La ville, lieu (de la) critique ?

À propos de Cécile Gintrac et Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.

C’est peu dire que la géographie urbaine critique est un champ de recherche particulièrement bouillonnant. Profitant des entreprises de croisement multiples favorisées par la montée en puissance des « studies » sur les campus anglo-saxons, l’honorable discipline géographie en a profité pour muter sous diverses formes. Parallèlement à cet éclatement (tout relatif[1]) des espaces disciplinaires classiques, les transformations politiques des années 1960 et 1970 reconfigurent les possibilités d’un discours académique critique et radical, même si ces deux termes recouvrent des positionnements très variés. L’ouvrage dirigé par Cécile Gintrac et Matthieu Giroud est une anthologie d’articles et de chapitres de géographes anglo-saxons et allemands dont les travaux ont porté sur la ville. Cette coupe dans l’épaisseur de la géographie urbaine est – nécessairement – un peu arbitraire, même si la logique des choix qu’opèrent les directeurs de l’édition est parfaitement lisible : postcolonial studies, marxisme et études féministes fixent les points de repères du type de critique mis en œuvre pour comprendre les transformations contemporaines de la ville. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont rassemblé des textes chronologiquement étalés dans le temps, ce qui donne à voir les déplacements successifs de la géographie critique ; ils ont également associé dans le volume des auteurs de générations différentes mais très souvent liés entre eux par des rapports académiques parfois étroits (Don Mitchell est l’étudiant de Neil Smith qui est lui-même le doctorant de David Harvey, figure tutélaire planant sur tout l’ouvrage). Difficile de situer les travaux critiques français sur la mappemonde des géographies radicales (le pluriel s’impose car très clairement toutes les radicalités ne s’organisent pas dans le même plan) et l’on ne s’étonnera pas, donc, de ne trouver aucun auteur français dans l’anthologie.

71QwK+SYrYLL’ouvrage offre donc une vue d’ensemble (avec ses biais et ses points aveugles, c’est inévitable) sur un type de recherche géographique, que l’on pourrait caractériser – en première approximation – comme une géographie instruite des rapports de domination et consciente des efforts analytiques à accomplir pour se défaire du discours commun réifiant sur le monde tel qu’il est. La géographie, comme toutes les sciences sociales, mais peut-être plus que d’autres, est tout particulièrement susceptible de tomber dans le piège d’un surlignement du réel (qu’on cache parfois pudiquement sous le nom de « terrain », terme commode pour parfois contourner les obstacles politiques et épistémologiques). Sans y prendre garde, on en vient vite à naturaliser l’espace, à prendre pour des évidences toute une série de constructions humaines situées, sédimentées dans des histoires sociales et culturelles plus ou moins longues et ressortissant de jeux de pouvoir complexes. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont bien raison de pointer la nécessité de penser aussi « contre l’espace » (p. 15). Car c’est cette fausse évidence d’un quotidien toujours inscrit dans la spatialité (urbaine en l’occurrence) qu’il faut sans cesse combattre et contre laquelle les outils d’analyse doivent être suffisamment fins pour décrire des échelles géographiques diverses et, en même temps, suffisamment puissants pour prendre dans ses rets des phénomènes aussi massifs que la néolibéralisation des pratiques immobilières ou la criminalisation du territoire par le droit.

Afin de donner à entrevoir (sans l’épuiser) la richesse du livre, je propose de situer quelques-uns de ses chapitres le long de deux axes qui donnent à voir l’amplitude des coordonnées critiques choisies par les éditeurs.

Marxisme et géographie économique de l’urbanité

Si le pluriel des radicalités est justifié pour appréhender les géographies critiques présentées, on doit cependant constater que le marxisme constitue un substrat presque permanent des études. Parfois (surtout dans les textes les plus récents), Marx est évoqué pour signaler des formes de domination capitaliste en général, d’autre fois, il est encore cité comme une référence à explorer en tant que telle. Mais finalement, peu importe ces degrés d’usage, ce qui me paraît plus significatif, c’est que cette matrice marxiste débouche sur une géographie économique des phénomènes urbains. Autrement dit, la référence à Marx sert de point d’appui à une compréhension plus serrée des formes d’investissement économiques dans la construction, la modélisation, le contrôle et la surveillance des villes. Au risque de passer pour un néo-marxiste un peu obsessionnel, je pointerai ici deux exemples éclairants de ce recours au marxisme pour penser l’urbain.

Nonoalco-Tlatelolco Mexico City, via acatalepsie.tumblr.com (http://acatalepsie.tumblr.com/image/100313112256)
Tetris. Nonoalco-Tlatelolco Mexico City, via acatalepsie.tumblr.com (http://acatalepsie.tumblr.com/image/100313112256)

Le texte de David Harvey, consacré à la ville entrepreneuriale (initialement publié dans la revue Geografiska Annaler B en 1989), étend et stylise sa théorie de la rente géographique. Les capitalistes tentent (et parviennent le plus souvent) à transformer l’espace urbain pour construire des zones de forte rentabilité, mais ils ne peuvent le faire que dans des « conditions historiques et géographiques » qu’ils n’ont pas choisies, même s’ils essaient de les rendre les plus favorables à leur entreprise (p. 95). Depuis les années 1970, l’entrepreneuriat urbain prend la forme, le plus souvent, des Partenariats Publics Privés (PPP), qui participent à la dégradation de la puissance publique en même temps qu’ils alignent les pratiques de gouvernement local sur les exigences des théories néolibérales. Ce que David Harvey nomme « l’entrepreneurialisme  urbain » (p. 99) doit aussi s’étendre dans sa dimension compétitrice/compétitive entre les villes. Visant l’éradication des formes alternatives de gouvernement urbain et de maîtrise communale de la politique, ce nouveau mode de construction de l’espace se veut une forme très politique de dépolitisation. Harvey souligne avec justesse les problèmes conceptuels inhérents à cette ébriété entrepreneuriale : la réification des villes les transforme indûment en « agents » (p. 100) censément capables de « produire » leur spatialité. Le géographe rappelle que la ville (et plus généralement l’espace) s’explore en termes relationnistes : entre des artefacts, des institutions, des utilisateurs et des désirs politiques, ce sont des rapports de force, de domination, d’hégémonie, de coalition, d’association, de coordination qui se nouent, se défont, s’organisent, se structurent, se délitent… Il n’existe pas de villes agissantes, méta-entités sans corps ni cerveaux capables de s’auto-organiser. On reconnaît, sous les traits de la ville entrepreneuriale, le mythe tenace du capitalisme réglant les échanges entre les hommes par une « main invisible » aussi fictive et dangereuse que manifestement inefficace.

S’appuyant sur le cas de Baltimore, David Harvey détaille les logiques spatiales des PPP, format désormais classique de la transformation néolibérale des villes. Dans les années 1970, les PPP en terres anglo-saxonnes ont permis de constituer des attracteurs financiers et de contourner les démocraties locales. Les PPP sont « spéculatifs dans leur exécution et leur conception » (p. 105). C’est-à-dire qu’ils opèrent selon le même schéma d’une prise de risque publique et d’une captation privée des bénéfices. Harvey repère un certain nombre de contre-exemples (comme le Metrocenter de Gateshead) qui le conduisent à nuancer son analyse. L’entrepreneuriat des PPP s’intéresse moins aux territoires (c’est-à-dire à la trame sociale, économique, culturelle et finalement politique d’une ville que les gens construisent en l’habitant) qu’aux lieux (c’est-à-dire la monumentalité industrielle et commerciale).

Pour faire apprécier l’originalité de son analyse, David Harvey croise son étude des PPP avec sa conceptualisation – désormais classique[2] – de la rente et de la concurrence urbaine comme mode de structuration des relations entre villes. Dans la lutte que se mènent les ensembles urbains entre eux, l’acquisition d’avantages particuliers devient le modus operandi d’une sorte de politique généralisée d’attraction (et de conservation) des richesses. Les ressources naturelles ou les emplacements privilégiés sont des atouts géographiques évidents. Mais la réorganisation des lieux via des PPP a pu constituer (et constitue encore) un moyen de frayer sa place, pour certaines villes, dans la grande concurrence des urbanités néolibéralisées.

Bercées des illusions managériales des villes créatives (dont le pseudo-géographe mais vrai vendeur de rêve en carton-pâte Richard Florida s’est fait le chantre), certaines municipalités ont cédé à l’idée d’une attraction différentielle fondée sur une gentrification qui ne dit pas toujours son nom. L’obtention des lieux de pouvoir (qu’ils soient politiques ou économiques) supposent la mise en œuvre d’infrastructures spécifiques (aéroports, réseaux de télécommunication performants) susceptibles, elles-aussi, d’être encapsulées dans des PPP multiples et variées. Enfin, la néolibéralisation n’a pas nécessairement interrompu toutes les redistributions des gouvernements centraux ; ce sont les formes mêmes de cette redistribution qui ont changé. Les villes américaines et britanniques associées par contrats au secteur militaire bénéficient par exemple d’incontestables avantages concurrentiels.

La logique de concurrence interurbaine force les villes à s’inscrire dans le schéma capitaliste de la concurrence. Dans cette perspective, la ville devient une surface potentielle de réception des capitaux et doit faire montre d’avantages distinctifs (parfois minimes, mais convaincants) pour attirer plus encore que l’agglomération voisine. L’une des conséquences majeures de cette transformation des villes réside dans la reconfiguration locale des rapports de force salariaux : la souplesse exigée (et obtenue) par les entreprises capitalistes, dans la segmentation du travail, fait de la ville le lieu principal des négociations (ce qui, on s’en doute, se trouve être un avantage certain pour les tenants du capital qui n’ont plus à gérer des rapports de force à grande échelle).

La concurrence interurbaine produit une sorte d’épuisement permanent des forces d’innovation : un avantage concurrentiel d’une ville n’est jamais fait pour durer longtemps. Rapidement copié (ou dépassé), il doit être vivement remplacé par un autre, plus attractif encore. La concurrence produit donc de l’uniformisation à marche forcée

Finalement optimiste dans son approche (mais l’article date de 1989 !), David Harvey envisage les possibles contradictions à porter au capitalisme interurbain : l’idée que les villes constituent des communautés au sein desquelles chaque habitant peut prendre part au travail politique constitue un levier d’importance ; les villes ne sont pas isolées mais peuvent se lier, s’associer, se coordonner dans l’espoir d’un renversement des principes concurrentiels à l’œuvre.

Ensembles grands, à Melun (crédits : kermiten80, via Flickr)
Ensembles grands, à Melun (crédits : kermiten80, via Flickr)

Autre point de vue – marxiste lui aussi – sur la ville, celui de Neil Smith, élève de David Harvey. Dans un article d’Economic Geography paru en 1982, Smith questionne la gentrification des villes. Plus exactement, et avec beaucoup de nuances, il examine la façon dont les géographes conservateurs, comme Brian Berry, ont considéré la gentrification comme un processus localisé et temporellement limité (plus de trente ans après, on saluera la préscience incertaine du Professeur Berry officiant semble-t-il encore à l’Université du Texas…). Smith contredit également l’« école du retour à la ville » qui s’est surtout contentée de plaquer un schéma assez simpliste (une sorte de spontanéisme urbain mou) sur un phénomène empiriquement peu documenté.

Se saisissant du concept de « développement inégal », Neil Smith s’emploie à le vertébrer et à le densifier : il s’agit de désigner par ce syntagme le processus de déplacement du capitalisme qui produit des inégalités spatiales, processus dans lequel la gentrification peut être expliquée sans recourir à des arguments ad hoc.

Le capitalisme procède (notamment !) d’une tension entre une visée d’« égalisation des niveaux et des conditions de développement » et, simultanément, « leur différenciation » (p. 278). La traduction géographique immédiate de cette double tendance est un « rétrécissement du monde » (p. 279), déjà largement documenté par Marx. La différentiation naturelle des sites urbains s’est atténuée (et parfois même a disparu) au profit d’une différentiation produite par le processus capitalistique. La division suburbs/centre-ville matérialise cette répartition inégale des moyens et des ressources : la rente foncière devient l’opérateur répartissant les fortunes urbaines. Entre les usages et les rapports de classe, toute une série de facteurs d’inégalité viennent se cumuler, se conjuguer pour travailler la différentiation spatiale. C’est bien le jeu des forces capitalistes qui trame la forme de la ville, jusque et y compris, dans la dispersion territoriale des écarts de salaire.

Le double rôle de la valorisation et de la dévalorisation du bâti urbain vient se surajouter au travail d’égalisation/différenciation. La rotation du capital immobilier est lente, assure Smith. Le temps de valorisation est aussi celui de la dévalorisation. Il n’est pas possible de laisser se dégrader un bâtiment longtemps sous peine de voir le capital investi s’amoindrir en conséquence. La rationalité capitaliste va donc favoriser la construction de grands ensembles immobiliers neufs (qui ont d’emblée une forte valeur) à des réparations plus modestes, et plus disséminées, dans des quartiers anciens. Toutefois, lorsque la dévalorisation des centres villes atteint un certain seuil (notamment des prix immobiliers très bas), il est alors possible de relancer un cycle de valorisation pour des espaces bon marché. C’est dans cette reprise des espaces urbains centraux tombés en désuétude que la gentrification trouve à s’expliquer.

Pour parfaitement comprendre la cyclicité des investissements urbains, il faut avoir en tête la volatilité constitutive du capital : lorsque des secteurs de l’industrie ou du commerce ne sont plus (pour des raisons conjoncturelles par exemple) aussi rentables qu’avant, les profits migrent vers le bâti. Mais, continue Neil Smith, on ne peut prédire à l’avance où se feront ces investissements (p. 293).

S’appuyant très directement sur les écrits de Marx (à la différence de David Harvey qui ne verse pas dans l’exégèse), Smith parvient en quelques pages très convaincantes à formuler une théorie géographiques dont il ne cherche jamais à gonfler artificiellement la portée (son propos est tout en nuances et en délicatesses conceptuelles) mais qui saisit par sa rigueur et sa complétude.

C’est donc un Marx décomplexé, parfaitement assumé, mais aussi discuté pied à pied qui est mis en œuvre dans de nombreux textes de l’anthologie. Qu’on se rassure toutefois, pour ceux que Marx indiffère ou qui craindraient une critique marxolâtre, d’autres géographes résolument non marxistes, comme Marcelo Lopez de Souza, proposent, dans cette anthologie, des voies radicales et critiques différentes.

Ecologie et sécurité : sur des allants de soi politiques et épistémologiques

La ville, lieu d’artificialité par excellence, croise la question écologique sur des problématiques particulièrement aigües. Roger Keil et Julie-Anne Boudreau livrent ainsi un chapitre particulièrement limpide sur le processus de métabolisation politique des principes écologiques dans la ville de Toronto. Comment une grande métropole est parvenue à absorber, et même à digérer, quelques-unes des attentes écologiques de sa population dans un contexte de néolibéralisation à tout crin ? Le paradoxe n’est qu’apparent. Les auteurs s’inscrivent dans la théorie de l’écologie politique urbaine qui s’intéresse notamment aux processus métaboliques affectant les villes. L’idée centrale est que les dominations sur les hommes et sur la nature sont conjuguées et qu’elles trouvent tout particulièrement à s’exprimer dans les espaces urbains. Matériellement les villes dépendent d’un ensemble de ressources naturelles (eau, énergie, matériaux…) qu’elles transforment (en consommation, en bâtiments, en déchets…). Mais Keil et Boudreau vont plus loin que cette seule application « comptable » de la métabolisation. Ils proposent d’inclure dans cette épreuve de la métabolisation des facteurs sociaux et politiques qui jouent un grand rôle dans la configuration de la ville. L’absorption écologique, c’est donc aussi la transformation et la circulation des idées politiques sur la nature dans le cadre du gouvernement communal.

Alexander Gronsky, Novye Mytishchi I, Moscow, Russia, 2010, via acatalepsie.tumblr.com (http://acatalepsie.tumblr.com/image/106513531381)
Tout en réflexion. Novye Mytishchi I, Moscou, Russie, par Alexander Gronsky, 2010, via acatalepsie.tumblr.com (http://acatalepsie.tumblr.com/image/106513531381)

En 1998, c’est un conservateur, Meal Lastman, qui devient maire de Toronto. L’écologie reste au programme, notamment dans la suppression des pesticides dans les espaces verts. Les militants écologistes locaux parviennent même à remporter une victoire contre l’industrie chimique : le bassin urbain de Toronto ne compte pas d’usines de pesticides, ce qui exclut le traditionnel chantage à l’emploi. Cette « étatisation » de la question écologique se double d’un « régime de consensus » (p. 176) appuyé sur des structures militantes particulièrement radicales.

L’écologisation de la politique urbaine a été rendue possible dans un contexte institutionnel peu favorable (poids des institutions, faible intérêt ou antipathie des conservateurs à l’endroit de ces problématiques), précisément parce que l’écologie n’intéressait pas la ville. Elle a donc été laissée « à l’initiative des “gens ordinaires” et à leurs représentants institutionnels et politiques de gauche » (p. 177).

Keil et Boudreau restent toutefois lucides sur les effets politiques de cette « métabolisation » de l’écologie à Toronto. La professionnalisation des militants écologistes s’est traduite par une forme d’accommodement. La pratique politique est devenue plus réformatrice que radicale au contact d’une expérience de gouvernement fortement marquée par les principes néolibéraux d’organisation des rapports sociaux. La fusion métropolitaine de Toronto et de sa banlieue en 1997 est précisément l’occasion de suivre la « métabolisation » politique de la radicalité écologique. Même si les effets d’une différenciation politique (entre le centre-ville et les suburbs) étaient particulièrement redoutés dans cette coagulation urbaine d’ampleur, c’est surtout le faible intérêt de M. Lastman pour les questions environnementales qui précipita l’écologie dans les dossiers des conseillers d’opposition. C’est donc sur le mode incertain d’une acceptation d’un certain nombre de projets écomodernistes (ceux-là même qui tentant de ménager la chèvre et le choux finissent par s’accommoder de la première sans le second) et d’une relative agressivité sur certains combats précis que se déploie l’étatisation de l’écologie urbaine. L’inquiétude concernant la nature en milieu urbain s’est-elle dissoute dans le grand bain néolibéral des transformations urbaines tout au long des années 1990 ? C’est en tout cas ce que laissent à penser Keil et Boudreau dans leur passionnante étude. Cependant, comme le notent en conclusion les deux géographes, la « métabolisation » de l’écologie n’est pas sans conséquence non plus pour les processus concurrentiels du néolibéralisme. Impossible de faire sans aujourd’hui dans la ville de Toronto. Au jeu des compromis, toutefois, nul doute que la main invisible s’en sorte encore sans trop de dommages. 

Si la nature occupe une place importante dans la géographie critique, c’est aussi parce que le point de vue des chercheurs s’est déplacé dans leurs analyses. Les chapitres qui composent l’anthologie traduisent tous un souci affirmé de rendre à la spatialité la pluralité de ses dimensions constitutives. Non pas le territoire, ni même la carte, mais tout ce qui vit, agit, se déplace entre des points distants. Cette perspective n’est pas le renoncement à la physicalité de la géographie, elle correspond au contraire à son intensification maximale. De quelle géographie physique parlerions-nous si nous excluions les corps ?

Le chapitre que Bernd Belinda consacre au droit pénal comme moyen de gouverner (dans) la ville impressionne par sa rigueur conceptuelle. La sécheresse des phrases le dispute à la froideur clinique avec laquelle le géographe déploie son argumentaire. L’effet n’en est que plus saisissant. La centralité du droit dans l’analyse n’empêche pas une prise en compte des dimensions économiques et culturelles du gouvernement spatial des individus dans la ville. S’interrogeant sur ce que le droit criminalise, Belinda remarque que dans les sociétés occidentales, « les relations sociales sont organisées entre des sujets de droit autonomes en fonction de règles de droit abstraites » (p. 209). Cette organisation du juridique n’est en fait que la traduction légale d’un ordre capitaliste faisant des propriétaires « les signataires d’un contrat abstraitement égaux entre eux » (p. 309). Dès lors, la criminalisation, cette opération de législation des actes jugés délictueux, ne va plus seulement reposer sur le respect des personnes, mais aussi (et surtout) sur l’équilibre (inéquitable) des distributions capitalistes. Autrement dit, l’ordre légal vient soutenir un état économique inégalitaire.

Cette proposition pourrait paraître abstraite (et de fait, elle l’est). Mais Belinda l’articule à des cas pratiques. La surveillance vidéo des espaces publics en Allemagne révèle une manière concrète de saisir les usages du droit permettant de maintenir un état économique et politique de fait. Le fait de se savoir surveillé, épié, suivi en permanence par des caméras dans certains lieux précis instaure une sorte d’autocontrôle ou, pour mieux dire, d’incorporation active des exigences du pouvoir panoptique. Les individus se sachant non désirés à certains endroits vidéosurveillés ne s’y rendent pas. L’optique électronique produit des spectres d’inaccessibilité totalement visibles pour qui parcourt la ville et surtout pour qui se sait potentiellement inquiétant pour le pouvoir. Les rues couvertes par la surveillance vidéo témoignent d’un « gouvernement par le crime » et d’une géographie différentielle des espaces. Mais les évictions temporaires ou les évacuations forcées sont un autre marqueur de cette politique des indésirables. Par exemple, la loi du Land de Hesse permet à la police d’éloigner temporairement un individu d’un lieu « dans le but de prévenir un danger » (pp. 214-215). La possible circulation et commercialisation de drogues est ainsi constituée par le droit en « danger abstrait » que le déplacement de certains individus vient rendre concret. La notion de « lieux dangereux » épaissit encore l’ordre de la criminalisation sur la trame spatiale : dans le Land de Berlin, la loi prévoit ainsi que dans les espaces considérés comme criminels, le soupçon d’un acte délictueux n’est pas même requis pour engager des contrôles d’identité.

Datong, Shanxi, en Chine (crédits : Solange B, 2013, via Flickr)
Métropole copiée-collée. Datong, Shanxi, en Chine (crédits : Solange B, 2013, via Flickr)

L’inventivité juridique paraît sans limite pour équiper les pratiques de coercition et de surveillance de la ville. Bernd Belinda tient là une thèse forte et implacable : cette manière de politiser l’espace constitue une forme de gouvernement « des disparités sociospatiales dans les villes » (p. 222). Il s’agit bien « d’administrer ceux qui sont rendus superflus par le capitalisme néolibéral débridé » (p. 222). L’espace urbain devient une sorte de laboratoire juridique à ciel ouvert dans lequel la logique économique pose ses exigences.

*

*            *

La publication d’une anthologie de géographie critique est une excellente nouvelle pour le débat public : la variété des approches proposées (au risque de me répéter, je n’en ai donné que quelques exemples), l’ampleur des questions abordées ainsi que la finesse des analyses proposées ouvrent une double ligne d’interprétation politique et épistémologique. Un certain nombre de textes sont des études empiriques très précises, appuyées sur des données nombreuses ; d’autres ont des vues théoriques plus amples. Tous se signalent par un effort d’éclaircissement des concepts et de clarification des démarches méthodologiques. On suppose que les chapitres en question ont été précisément choisis pour cela, mais la traduction (toujours fluide) n’est pas pour rien dans cette impression de facilité qui accompagne la lecture du volume.

On n’en finirait pas de tenter l’épuisement des possibles de ce livre roboratif. Mais une chose ne laisse pas de surprendre une fois qu’on l’a refermé : les articles rassemblés ici sont parfois très anciens (en tout cas à l’échelle de la science hache-indexisée que l’on subit aujourd’hui) et pourtant (ou peut-être est-ce à cause de cela), ils paraissent d’une grande actualité et d’une parfaite acuité. Ce n’est donc pas le moindre des mérites de cette précieuse anthologie que de donner à voir non pas seulement la vitalité actuelle de la géographie critique, mais également sa longue et valeureuse persistance.

 Jérôme Lamy (@JeromeLamy79)

Image en bandeau : au pied du Borj Khalifa, le Downtown Burj Khalifa, à Dubai, par Citizen59, en 2012 (via Flickr).


[1] Quiconque s’est frotté à une tentative d’interdisciplinarité autrement que par des mots comprendra la « relativité » de l’éclatement.
[2] Voir en particulier son ouvrage traduit en français Géographie de la domination, trad., Paris, Les Prairies ordinaires, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *