Tous les articles par Rédaction

L’évidence du point de vue satellisé (1)

Application Google Earth sur Android
Application Google Earth sur Android

La dissémination d’images satellites dans les médias et la prolifération d’innombrables applications techniques dans la vie quotidienne (géolocalisation par GPS, applications de smartphones, Google Earth…), ainsi que la publication de plus en plus soutenue d’ouvrages et d’articles de spécialistes sur la question m’ont donné envie de publier une série de billets tirés d’un rapport de recherche qui somnolait sur mon disque dur. Il y est précisément question du statut, de la production et de la mise en circulation de ces images. Rédigé en 2011 en collaboration avec Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, EHESS) dans le cadre d’un contrat de recherche financé par le Centre National d’Études Spatiales (Cnes), ce rapport d’une centaine de pages visait à tester l’efficace d’une sociologie pragmatique sur le thème à spectre large de l’appropriation sociale des données satellitaires[1]. Comment ces dernières sont « domestiquées » par une variété de communautés d’utilisateurs ? Quels changements induisent-elles dans la perception de la réalité ? Quelle en est la valeur ? Parmi la gamme des données analysables à l’aune de cette problématique, les images étaient les plus accessibles et les plus visibles. Leur interprétation sémiologique pouvait faire émerger de nouveaux problèmes sur l’acculturation des données issues de la technologie satellite. C’est en somme une ligne d’enquête classique de la sociologie des usages des techniques, qu’il s’agissait de mettre à l’épreuve d’un nouveau corpus d’objets.

Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)
Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)

Pour les étudier, on peut naturellement s’appuyer sur la sociologie et l’histoire des techniques astronautiques, en particulier des techniques d’imagerie par télédétection, mais aussi à la sémiologie, à la philosophie, à l’histoire de l’art et ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui les « études visuelles » (visual studies). Ces croisements peuvent donner de beaux résultats. On peut mentionner, parmi les publications les plus récentes, le très « visuel » ouvrage de Laura Kurgan, Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics (MIT Press, 2013). Professeure d’architecture à Columbia University, l’auteure explore avec force images le genre de représentations que les technologies satellites contribuent à engendrer (images, bases de données, GPS, systèmes d’information géographique, spatio-cartes, vues synoptiques offertes par Google Earth) et à diffuser à l’échelle de la planète au moyen notamment des satellites de télécommunication. Depuis les premiers satellites de reconnaissance en opération durant la Guerre froide (cas classique de Corona) jusqu’à l’omniprésence actuelle des images satellites issues des systèmes d’observation à haute-résolution du type SPOT (en France, depuis 1986) ou Quickbird et Ikonos (USA), les exemples ne manquent pas. Laura Kurgan s’arrête notamment sur l’effet de représentation des images produites au moment de la guerre du Golfe (1991), au Kossovo (1999) ou à Manhattan au lendemain du 11 septembre 2001. Dans ces exemples, le flottement est manifeste entre ce qui relève de l’observation et de la surveillance, et il est intéressant d’étudier comment les images sont parlées ou surinterprétées pour servir des fins très terre à terre. On se souvient de l’usage fait par Colin Powell à l’ONU en 2003 d’images supposées objectiver la possession d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein. La transparence, souligne Laura Kurgan après Lisa Parks[2] (p. 24-29), était toute relative ; opaques, ces représentations révélaient les manipulations sémiotiques et les montages rendus possibles par cette view from nowhere orbitale. En résumé, Close Up at a Distance passe en revue les différents aspects et la dynamique de diffusion du « régime visuel » institué par ces techniques de télédétection. Ce livre comme d’autres récemment publiés[3] permettent ainsi de prendre toute la mesure de ces fictions de réalité qui frappent la rétine.

Continuer la lecture de L’évidence du point de vue satellisé (1)

Galilée hérétique, trente ans après. Réponse à une re-lecture récente

Suite à la publication, sur ce carnet, du billet de Jérôme Lamy sur une relecture de Galilée hérétique, nous avons sollicité son auteur, Pietro Redondi, pour qu’il nous livre ses propres impressions sur la réception de son ouvrage paru il y a maintenant trente ans. Il nous retrace ici les points aveugles des critiques qui lui ont été adressées et trace les perspectives d’une poursuite de son travail historien.

Galilée devant le Saint-Office au Vatican, par Joseph-Nicolas Robert-Fleury, 1847.
Galilée devant le Saint-Office au Vatican, par Joseph-Nicolas Robert-Fleury, 1847

En lisant le billet de Jérôme Lamy sur sa lecture de mon ouvrage Galilée hérétique, j’ai été très touché par la sincérité de son texte et sa façon de la communiquer au lecteur. Je me suis aperçu que j’aurais mieux fait de mettre davantage au clair ce qui, à mes yeux, constituait les points les plus importants de ma reconstruction et les perspectives à poursuivre. À mon avis, par exemple, le document de loin le plus important de l’accusation théologique contre l’auteur de l’Essayeur (et indirectement contre ses protecteurs au Vatican), ce n’est pas tellement le document G3, mais le livre Ratio ponderum, qui, bien qu’interdit à Rome, divulguait  une telle accusation tout en cherchant à embarrasser le Saint-Office en le mettant devant ses responsabilités. Et pourtant les commentateurs de mon livre n’ont jamais prêté beaucoup d’intérêt à cette publication. Elle est passée presque inaperçue et c’est probablement de ma faute.

Continuer la lecture de Galilée hérétique, trente ans après. Réponse à une re-lecture récente

L’historien sur la table des opérations

À partir de Sylvie Lindeperg, La voie des images. Quatre histoires de tournage au printemps-été 1944, Paris, Éditions Verdier, 2013, 288 p.

La voie des imagesPenser par le cinéma, penser par les images, sérieusement s’entend, c’est-à-dire en les considérant comme producteurs de savoirs, suppose d’en dépasser l’usage purement illustratif. Pour ma première contribution à Zilsel, je vais user d’un tour connu des amateurs de cinéma des premiers temps, l’escamotage, puisqu’à la place d’un billet en bonne et due forme je reviens sur la dernière publication d’une historienne du cinéma, Sylvie Lindeperg. Cela me permettra en effet d’introduire une réflexion élargie qui, au fil des billets, portera à la fois sur les statuts de l’« image » et du « visuel » dans la recherche en sciences humaines et sociales et dans les science studies, mais également sur le possible (l’improbable ?) métier de chercheur-spécialiste-en « études cinématographiques et audiovisuelles » et/ou en « études visuelles ». Je dis bien « possible » car de récents exemples montrent que n’importe quel universitaire, à condition qu’il se munisse d’un appareil d’enregistrement et glose sur ses photos de séjours vagabonds, à l’occasion de colloques ou de vacances, peut se ranger parmi lesdits spécialistes et commettre des ouvrages qui traiteront de tout sauf d’image. De la même manière, les films à succès (Matrix et consorts) — car je m’intéresse au premier chef aux films — n’ont pas été comme on dit bankables seulement pour les producteurs : certains philosophes en quête de reconnaissance ont su en tirer un profit (symbolique) non négligeable. Seulement, existe-t-il un véritable domaine, je n’ose parler de « champ », qui régulerait tout ça ? L’entreprise passionnante d’André Gunthert et des contributeurs du carnet « culture visuelle » le réalise à sa façon. Le travail historiographique dont je rendrai compte maintenant également.

Continuer la lecture de L’historien sur la table des opérations

Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée

Reprendre un ouvrage lu pendant les années d’études est toujours une expérience intellectuelle intéressante : les souvenirs des exaltations primitives se mêlent à l’effet d’une sédimentation lointaine. J’ai lu, lors de mes études de troisième cycle, le Galilée hérétique de Pietro Redondi, paru en France en 1983 (Redondi 1983). Il en restait les préventions des enseignants : le livre était une pyramide inversée, en ne s’appuyant que sur une archive unique, il remontait vers une généralisation douteuse, et la thèse défendue n’a pas été retenue par la communauté des historiens des sciences… Quelques mots, avant de revenir à ces arguments d’autorité (et pour cause), sur la progression du Galilée hérétique adoptée par Pietro Redondi.

Les pièces du dossier

Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985.
Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985

À l’origine du travail historien il y a une source étonnante, une archive inattendue, une irruption intempestive. Noté G3, un texte anonyme accuse le Saggiotore de Galilée de suivre la voie d’un atomisme hérétique. Ce ne serait donc pas la défense de l’héliocentrisme copernicien qui aurait initié le procès contre Galilée, mais une accusation plus grave encore, le retour à Démocrite, la remise en question des subtilités de l’Eucharistie. Dans le contexte post-tridentin, à l’ombre d’une puissance jésuite qu’on a cru, à tord, diminuée, au sein d’une géopolitique dont l’équilibre est menacé par la progression huguenote, les audaces du camp moderniste (dont Galilée est l’un des représentants les plus dynamiques) sont surveillées avec attention. Dès lors, dans le secret des commissions d’enquête, l’accusation anonyme (dont Redondi dévoile l’auteur en la personne du père Grassi) d’atomisme semble plus redoutable que celle d’héliocentrisme. L’accusation d’hérésie (et la possible condamnation à mort) pèse sur les discussions (dont nous n’avons pas la trace). Dans cette perspective, la défense de Copernic est un péché moins grave.

Continuer la lecture de Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée

Séminaire Sociologie des sciences (SoS) : programme de l’année 2013/2014

Co-organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, chercheurs au laboratoire Printemps, le séminaire de Sociologie des Sciences (SoS) mensuel se donne pour objectif de présenter divers aspects de l’actualité de la recherche sur la production, la régulation et l’usage des données scientifiques. La première séance se déroulera le 29 novembre 2013.

A noter, l’organisation à venir en mai 2014 d’une journée d’étude consacrée aux rapports entre sciences et politique.

Informations pratiques :

Date : 4 séances, de novembre 2013 à mars 2014
Ouvert à tous

Lieu : Laboratoire Printemps – UVSQ, 47 bd. Vauban – 78280 Guyancourt, Bât. Vauban – 6e étage – salle 604

29 novembre 2013, de 14h à 16h

Jérôme Lamy (Labex SMS, Université de Toulouse) : « Des sciences par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences et techniques ».

Discutant : Frédéric Lebaron (Printemps)

10 janvier 2014, de 14h à 16h
Morgan Jouvenet (Printemps) : « Les sciences de la stratosphère et leur politique. Une étude cas (et un programme de recherche) ».
Discutant : Jérôme Lamy (Printemps)

7 février 2014, de 14h à 16h
Michel Dubois (GEMASS, CNRS/Université Paris-Sorbonne) : « Réguler la recherche sur l’embryon : approche comparée des instruments de politique scientifique et de leurs effets ».
Discutants : Ronan Le Roux (CETCOPRA, Université Paris 1), Arnaud Saint-Martin (Printemps)

28 mars 2014, de 14h à 16h
– Romain Juston (Printemps) : « Les pratiques de recherche au-delà du slogan : pour une sociologie combinée de la science et du droit dans l’étude de l’expertise médico-légale ».
Discutants : Caroline Protais, Arnaud Saint-Martin (Printemps)
– Morgan Jouvenet & Arnaud Saint-Martin : présentation de la journée d’études « Sciences/politiques » du mois de mai.