Artillerie lourde. Boutefeux conceptuels en histoire des sciences

« […] les superstructures de la société civile sont comme le système des tranchées dans la guerre moderne. […] il arrivait, au cours de cette dernière guerre, qu’une attaque acharnée d’artillerie donnât l’impression d’avoir détruit tout le système défensif adverse, mais n’en avait détruit en fait que la surface extérieure […] »

Gramsci A., « Notes sur Machiavel, sur la politique et sur le Prince moderne », Cahiers de prison, 16[1].

Se rassembler autour des travaux d’un individu est une pratique courante dans le monde scientifique. A fortiori en sciences humaines et sociales. Ces rassemblements revêtent des formes diverses, allant de l’hommage à un pair (retraité), l’exhumation d’un génie (tenu pour) oublié, à l’actualisation de la pensée (dévoyée) d’un fondateur (tenu pour) bien connu. Depuis, disons, une vingtaine d’années (et nous prierons la charité du lecteur pour cette approximation) les rassemblements autour de penseurs associés au large spectre du marxisme s’organisent plus fréquemment. Ici même Zilsel, par ici et là-bas Marx, et ailleurs Gramsci. Dans notre petite typologie, une place particulière est tenue par ce genre de rassemblements : car, dès lors que la figure tutélaire X ayant motivé la réunion se trouve aussi être politiquement estampillée, la méfiance attise rapidement l’œil critique et l’appréciation se porte rapidement sur le terrain des légitimités : qui donc fait ainsi appel à X ?, et quelles sont ses raisons ? Il en va ainsi : radicalité résonne souvent en culte à peine voilé d’authenticité.

C’est la récurrence de ce type d’appréciations, entendu de-ci de-là après avoir assisté à l’atelier Science as Cultural Hegemony : Gramscian Concepts for the History of Science, (22–24 janvier 2014, Barcelone), qui me pousse à en proposer un compte-rendu dans une forme qui s’efforcera d’échapper au réflexe puriste. La méthode en sera simple : tâcher de décrire empiriquement ce en quoi consista ce rassemblement ci. Non seulement – et non surtout – du point de vue de ses contenus mais avant tout de lui de ses pratiques : vers une ethnographie des armureries conceptuelles.

Ces lieux où souffle l’esprit… gramscien

L’organisation de cette rencontre revient principalement au Centre d’Història de la Ciència, institution localisée à l’Universitat Autònoma de Barcelone (UAB). L’UAB, créée en 1968, fut implantée à Cerdanyola del Vallès, à quelques dizaines de kilomètres de Barcelone. L’intention du régime franquiste était claire : disperser les étudiants et, d’un même geste, la source potentielle d’opposition au gouvernement qu’ils représentaient. Les temps ont changé. L’UAB n’a pas perdu son étiquette d’université rouge, mais l’atelier Science as Cultural Hegemony ne s’est nullement tenu dans son verdoyant campus. Ce sont les architectures – non moins agréables – du siège de l’Institut d’Estudis Catalan qui accueillirent les participants. Casa de convalescència de l’Hospital de la Santa Creu, jusqu’en 1931, ce bâtiment se situe à quelques encablures des ramblas, en plein cœur de la vieille ville de Barcelone.

Sous le glaive de Saint-Paul… (Crédits : Sébastien Plutniak)
Sous le glaive de Saint-Paul… (Crédits : Sébastien Plutniak)

Le charme des lieux ne saurait faire oublier la situation actuelle du pays : le discours inaugurant la rencontre se tache d’en rappeler les effets sur les activités scientifiques. Vaille que vaille, les fonds nécessaires à l’organisation de la rencontre ont pu être rassemblés. Et, puisque c’est d’histoire qu’il s’agit, mention est faite de ceux qui furent, il y a seulement quelques décennies, les acteurs de l’introduction du corpus gramscien en Espagne franquiste. À cette généalogie locale, on inscrit ainsi Jordi Solé i Tura (1930–2009) et le couple composé de Manuel Sacristán (1925–1985) et Giulia Adinolfi (1930–1980). Tout trois furent des figures influentes du parti socialiste unifié de Catalogne (PSUC). Le PSUC a été interdit de 1946 à 1977 et menait des activités clandestines depuis l’étranger. Les congrès, en 1956 puis en 1965, se déroulèrent en France. Le PSUC développe des activités éditoriales, et publie notamment deux revues principales qui furent Treball (depuis 1936), puis Horitzons[2] (depuis 1960). D’autres revues furent plus discrètes comme les Quaderns de Cultura, édités par Sacristán, furent des vecteurs concrets de la diffusion des textes gramsciens.

Ayant posé les lieux, envisageons-en maintenant les acteurs. La carte 1 précise l’origine institutionnelle des 41 participants (quelques-uns doivent manquer).

Origines institutionnelles des 41 participants (Crédits : Sébastien Plutniak)
Origines institutionnelles des 41 participants (Crédits : Sébastien Plutniak)

La sur-représentation catalane, et espagnole plus généralement, masque quelque peu les effets des mobilités académiques. La carte 2 la nuance en prenant en compte les nationalités des participants.

Nationalités des 41 participants (crédits : Sébastien Plutniak)
Nationalités des 41 participants (crédits : Sébastien Plutniak)

Les pays au nord du pourtour méditerranéen sont les plus représentés. On soulignera également la présence américaine, notamment du sud. Ces cartes amènent à pointer deux aspects importants de cette rencontre. Premièrement, la volonté explicite de contribuer à la constitution d’un réseau international dévoué aux études gramsciennes[3]. Deuxièmement, l’importance accordée à la question des activités scientifiques dans des contextes périphériques, non-hégémoniques[4].

Gramsci au ban

Ce dernier aspect apparaît comme une donnée essentielle pour cerner cette rencontre. Le détour gramscien se présente à la fois comme une heuristique générale pour l’histoire des sciences mais, surtout, comme le moyen idoine pour penser sa propre situation dans le champ académique.

Une session, intitulée « Center-Periphery as a Hegemonic Relation », a été dévolue à cet aspect. Mention fut faite, à ce titre, du programme de recherche STEP, pour Science & Technology in the European Periphery[5], initié à Barcelone en 1999 et dans lequel sont impliqués plusieurs des participants. Une approche des sciences affranchie de la focalisation sur les « cinq grands » espaces scientifiques – France, Royaume-Unis, Allemagne et États-Unis – en est l’objectif explicite.

On engage le concept gramscien d’hégémonie sur les fronts les plus divers. À propos d’entomologie dans l’Argentine des années 30 (Alejandro Martínez) ; à propos des expéditions respectives et contemporaines, que l’on s’attache à comparer, du parasitologue Ettore Biocca et de l’anthropologue Ernesto de Martino (Daniele Cozzoli). Le premier enquêtait sur le curare en Amazonie, le second sur le tarentisme en Italie. Le concept d’hégémonie permet ici de thématiser les rapports entre scientifiques de différentes nationalités mais également les rapports qui se nouent entre disciplines. Ici ceux générés par la conception enveloppante de la biologie soutenue par Biocca, lequel s’inféode les spécialistes de sciences humaines investis dans ses projets. Ainsi, autant d’occasions données d’analyser les rapports entre les centres hégémoniques (qu’ils consistent en des nations, des institutions ou des individus) et les savants périphériques pris dans les aires d’influence de ces centres.

Le miroir, que l’on se tend ainsi, ne saurait faire oublier que, toute éloignée qu’elle fut des frimas berlinois, la rencontre catalane n’en a pas pour autant été déprise de l’aire d’influence des haut-lieux internationaux de l’histoire des sciences. Aux rangs des contingents nord-européens, le Max Planck Institut for History of Science (Berlin) tient une place de choix. C’est une plaque tournante quasi incontournable : nombreux furent les participants qui y séjournèrent, y séjournent (à commencer par l’un des co-organisateur), ou le feront. De fait, de la désignation des mécanismes hégémoniques à leur dépassement effectif, le saut est ardu. Une situation dont l’écho sur les cas discutés au prisme gramscien est criant.

Ainsi, les « cinq grands » apparaissent bel et bien sur les cartes présentées ci-dessus. Que l’on incline à interpréter ces présences soit comme indices de l’inachèvement de l’affranchissement escompté, soit comme signes annonciateurs de la solidarité gramscienne internationale espérée, il n’en demeure pas moins que l’initiative de la rencontre revient bien à des acteurs ancrés dans ce qu’il convient ici de nommer périphéries européennes. L’éclairage braqué par les acteurs eux-mêmes sur ces marges-ci a eu le mérite de rappeler que par-delà la foisonnante bibliographie des études post-coloniales, les influences, autorités et préséances qui structurent les espaces savants s’appliquent également dans des régions à l’exotisme moins rafraichissant (quoi que…) Le propre de l’hégémonie gramscienne réside ainsi dans sa nature diffuse, subreptice et explicitement non coercitive, laquelle s’illustre parfaitement dans le détail de l’architecture du programme de ces rencontres, qui répond au schéma type des usages anglo-saxons, chairmen et keynote speaker à l’appui[6].

Des difficultés pratiques de la philosophie de la praxis

Le concept d’hégémonie est certainement celui qui est le plus directement associé à l’œuvre d’Antonio Gramsci, et auquel il est souvent, en pratique, réduit. L’atelier fut l’occasion d’éprouver d’autres aspects de ses réflexions sur la science. Celles-ci sont principalement contenues dans le livre 11 des Carnets, comme a pu le rappeler Francesca Antonini lors de la première session. Cette session introductive a été dédiée aux approches, philosophiques, conceptuelles des travaux de Gramsci. Un rang devant moi, un homme ne cesse de pianoter sur un ordinateur, jongle entre les multiples fenêtres d’une interface graphique extrêmement personnalisée. Un ingénieur, un « scientifique » du moins, me dis-je. Visiblement ennuyé, il amuse son voisin en affichant : « these papers could have been randomly generated using markov-chains ». La pause écoulée, on ne les reverra plus.

Icône (sources : Wikipédia)
Icône (sources : Wikipédia)

La critique est féroce. Force est néanmoins de constater l’articulation difficile entre ces trois présentations et les suivantes, au cours desquelles les concepts gramsciens ont été explicitement éprouvés au contact de cas. Les voies d’appropriation du corpus gramscien sont en effet diverses et nécessairement conditionnées par les ancrages disciplinaires initiaux de ceux qui s’y essaient. À cet égard, le spectre s’étale de la découverte à l’opportunité de cette rencontre, jusqu’au dialogue intimement entretenu tout au long d’une carrière. L’origine nationale s’ajoute aux inscriptions disciplinaires pour moduler le rapport entretenu à l’œuvre de Gramsci. La carte 2 mettait en évidence le poids dominants des participants de nationalités espagnole et italienne. Si la mise à disposition des textes de Gramsci en Espagne s’est fait au prix d’un effort dangereux, en Italie ils sont incontournables et font pour ainsi dire partie du fonds culturel largement partagé. L’exceptionnel d’une rive est l’usuel de l’autre et détermine également la familiarité que l’on aura avec ce corpus. Cela pour insister sur le point que l’atelier n’a pas été une rencontre exclusive entre spécialistes des études gramsciennes. Il apparaît davantage comme étant aussi un espace d’apprentissage et de diffusion pour et parmi les intervenants eux-mêmes. Autrement dit, un espace social proposant et donnant le moyen de s’initier et s’introduire dans l’œuvre gramscienne.

Organisée autour d’un corpus unique, la participation à la rencontre impliquait par conséquent un travail potentiellement lourd d’appropriation, par des non-spécialistes, d’un ensemble articulé de concepts philosophiques. Une conséquence directe, difficilement contournable, réside dans la variété qualitative des recours aux concepts gramsciens. Si certains s’essaient à de scrupuleux gramscian tests, d’autres semblent ne reprendre que les intitulés de ces concepts, le mot défait des articulations par lesquelles il s’insère dans le corpus textuel d’origine. Les discussions n’ont pas manqué de pointer ce fait ; et Roger Cooter, keynote speaker ayant clôturé les échanges, d’inviter certains présentateurs à justifier l’intérêt spécifique des concepts gramsciens pour leur propos.

Gramsci au banc d’essai

De fait, bon nombre de présentations se sont donc proposé de mener autant de « gramscian tests » sur un cas donné. Pour exemple, lors de la seconde session, intitulée « Science, authority and social control », Lino Camprubí a revisité son étude de l’action des ingénieurs espagnols sous le franquisme. Dans quelle mesure ces ingénieurs peuvent-ils être envisagés comme intellectuels organiques, au sens gramscien, et autant d’éléments décisifs de la stabilité du franquisme en tant qu’hégémonie culturelle ? Car si la prise du pouvoir procéda d’une action violente, elle n’explique pas sa stabilité postérieure. Les nombreuses infrastructures (d’exploitation hydraulique, minérale) développées sur le territoire national sont tenues pour vecteurs d’une pérennisation matérialisée de cette hégémonie. De façon similaire, et à propos du même contexte, Matteo Realdi envisage la figure dominante de l’astronomie franquiste, Antonio Romañá Pujó, en tant qu’intellectuel organique. Il insiste à ce titre sur la réarticulation opérée par cet astronome entre théologie et cosmologie en congruence avec la doctrine nationale-catholique. Le domaine des savoirs est fait d’une matière fort plastique. Ces lectures ont le mérite de mettre en évidence les moyens par lesquels les savoirs scientifiques peuvent être parties prenantes de processus d’action. On retrouve en quelque sorte la topique des rapports savoir-pouvoir, thématisée ici compte tenu des spécificités de l’hégémonie gramscienne et des nuances qu’elle introduit.

Hégémonie et disciplines

Deux sessions ont été consacrées à l’approche des disciplines académiques. Les cas envisagés ont notamment compté la physique allemande d’entre-deux guerre, le développement de l’assyriologie au XIXe sècle, de la science des religions, ou des relations internationales au Royaume-Uni et aux États-Unis. La dynamique disciplinaire – question ayant par ailleurs soulevé une foisonnante littérature – est ici posée en termes de processus hégémoniques et contre-hégémoniques.

L’astronomie suspendue aux faïences de l’IEC (Crédits : Sébastien Plutniak)
L’astronomie suspendue aux faïences de l’IEC (Crédits : Sébastien Plutniak)

Si l’histoire d’une discipline peut être prise pour objet et étudiée sous l’angle des rapports de pouvoir – et les formes plus spécifiquement hégémoniques par lesquelles ce pouvoir peut s’exercer –, nous pencher sur la configuration disciplinaire sous-jacente à l’atelier de Barcelone peut, en retour, s’avérer informatif pour notre propos. Les ancrages disciplinaires des participants comptent à la fois la philosophie, l’histoire et l’histoire des sciences, y compris des praticiens d’une discipline s’en étant fait historiens. La question des rapports de pouvoir au sein des espaces disciplinaires ré-émerge ici au travers de la situation discursive de l’atelier elle-même : si certains intervenants sont présents ici c’est, de leurs dires, que cette rencontre offre aussi une possibilité d’expression qui peut ne pas être aisément accessible dans l’espace disciplinaire d’origine, lorsqu’on cherche à la fois à y intervenir et à le prendre pour objet. Une difficulté inhérente à toute ambition d’établir un méta-discours et qui se pose avec une acuité particulière dans le domaine des sciences où ce discours redouble celui du savant, lequel est supposément le plus légitime sur son domaine.

Transmissions gramsciennes

Les questions de pédagogie ont été abordées lors de la dernière session ; session orchestrée par les organisateurs de l’atelier, dans la continuité d’un séminaire de recherche tenu à l’UAB depuis plusieurs années. L’intitulé, « Science Popularization » pose au passage un intéressant problème de traduction : il ne correspond ni au français « vulgarisation », pas plus qu’à « diffusion » et pas davantage à la forme substantivée « science populaire ». Ces processus de « popularisation de la science » ont bénéficié d’une intéressante relecture au prisme des développements de Gramsci quant à la distinction entre cultures populaire et dominantes et à leurs étroits rapports. Concernant l’histoire des sciences, les échanges ont été tenus sous l’ombrelle de l’ouvrage de référence de Roger Cooter, The Cultural Meaning of Popular Science. Phrenology and the Organization of Consent in nineteenth-century Britain (1984). Dans ce livre, il poussait à s’affranchir du rejet a priori des sciences populaires en tant qu’objet légitime pour l’historien. Le problème soulevé est fondamental puisqu’il en va de la définition du scientifique. Ceci ne rend que plus manifeste que la reprise d’un corpus conceptuel, ici gramscien, s’inscrit inévitablement en tension entre une volonté d’opérationnalisation contemporaine et une nécessaire historicisation.

L’intellectuel et ses concepts en tension

Deux sessions (période moderne, période contemporaine) ont été consacrées à la notion d’intellectuel. Elles ont compris les communications évoquées précédemment, concernant Biocca et de Martino d’une part, et l’astronome Romañá Pujó d’autre part. Elles ont également compté – entre autres – des présentations prenant pour cas la science jésuite du XVIIIe siècle, ou les luttes de pouvoir au rectorat de l’université de Lisbonne sous la république et sous la dictature.

Les discussions ont porté sur la pertinence du concept gramscien d’intellectuel organique : à propos des cas historiques étudiés mais, également et en miroir, à propos des situations contemporaines du monde savant. On souligna notamment que le trouble actuel suscité par la prétendue « disparition des intellectuels » ne fait que rendre plus manifeste l’historicité de cette catégorie et contraster le traitement que Gramsci lui accordait en son temps. Ainsi, les déclarations se sont faites nombreuses pour appeler au développement d’une histoire des sciences – voire d’une pratique des sciences humaines –qui participerait d’une contre-hégémonie. Il en irait ainsi d’un nécessaire mode d’action, dans un espace scientifique marqué par la précarisation et l’hypertrophie de certain de ses membres (neuro- et cognitivo- aux premiers chefs). Les déclarations de principe s’apprécient pour leur mélodie ; quant au recours à un auteur, l’intimation à la prudence et à la précaution est chose que l’on réserve, le plus souvent, à un autrui indéterminé.

Alors, Gramsci ? Armurerie, armorial ou armoiries ? On interroge : si l’écusson est certainement dispensable, le crochet par l’armorial, lui, apparaît comme une figure obligée des opérations contemporaines de (re)mobilisation critique des espaces académiques. « Why we need Gramsci Now? » interrogeait R. Cooter dans son intervention finale – question cruciale – et de poser un agenda pour cette histoire des sciences contre-hégémonique, au leitmotiv sonore : la science comme hégémonie culturelle[7]. Après la détonation, comment ressort-on d’une telle rencontre, dont l’intitulé même laisse s’échapper une odeur de souffre ? Les affirmations les plus radicales du « Programme fort » et de la sociologie de la connaissance reviennent à l’esprit. Rien d’incongru a-t-on appris : l’historicisme radical de Gramsci ne ferait pas si mauvais ménage avec les perspectives les plus relativistes sur la science. Le rapprochement n’a pas manqué d’être souligné durant les échanges : le postmodernisme fut mentionné comme nid favorable à la transmission et au redéploiement des travaux de Gramsci. Pourtant, là aussi les temps ont changé. Les salves virulentes des tenants des STS des années 1970 laissent le champ scientifique labouré et bien morne. Ils s’en sont allés. L’enthousiasme de la canonnade a emporté bien loin les affuts, et le regard, jeté en arrière, se pose inquiet sur les effets du recul. C’est peut-être là qu’il y croise les ombres rassurantes d’un providentiel secours. Mais droit devant, quoi encore ?

 Sébastien Plutniak

 

Remerciements

Les membres du CEHIC voudront bien voir dans cette évocation de la rencontre de Barcelone, en tout et pour cause stimulante, l’expression de mes remerciements pour l’accueil si sympathique qu’ils me réservèrent pendant un mois !

 


[1]    Dans F. Ricci (dir.), Gramsci dans le texte (1916-1935), Paris : Éditions sociales , 1975.

[2]    Initialement depuis le Mexique, puis la France. Devient Nous Horitzons en 1962. Version numérique disponible http://dialnet.unirioja.es/servlet/revista?codigo=5215. À noter, autre manifestation d’intérêt gramscien, le numéro 191 de 2008 est consacré à un Hommage à Gramsci (disponible en ligne).

[3]    La principale institution leur étant dévolue est l’International Gramsci Society (IGS), fondée en Italie en 1989.

[4]    Au sens, non indexé sur le corpus gramscien, où l’entendent Philippe Losego et Rigas Arvanitis dans le volume de la Revue d’anthropologie des connaissances qu’ils éditèrent, « La science dans les pays non hégémoniques » (vol. 2, no 3, 2008).

[5]    http://bdrupal.hicido.uv.es/

[6]    Pour une étude des effets de la généralisation des canons anglophones dans leur versant éditorial, voir l’étude de David Pontille sur le format IMRAD : Pontille D., 2007, « Matérialité des écrits scientifiques et travail de frontières : le cas du format IMRAD », dans P. Hert et M. Paul-Cavallier (éds), Sciences et frontières, Fernelmont, E.M.E., p. 229–253.

[7]    Jean-Michel Berthelot, parlait d’« emprise du vrai » et en analysait finement les ressorts contemporains et leurs enracinement dans le temps long. Un autre nom pour la même chose ? L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité. Presses Universitaires de France, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.