Archives par mot-clé : Université

Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

Le sociologue des sciences en formation continue qui, comme moi, trouve un certain charme à Leiden, ne pouvait qu’être inspiré par la publicité postée sur leur site annonçant des places toujours disponibles pour la formation « Measuring Science and Research Performance » proposée du 8 au 12 septembre 2014. Bon, j’apprendrais par la suite que le contingent habituel de fonctionnaires coréens était exceptionnellement réduit pour cause de vacances, ce qui peut expliquer les places restantes. Ni le prix (je laisse au lecteur le plaisir de chercher l’information sur le site) ni la seconde partie du titre du cours – ah, la performance de la recherche ! – ne m’ont détourné d’y participer. Il faut dire que le CWTS (Centre for Science and Technology Studies) est le must en termes de scientométrie (« this means studying scientific and academic research from a scientific point of view »[1]). Ils ont des énormes bases pour lesquelles des chercheurs viennent de toute l’Europe ; ils conçoivent des logiciels que tout bon scientométricien est censé connaître (VOSviewer) ; ils publient dans Scientometrics, Research Policy et autres revues spécialisées. En bref, ils sont visiblement bons dans leur domaine et sollicités par les agences nationales et européennes pour la production d’indicateurs sur la science. D’ailleurs, cette année ils fêtent leur quart de siècle et affichent fièrement « 25 years of meaningful metrics ».

Logo_Blauw
Meaningful logo (crédits : CWTS)

Mais pourquoi parler de ce cours ? Les conférences, à la limite, relèvent d’une actualité pertinente pour la recherche. Quel intérêt de venir vous conter par le menu une formation professionnelle ? Déjà parce que le public visé est – aussi – un peu les chercheurs impliqués dans la science policy. Mais surtout parce que cela relève d’un début d’observation participante d’un phénomène qui, aussi contesté peut-il être, n’en est pas moins d’une actualité brûlante. Qu’il s’agisse de la formalisation, de la diffusion ou de l’utilisation des indicateurs de mesure de la science, sans compter la mise en logiciels, méthodes et livres des métriques de l’innovation au service d’acteurs stratégiques cherchant la réflexivité sur leurs pratiques : c’est peu dire que la question est d’actualité, comme on dit dans les gazettes[2]. Et ce n’est pas moi qui vous le dis : c’est l’autre chercheuse allemande réalisant une thèse sur l’institutionnalisation de la scientométrie qui semble aussi jouer ce jeu trouble à mi-chemin entre observation participante et formation.

Mesurer la science, certes, mais au service de la « performance ». Science de la science, certes encore, mais au service des politiques scientifiques. Que nous promet donc cette formation ? Nous allons recevoir des exposés sur l’analyse des citations, l’exploitation de l’analyse des réseaux et des cartographies de la science. Nous allons être initiés à l’impact « sociétal » de la recherche. Mais comme on n’apprend jamais mieux qu’en mettant la main à la pâte, les « apprenants » conduiront un travail tout au long de la semaine à travers une série de « travaux pratiques » et réaliseront ainsi en petits groupes une évaluation de la performance d’une université. Ça fait chic, n’est-ce pas. À notre service, des indicateurs bibliométriques avancés (je souligne), les outils « maison » de cartographie, des données en voulez-vous en voilà… Tout ce qu’il faut pour faire une évaluation, quoi. Sauf le montant du budget recherche des universités et le nombre de leurs ressources humaines. Ça c’est bon pour le chercheur has been. Continuer la lecture de Mesurer la performance de la recherche. Tout un programme

Cet obscur objet du désir

À propos de François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2014.

« À l’encontre des postures précédentes où prédomine la pulsion de mort, on peut repérer un autre groupe de postures axées sur la jouissance libidinale ou la satisfaction érotique (érotisation de la recherche et de ses “objets”). Le “choix de l’objet” est donc ici la quête d’un plaisir sexuel, que celui-ci prenne sa source dans des “objets” ou des choses (fétichisme, scatophilie), dans le moi propre du chercheur (auto-érotisme, narcissisme), dans des espèces animales ou des êtres “monstrueux” (zoophilie, bestialisme, nécrophilie) ou dans d’autres êtres humains (hétérosexualité, homosexualité, pédophilie, bisexualité). Ici aussi, évidemment, Éros est plus ou moins associé à Thanatos, car il y a une dimension mortifère dans l’auto-érotisme et même l’amour orgastique absolu évoque la perte de conscience : la “petite mort”. Dans ces postules ce n’est pas la haine de l’“objet”, la volonté de l’agresser, de le détruire, de l’anéantir, qui guide la recherche, mais l’amour de l’“objet”, l’attrait qu’il provoque, la séduction qu’il exerce, en sachant aussi que l’amour et la haine sont dans une relation ambivalente (union des contraires et possibilité de transformation en leur contraire). On distinguera là trois postures : l’auto-érotisme, la captation et la fusion. »
Magali Uhl et Jean-Marie Brohm, Le Sexe des sociologues. La perspective sexuelle en sciences humaines, Bruxelles, La Lettre volée, 2003 : 84.

J’avais proposé à mes camarades du Carnet Zilsel de réaliser la recension de cette publication dès son annonce sur les réseaux sociaux, sans avoir clairement d’avis sur l’objet introduit. Cette Introduction aux Porn Studies que nous propose François-Ronan Dubois accompagnait et guidait idéalement la sortie au début de l’année 2014 de la première revue académique dédiée aux porn studies, en même temps qu’était offerte au lectorat francophone la traduction d’un ouvrage référence sur la représentation de la sexualité sur les écrans (Linda Williams, Screening Sex, Paris, Capricci, 2014 [éd. originale Duke University Press, 2008]). À défaut de trouver une rime aussi riche pour 2014 qu’avec 2013, reconnaissons que ce début d’année est bien celui des publications sur la pornographie[1].

61556Pour moi qui m’intéresse principalement aux études cinématographiques, le terme « porn studies » renvoie irrémédiablement aux travaux de Linda Williams, professeur de rhétorique et d’études filmiques à l’université de Berkeley (où enseigne également Judith Butler, dont il sera question dans le carnet ces prochaines semaines). Ses travaux m’ont toujours semblé attachés à ce domaine des études cinématographiques qui, elles-mêmes, s’inscrivent dans l’histoire de la représentation politique des corps, du désir et de la jouissance[2]. Même lorsqu’elle a publié en 2004 chez Duke UP son Porn studies, la ligne éditoriale m’a paru claire. Les auteurs de cet ouvrage collectif ne cherchaient pas à débattre de la nature de la pornographie mais entendaient avant toute chose faire part de leur expérience d’enseignement et de recherche à partir de matériaux visuels pornographiques (il reste assurément à ce jour l’un des témoignages les plus explicites à propos des conditions pratiques et matérielles de la recherche sur et par le cinéma). Le rapprochement de la pornographie et du cinéma (i.e. l’interrogation sur la limite) est régulièrement débattu ; la place du regard et du réalisme vis-à-vis de la représentation sexuelle à l’écran a ainsi été dernièrement vivement interrogée (et célébrée) à l’occasion de la sortie de films dans le circuit de distribution en salles mainstream (notamment les deux volumes de Nymphomaniac de Lars Von Trier, L’inconnu du lac d’Alain Guiraudie, La vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche…). Sinon, hormis les films, il y a bien eu dans mon parcours universitaire la lecture enthousiaste des travaux « méta-éthiques » de Ruwen Ogien et ceux, plus spécifiquement juridiques, de Marcela Iacub (la Iacub d’avant les cochonneries dans Libé), de la casuistique en somme, or de telles réflexions ne portaient pas sur le « porn » mais bel et bien sur la pornographie. Les autres travaux, par exemple sociologiques ou ethnographiques, ne me paraissent pas s’adresser particulièrement aux chercheurs en études pornographiques : Le Travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013) est une excellente enquête de la sociologie du travail et des professions (bibliographie à l’appui). Autre temps, autres mœurs de la recherche ? De manière biaisée, je comptais sur la publication de François-Ronan Dubois pour m’éclairer, non pas sur l’objet « porn » en propre, mais sur le prétendu domaine des porn studies.

Continuer la lecture de Cet obscur objet du désir

Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (2/2)

Seconde partie de l’article d’Emmanuel Barot. Approfondissant les arguments du billet précédent, l’auteur élabore avec force un diagnostic sur l’état du monde universitaire. De quoi (ré)équiper la critique au-delà des slogans et des manifestations d’humeur éphémères. En résumé : COGNITAIRES DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS !

II. La toyotisation de la pensée

Depuis les années 1960 différents courants de gauche passés au postmodernisme ont rejoint les théoriciens libéraux ou néolibéraux pour affirmer que la théorie marxiste de la valeur et de la plus-value, quand bien même elle aurait été valable au XIXème siècle, avait été frappée d’obsolescence par les « Trente Glorieuses » et les régimes sans cesse innovants d’enrôlement du travail intellectuel dans le capitalisme. Pourtant reconnaître la différence entre productions matérielle et intellectuelle, et la complexification induite par les révolutions technologiques dans les mécanismes de reproduction élargie du capital, n’impose aucunement de laisser entendre que l’accumulation de ce dernier ferait partie du passé. À l’occasion de la mise en perspective historique de la crise universitaire mondialisée proposée, on a notamment montré dans la partie précédent que l’insertion organique des institutions scolaires dans les rapports marchands était largement antérieure au « néo-libéralisme » et à leur privatisation croissante sous l’effet des contre-réformes qui sévissent aujourd’hui. On va examiner maintenant, avec Marx, les régimes spécifiquement actuels de la « marchandisation des savoirs », en esquissant un élargissement partiel à la production intellectuelle de l’idée de « toyotisation », du nom de cette méthode « Toyota », d’abord née dans l’industrie et maintenant en cours de généralisation dans les services publics, d’organisation standardisée, et optimale pour le profit, de la production, et de transformation du travailleur en pure source de profit psychologiquement façonnée pour supporter le système et être incapable de lui résister.

Continuer la lecture de Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (2/2)

Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (1/2)

Cet article (scindé en deux billets pour le Carnet Zilsel) d’Emmanuel Barot (maître de conférences en philosophie à l’Université de Toulouse-Le Mirail) sera bientôt publié dans les actes du colloque « Les productions de l’objectivité. L’histoire sociale des sciences au prisme du marxisme », co-organisé par le Collège International de Philosophie et le Séminaire « Marx au XXIe siècle : l’esprit et la lettre » (CHSPM), avec le soutien de la fondation Gabriel Péri (11 et 12 mai 2012).

« …le besoin économique a été et n’a cessé de devenir toujours plus le principal ressort du progrès de la connaissance de la nature […] Les gens qui s’occupent de cela appartiennent à leur tour à des sphères particulières de la division du travail, et ils s’imaginent qu’ils travaillent sur un terrain indépendant. Et dans la mesure où ils constituent un groupe autonome au sein de la division sociale du travail, leurs productions, y compris leurs erreurs, ont en retour une influence sur le développement social, et même sur le développement économique. Mais malgré tout ils n’en sont pas moins eux-mêmes à leur tour sous l’influence dominante du développement économique. »

Engels, Lettre à Conrad Schmidt, 27 octobre 1890.

 

En mémoire de Simon Gouz

L’incorporation de la science, même la plus « pure » et même de façon fort indirecte, à la production matérielle en général, est une constante historique de la vie sociale que le mode de production capitaliste a profondément accélérée, intensifiée et systématisée. Il s’agira ici d’articuler la réflexion sur le mode de production de la science elle-même dans ses contenus, et sa prétention à l’universalité et la nécessité, c’est-à-dire le mode de production des objectivités scientifiques, à la question des fonctions que l’enseignement supérieur et la recherche, et l’espace universitaire en particulier, remplit dans le cadre de son paradigme dorénavant internationalement dominant qu’est « l’économie de la connaissance », paradigme d’une « marchandisation des savoirs » caractéristique – au premier abord du moins – de la phase néolibérale du capitalisme.

Pochoir (Copyright : LuBä, via Flickr)
Pochoir (Copyright : LuBä, via Flickr)

Marx et surtout Engels sont habituellement crédités, tout particulièrement à cause de la « dialectique de la nature »[1],  d’un double discours sur la science, qui ferait écho à l’ambivalence de la détermination matérialiste « en dernière instance » de toute réalité sociale : d’un côté une foi positiviste dans les progrès de la science et de la technologie inductrice d’une conception rudimentaire, d’essence mécaniste, de la nécessité de récupérer et d’enrôler leurs vérités prises en l’état – comme le taylorisme et le « capitalisme d’État » rappelle-t-on pour dire à quel point Lénine ne serait plus de notre temps – au service du prolétariat conquérant, vision adossée à la reconduction foncièrement acritique de « la vérité » transcendante des Lumières ; de l’autre une élaboration dialectique et historiciste pluralisant dans le temps et l’espace les régimes de développement de la connaissance et de l’objectivité, et esquissant les médiations réelles et discursives par lesquels les théories et pensées bourgeoises – à l’image de l’économie politique ou de la philosophie hégélienne – peuvent et doivent faire l’objet d’un héritage hérétique fondé sur la mise au centre du problème de l’histoire de la lutte des classes, dans la totalité de ses dimensions. C’est dans le cadre de cette seconde approche que mon propos s’inscrit directement : parler de « production » de l’objectivité et des objectivités, plutôt que de « constitution », « développement » ou encore « histoire », signifie ici que la science est prioritairement une praxis sociale et économique, qui suppose des matériaux, des cadres normatifs et des méthodes socialement produits, et dont l’œuvre se manifeste par des matérialisations de types variés, mais qui sont toujours des produits spécifiques circulant et irriguant toute la société comme toute production humaine historiquement déterminée.

Continuer la lecture de Production des savoirs et luttes de classes dans l’université du XXIème siècle : pour une nouvelle politique épistémologique marxiste (1/2)