Archives par mot-clé : Université

[Annonce] Séminaire Sciences sociales des sciences et techniques, 2017-2018

Cette année 2017/2018 aura lieu la première saison du nouveau séminaire de sciences sociales des sciences et techniques à l’EHESS. Il est coordonné par Wilfried Lignier (CESSP, CNRS) et Arnaud Saint-Martin (CESSP, CNRS). Des contributeurs du Carnet Zilsel et de la revue Zilsel s’y retrouveront, c’est l’occasion d’échanger autour des recherches en cours, dans un cadre académique mais propice à la discussion informelle. Huit séances sont prévues (13-15h, salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), le 2e mercredi du mois, sauf la première séance de novembre qui aura lieu le 15, puis 13 décembre, 10 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai, 13 juin.

Le séminaire réunit des chercheur·e·s du domaine désormais bien installé dans le paysage académique sous le label Science and Technology Studies. De par la nature des objets d’étude comme la pluralité des méthodes disponibles pour en rendre compte, ce domaine gagne à être dé-confiné. C’est pourquoi la stratégie de recherche mise en œuvre dans le séminaire est doublement interdisciplinaire : d’une part, dans les approches méthodologiques, les théorisations et les cadres disciplinaires mobilisés, qu’ils relèvent de la sociologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la science politique ou des science studies ; et d’autre part, à travers la grande variété des terrains et des objets d’étude, lesquels incluent autant les sciences de la nature et les sciences formelles que les sciences humaines et sociales et les humanités. Quels que soient les terrains et les études de cas, les modes de production et de circulation de ces catégories particulières de biens symboliques appellent des protocoles d’enquête inventifs. Interdisciplinaire par nécessité autant que par construction, à l’image du domaine qu’il couvre, le séminaire ne prend pas pour acquise et évidente l’intégration théorico-empirique des sciences sociales des sciences et techniques. C’est, à l’inverse, un défi épistémologique autant qu’une invitation à l’analyse réflexive et collective des conditions intellectuelles et académiques de la recherche en situation d’interdisciplinarité. Prolongeant sur de nouvelles bases l’expérience accumulée autour du séminaire de sociologie historique des sciences humaines et sociales, le séminaire 3ST élargit donc le spectre des centres d’intérêts en même temps qu’il propose de confronter, de façon aussi ouverte que rigoureuse, les démarches et les théorisations. En sorte que le séminaire 3ST entend constituer un forum où interviendront les chercheur·e·s en début de carrière autant que les auteur·e·s les plus confirmé·e·s, les présentations de recherches en cours autant que les livres marquants.

  • 15 novembre, Marine Dhermy-Mairal (Pacte, Sciences Po Grenoble/Université Grenoble Alpes), « Pour une approche processuelle de la scientificité : des enquêtes… de sciences sociales ? ». Discutant : Julien Duval (CSE/CESSP).
  • 13 décembre, Sylvie Fainzang (CERMES, INSERM), « L’auto-médicalisation : sous-partie ou contrepartie de la médicalisation ? ». Discutant : Wilfried Lignier (CSE/CESSP).
  • 10 janvier, Thibault Le Texier (GREDEG-CNRS, Université de Nice), « Le making of de l’expérience de Stanford sur la prison » (1971). Discutant : Nicolas Mariot (CSE/CESSP).
  • 14 février, Sylvain Laurens (CSE/CESSP), « Les militants de la raison. Une sociohistoire des organisations rationalistes françaises ». Discutant : Jérôme Lamy (CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès).
  • 14 mars, Séverine Louvel (Pacte, Sciences Po Grenoble), « Les disciplines sont mortes, longue vie aux disciplines ? Les politiques de l’interdisciplinarité dans la nanomédecine en France et aux États-Unis ». Discutant : Josquin Debaz (GSPR, EHESS).
  • 11 avril, Volny Fages (ENS Paris-Saclay), « De l’autorité et des marges savantes. Les coulisses cosmogoniques de l’institutionnalisation des sciences ». Discutant : Fabien Locher (CRH, CNRS/EHESS).
  • 16 mai, Morgan Jouvenet, « La mobilisation scientifique des archives climatiques polaires. L’ice core science en action (1957-2017) » (Printemps, CNRS-UVSQ). Discutant : Claude Rosental (CEMS, CNRS/EHESS).
  • 13 juin, Marc Joly, « Pourquoi il n’y a de sociologie que réflexive ? Réflexions sur le projet scientifique de Pierre Bourdieu » (CNRS, Printemps). Discutant : Nicolas Sembel (Espé/ADEF & LAMES, Aix-Marseille Université).

« “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)

Roberto Pippo est du genre modeste, il se présente à vous sans arrogance ni faux-semblants. Il est direct, franc, volontiers séducteur, il n’y va pas par quatre chemins pour vous persuader de l’importance de sa cause. L’excellence, il l’a dans la peau et la défend bec et ongles. Parce que l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique qu’il préside s’est aujourd’hui imposée comme le point de passage obligé de la recherche scientifique de pointe, en France comme à l’international, parce qu’il est un personnage truculent et inévitable, le Carnet Zilsel a désiré en savoir plus. M. Pippo a accepté de nous rencontrer pour une brève mais féconde interview. Avec une déroutante sincérité, il nous a livré les secrets d’une savante alchimie, qui transforme l’air en vent. S’il n’est pas toujours évident de suivre le CEO de l’ANES dans tous ses raisonnements, tant ils rompent avec les habitudes de la communauté de l’ESR, on doit lui reconnaître un talent inouï : celui de donner goût à l’« excellence » et de nous projeter dans un avenir radieux où chaque entrepreneur de l’innovation techno-scientifique peut devenir milliardaire pourvu qu’il sache jouer du pipeau. L’ESR, rappelait récemment Roberto Pippo non sans provocation, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. C’est bien l’intérêt et la puissance de l’ANES que d’aider à faire le tri, l’air de rien !

Commençons par le début : pourquoi l’ANES ?

C’est une bonne question ! Je n’y avais jamais réfléchi ! D’ailleurs je crois que personne n’y a jamais réfléchi… c’est curieux ! Je pense qu’à l’ANR non plus d’ailleurs !

Vous tenez un discours radical sur la gestion et le pilotage de l’ESR. Faut-il approfondir l’autonomie des universités ? Qu’en est-il de votre projet de les connecter de façon plus « synergétique » avec l’univers de l’entreprise, que vous considérez comme salvateur ?

Je préfère le terme d’université agile. Pour moi, les universités doivent être flexibles, numériques et connectées. Nous en reparlerons sûrement, mais je crois sincèrement à la dématérialisation totale de l’université. C’est un vrai challenge pour la #FrenchTech et le projet est actuellement en co-maturation dans une pépinière. Notre Sink Tank[1] ANES-PEPITE travaille également sur la question.

Grand auditorium du siège de l’ANES, quelques minutes avant l’annonce des résultats de l’année 2016 (crédits : Delegación de Turismo, Ayuntamiento de Aranjuez, 2007, via Flickr)

Continuer la lecture de « “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)

Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif

Le premier numéro de la revue Zilsel circule fort bien et nous en sommes ravis. Tiré de nouveau, il est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies et le site des Éditions du Croquant. Depuis peu, nous sommes également et diffusés sur la plateforme Cairn, et les premières données sur les consultations sont plutôt encourageantes. Donc, nous continuons sur notre lancée et préparons les prochains numéros. Parmi les bonnes résolutions, nous avions esquissé le projet de combiner les publications de la revue et celles du carnet de la façon la plus optimale possible. Car ce n’est pas parce que nous sommes « passés en revue » qu’il faut reléguer au second plan ce qui nous a tant mobilisé dans l’aventure zilselienne. Hors de question même. Donc, nous inaugurons une nouvelle rubrique, « Chutes », qui sera composée de billets publiés en complément des articles parus dans la revue. 420 pages, c’était en réalité très court, il nous aura fallu tailler dans certains textes. Ces coupes n’ont pas épargné l’article de Boris Attencourt, qui porte sur les trajectoires socio-intellectuelles d’Alain Badiou et d’Alain Finkielkraut. En cours d’édition, nous nous étions dit qu’il serait bon de replacer les éléments qui n’étaient pas complètement nécessaires – des « chutes », dirons-nous – pour étayer son argumentaire dans un nouveau billet. C’est annoncé en note de bas de page dans l’article, et désormais en ligne dans notre nouvelle rubrique. On y découvrira des données utiles pour objectiver la structuration des réseaux d’affinité et les partitions subtiles de la scène de l’intelligence contemporaine. C’est aussi l’occasion pour Boris – qui achève une thèse qui promet beaucoup – d’esquisser une réflexion sur son propre rapport à la vie intellectuelle et au possible désenchantement qu’induit l’analyse objectivante des conditions de son développement.
                                                                                                                              La rédaction

L’article que nous avons publié très récemment dans la revue Zilsel engageait un important matériel qui, comme c’est souvent le cas, nous a conduit pour diverses raisons (saturation, format, etc.), à laisser de côté de nombreux traitements. Or, ce que nous nous proposons de faire ici, c’est d’essayer dans une perspective réflexive sur l’analyse déployée de restituer une partie de ces « chutes » en matière d’administration de la preuve ayant jalonné le montage rédactionnel. Il est vrai que si l’on m’avait dit au début de ma thèse que j’écrirais un article sur Badiou et Finkielkraut, j’aurais répondu sans hésitations : « Faut pas exagérer tout de même ! ». Ma recherche a donc été de ce point de vue, et je le dis sans honte, un long travail de déniaisement vis-à-vis du monde intellectuel. Car, le noviciat dans cet univers va nécessairement de pair avec une certaine idéalisation morale des pratiques. En revanche, quelques années après, l’étude de cet espace du vedettariat intellectuel nous révélait toutes ses potentialités objectives et notamment qu’un tel rapprochement entre Badiou et Finkielkraut n’avait rien d’impossible. Toutefois, si j’avais osé anticiper cette rencontre, j’aurais sous doute eu droit à des remarques telles que : « Mais vous n’y pensez-pas ? », « Comment osez-vous ? », « Cela n’a rien à voir ! ». C’est la raison pour laquelle je tiens à remercier Aude Lancelin, Alain Badiou et Alain Finkielkraut d’avoir rendu possible par leur passage à l’acte l’écriture d’un tel papier. Précisons d’ailleurs qu’il aurait pu donner lieu à une suite, compte tenu du fait qu’Aude Lancelin avait cherché à ce qu’Alain Badiou et Bernard-Henri Lévy (un autre « nouveau philosophe ») se rencontrent de la même manière, mais sans succès finalement. Ni le fruit du hasard, ni d’un règlement de compte idéologique, cette co-production répond bien évidemment, et c’est ce que j’ai essayé de démontrer dans le papier, à des conditions sociales de possibilité et, parmi elles, à des carrières académiques marginales dont il faut rappeler qu’elles ne sont pas, loin s’en faut, dénuées de prestige. Il s’agit pour le dire vite de l’université de Vincennes et du Collège international de philosophie en ce qui concerne Badiou et de la revue Le Débat et de l’École Polytechnique du côté de Finkielkraut. Cela explique pourquoi nous avions alors procédé à l’analyse comparée des sujets de thèse encadrés par Alain Badiou depuis les années 1970, en vue d’appréhender sa marginalité universitaire et, tout particulièrement, l’absence de pouvoir reproducteur au sein de la discipline qui la caractérise. L’encadrement doctoral de Badiou ne peut en effet se comprendre qu’en référence à la définition scolaire de la discipline. D’où notre choix de le comparer sur ce plan à un représentant du pôle de l’orthodoxie philosophique, Jean-François Marquet, issu de la même génération de philosophes (il est né en 1938 soit une année seulement après Badiou), professeur à la Sorbonne (Paris 4), spécialiste de philosophie allemande (notamment Schelling auquel il a consacré sa thèse) et qui a de surcroît présidé durant de nombreuses années le jury d’agrégation. D’après le catalogue du SUDOC, Badiou a dirigé 56 thèses de 1973 à 2014 et Marquet 58 de 1974 à 2005. Le traitement des données qui a été effectué requiert deux remarques préalables. Bien que les périodes considérées ne se recoupent pas complètement puisque l’encadrement des thèses pour Marquet compte 9 années de moins, les volumes atteints sont quasi égaux et se prêtent donc tout à fait à la comparaison. D’autre part, le parti a été pris à la lecture des titres et résumés (parfois non disponibles) d’être le plus inclusif possible en faisant figurer les thèses dans toutes les catégories auxquelles elles pouvaient prétendre d’un point de vue nominal. S’il s’agissait là d’éviter de ne trop céder aux opérations de classification un pouvoir de sélection (surtout lorsqu’on a affaire à du contenu flou et des catégories ne s’excluant pas mutuellement) et de redoubler les effets de hiérarchisation déjà présents, nous n’ignorions pas pour autant le fait que les thèses classées dans les mêmes thématiques puissent entretenir des différences qualitatives importantes. Continuer la lecture de Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif

Un homme qui évalue. Une journée imaginaire dans la vie d’un chercheur précaire

Imagine vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Tu es dans une ville européenne, mais tu pourrais être aussi aux États-Unis, l’important est que tu sois quelque part en Occident, dans un état soi-disant libéral, et que tu sois là pendant ces années, pendant ces jours. Imagine être en Italie, à Milan, à Rome, ou bien – pourquoi pas ? – à Trieste. Mais tu pourrais être aussi en France, imagine, par exemple, d’être à Paris. Tu es l’un des très nombreux Italiens qui habitent à Paris, qui cherchent du boulot, qui trouvent un boulot, qui perdent leur boulot. Peut-être, es-tu un soi-disant travailleur cognitif – statut qu’on n’arrive jamais à bien définir, et pourtant tout le monde sait ce que c’est –, tu as bien fait une thèse, même deux – en fait, non, ce n’est pas ton cas –, par contre tu as fait plusieurs postdocs. Imagine-toi te réveiller le matin dans ton appartement et diviser ta journée en deux parties : le matin, tu étudies et tu écris pour attraper une autre bourse de recherche, l’après-midi, tu cherches un travail quelconque, sans savoir exactement lequel, peut-être un boulot alimentaire – on dit comme ça, en France –, un travail pour gagner ta vie, ou non, peut-être tu cherches le travail de ta vie, tu cherches l’occasion de la changer, ta vie. En tout cas, imagine vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Oui, car le matin, quand tu étudies et tu écris pour trouver une bourse de recherche, tu as constamment affaire aux procédures d’évaluation qui sont censées apprécier, trier, discriminer, classer, différencier, sélectionner, hiérarchiser et finalement retenir ces projets. Procédures, mécanismes, machines, dispositifs, outils, apparats, processus, systèmes, méthodes, normes – tu penses. Tu sais d’ailleurs que le dossier que tu as envoyé pour postuler à cette bourse est le numéro trois mille cinq cent etc., tu sais que chaque dossier comporte deux lettres de recommandation écrites par des scientifiques renommés, décriant les qualités excellentes, extraordinaires, absolument remarquables du candidat, tu sais qu’à trois mille cinq cent etc. projets – mais peut-être qu’ils sont moins nombreux, peut-être que pas tous ceux qui ont démarré la procédure en ligne pour postuler et qui ont reçu un numéro de dossier ont mené à terme la demande, imaginons qu’ils soient moins de la moitié, c’est-à-dire mille cinq cent etc. –, donc tu sais qu’à mille cinq cent etc. projets correspondent trois mille lettres de recommandation. Tu comprends qu’il existe une sorte de production à l’échelle industrielle de ce genre de lettres, et tu supposes qu’il y a des scientifiques renommés qui passent une bonne partie de leur temps, lorsque la date limite pour postuler une bourse de recherche se rapproche, à écrire des lettres de recommandation pour quelqu’un qu’ils ne connaissent peut-être qu’à peine. Tu penses même monter une entreprise de production de lettres de recommandation en sous-traitance, tu en ris et tu décales ce drôle de projet pour la deuxième partie de ta journée, celle où tu te consacres à la recherche d’un emploi. Imagine toi bien connaître les procédures, les dispositifs, les protocoles d’évaluation des projets, parce que, toi-même, dans ta petite expérience, tu as été chargé d’évaluer, et du coup tu sais bien ce que signifie une évaluation formalisée à travers un processus de double-blind peer review. Tu te demandes comment ils font pour gérer l’évaluation d’une telle quantité de projets en si peu de temps, le niveau moyen des projets étant très élevé – cela aussi tu le sais bien –, et tu te réponds à toi même que, sans une machine informatique capable de gérer en même temps l’aspect objectif et subjectif de l’évaluation, ce seront la chance et les rapports de force académiques qui trancheront. Tu comprends que les bourses que tu as obtenues jusqu’ici, tu les as obtenues grâce à l’horrible et immoral hasard – la chance de tomber sur un referee favorable, par exemple –, et pas vraiment parce qu’un jeu d’évaluations croisées aurait enfin rendu justice à ton mérite. Imagine toi t’interroger sur les raisons de cet effort démesuré d’évaluation et de ce gigantisme bureaucratique, en n’oubliant jamais que le hasard, le par-delà le bien et le mal que la bonne évaluation devrait chasser, finit toujours par revenir par la fenêtre. Tu te souviens d’avoir lu un livre de Béatrice Hibou intitulé La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, qui t’a appris combien et comment la bureaucratisation de la politique, de l’administration publique et de la vie quotidienne ne sont que le reflet d’une gouvernementalité néolibérale, et du coup tu ne peux pas t’arrêter d’énumérer, dans un catalogue borgésien infini, toutes les pratiques bureaucratiques et d’évaluation qui te concernent à ce moment précis : tu t’es inscrit au pôle emploi, tu as demandé le RSA, tu cherches un appartement à louer, tu dois renouveler la carte de la Bibliothèque Nationale de France, tu as ouvert un compte bancaire, tu as demandé ta carte vitale, tu as envoyé un article à une revue de philosophie, tu as postulé des bourses de recherche ainsi que plusieurs offres d’emploi – pour chacune de ces activités il t’a fallu monter un dossier assez nourri et suffisamment robuste pour une évaluation très attentive. Toutes ces pratiques, prises individuellement, sont nécessaires, convenables, presque évidentes, aucun doute ! – tu penses –, mais tout à coup tu les vois comme un ensemble, tu les imagines comme un complexe qui ne manque pas d’une involontaire cohérence. Sans compter le nombre de questionnaires d’évaluation que tu remplis quand tu profites d’un service internet ou téléphonique, et aussitôt tu te souviens également des questionnaires de satisfaction que tu distribuais aux étudiants à l’université, de ceux que tu as remplis quand toi-même tu étais étudiant, des interminables questionnaires d’évaluation que tu gérais quand tu travaillais en entreprise et tu galérais avec son système qualité ISO quelque chose. Tu te souviens de ce qu’il en était finalement de ces questionnaires, tu te souviens des arrangements, des petits stratagèmes afin d’ajuster les choses, d’esquiver les problèmes, d’accomplir les obligations du système. Tu te souviens des statistiques qui en étaient tirées, et de leur usage de propagande. Tu te souviens également d’avoir lu, une fois, un manuel de management consacré aux pratiques d’évaluation du travail, un ouvrage collectif, et tu te souviens que l’un des auteurs, dans un élan de franchise, avouait que ces pratiques se révélaient, au fond, inefficaces par rapport a l’objectif même qu’elles se donnaient. Et pourtant – il disait –, il faut les mettre en place, puisqu’elles contribuent à créer un climat de justice organisationnelle, sans lequel, aujourd’hui, il n’est pas possible de motiver les gens. Donc, tu repenses au livre de Béatrice Hibou sur la bureaucratisation du monde et tu constates que cela résonne avec ton expérience quotidienne. Tu comprends qu’évaluation et bureaucratie ne sont que deux miroirs opposés et que lorsque l’on affirme la nécessité de démanteler les molochs bureaucratiques du passé, de la science de l’administration du 20e  siècle, au nom de la flexibilité, bien sûr, du nivellement des hiérarchies, de l’empowerment, de la « proactivité », de la prise d’initiative individuelle, de la responsabilité, de la créativité, c’est à ce moment là qu’un nouveau système (post)bureaucratique va se dessiner comme arrière-plan de ces discours, et « évaluation » est le nom qui leur correspond le mieux. Tu imagines vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Continuer la lecture de Un homme qui évalue. Une journée imaginaire dans la vie d’un chercheur précaire

Des chercheurs en liberté. Le MT180 sur l’établi de la « sociologie (de) garage »

« Ma thèse en 180 secondes » : en quelques saisons, ce concours s’est imposé avec la force de l’évidence dans le milieu universitaire. Entre Top chef et Star Academy, les doctorant-e-s et docteur-e-s composent avec un cahier des charges expressif qui les transforme en VRP d’eux-mêmes et de l’université (ou plutôt de leur « COMUE »). C’est fun et ludique paraît-il,  les flash crépitent, la twittosphère gazouille, mais ça n’en est pas moins une tendance a priori étrange qu’il convient d’interroger. Plutôt que de plaquer des préconceptions moralistes et binaires (« c’est bien », « c’est mal »), sans doute est-il plus fécond de mener l’enquête : d’observer ces performances de la thèse en cherchant à comprendre pourquoi elles ne manquent pas d’inquiéter la pratique d’une science autrement moins spectaculaire. C’est ce qu’ont entrepris nos camarades Jean Frances, Stéphane Le Lay et Baptiste Pizzinat. Assister à ces événements a apporté plus que des comptes rendus édifiants sur le show. C’est leur propre position de chercheur qu’ils ont fini par interroger au contact de l’objet « Thèse en 180 secondes ». Par différence, ils ont ainsi fait émerger l’idée rock’n roll d’une «  sociologie (de) garage »Et le spectacle de devenir le prétexte d’une pragmatique de la science « un pied dedans, un pied dehors », pour reprendre le slogan de Francis Chateauraynaud déroulé ici même.
NB : Pour le confort de lecture, cet article est également disponible au format PDF : JF, SLL, FP, Des chercheurs en liberté.
 

« On sait que les groupes n’aiment guère ceux qui “vendent la mèche”, surtout peut-être lorsque la transgression ou la trahison peut se réclamer de leurs valeurs les plus hautes. Les mêmes qui ne manqueraient pas de saluer comme “courageux” ou “lucide” le travail d’objectivation s’il s’appliquait à des groupes étrangers et adverses seront portés à jeter le soupçon sur les déterminants de la lucidité spéciale que revendique l’analyste de son propre groupe. »
     Pierre Bourdieu, 1984, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, p. 15.

Le travail ethnographique constitue un ensemble d’activités dont les contraintes corporelles, psychiques et morales doivent être prises au sérieux par le chercheur s’y engageant[1]. L’ancienneté de la question est là pour en attester[2] et son actualité rappelle la nécessité de la reposer encore à mesure de l’évolution des objets d’études et des reconfigurations des conditions de la recherche en sciences sociales[3]. La pratique de l’observation participante accentue un certain nombre des difficultés relevées par les praticiens de l’enquête de terrain[4], d’autant plus lorsqu’il s’agit, pour le chercheur, de rendre compte des transformations affectant son milieu professionnel[5], comme cela sera le cas dans cet article. En retraçant ici la genèse d’un collectif autonome de sociologues tournés vers l’étude d’un concours de communication pour doctorants et jeunes docteurs, nous montrerons comment nous en sommes arrivés à faire ce que nous appelons une « sociologie (de) garage ». L’enjeu de ce retour réflexif consiste à expliciter la manière dont une telle forme collective d’activité sociologique, en ouvrant un mode alternatif de production de connaissances relatives au monde académique, crée des conditions de plaisir au travail.

Au point de départ de notre réflexion, nous avons anticipé l’irritation que provoque chez de nombreux sociologues la lecture « d’auto-objectivations » qui n’ont de réflexives que le nom et qui, invariablement, narrent des difficultés insurmontables rencontrées sur un terrain finalement conquis de hautes luttes, grâce à un habile mélange de « ruses » et d’« irrévérences ». En plus, nous adhérions en partie aux analyses de Merton, pour qui les chercheurs ne sont pas tenus, lorsqu’ils publient leurs résultats, de dresser un compte rendu de leur activité, ni d’expliquer les raisons poussant à étudier un objet de recherche plutôt qu’un autre : les cadres disciplinaires, dans lesquels s’intègrent les travaux scientifiques, forment un « patron » – au sens de modèle – qui, selon Fabiani[6], stabilise des procédés d’analyse, des schèmes d’interprétation et des objets de recherche. Pourtant, l’écriture ethnographique autorise, et même incite, les récits à la première personne et, souvent, l’auteur explique les raisons de sa venue sur tel ou tel terrain. Il nous fallait dès lors nous (re)demander si ces comptes rendus d’activité tiennent toujours d’une « coquetterie disciplinaire » s’accordant mal aux exigences d’objectivité et d’universalisme partagées dans la majorité des sciences. Viseraient-ils seulement à offrir à des ethnologues et des sociologues un prétexte pour se mettre en scène (à leur avantage) ? En certains cas, les retours des chercheurs sur leurs propres expériences sont effectivement engagés au service de leur ego, jusqu’à la caricature, et nourrissent leur narcissisme[7]. Mais cette situation n’épuise pas la réalité. Le travail d’explicitation des cheminements individuels et/ou collectifs amenant à s’engager sur un terrain donné doit également pouvoir livrer au lecteur un éclairage pertinent quant au sens du projet de connaissance poursuivi – les travaux de Favret-Saada[8] l’illustrent bien. Et c’est ce que nous espérons réaliser ici.

Finale interanationale : Sorbonne, grand-amphi, jeudi 1er octobre 2015 (crédits : Baptiste Pizzinat)
Sociologue embedded, en clair-obscur. Finale internationale : Sorbonne, grand-amphi, jeudi 1er octobre 2015 (crédits : Baptiste Pizzinat)

Cette partie du travail d’objectivation sociologique peut donc emprunter les traits d’une auto-analyse, sous forme de propos liminaire d’une recherche en cours visant notamment à lutter contre une tendance relevée par Gingras[9] : celle amenant les auteurs de sciences sociales à se rendre illisibles les uns aux autres. Dans le cas présent, l’enquête dont il est question porte certes sur le concours « Ma thèse en 180 secondes » (MT180, mt180.fr) : la première partie de cet article en retrace rapidement l’histoire. Revenir sur la genèse de cette communication competition vise certes à dessiner les contours du terrain d’étude afin de mieux préciser les questions sociologiques qui s’y découvrent. Mais l’enjeu principal est avant tout de renseigner les conditions de possibilité pour trois sociologues de domaines, d’âges et de statuts variés à se coordonner en collectif de recherche, en mobilisant des ressources de différents types. C’est ce que l’on peut voir dans le cas de la « biologie de garage », point que nous aborderons dans la deuxième partie de l’article, où il s’agira de déterminer comment et pourquoi des chercheurs en sociologie entreprennent aujourd’hui des projets de recherche en marge des équipes et des structures académiques et quasiment sans financement. Dès lors, un bref retour sur le parcours des trois coparticipants d’un tel collectif, en troisième partie d’article, est un passage obligé qui relève moins d’une tentation nombriliste que d’un préalable réflexif nécessaire à la poursuite d’un projet de recherche autonome visant l’analyse d’un dispositif de mise en spectacle des sciences. Continuer la lecture de Des chercheurs en liberté. Le MT180 sur l’établi de la « sociologie (de) garage »