence d’Aurélien Barrau à Guibeville, en 2009 (source : http://astrobreuillet.free.fr/autre.php?id=60)
Conférence d’Aurélien Barrau à Guibeville, en 2009 (source : http://astrobreuillet.free.fr/autre.php?id=60)

C’est donc avec une certaine appréhension que nous nous sommes lancés dans la lecture de la thèse et de l’essai. C’est peu dire que nous en sommes ressortis avec nos craintes confirmées : à travers ses écrits et, s’inscrivant en cela dans la tradition postmoderne qu’il fétichise, M. Barrau met, pour ainsi dire, la charrue normative avant les bœufs épistémologiques. C’est ainsi qu’il écrit, avant d’amorcer la conclusion de son mémoire de doctorat :

« L’ennemi, si l’on peut dire, n’est pas véracité de la vérité mais la rigidité – presque cadavérique – qu’elle impose au système qu’elle régule. La vérité n’est pas un argument, elle se place en amont pour neutraliser le débat à venir. Elle répond avant la question. »[10]

Où l’on voit donc que, non seulement Aurélien Barrau se revendique – sans en clarifier la nature – d’une version populaire du « scepticisme foucaldien »[11], mais de surcroît, il se fend d’assertions sur la connaissance qui ne sont pas sans rappeler celle du maître qu’il s’est inventé. La revendication n’est donc pas qu’une bravade : pour notre apprenti épistémologue, la vérité « impose », elle « neutralise ». Cette vérité, en (peut-être grande) partie néfaste d’après l’auteur, est-elle une obsession récurrente de la « dialectique de l’un et de l’ordre » ? C’est ce qui paraît en recoupant les récents travaux d’Aurélien Barrau. Dans la sect. 1, nous examinerons comment il se propose de critiquer cette dialectique, armé des œuvres de Jacques Derrida et Nelson Goodman. Dans De la vérité dans les sciences, Aurélien Barrau fait également feu de tout bois en ce même sens de « déconstruction » de la vérité, comme illustré par le passage suivant, situé dans la Conclusion de l’ouvrage :

« Suivre aveuglément la vérité (qui est nécessairement celle d’une culture, d’une époque, d’une civilisation, d’un système de croyance, d’un choix de rapports spécifiques au réel…) sans questionner ce qui l’établit peut être aussi dangereux que de l’ignorer. La science est une manière de faire un monde, parmi d’autres possibles. Elle est cohérente et convaincante, elle est belle et rationnelle, mais n’entretient pas nécessairement de lien privilégié avec la vérité ou avec l’en-soi du réel. »[12]

Nous verrons dans la sect. 2 comment ces deux paragraphes, qui résument les deux thèses centrales du livre (la contingence de la science pour le second paragraphe, sa violence potentielle pour le premier), y sont défendues. Ces deux thèmes – largement repris dans la thèse – s’articulent l’un à l’autre, nous le comprendrons progressivement, de la manière suivante : pour Aurélien Barrau, l’exigence de vérité est menaçante et même violente, il est donc de toute évidence « bon » qu’elle soit – d’après lui – contingente à un choix que nul n’est vraiment tenu de faire. Continuer la lecture de L’épistémologie dans le trou noir