À propos des buzzwords scientifiques et techniques

Mais l’intérêt d’un tel dossier s’étoffe encore lorsque c’est le quotidien même du laboratoire qui peut se jouer à coups de buzzwords. Lors de la visite d’une importante plate-forme de biologie moléculaire, la directrice évoquait non sans facétie son recrutement :

… L’ancien directeur (…) m’avait préparée au niveau des mots-clés qu’il fallait employer (…), la mouvance (…) à ce moment-là, il fallait dire « interdisciplinarité », il fallait dire « physique », il fallait dire « chimie », il fallait dire « bio ». Il y avait des mots, comme ça, à caser, et je suis sûre que les membres du jury avaient leurs cases avec dix mots et mettaient des croix à chaque fois que je les prononçais. C’est vrai que mon sujet tombait pile là-dedans, mais j’aurais très bien pu ne voir que le côté scientifique, or il fallait dire les bons mots au bon moment, etc.

L’une de ses collègues n’y allait pas non plus par quatre chemins à propos de l’étiquetage de ses recherches :

Dans tout ce que j’ai fait moi jusqu’à maintenant, « nano » ça veut dire « intéressant parce que c’est petit ». Et il y a beaucoup de gens qui utilisent nano dans ce sens-là, c’est-à-dire : parmi les gens qui utilisent le mot « nano », il y a des gens qui travaillent vraiment au nanomètre. Et puis après il y a tout un tas de gens comme moi qui utilisent « nano » parce que ça fait bien, ça permet d’avoir des sous, et surtout, c’est intéressant parce que c’est plus petit. C’est ça que ça veut dire « nano ».

Carrières, dotations et financements, compétitions en tous genres : c’est finalement l’hétéronomie du champ scientifique que les buzzwords semblent signifier. Habituels dans l’industrie, ils rappellent non sans douleur l’ancrage socio-économique inévitable de toute pratique de recherche ; à plus haute fréquence, ils seraient les indicateurs de l’irruption des logiques managériales et concurrentielles dont la communauté des chercheurs s’est plainte avec toujours plus de force ces dernières années – ne se privant pas toujours pour autant de les instrumentaliser. Cette ambiguïté fait alors écho au brouillage des frontières, réel ou proclamé, entre le scientifique et la figure protéiforme de « l’expert » ; au bout du compte, entre l’Académie et la caverne.

Si le dossier d’Alliage représente donc à cet égard une catharsis académique de bonne guerre, il soulève aussi des questions fondamentales, tant au sujet de l’économie lexicale du champ scientifique que du buzz en tant que phénomène de communication. Sans avoir la prétention d’y répondre, cet article se veut une brève réflexion pour tenter d’identifier et d’expliciter quelques-uns de ces problèmes et interrogations.

Un exemple fera facilement voir ce dont il est question. Ouvrons ledit numéro d’Alliage : « Nanotechnologies, biotechnologies, génomique, technologies numériques, cognitives… les innovations technologiques actuelles se présentent à nous enveloppées dans une nuée d’expressions toutes-faites, stéréotypées et bien frappées (…) »[2]. Si l’on s’en tient à la génomique – en deux mots : l’étude exhaustive des gènes –, d’autres font carrément de ce mot l’un des « buzzwords du nouveau millénaire »[3]. Minute papillon ! Génomique, un buzzword ? À quel titre exactement ? Il s’agit d’un domaine émergent majeur des deux dernières décennies, rendu possible par l’avènement de puissants outils bioinformatiques. Rien de remarquable à désigner par un mot original une chose originale. Si l’on examine un peu ce mot, il est on ne peut plus conforme aux principes de déclinaison morphologique typiques de la terminologie scientifique. Le concept de génome date des années 1920, le suffixe –ome est encore antérieur, et le suffixe –ique se trouve dans de nombreux exemples (à commencer par génétique). Cette nouvelle discipline a acté son apparition par des modalités tout à fait ordinaires de mise en visibilité académique (par la création, notamment, d’une nouvelle revue, Genomics). Elle s’est subdivisée en spécialités (génomique structurale, génomique fonctionnelle, pharmacogénomique), comme il arrive à toute nouvelle entité en développement. Alors pourquoi génomique serait-il un buzzword ? Sa visibilité n’est pas survenue de façon soudaine à l’échelle de l’histoire des sciences contemporaines, et ne semble pas non plus dans un porte-à-faux significatif avec son importance scientifique réelle. Il n’est d’ailleurs qu’à rappeler que la matrice dont elle provient, la biologie moléculaire, a beau être une cathédrale scientifique du XXe siècle, cela n’avait pas empêché les sarcasmes selon lesquels biologie moléculaire était « un mot inventé pour récupérer de l’argent »[4], au moment de ses manœuvres de différenciation institutionnelle – et lexicale – d’avec la biochimie dans les années 1960. Si chaque génération disciplinaire doit couper le cordon et lutter pour l’affirmation de son nom, cela suffit-il à qualifier de buzzwords des succès possiblement bien mérités ? Si le nom de tout ce qui « marche » (nouvelle discipline, nouveau concept ou autre) tient lieu de buzzword, si rien ne spécifie davantage cette notion, alors en quoi est-elle problématique ou intéressante ? Plus un résultat ou une théorie ont une prétention importante, plus ils sont susceptibles d’attirer l’attention. C’est normal, et même sans doute rassurant.

Les buzzwords, ça suffixe ? (crédits : stathiskanterakis.com)
Les buzzwords, ça suffixe ? (crédits : stathiskanterakis.com)

D’autres observateurs ont adopté un angle légèrement différent. Le phénomène incriminé, selon eux, ne commence pas avec la génomique, mais du fait que d’autres chercheurs ont emboîté le pas en déclinant de façon systématique l’idée d’une exploration exhaustive d’un niveau biologique donné : le protéome, ensemble des protéines, devient l’objet de la protéomique, et l’on obtient pareillement la transcriptomique, la métabolomique, et ainsi de suite. Le site internet Omics.org recense à ce jour plus de 200 de ces sous-spécialités, apparues pour la plupart dans les années 2000, et dessinant le nouveau paysage dit – cela ne s’invente pas – « post-génomique ». Des voix se sont élevées pour signaler que le processus s’emballait au point de devenir « un flot de buzzwords »[5] ne servant la plupart du temps qu’à rebaptiser des domaines de recherche existants pour leur (re)donner du lustre[6] : utiliser le suffixe -omique, c’est être un « new paradigm guy ». Le doute plane alors naturellement sur l’importance réelle de ce que désignent ces néologismes, au point que le phénomène de détournement ironique mentionné plus haut soit entré dans la danse pour introduire des -omiques fictives et dérisoires. Des réactions normatives apparaissent et cherchent des critères pour tracer une limite entre les -omiques légitimes et les autres[7]. On peut cependant remarquer que parmi ces dizaines de néologismes, nombreux restent plutôt confidentiels. Stricto sensu, cela les fait en principe échapper au concept même de buzz.

Qu’est-ce qui fait alors le buzzword ? Ni le suffixe, ni le radical, manifestement. Peut-être alors une certaine combinaison des deux ? La date d’apparition ? Un certain rapport entre la date d’apparition et la dynamique de visibilité (et dans ce cas laquelle) ? Ou bien par les « lieux » de cette visibilité (médiatisation…) ? Ou encore par un décalage entre l’effet de nouveauté et d’importance introduit par le néologisme, et la nouveauté et l’importance réelles de ce à quoi il renvoie ? Mais ces dernières peuvent-elles être établies sans arbitraire aucun ?

Cet exemple des -omiques et des réactions qu’elles suscitent illustre bien les problèmes en jeu. Rapidement, les critères spontanés par lesquels nous croyons reconnaître un buzzword scientifique ou technique (BST) s’avèrent très relatifs, éventuellement contradictoires. En outre, il semble difficile, voire impossible, de parler des BST sans a priori sur leur légitimité, et sans représentation implicite d’un fonctionnement « normal » de la terminologie scientifique.

Ainsi donc, un terme scientifique ou technique étant donné, existe-t-il des critères objectifs pour le qualifier de buzzword ?

Phénomène nouveau, ou perception nouvelle du phénomène ?

Personne ne semblant en mesure d’aborder cette question d’une définition objective à l’abri des enjeux d’hétéronomie déjà évoqués (et des réactions susceptibles de s’y attacher : agacement, embarras, promotion…), il est incontournable de s’interroger sur la possibilité que l’identification de BST soit un artefact, au moins dans une certaine mesure, et dans des circonstances qu’il conviendrait d’expliciter.

Aucune position statique, neutre ou englobante n’est possible à partir de laquelle décrire l’économie ou l’écologie linguistique (et plus généralement communicationnelle) de la science et de l’industrie : les conditions de réception (ou perception) et d’émission accompagnant une telle description sont elles-mêmes sujettes à une dynamique spécifique et située.

Cette dynamique peut elle-même évoluer, en fonction, on l’a déjà dit, des tensions entre science, industrie et société, mais aussi en fonction de l’avancée des savoirs concernés. Ainsi, les BST sont-ils un phénomène nouveau, ou bien est-ce nous qui avons une conscience nouvelle du phénomène ? Celui-ci est peut-être plus permanent, ou récurrent, qu’on ne pourrait le penser. En parallèle des vagues et cycles divers ponctuant la marche de l’histoire des sciences, les sciences sociales ont progressivement structuré et approfondi leur observation des pratiques et institutions scientifiques, tandis que le milieu de la recherche connaît diverses crises remettant en question ses modèles de publication, de financement, etc. À elles seules, ces évolutions peuvent engendrer des préoccupations inédites et possiblement suffisantes pour révéler un phénomène plus ou moins inaperçu, mais néanmoins (et peut-être parce que) constant, structurel et paradoxalement silencieux. Non que les BST demeuraient inaperçus par le passé[8] ; mais sans doute les conditions de leur mise en mémoire étaient différentes, tout comme leur nature même les condamne à un oubli généralisé (et, pourquoi pas, bien mérité). La transmission des buzzwords ayant vocation à être immédiate plus que transgénérationnelle, à maximiser la synchronie au détriment de la diachronie, qui d’autre que l’historien et les acteurs vivants se souvient des BST du passé ? Cette seule caractéristique pourrait suffire à donner l’illusion d’un phénomène nouveau.

À ces hypothèses déjà complexes sur les conditions de visibilité des BST et leur temporalité s’ajoute une problématique cruciale. Il n’y a pas que la décision de braquer un projecteur sur une zone obscure qui puisse apporter du nouveau : les projecteurs sont eux aussi sujets au changement, affectant les résultats de leur usage. Les dispositifs de « monitoring » évoluent, et, avec eux, l’ampleur et les modalités de la visibilité de la production symbolique scientifique et technique. Mais s’agit-il même seulement, pour ainsi dire, de faire baisser la ligne de flottaison pour découvrir davantage de la partie immergée d’un iceberg ? Et si cette évolution technique ne se contentait pas de soulever un voile, mais interférait avec le phénomène lui-même ? On aurait là un homologue du problème de la mesure bien connu en microphysique, renouvelant à l’heure des Big Data les discussions classiques sur les biais d’observation en sciences humaines et sociales.

Il est intéressant de se demander dans quelle mesure l’observation des buzzwords est performative et modifie les conditions même de leur circulation. Dans son analyse des « formules », orientée surtout sur la communication politique, Alice Krieg-Planque ne considère les médias que comme des opérateurs de circulation, amplifiant la portée de créations verbales qui auraient vu le jour quoiqu’il arrive[9]. C’est ignorer le conditionnement intrinsèque des usages par les dispositifs, susceptible de passer inaperçu non parce qu’il est inexistant, mais parce qu’il est ubiquitaire. C’est aussi pour cette raison qu’il est possible d’en donner divers exemples très concrets, mais redoutablement difficile d’en construire un modèle général empiriquement fondé. En matière de fouille numérique en ligne, les résultats de veille des réseaux sociaux circulent parfois sur les réseaux sociaux et en impactent le comportement dans une mesure mal connue. La performativité dans ce domaine, soupçonnée[10] et affirmée[11] ici ou là, reste une problématique peu explorée[12] et les analyses de réseaux ne semblent pas en tenir compte.

Glisser des mots qui claquent dans les articles, buzziness as usual ? Pour une analyse  toujours pertinente, voir Charles Bazerman, Shaping Written Knowledge. The Genre and Activity of the Experimental Article in Science, Madison, University of Wisconsin Press, 1988
Glisser des mots qui claquent dans les articles, buzziness as usual ? Pour une analyse toujours pertinente, voir Charles Bazerman, Shaping Written Knowledge. The Genre and Activity of the Experimental Article in Science, Madison, University of Wisconsin Press, 1988

Au même titre que des communautés réagissent aux dispositifs qui les observent, il semble clair que la communauté scientifique n’est pas indifférente à la bibliométrie. À côté des débats souvent houleux et des initiatives diverses (contestation des classements de revues…), des études empiriques manquent cependant pour mettre en évidence des corrélations significatives entre mutations des pratiques de communication et évolutions des dispositifs[13]. Si une telle corrélation s’établit, c’est sans doute par l’intermédiaire du numérique. Plus un article est visible sur Internet, plus il a de chances d’être lu et donc cité. Source de débats, une contrainte pyramidale est ici évidente, des plates-formes vers les éditeurs et des éditeurs vers les auteurs, avec le formatage préventif par les instructions aux auteurs[14], ou encore les formulaires de soumission en ligne des manuscrits, limitant parfois drastiquement le nombre de caractères pour le titre et le résumé des articles candidats. Souvent, ces dispositifs invoquent explicitement la nécessité de se conformer au mieux au mode de fonctionnement des moteurs de recherche (voir par exemple les recommandations explicites sur BioMed). Le format IMRD (« Introduction, Méthodes et matériels, Résultats, Discussion »), standard des sciences de la nature depuis plusieurs décennies[15], commence à faire l’épreuve d’un éclatement de l’affichage traditionnel des contenus dans le cadre de nouvelles revues exclusivement numériques[16]. Mais indépendamment de ces impulsions éditoriales se pose la question d’une adaptation spontanée des pratiques des chercheurs eux-mêmes. Dans la marge de manœuvre que les traditions rhétoriques et les gabarits de diffusion laissent aux décisions rhétoriques individuelles des auteurs jouent des effets de mode, mais aussi un libre choix d’essayer d’optimiser son écriture en fonction du format de publication. On peut s’attendre à ce qu’un certain nombre de chercheurs tentent de maximiser leur visibilité académique par des aménagements dans leur style de communication, intégrant en amont même de la structuration de leur propos l’anticipation de ses conditions de circulation. Sur ce point, les données empiriques manquent, et le secteur est mouvant. À ce jour, l’impact sur les pratiques d’écriture reste limité, les structures rhétoriques traditionnelles continuant d’être massivement transposées sur les écrans d’ordinateur (surtout en sciences humaines et sociales)[17]. Mais il suffit de peu, et les paramètres de la visibilité n’ont pas besoin d’être eux-mêmes très visibles. Dès la décision même d’écrire un article, les chercheurs sont amenés à penser de plus en plus en termes de mots-clés et de maximisation de visibilité. Parfois, les titres d’ouvrages ou de séminaires ne consistent plus qu’en une série de mots-clés séparés par des virgules[18]. Si la coïncidence avec la contrainte technique du nombre de mots est frappante, il faut surtout voir que, pour indiquer un contenu scientifique en principe nouveau avec un nombre de plus en plus limité de mots, cette compression d’information incite intrinsèquement à la sélection de termes « percutants », sinon de néologismes. Dans ce sens, c’est typiquement Internet qui favoriserait l’apparition de BST, en tant que milieu technique qui rend directement consubstantiels la diffusion et l’observation de la diffusion. L’hypothèse est un peu plus complexe à formuler que pour d’autres biais d’observation classiques, mais il suffit ici de montrer qu’elle n’est pas absurde.

En résumé, les BST pourraient donc (au moins dans une certaine mesure difficile à connaître précisément) être des artefacts parce que notre perception est hétéronome, c’est-à-dire conditionnée socialement, économiquement, politiquement, et techniquement. Le terme d’artefact peut ici s’entendre de deux façons différentes. Soit il signifie, à la limite, qu’un BST est une illusion, engendrée par notre perception : les BST seraient typiquement les BST des autres, simple fruit de notre jalousie ou de notre agacement vis-à-vis de leur visibilité. Soit, les BST existent bel et bien, mais leurs propriétés sont en interférence avec les instruments par lesquels nous les percevons. Quoi qu’il en soit, c’est toute tentative de les définir en tant que phénomène objectif qui s’en trouve compliquée.

Les BST par-delà l’économie linguistique des sciences et des techniques

Si, pour simplifier le problème d’une caractérisation objective, l’on voulait supposer négligeables ces conditionnements pour essayer de construire une sorte de modèle théorique abstrait de ce qu’est un BST (ou ce qu’il serait dans un éther communicationnel), on se trouverait face à de nouvelles difficultés. Celles-ci renvoient aux aspects les plus fondamentaux de l’économie linguistique des sciences et des techniques.

Si les buzzwords ne sont pas forcément des néologismes, les BST semblent l’être très souvent, sinon à peu près toujours[19] (dans un sens large, c’est-à-dire au moins des expressions nouvelles, éventuellement construites à partir de termes ordinaires, comme « développement durable » ou « zéro émission », ou à partir d’emprunts ou d’adaptations dans un nouveau domaine). En tous cas, ils se présentent plus ou moins comme tels, puisqu’ils sont supposés signifier de la nouveauté, véhiculer un effet de nouveauté. Cela veut-il dire qu’on pourrait les identifier à partir de leur  inscription (dont il faudrait alors préciser les modalités) dans un mode spécifique de génération et de régulation des néologismes scientifiques et techniques ? Est-ce une façon de trouver la réponse à la question de l’existence de critères objectifs pour définir les BST ?

La régulation terminologique est partie intégrante de la recherche scientifique et de la standardisation technique. Des institutions spéciales coordonnent des propositions individuelles qui tendent déjà à optimiser leur appellation en vue de s’intégrer dans le canevas général de la niche où elles visent à opérer. À côté d’une forme d’universalité ou de pseudo universalité – il suffit de voir le poids paradigmatique de l’idéal d’une « langue bien faite » dans l’histoire de la rationalité –, l’expression scientifique et technique vise certaines caractéristiques répertoriées par des chercheurs de différents courants, francophones ou étrangers, récents ou plus anciens[20] : réduction de la polysémie et de la synonymie (monoréférentialité), abstraction, densité informationnelle, modularité de l’argumentation, modalisations codifiées… Cette liste (qui n’a pas la prétention d’être complète) constitue un horizon normatif plus qu’une séparation de fait d’avec la langue « ordinaire », qui conduit à une certaine stéréotypie répondant à des impératifs fonctionnels, et qui confère à la rhétorique scientifique courante un aspect économe et peu emphatique. Cette normativité s’observe à différentes échelles de temps auxquelles elle opère, le lien entre tendances longues[21] et régulations locales « quotidiennes », entre le macro et le micro, restant à préciser. Dans son « histoire cognitive » des mathématiques de l’Antiquité grecque, R. Netz décrit des mécanismes qui semblent constants et permanents au sein d’une petite communauté quasi ésotérique. Non sans rappeler la « raréfaction » qu’évoquait Foucault[22], il parle d’une « brutale rétention sélective de mots », dressant le portrait d’un système auto-optimisateur aride[23]. Vu sous cet angle, il n’est guère surprenant que les pionniers de la traduction automatique aient songé aux textes mathématiques comme matière première toute indiquée pour défendre la faisabilité de leur projet[24].

languefranPuisqu’une part essentielle de la recherche consiste à ramener l’inconnu à du connu, le « scepticisme organisé » s’avère facilement misonéiste en matière terminologique. Pourtant, il ne faudrait pas oublier la face créative. L’idée de science comme langue rationnelle universelle renvoie généralement à une image décharnée, mécanique, déshumanisée du langage, à laquelle on opposerait volontiers les fleurissements subtils de la poésie et de la littérature. Il faut donc bien rappeler à quel point les vocabulaires scientifiques et techniques sont l’objet d’une inventivité intense. Guilbert en fait « un domaine privilégié où se manifeste un mouvement néologique du lexique » :

La stabilité relative du lexique général pourrait être opposée à un mouvement accéléré propre aux vocabulaires techniques. Dans le mouvement général du lexique français constaté entre 1949 et 1960 par l’étude de deux éditions d’un dictionnaire d’usage, le Petit Larousse, on peut constater, en effet, que sur 3 973 mots ajoutés, 350 appartiennent au vocabulaire général et 3 266 peuvent être classés dans les sciences humaines et les sciences exactes. Dans le tableau des suppressions, 252 relèvent du vocabulaire général et 429 des vocabulaires scientifiques et techniques. Cette statistique suggère un renouvellement et un enrichissement beaucoup plus rapides dans le domaine technique. Dans le lexique général, on assiste à une multiplication des emplois différenciés d’un même mot, donc à l’accentuation de la polysémie. Dans les vocabulaires scientifiques et techniques, un certain nombre de termes disparaissent avec les outils, les procédés de fabrication, et les concepts vieillis. De là provient la tendance à la création de nouveaux mots avec l’apparition de nouvelles choses plutôt qu’à la diversification sémantique de termes déjà existants.[25]

Cette longue citation indique donc qu’il n’y a aucune contradiction à associer écrémage sévère du lexique et création buissonnante : d’une part la monoréférentialité corrige, et non bloque, la néologie ; et d’autre part, au contraire, elle oblige à un engendrement lexical permanent pour indexer la terminologie au rythme des inventions et découvertes. Pour s’apercevoir que nous sommes loin d’en avoir fini avec cet engendrement, il suffit alors de considérer la mince proportion des objets connus par rapport aux estimations de tout ce que nous ne connaissons pas (soit, environ, 95% de la masse et de l’énergie de l’Univers, plus de 70% des espèces terrestres et entre un et deux tiers des espèces sous-marines, le rôle de 80% de l’ADN, etc).

S’il faut chercher les BST du côté de la néologie, il n’est sans doute pas anodin de considérer que celle-ci n’est pas toujours-déjà indexée aux nouveaux objets inventés ou découverts : il y a un écart dynamique entre néologie totale et « néologie utile ». En guise d’exemple, une étude sur l’évolution du recensement de la biodiversité marine depuis 1750 montre que nous découvrons de plus en plus d’espèces, avec une proportion décroissante de doublons (synonymes)[26].

Évolution comparée du nombre d’espèces marines découvertes (cercles gris clair) et du nombre d’espèces validées (triangles noirs). Les courbes représentent des moyennes mobiles. L’écart entre les deux représente la part des doublons taxinomiques. Plus la courbe grise colle à la courbe noire, plus la néologie est donc indexée au rythme réel des découvertes.(Reproduit de W. Appeltans et alii, op. cit., Fig. 2, p. 2197)
Évolution comparée du nombre d’espèces marines découvertes (cercles gris clair) et du nombre d’espèces validées (triangles noirs). Les courbes représentent des moyennes mobiles. L’écart entre les deux représente la part des doublons taxinomiques. Plus la courbe grise colle à la courbe noire, plus la néologie est donc indexée au rythme réel des découvertes. (Reproduit de W. Appeltans et alii, op. cit., Fig. 2, p. 2197.)

Autrement dit, le nombre de noms augmente, tandis que de moins en moins de noms indépendants sont donnés simultanément aux mêmes espèces (ce que l’on peut interpréter comme un indicateur de l’intensification globale de la communication et de l’intégration de l’information au sein du champ scientifique). L’accroissement de la néologie tend donc ici à devenir absolu et à s’accélérer, tout en s’inscrivant dans le sens de la monoréférentialité.

Récapitulons : on creuse ici la piste d’une caractérisation des BST sur la base du fond linguistique à partir duquel on voudrait savoir s’ils se détachent en tant que phénomène discursif spécifique. Lorsqu’on essaye d’objectiver cette toile de fond de l’économie linguistique des sciences et des techniques, apparaît une « tension essentielle » (pour paraphraser Thomas S. Kuhn) entre création et épuration lexicales. L’image de la terminologie scientifique qui s’en dégage est celle d’un régime dynamique en régulation. Dans le cas de la taxinomie marine, on observe une optimisation de la néologie sur le long terme, c’est-à-dire une maximisation de la néologie « utile » au détriment d’une néologie redondante. Dispose-t-on alors d’un moyen d’isoler ou de repérer les BST, particulièrement en les cherchant du côté de la néologie ?

Avec le modèle d’un régime régulé pointe la tentation d’interpréter les BST comme le résultat d’un dysfonctionnement, d’une régulation insuffisante de la néologie : les BST seraient une « mauvaise néologie », une néologie « anormale » – « parasitaire », écrit même Quemada au sujet des produits de l’industrie[27]. Il est alors très évident que l’on ne se situerait pas dans une forme de description dénuée de jugements de valeur (conformément d’ailleurs à une critique classique adressée au fonctionnalisme). La comparaison des buzzwords à des métastases, que cet article s’est permise à un stade introductif auquel il pouvait encore s’autoriser une certaine légèreté, relève de ce type de description à fort arrière-plan axiologique ou normatif.

Tournons-nous alors vers un autre registre métaphorique tentant pour essayer de situer différentiellement les BST dans une typologie des néologismes : au regard de l’écart dynamique enter néologie utile et néologie totale, on pourrait comparer les BST à un accroissement « spéculatif » de la néologie, c’est-à-dire, sur le modèle du bruitage de valeurs boursières, à une « bulle terminologique » de signifiants flottants non indexés à la valeur réelle des découvertes et inventions, visant justement à fausser la perception de ces valeurs sur différents marchés (c’est-à-dire entre différents champs scientifiques et technologiques, et entre ces champs et d’autres sphères sociales). Notamment, l’un des reproches fréquents faits aux BST est de servir d’outres neuves à du vieux vin. Ce modèle, en dépit de raccourcis éventuellement séduisants – c’est le principe des modèles –, ne parvient pas davantage à dégager des critères objectifs dépourvus de jugements de valeurs. D’une part, il suppose une intention de fausser la valeur, postulat déjà signalé au début de l’article concernant la suspicion que les BST seraient intrinsèquement et systématiquement néfastes ; d’autre part, il suppose une connaissance de ce qui serait la valeur véritable des découvertes et inventions, c’est-à-dire une estimation de leur teneur réelle, de leur importance. En fait, c’est la question de l’indexation comme critère qui est posée. En effet, l’on pourrait rétorquer : « Vous passez directement de la quantité des découvertes et inventions à leur valeur ; or, si l’on s’en tient à la quantité, n’a-t-on pas justement une mesure objective ? ». À vrai dire, même lorsqu’on s’en tient aux quantités de découvertes ou de brevets, les valeurs y sont déjà implémentées par des institutions au moment où celles-ci discriminent les véritables découvertes et inventions, lorsqu’elles les reconnaissent comme telles. Or, on peut justement se demander si les BST n’interviendraient pas en amont de ce processus de reconnaissance institutionnelle, peut-être précisément pour l’influencer. Cela signifie au moins, en tous cas, que l’on ne peut pas exclure qu’une part non négligeable des BST existe avant l’enregistrement de ce qui doit compter comme découverte ou invention, faisant de ces dernières un indicateur sujet à caution.

Alors, en s’attaquant plutôt aux lexiques bruts, peut-on trouver une façon particulière de distinguer les BST au sein de l’ensemble des néologismes existant à un moment donné ? Pourrait-on concevoir un logiciel qui, lorsqu’on lui soumet un terme, effectue des analyses de la littérature scientifique et réponde par oui ou par non ? Ou calcule un coefficient de buzz associé à ce mot ? Les BST ont-ils une signature lexicométrique ?

Un modèle vient à l’esprit, élaboré voici une dizaine d’années par le cabinet de conseil en technologies de l’information Gartner, sous le nom de hype cycle. Ce modèle représente une courbe d’évolution prétendument typique de la visibilité d’une nouvelle technologie : avant son adoption, elle connaîtrait un pic abrupt de visibilité, qui s’effondrerait avant que ne commence le véritable processus d’adoption.

Adopte un buzzword (source : Wikipédia, http://en.wikipedia.org/wiki/Hype_cycle)
Adopte un buzzword (source : Wikipédia, http://en.wikipedia.org/wiki/Hype_cycle)

La piste à suivre est alors que les buzzwords seraient le pendant linguistique de la hype. Un terme qui se comporterait conformément à ce pic se qualifierait comme buzzword. En supposant cette courbe fiable, et la corrélation hype-buzzwords valable, l’inconvénient demeure d’une définition restrictive, déjà aperçue, qui limiterait le phénomène hype-buzzwords à n’être qu’un feu de paille, c’est-à-dire un engouement en quelque sorte non fondé, une illusion et sa dissipation. Si  « boson de Higgs » devient un buzzword suite à la découverte de la particule, on ne voit pas ce que cela retire à la réalité, la légitimité et l’importance de cette découverte. Quoiqu’il en soit, la fiabilité du hype cycle a été largement mise en doute à plusieurs égards qu’on ne détaillera pas ici. On se contentera, dans le fil de l’argumentation, de relever que cette forme supposée typique est en fait une exception plus qu’une règle. Des méthodes de plus en plus puissantes appliquées à la fouille de mots commencent à être utilisées pour aborder ce type de questions avec de grands corpus[28]. Si la signification des données obtenues n’est pas toujours évidente, au moins cela permet-il de débouter toute prétention universalisante de la hype curve du cabinet Gartner. Des pics n’en existent pas moins : on en observe, très analogues à des secousses sismiques[29], en réaction à des événements marquants dans des contextes caractéristiques (blogs, cours de bourse). La question est alors de savoir si ce type d’effet se présente également en contexte scientifique ou technologique. Le simple fait qu’on s’y trouve à des échelles de temps différentes rend déjà cela incertain, puisque les conditions de circulation des énoncés différeront d’autant, et puisque les « événements » auxquels ils réagissent sont moins soudains que dans la vie politique ou économique. Des premiers coups de sonde comparatifs sur des cas choisis laissent surtout entrevoir la complexité et la diversité des hype patterns[30]. Par l’autre bout de la lorgnette, la détection sans présélection des sujets de recherche émergents au moyen des mots-clés des articles (ici en biologie sur les trente dernières années[31]) semble une méthode alléchante, qui montre dans le cas présent que la plupart des mots-clés porteurs datent d’avant les années 1970 et sont devenus porteurs bien plus tard. Ceci s’explique notamment parce que l’évolution des instruments permet d’aborder des questions anciennes à nouveaux frais, les ramenant ainsi sur le devant de la scène. Outre la complexité supplémentaire qu’apportent ces bouclages récursifs à l’étude des dynamiques de visibilité, ils remettent en question l’identification des BST à une catégorie particulière de néologismes. Faut-il malgré tout conserver ce critère et exclure l’étude des groupes de mots-clés des procédures de construction d’une définition des BST ? On voit qu’un élément d’arbitraire semble difficile à évacuer, et que les moyens techniques d’exploration lexicale ne suffisent pas à fournir un modèle « naturel » de BST. On ne peut pas reconnaître un BST sur une base lexicométrique, car il n’y a pas de BST de référence (ou plutôt : on peut choisir celui qu’on veut, mais justement pourquoi tel et non tel autre?).

Il n’y a pas « des buzzwords », il y a des mots en régime de buzz

Le dossier d’Alliage met le doigt sur un objet complexe et problématique. Le format adopté d’une série d’études de cas semble pertinent pour en poursuivre l’analyse : on conclut ici en effet à l’absence de critères objectifs pour l’identification indiscutable de buzzwords. En accord avec la définition des « formules » en analyse de discours (politique) donnée par Krieg-Planque, on émet des doutes très prononcés sur la possibilité d’une caractérisation purement lexicale ou lexicométrique du phénomène buzzword : il s’agit d’un phénomène discursif plus que linguistique[32]. Ce point de vue amène à considérer qu’il n’y a pas à strictement parler de buzzwords, mais des mots qui peuvent se trouver temporairement en régime de buzz. Si l’on peut construire les buzzwords en tant qu’objets d’étude, il s’agit d’éviter de les réifier. Un buzzword est un praxème plus qu’un léxème, on en rate précisément les enjeux lorsqu’on se focalise sur le mot même. Si c’est à la limite le dispositif sous-jacent (Powerpoint, etc.) qui fait le buzzword, celui-ci fonctionne comme une image (il suffit de penser aux marques qui en sont venues à supprimer purement et simplement leur nom pour le remplacer par un logo), le mot cachant alors la forêt du dispositif.

Toi aussi, joue à BuzzWord (crédits : n'importe quel revendeur qui accepte les cartes de crédit)
Toi aussi, joue à BuzzWord (crédits : n’importe quel revendeur qui accepte les cartes de crédit)

La notion de régime de buzz souligne l’importance surdéterminante de contextes sociaux largement marqués par une obsession pour l’innovation, en proie à d’âpres logiques compétitives, et sujets à des renouvellements de leur modes de mise en visibilité et de la façon dont ils s’en approprient l’évaluation. En raison de cette importance des logiques sociales concernées, on conclut qu’il n’est pas possible de caractériser des buzzwords sans jugement de valeur intrinsèque. Cela signifie que toute étude du phénomène devrait inclure un tant soit peu d’explicitation réflexive du point de vue adopté à cet égard. C’est aussi une raison justifiant l’approche par études de cas comparatives, la comparaison, en tant que dispositif épistémologique d’explicitation « extrinsèque », pouvant faire ressortir les préjugés des analyses individuelles.

La complexité des « contextes » impliqués par les BST appelle un croisement des échelles et des formats d’analyse où la sociologie, l’analyse de discours, l’histoire des sciences, l’histoire des techniques, ont à converser avec les sciences de l’information et de la communication. On ne préconise cependant pas d’exclure les approches lexicométriques de ce tableau. Même si l’on ne va pas trouver des BST en cherchant à l’aveugle des mots isolés, rien n’indique que des marqueurs plus complexes ne pourraient être construits, à partir d’associations de certains types de mots qui permettraient d’identifier des rhétoriques spécifiques, et éventuellement des mélanges de genre (marketing et science), à la manière, par exemple, des marqueurs de sensationnalisme mis en évidence dans le journalisme scientifique[33] ou des marqueurs d’informalisation et de personnalisation dans les blogs de science[34].

Terminons en rappelant et soulignant de façon schématique les difficultés à saisir et situer le phénomène des buzzwords. De façon générale, on désigne par ce mot des expressions à succès plus ou moins rapide et endémique, et/ou des expressions relevant de ce que l’on peut appeler la novlangue managériale. Or il ne s’agit pas de deux ensembles qui se superposent parfaitement : des néologismes manageriaux peuvent rester obscurs, tandis que des expressions à la mode n’ont bien sûr pas besoin d’avoir été pensées par des conseillers du Prince. Placer alors les buzzwords à l’intersection de ces deux ensembles est-il une solution satisfaisante ? Il paraît clair qu’elle ne fera pas l’unanimité si elle exclut de nombreuses expressions à la mode. Si maintenant l’on y ajoute l’ensemble du vocabulaire scientifique et technique, l’intersection des trois ensembles est-il le lieu des BST ? La topique obtenue n’a au mieux qu’une valeur de première approximation : si l’ensemble vocabulaire scientifique et technique peut être assez bien délimité, il n’en va pas de même pour celui des expressions à succès rapide (la rapidité et le succès n’étant objectivables que de façon relative, comparative), et encore moins pour celui de la novlangue managériale, probablement impossible à objectiver. Une alternative serait de considérer que cet ensemble n’est pas distinct de celui du vocabulaire scientifique et technique, mais qu’il contient justement tous les termes techniques indûment forgés pour s’immiscer dans toutes sortes de problématiques sociales, politiques ou morales en les lissant (technicien de surface, dommage collatéral, etc., la technicisation du vocabulaire visant et débouchant paradoxalement sur une perte de précision par rapport à la langue courante). La composition de cet ensemble sera alors dépendante du jugement de chacun quant à ce qui est concerné ou non par ce « indûment ».

Cette conclusion sceptique peut amener les chercheurs à maudire toujours davantage ces buzzwords qu’ils seront obligés de regarder passer dans un état d’impuissance dépendant peut-être  – c’est la note finale d’espoir – de leur réaction scientifique, que cet article n’avait d’autre but que d’appeler de ses vœux.

Ronan Le Roux

Image en bandeau : A neat sign at the Science Museum of Minnesota in St. Paul, by Nic McPhee, 2006, via Flickr.


[1] Alliage n°72, 2013.
[2] Bernadette Bensaude-Vincent : «Le bourdonnement des technosciences. Réflexions sur quelques buzzwords », introduction au dossier « Technobuzz », Alliage n° 72, 2013, p. 23.
[3] Joshua Lederberg et Alexa McCraw : « ‘Ome sweet ‘omics – a genealogical treasury of words », The Scientist, vol. 15, n° 7, 2001, p. 8.
[4] Cf. Jean-Paul Gaudillière : « Chimie biologique ou biologie moléculaire ? La biochimie au CNRS dans les années soixante », Cahiers pour l’histoire du CNRS n° 7, 1990, p. 15.
[5] Robert Lee Hotz : « Here’s an Omical Tale: Scientists Discover Spreading Suffix  », The Wall Street Journal, 13 août 2012.
[6] David Colquhoun : « Too Many ‘Omics », The Scientist, vol. 19, n° 3, 2005, p. 8.
[7] Jonathan Eisen : « Badomics words and the power and peril of the ome-meme », Gigascience, vol.1, n° 6, 2012.
[8] Par exemple, Guilbaud écrivait en 1954 que « comme adjectif [le nom de cybernétique] est en passe de devenir un vague substitut de « formidable » ou « sensationnel », à l’instar d’atomique (aujourd’hui), d’aérodynamique (naguère), et de quelques autres » (Georges Théodule Guilbaud : La cybernétique, Paris, PUF, 1954, p. 8).
[9] Alice Krieg-Planque : La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2009, p. 125 sq : « Les médias ont dans la fabrication des formules un rôle de publicisation, mais ils apparaissent plus fréquemment comme des opérateurs de circulation que comme des créateurs ou des initiateurs. (…) En voyant que les acteurs socio-politiques sont, plus que les journalistes, les initiateurs des formules, et partant du fait que les formules sont des enjeux, nous pouvons poser la question du caractère nécessaire des formules dans l’espaces public et pour le politique ». Pour cette auteure, il suffit que les journalistes ne soient pas à l’origine des formules pour affirmer que les médias en général n’ont pas de rôle dans la création de ces formules. Mais peut-on vraiment imaginer un espace public et une action politique dans lesquelles toute rhétorique se fabriquerait sans considération aucune pour les conditions de sa circulation ? Ce n’est pas parce que les formules sont créées par les politiques et non par les journalistes que les premiers les créent sans être toujours-déjà influencés par l’écosystème médiatique susceptible de configurer à l’avance l’existence même et les caractéristiques fondamentales des énoncés. Quand bien même un tel état mythique de la communication politique aurait existé, ce n’est vraisemblablement plus le cas à l’heure de Twitter.
[10] La blogosphère s’en fait l’écho : http://chiefsocialofficer.com/do-you-like-being-watched-the-uncertainty-principle-and-social-media-marketing/ ; http://seanwood.me/post/54917716944/observer-effect-have-we-gone-quantum ; http://fringethoughts.wordpress.com/2008/03/06/performativity-networks-and-the-problem-of-power/.
[11] L’ouvrage de Dominique Boullier et Audrey Lohard (Opinion mining et Sentiment analysis . Méthodes et outils, Open Edition Press, Sciences Po Medialab, 2012) y fait plusieurs allusions.
[12] L’étude la plus construite consacrée au sujet, s’il en existe d’autres, semble être l’article du sociologue Kieran Healy : « The Performativity of Networks ».
[13] Depuis le tournant évaluatif de la bibliométrie dans les années 1970, s’entend. Le conditionnement technique des pratiques de communication, écrite comme orale (il suffira ici d’évoquer Powerpoint), est néanmoins à situer dans un temps long, car l’on ne peut établir de comparaison avec un temps (mythique) où les hommes auraient communiqué sans médiation.
[14] Béatrice Milard : « La mise en forme des publications scientifiques : entre routines, contraintes et organisation de l’expérience collective », in F. Gaudez (dir.), Sociologie des arts, sociologie des sciences, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 203-212.
[15] Luciana B. Sollaci et Mauricio G. Pereira : « The introduction, methods, results, and discussion (IMRAD) structure: a fifty-year survey », Journal of the Medical Library Association, n° 92, vol. 3, p. 364-371.
[16] Pour un aperçu résumé, voir par exemple le §3.2 de Joachim Schöpfel  : « Les mutations du paysage de l’information scientifique  », in Denecker & Durand-Barthez (dir.), La formation des doctorants à l’information scientifique et technique, Presses de l’ENSSIB, Lyon, 2011, p. 17-37.
[17] Stéphanie Delmotte : « Publications scientifiques en sciences humaines. L’argumentation dans l’accès aux savoirs dans l’édition numérique », Cahiers du numérique, n° 2, vol. 5, 2009, p. 53-84.
[18] On a ainsi vu apparaître une vogue des titres en trois mots, comme : « Territoires, intersubjectivité, herméneutique » (exemple fictif).
[19] Faut-il considérer comme des exceptions ces syntagmes qui renaissent de leurs cendres (comme « neurophysiologie », « biologie cellulaire », ou « épigénétique »), après avoir été enterrés parfois pendant deux ou trois décennies ? Le progrès scientifique n’est pas linéaire et connaît aussi des retours de mode, bien qu’il ne s’agisse pas de revenir exactement au stade précédent. Ces secondes vagues ont-elles alors le même statut que les premières ?
[20] Linguistique, sociologie, analyse de discours, rhétorique, histoire des sciences… Il n’est pas possible de citer tout le monde. On peut évoquer par exemple Zhihui Fang : « Scientific literacy: A systemic functional linguistics perspective », Science Education, vol. 89, n° 2, 2005, p. 335-347. Côté francophone, on peut mentionner le dossier de la revue Langue Française sur « Les vocabulaires scientifiques et techniques », et notamment l’article de Louis Guilbert : « La spécificité du terme scientifique et technique », Langue Française, n° 17, 1973, p. 31-43.
[21] Charles Bazerman : « Modern Evolution of the Experimental Report in Physics: Spectroscopic Articles in Physical Review, 1893-1980 »,  Social Studies of Science, vol. 14, n° 2, 1984, p. 163-196 (repris dans : Charles Bazerman, Shaping Written Knowledge. The genre and activity of the  experimental article in science, Madison, The University of Wisconsin Press, ch. 7, p. 153-186) ; Michell Brüss, Michael J. Albers et Danielle McNamera : « Changes in Scientific Articles Over Two Hundred Years: A Coh-metrix Analysis », Proceedings of the ACM 22nd International Conference on Computer Documentation, New York, ACM Press, 2004, p. 104-109.
[22] Michel Foucault : L’ordre du discours, Paris, Flammarion, 1971.
[23] Reviel Netz : The shaping of deduction in Greek mathematics: a study in cognitive history, Cambridge (UK), Cambridge University Press, 1999, p. 108. « Pour résumer sur [l’élimination des] synonymes : le lexique mathématique grec de premier ordre n’accumule pas de mots. Diachroniquement, il ne fait pas l’objet d’une sédimentation, mais d’une érosion graduelle » (p. 111).
[24] Warren Weaver : « Translation », in W. N. Locke et A. D. Booth (dir.), Machine Translation of Languages. Fourteen Essays, Cambridge (Ma) : The MIT Press / New York : Wiley & Sons, Inc. / Londres : Chapman & Hall, Ltd., 1955, p. 15-23. Ce mémo est considéré comme le coup d’envoi de la traduction automatique.
[25] Louis Guilbert, op. cit., p. 7, 8.
[26] Ward Appeltans et alii : « The Magnitude of Global Marine Species Diversity », Current Biology, n° 22, 2012, p. 2189-2202.
[27] « L’innovation permanente, le mythe du progrès et la concurrence de principe ajoutent à l’intense prolifération des terminologies des techniques qui caractérise l’âge industriel et commercial. Cela ne va pas sans favoriser aussi une forte néologie parasitaire faite de créations parallèles, d’emprunts superflus, de surenchères sans objet ou de superpositions imprécises. L’accélération de la néologie technique a pour conséquence essentielle de ne plus laisser le temps à l’économie linguistique le temps d’opérer » (Bernard Quemada : « Technique et langage », in B. Gille (dir.), Histoire des techniques, Encyclopédie de la Pléïade, Paris, Gallimard,p. 1236-1237).
[28] Alexander M. Petersen, Joel Tenenbaum, Shlomo Havlin et H. Eugene Stanley : « Statistical Laws Governing Fluctuations in Word Use from Word Birth to Word Death », Nature Scientific Reports n° 2, 2012, article n°313 DOI:10.1038/srep00313.
[29] Peter Klimeka, Werner Bayera, Stefan Thurner : « The blogosphere as an excitable social medium: Richter’s and Omori’s Law in media coverage », Physica A: Statistical Mechanics and its Applications, vol. 390, n° 21-22, 2011, p. 3870–3875.
[30] Harro van Lente, Charlotte Spitters et Alexander Peine : « Comparing technological hype cycles: Towards a theory », Technological Forecasting & Social Change, vol. 80, n° 8, 2013, p. 1615-1628.
[31] Ryosuke L. Ohniwa, Aiko Hibino et Kunio Takeyasu : « Trends in research foci in life science fields over the last 30 years monitored by emerging topics », Scientometrics, n° 85, 2010, p. 111-127.
[32] Alice Krieg-Planque, op. cit.
[33] Susan Peck MacDonald : « The Language of Journalism in Treatments of Hormone Replacement News », Written Communication, vol. 22, n° 3, 2005, 275-297.
[34] Catherine Snow : « Academic Language and the Challenge of Reading for Learning About Science », Science, vol. 328, 2010, p. 450-452 ; María José Luzón : « Public Communication of Science in Blogs. Recontextualizing Scientific Discourse for a Diversified Audience », Written Communication, vol. 30, n° 4, 2013, p. 428-457.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *