Rideau

Mia Wallace : Don’t you hate that?
Vincent : Hate what?
Mia : Uncomfortable silences. Why do we feel it’s necessary to yak about bullshit in order to be comfortable?
Vincent : I don’t know. That’s a good question.
Mia : That’s when you know you’ve found somebody really special: you can just shut the fuck up for a minute and comfortably share silence.
        Pulp Fiction (1994).

Par le présent billet, nous annonçons la clôture du Carnet Zilsel. Nous mettons la clé sous la porte après plusieurs années d’activité : d’abord frénétique, puis moins appliquée depuis 2017 parce qu’une revue est sortie des tuyaux et qu’elle absorbe pas mal d’énergie. Et aussi, parce que le lien entre l’un et l’autre n’est pas si évident à mettre en cohérence.

Vous imaginez bien que ce n’est pas le genre de billet que l’on écrit de gaieté de cœur, et pour cause. C’est que nous y avons consacré beaucoup de temps et d’effort. Nous l’avons fait par plaisir, avec enthousiasme, parce que cela nous plaisait de disposer d’un formidable espace de liberté, hors contraintes académiques et routines bureaucratiques. (Merci, au passage, aux équipes d’Hypotheses.org de faire place à cette expression carnetière qui nous a tant apporté.)

Avec des amis, dont certains ont quitté le navire ou sont partis pour d’autres aventures, nous avions lancé en novembre 2013 ce carnet sans plan établi. Pas de manifeste, surtout pas de manifeste : il s’agissait, en premier lieu, de traiter des sujets qui nous importaient, sans nous poser la question de la réception ni anticiper les coûts de telle ou telle prise de position. Faire, sans théoriser. Des rubriques ont peu à peu émergé, certaines ont bien marché, d’autres, pourtant assez drôles dans l’esprit (Conference advisor), ont dépéri. Il y eut aussi des temps forts, l’expression de sympathies intellectuelles et d’admirations dès le départ (une série d’entretiens, des notes critiques augmentées d’entretiens « flash », des portraits, à commencer par celui d’Edgar Zilsel, des rapprochements avec des collègues dont la pratique du blog nous avaient inspirée), des excursions dans des domaines que nous avons découverts chemin faisant, ou à l’inverse, des moments de franche dispute – via des notes critiques parfois un peu rudes, des échanges par billets interposés, des demandes de réponse –, de réflexions tirées d’exercices de canularologie appliquée, des crispations durables, des interventions sur l’état peu réjouissant du milieu universitaire et de la recherche, en France et ailleurs, des débats sincères aussi sur ce qu’étudier les sciences et les techniques veut dire. L’ensemble s’est ainsi mis en place, au gré des billets, de la centaine (et un peu plus) que comptent nos archives – qui seront toujours consultables ici, tant que la plateforme est dûment administrée. Ces billets étaient parfois très longs, trop longs d’ailleurs, de vrais articles de revue, des brouillons de livre aussi, et c’était une gageure que de les assembler sur un blog… Au total, on pourra dire que ce fut plaisant d’organiser ces publications, de le faire sérieusement tout en injectant ça et là des touches de dérision, par le jeu des illustrations et – nous plaidons coupable – des jeux de mots plus ou moins réussis, des boutades ou des entretiens bidon.

Bien que nous signions à deux, c’est une entreprise collective ; ou plutôt, nous avons entraîné de nombreuses personnes, dont certaines que nous ne connaissions pas personnellement avant 2013. C’était donc plaisant de voir à l’œuvre un partage de centres d’intérêt et une certaine décontraction dans l’expression des points de vue, ce qui ne faisait nullement obstacle à la rigueur. C’est dingue, en passant, combien l’écriture à la Carnet Zilsel nous a contaminés. Ce ton « zilselisé » s’est progressivement affiné, s’est stabilisé ; mais il faut bien dire que le passage en revue est une autre affaire. On plaisante moins, ce qui ne veut pas dire qu’on ne plaisante plus. Ce sont d’autres contraintes qu’il nous a fallu apprivoisées, ça n’a pas été évident au départ, car il n’y a pas de mode d’emploi ni de Les revues pour les nuls à consulter avant de se jeter à l’eau. Alors que l’équipe vient de livrer le cinquième numéro de la revue, nous avons la faiblesse de penser que, d’accord avec les membres avec qui nous collaborons, nous commençons à nous y retrouver. (Teaser : dans un hors-série consacré à la vie des revues de SHS de la formidable revue Tracés, à paraître au printemps prochain, l’équipe presque au complet s’est employée à mettre à plat la philosophie éditoriale artisanale qui anime la fabrication de la revue.)

Si nous cessons d’entretenir le carnet, c’est aussi parce que nous avons pesé le pour et le contre des prises de bec passées. Par exemple, nous pensions avoir crevé l’abcès avec qui vous savez, mais c’était aller trop vite en besogne : ça ne passe toujours pas. Dans un thread sur Twitter animé par la bienveillance et le souci de compréhension de l’Autre, un philosophe et sociologue dont l’un des chefs d’œuvre fut décortiqué sur le carnet s’est cru autorisé à réduire nos publications à un vulgaire « trollage » homophobe, beauf et nous en passons des épithètes diffamatoires et des hashtags insidieux. C’est ridicule, c’est grotesque, ça ne convainc que la fan base réduite de ce monsieur, mais non seulement cela use de lire pareilles accusations, mais en plus cela contribue à entretenir une atmosphère merdique, une mauvaise réputation aussi – ce qui nous met en colère. Quiconque ne s’est pas donné la peine de lire la note critique par laquelle le scandale est arrivé aura tôt fait de prendre aux maux ce redresseur de torts et à travers. Sans compter les insinuations détestables et les intimidations de couloir dont nous nous sommes fait l’écho. Tout cela ne prêterait pas à conséquence si cela restait confiné au microcosme de l’intelligentsia en ligne. Mais force est de constater que cela rejaillit sur la revue, dont nous avions pourtant précisé qu’elle n’est pas à associer mécaniquement au carnet. C’est inacceptable, car le reste de l’équipe ne doit pas subir ces amalgames spécieux. Parce qu’elle occupe désormais la majeure partie de notre temps éditorial, que la livraison de numéros semestriels qui avoisinent les 500 pages demande de la concentration, nous avons donc choisi de marquer la priorité.

Clap de fin. Mais show must go on – ailleurs.

Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

 

Image en bandeau : Bird Watching, par Doran, via Flickr, 2007.

Un tournant relativiste chez les juristes ? La distinction entre les personnes et les choses n’est pas menacée par les robots humanoïdes

« Pour établir la différence entre un robot, même le plus humanoïde des robots, et un être humain, il n’est pas nécessaire de se creuser la tête ni de se livrer à des déductions compliquées et hasardeuses, sur les actes ou les paroles de ce robot. Il suffit par exemple d’essayer de le piquer avec une épingle. Avez-vous essayé de piquer R. Daneel, monsieur Baley ? »

Isaac Asimov, Le cycle des robots.

 

Lors du forum économique Future Investment Initiative qui s’est tenu à Riyad du 24 au 26 octobre 2017, Sophia, un robot à l’apparence humanoïde développée par l’entreprise Hanson Robotics était présentée à un parterre d’entrepreneurs, de journalistes et d’officiels[1]. Alors qu’un journaliste interviewe le robot et communique avec lui devant la foule, l’on apprend incidemment que le roi Salmane d’Arabie Saoudite a décidé d’attribuer la citoyenneté à Sophia, cette dernière s’empressant d’exprimer sa fierté à devenir le premier robot-citoyen.

Quelques mois plus tôt, dans une résolution datant du 16 février 2017, le parlement européen avait émis un certain nombre de recommandations au sujet de l’encadrement juridique de la robotique, en particulier s’agissant du problème épineux de la responsabilité civile qui pourrait découler des dommages causés par un robot[2]. Parmi les principes généraux proposés par le parlement, une proposition en particulier a fait l’objet d’une intense controverse. Il s’agissait de

« la création, à terme, d’une personnalité juridique spécifique aux robots, pour qu’au moins les robots autonomes les plus sophistiqués puissent être considérés comme des personnes électroniques responsables, tenues de réparer tout dommage causé à un tiers ; il serait envisageable de conférer la personnalité électronique à tout robot qui prend des décisions autonomes ou qui interagit de manière indépendante avec des tiers. »[3]

Suite à l’adoption de cette résolution, un collectif européen d’experts en robotique, d’industriels, de juristes, ou encore d’éthiciens a adressé une lettre ouverte à la Commission européenne afin de la convaincre de ne pas suivre la recommandation du Parlement, jugeant notamment que les besoins d’encadrement juridique exprimés par le Parlement découlaient d’une vision irréaliste des algorithmes, ces derniers étant beaucoup moins indépendants de leurs concepteurs que ne voudraient le croire les parlementaires européens[4].

Ces évènements successifs n’ont à juste titre pas manqué de susciter l’intérêt des juristes français. Un robot peut-il avoir la personnalité juridique et prétendre ainsi au statut d’humain ? Le but poursuivi par cet article est d’analyser une partie de ces discours juridiques afin de souligner leurs limites (relativisme et binarisme, entre autres) ainsi que les peurs irrationnelles qu’ils charrient à propos des algorithmes. Pour ce faire, je me concentrerai plus particulièrement sur deux articles publiés dans des revues de droit et qui sont à mon avis symptomatiques de certains errements de la pensée juridique française à l’égard des robots humanoïdes[5].

Dans le premier de ces articles, Marie-Anne Frison-Roche, professeure de droit économique à l’IEP de Paris, estime que l’attribution de la personnalité juridique à un robot, comme la marchandisation du corps de la femme à travers la gestation pour autrui, symboliserait l’effacement des frontières entre les personnes et les choses[6]. De son côté, Grégoire Loiseau, professeur à l’École de droit de la Sorbonne, a considéré que l’attribution de la personnalité juridique à un robot reviendrait à « [l’élever] à la condition de personne », en même temps que le transhumanisme rapprocherait l’humain du robot[7]. En effet, « Quand l’être humain est technologiquement amélioré, augmenté, le robot intelligent est personnifié dans un état commun de personne juridique. »[8]

La chose qui devient personne, la personne qui devient chose, le phénomène ne date pas d’aujourd’hui. Le travail d’usine dont Charlie Chaplin nous a montré le caractère aliénant et dégradant dans Les temps modernes, ce n’est rien d’autre que l’homme fait robot. De façon plus concrète encore, si l’on s’accorde à dire que le transhumanisme désigne l’utilisation de technologies en vue d’améliorer les capacités physiques ou mentales de l’humain, alors force est de constater que ce mouvement n’a rien de nouveau. Il suffit de mentionner le cas des lunettes de vue, dont personne ne songerait à questionner l’utilité aujourd’hui, alors même que leur apparition avait été entourée d’un certain scepticisme suite à leur invention au cours de la seconde moitié du 13e siècle[9], notamment lors de leur introduction dans les cercles monastiques bénédictins et franciscains[10].

En revanche, « ce qui [serait] radicalement nouveau », selon Marie-Anne Frison-Roche, « c’est qu’auparavant, ces phénomènes – et de l’automate et de la femme dont le corps est offert – étaient marginaux »[11]. En quoi ces phénomènes étaient plus marginaux hier qu’aujourd’hui, on ne le sait pas[12]. Toutefois, même en concédant ce point, la peur exprimée par Marie-Anne Frison-Roche et Grégoire Loiseau, celle d’une « destruction de la distinction entre les personnes et les choses »[13], apparaît largement infondée. Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à insister sur le caractère non normatif de mes analyses, dont l’objet n’est pas de proposer une solution juridique aux problèmes posés par la robotique. Pour le dire autrement, cet article ne constitue pas une défense – pas plus qu’une critique – de l’attribution de la personnalité juridique à certaines catégories d’algorithmes. Continuer la lecture de « Un tournant relativiste chez les juristes ? La distinction entre les personnes et les choses n’est pas menacée par les robots humanoïdes »

Raisonner a priori. Réponse de Fabien Truong à Éric Marlière

Suite et fin de l’échange critique amorcé la veille. Fabien Truong répond donc à la réponse d’Éric Marlière, comme il se doit. Et nous n’en dirons pas davantage. Point final pour ce qui nous concerne. JL & ASM

À ce stade de divergence, ma réaction n’aura quelque intérêt que si elle incite les lecteurs curieux à aller voir par eux-mêmes. Cet échange dit tout de même des choses sur « la » sociologie : c’est le seul point d’accord avec mon collègue. Je crois qu’elles méritent d’être explicitées. C’est la seule raison qui me pousse à répondre, une nouvelle fois, aux critiques d’un collègue dont la virulence, sur le fond comme sur la forme, est sans doute à la mesure d’options et de partis-pris irréconciliables.

Sur les divergences épistémologiques. La première recension de mon collègue me paraissant tellement éloignée de ce que j’ai eu le sentiment d’écrire – mais aussi des nombreux retours de lecture (critiques ou laudatifs, ce n’est pas la question), qu’elle me semblait être le symptôme de conceptions distinctes du métier – bref, de divergences épistémologiques. J’ai essayé de les clarifier, pointant des modes d’appréhension du monde social dans lesquelles je ne me reconnais pas et que cette lecture laisse, selon moi, transparaître (le typologisme descriptif, le positivisme textualiste et la réduction de l’expertise thématique). Tout est dans mon papier précédent (« De quoi la « radicalisation » d’une recension est-elle le nom ? », Zilsel), je n’y reviens pas. Je concluais que ces divergences dépassent, à mon sens, le cadre des « écoles de pensée » plus ou moins revendiquées par les sociologues (« bourdieusiens », « pragmatistes », « tourainiens », « boudoniens », « interactionnistes » etc.). Contrairement à ce que semble pourtant croire mon collègue, il ne s’agit pas, dans mon esprit, d’une querelle de chapelles dont je ne me suis par ailleurs jamais revendiqué. Je pense que ces divergences renvoient plutôt à des oppositions pratiques très transversales sur les façons de faire, de mobiliser les acquis de la sociologie classique et de construire un objet. Je constate, à la lecture des récriminations au carré de mon collègue, que c’est effectivement le cas. Si notre dialogue semble donc presque impossible, le débat avec d’autres collègues qui ne sont sans doute pas « classés » dans les mêmes zones du petit espace professionnel de la sociologie française que moi, mais avec qui je partage une certaine conception du métier, peut être fructueux (voir par exemple ce récent entretien croisé avec François Dubet dans la revue Diversité). Je note aussi que ma tentative d’expliquer nos désaccords par des divergences épistémologiques est perçue par mon collègue comme une forme d’arrogance. On lira entre les lignes que je suis quelqu’un « d’insistant » qui « se prend au sérieux », devant un modeste collègue méprisé (« on connaît ma position plus que mineure dans le champ ») et courageux (s’auto-congratulant de publier une recension « corsée »). Contrairement à mon collègue, je n’ai aucune envie de personnaliser le débat, mais tiens tout de même à apporter un minimum de transparence. Je n’ai rencontré qu’une seule fois mon contradicteur. Il m’a invité, avec une autre collègue, à donner une conférence plénière pour introduire un colloque qu’ils co-organisaient et qui a donné lieu à un livre collectif auquel il m’a été demandé de participer, ce que j’ai accepté. Il faut croire que ma présence, dans le contexte d’une entreprise collective et publique qu’il codirigeait, ne le gênait pas. Pour l’anecdote, il m’a demandé à la fin de cette journée si nous pouvions échanger nos livres respectifs, ce que j’ai bien sûr accepté trouvant le geste sympathique. Il reste tout de même que sa volonté de personnaliser ici la controverse alors qu’il ne me connaît absolument pas, traduit un certain état d’esprit. Fait d’imprécisions et – cela n’a rien de personnel – d’une once de malhonnêteté intellectuelle. Continuer la lecture de « Raisonner a priori. Réponse de Fabien Truong à Éric Marlière »

« Rationaliser a posteriori ». Réponse à l’auteur de Loyautés radicales

L’équipe de Zilsel (carnet et revue) est très attachée à l’organisation de la disputatio. On ne s’étonnera donc pas de trouve ici, en deux, actes, la clôture d’un échange contradictoire entre Éric Marlière et Fabien Truong. Tout a commencé par la recension d’Éric Marlière, dans la revue Sociologie, du livre de Fabien Truong Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, paru en 2017. L’ouvrage restituait une enquête auprès de six jeunes hommes de Grigny qui avaient connu le terroriste Amédy Coulibaly. L’enjeu était de comprendre comment la mise en tension de différentes « loyautés » (familiales, sociales, économiques, politiques) permet de mieux comprendre des trajectoires individuelles.

Dans sa critique, Éric Marlière reproche à Fabien Truong de se mettre « constamment en scène », de ne pas approfondir le sens et l’usage de certaines notions (e.g. radicalisé, injustice), de s’appuyer sur d’anciens schémas de la lutte des classes, de reconduire des « stéréotypes » ou de céder au « misérabilisme ». Fabien Truong a pris connaissance d’une première version de la recension d’Éric Marlière et a informé la rédaction de Sociologie d’un certain nombre de mésinterprétations et surtout d’erreurs manifestes. La revue n’a pas souhaité ouvrir un espace de contradiction et a fait modifier quelques éléments de la recension. Nous avons fait le choix, dans le numéro 4 de la revue Zilsel, de publier la réponse que Fabien Truong avait préparée (Fabien Truong, « De quoi la ʺradicalisationʺ d’une recension est-elle le nom », Zilsel, n° 4, 2018, p. 363-380). Il situait ainsi les lignes d’opposition qui le séparaient d’Éric Marlière. Outre la rectification des erreurs (notamment à propos du financement de l’enquête ou encore de la méthode employée qui se voulait immersive et ne comportait pas d’entretiens directifs), Fabien Truong précisait son approche en soulignant qu’il avait tenté de saisir par la voie des échanges et de la construction des relations un monde social spécifique (celui de jeunes garçons pris dans des conflits de loyauté). Il s’opposait ainsi au typologisme a priori que semblait défendre Éric Marlière. Au contraire, Fabien Truong envisage une sociologie qui saisit sur le vif les moments de tension entre la possibilité de la pacification et l’orientation vers la violence politique, et restant attentive aux facteurs les plus ténus qui peuvent expliquer les choix finalement faits. Contre l’approche culturaliste Fabien Truong défend la possibilité d’un comparatif exigeant de processus sociaux temporellement éloignés. Ce faisant, il interroge la démarche d’ultra-spécialisation qui semble conduire à une clôture du champ de recherche. Enfin, la défense d’une pratique immersive qui cerne au plus près la position du sociologue pour mieux comprendre le tissage relationnel opéré avec les enquêtés constitue un autre point de friction.

Après la parution de cette réponse à la critique, nous avons reçu une « réponse à la réponse » d’Éric Marlière. Ce texte, que nous publions aujourd’hui, creuse encore les différences de points de vue sociologiques et méthodologiques : surinterprétation, sous-estimation de la composante géopolitique dans les loyautés radicales, usage trop large du comparatisme et porte ouverte au sensationnalisme qui rendrait confuse la distinction avec les discours médiatiques. Nous avons sollicité Fabien Truong afin qu’il clôture cette controverse – au moins sur le papier. Nous publierons donc demain son texte, qui signale à nouveau les désaccords méthodologiques et épistémologiques avec Éric Marlière. Mais il souligne également le danger d’une critique qui finit par se personnaliser. Plus profondément encore, Fabien Truong remarque qu’il subsiste encore une forme de positivisme attendant de l’ethnographie qu’elle prouve par le nombre d’enquêté·e·s rencontré·e·s la validité de ses assertions. Le sociologue défend, quant à lui, un dispositif d’enquête, qui fait primer le souci du détail, la densité des échanges et l’attention à l’engagement corporel du/de la chercheur·euse. En conclusion, Fabien Truong appelle à un questionnement collectif sur la façon de faire de la sociologie qui reste articulée à la perception médiatique et grand public de la discipline.

L’équipe de Zilsel se réjouit que les échanges aient pu s’organiser sur le mode de la dispute cadrée. Il nous semble qu’ainsi toutes les dimensions des débats ont pu être abordées : des désaccords méthodologiques aux questions moins souvent abordées de la personnalisation de la critique. Nous ne pouvons que partager l’envoi final du texte de Fabien Truong appelant à faire de la sociologie une « discipline offensive et créative ».

JL & ASM

 

Ce texte répond à la contre-recension publiée par Fabien Truong, l’auteur de Loyautés radicales, parue dans le numéro 4 de la revue Zilsel en octobre 2018. Il s’agit, ici, de dresser l’inventaire de ses remarques à propos de ma propre recension (revue Sociologie, mai 2018 pour la seconde version).

En conclusion de cette contre-recension (p. 379), notre interlocuteur caractérise ainsi ma démarche sociologique : « Au fond, j’ai le sentiment que l’auteur de la recension parle plus de son rapport à la sociologie que de mon livre. En défendant implicitement une conception où dominent le typologisme descriptif, le positivisme textualiste et la réduction de l’expertise thématique. » Mais à quoi renvoie donc cette assertion proposée en guise de bouquet final ?

Avant d’y répondre, il faut dire que les éléments de réponse de Fabien Truong posent un certain nombre de questions. Tout d’abord, ce dernier affirme avec un certain aplomb que je n’ai pas rendu compte de son livre (p. 363). Il explique que ce travail de recension comporte deux versions, dont une remaniée et augmentée, car « il faut croire que la première version était perfectible » (p. 364). C’est oublier un peu vite que l’auteur de Loyautés radicales a insisté auprès du comité de lecture afin que je tienne compte de ses considérations. Dès lors que j’ai pris en compte les remarques (insistantes) de l’auteur, la seconde version devient bien évidemment différente de la première. Cela ne signifie pas que la première version était « perfectible ». Il constate par ailleurs un grand nombre d’erreurs factuelles. Il affirme ainsi que j’ai commis une erreur de chronologie à propos de sa réponse à l’appel du CNRS à la suite des attentats, puisqu’il était déjà présent sur le terrain. Il a donc intégré son enquête naissante dans le dispositif plus général du projet « La réaction sociale aux attentats » (REAT). Soit. Mais on ne voit pas bien comment il a pu adapter l’enquête ethnographique aux attentes soudaines de l’institution. A-t-il orienté son travail vers le terrorisme pour répondre à l’appel ou avait-il déjà, au préalable, envisagé de travailler sur cette question ? Nous n’en savons absolument rien. Continuer la lecture de « « Rationaliser a posteriori ». Réponse à l’auteur de Loyautés radicales »

Résultats du Prix Nobel 2018 de Sociologie

Communiqué de presse

Après le succès retentissant de son édition 2016, le Prix Une Heure de Peine en l’honneur de Robert Nobel, plus couramment appelé « Prix Nobel de Sociologie », n’a pas été décerné en 2017, parce qu’on a oublié de le faire, hein, voilà, ce sont des choses qui arrivent. Qu’à cela ne tienne, le très courageux Comité à la représentativité approximative et spontanée, constitué exclusivement de qui veut bien y participer et est d’ailleurs assez sympa pour le faire, a décidé de ne pas terminer l’année 2018 sans accomplir son devoir supérieur. Mieux : il a décidé que, désormais, le prix ne serait plus décerné en l’honneur de Robert Nobel, mais en l’honneur de Roberta, laquelle n’existe pas plus que Robert, mais s’appelle toujours Nobel parce que c’est quand même vachement pratique.

Parvenu au terme de tractations et de discussions sur lesquelles nous ne nous étendrons pas et à propos desquelles les futur·e·s historiennes et historiens de la discipline apporteront sans doute des éclairages indispensables, le Comité est fier de récompenser cette année :

Yasmine Bouagga et Lisa Mandel

Pour leur contribution à la diffusion de la sociologie par la création de l’excellente collection Sociorama chez Casterman, qui démontre à quel point il est possible, intellectuellement fécond et super cool d’associer restitution des résultats de la bonne sociologie et bande-dessinée.

Comme chaque année, la prestigieuse dotation du « Prix Nobel de Sociologie » (à savoir une poignée de main et une bière – ou n’importe quelle substance à usage festif[1]) sera remise aux lauréates quand elles le souhaiteront. La mention « “Prix Nobel” de Sociologie 2018 » pourra par ailleurs figurer dans toutes leurs communications officielles (cela marche, un exemple ici).

(Via la page Facebook de Sociorama.)

Par ailleurs, depuis 2016, le Comité exceptionnel décerne également le « Prix de l’Excuse Sociologique en l’honneur de Manuel Valls », visant à récompenser « les moments d’incompréhension patente et désolante de la nature de la sociologie et des sciences sociales – quitte à leur trouver des excuses ». Cette année, ce prestigieux prix, que tant de gens pourraient s’arracher, est remis à

Raphaël Enthoven

Pour tant de raisons qu’il est bien difficile d’en choisir une, mais s’il le faut vraiment nous citerons ce fragment de pensée qui pourrait inspirer des dissertations à la fois intelligentes et sophistiquées, profondes et distinguées, extraite d’un entretien (LVSL.fr, 12 mars 2018) gavé dans les esprits : « Le réel est d’une étoffe dont les moufles du sociologue peinent à saisir la finesse. » D’une prodigieuse inventivité lorsqu’il s’agit de bazarder sa « philosophie de service » partout où un crachoir lui est tendu, l’heureux lauréat fait, ici encore, un tel étalage de son ignorance de ce qu’il imagine être « la sociologie » que l’on s’est demandé si ce n’était pas une parodie.

Raphaël Enthoven, en direct du Salon du livre de Paris, 2010, via Wikipédia.

Le Comité pour l’attribution du prix Une Heure de Peine en l’honneur de Robert Nobel renouvelle ses félicitations aux lauréat·e·s et s’engage à recommencer l’expérience l’année prochaine et aussi longtemps que cela nous amusera. Il invite également toute personne sympa à le rejoindre afin de compenser son manque de représentativité sous le poids du nombre.

Le Comité Roberta Nobel

Crédits logo : @coulmont.
Crédits photo pour le bandeau : Shutterstock, via Nightlife.ca et la fête de la bière québécoise.
© Fondation (Robert) Nobel


[1] Dans les limites de la légalité.