À propos des buzzwords scientifiques et techniques

Dans cet article, Ronan Le Roux nous montre dans quelle mesure les buzzwords scientifiques et techniques (BST) restent un phénomène mal défini. Il l’illustre avec le cas des biologies « -omiques » (génomique, protéomique, etc.), pour questionner l’existence de critères objectifs permettant de construire les BST comme objets d’étude. Il envisage d’abord que les BST puissent être un artefact, dus à l’hétéronomie de notre perception, et/ou à une interférence entre instrument et phénomène observé (performativité de la scientométrie sur les pratiques d’écriture et de mise en visibilité à l’heure du numérique). Il met en doute ensuite le fait que la lexicométrie fournisse un modèle naturel de BST. Comme il le souligne, on ne peut définir les BST sans jugement de valeur, notamment en cherchant à les situer dans une typologie des néologismes scientifiques et techniques. Ils semblent devoir rester des objets flous et hétérogènes, convenant mieux à des études de cas comparatives.

Difficile aujourd’hui d’échapper aux « buzzwords » : mots à succès, mots à la mode, mots-phares, mots-étendards, formules, « petites phrases », mantras… Qui n’en a vu ou entendu, en tweet ou en 4×3, dans le cadre d’une conférence plénière ou d’une conversation de couloir, savamment agencés ou glissés comme en passant ? Fleurant la futilité sinon l’entourloupe, progéniture d’un brainstorming entre consultants ou trouvaille nec plus ultra de ténor cathodique, ils semblent pareillement destinés à conquérir le marché des temps de cerveaux disponibles ou à aveugler les masses par quelque tour de passe-passe sémio-cognitif, suscitant par réflexe d’humanisme cultivé la méfiance de tout citoyen nourri à l’esprit des Lumières et soucieux d’un bon usage du λόγος pour l’harmonie de la Cité.

Métastases lexicales d’une société hyperconnectée, on ne les conjure qu’en les détournant par des rituels jubilatoires consistant à les neutraliser par un excès d’usage (écholalies ironiques et autres « business lotos »). Cet exorcisme par mithridatisation impliquant a minima pour les locuteurs d’amplifier l’usage même de ce qu’ils souhaiteraient éventuellement voir disparaître, de vaincre le mal par le mal, la nature du buzzword apparaît en pleine lumière : sitôt franchi le seuil critique d’adoption qui le fait exister en tant que tel, son cycle de vie ne peut être interrompu et ne s’épuisera qu’en parvenant à son terme, après quoi il ira rejoindre le cimetière des expressions ringardes – sauf à trouver une seconde jeunesse dans son recyclage par un autre groupe social. C’est sans doute parce qu’un buzzword en tant que buzzword ne peut avoir de détracteur qu’il est aussi bien une instance remarquable de cette « voix de personne » (Valéry), atteignant précisément sa performativité maximale lorsqu’il n’a plus d’auteur et que sa signification s’attrape aussi peu que fumée entre les doigts.

alliageUn dossier récent de la revue Alliage est consacré au « Technobuzz »[1], les buzzwords de la technoscience. Le sourcil se lève spontanément : les buzzwords ne font-ils pas des ombres dans la caverne, ne sont-ils pas l’arsenal terminologique du sophiste contemporain, toute communication de leur part avec l’Académie et le ciel des Idées n’est-elle pas antinomique ou impitoyablement filtrée ? C’est le point de vue adopté, semble-t-il, dans l’article « Buzzword » de Wikipédia : « Les buzzwords dénoncés comme tels ont une fonction inverse du vocabulaire scientifique », ils seraient en fait du côté de la charlatanerie et de ce que les psychologues appellent « effet Dr Who ». Pourtant, ces frontières entre science et société ne sont pas perçues aujourd’hui si étanches qu’elles fassent du thème abordé par ce dossier d’Alliage un non-sujet. Bien au contraire, cette circulation transfrontalière est sans aucun doute un terreau fertile pour les buzzwords, pour le meilleur comme pour le pire : le meilleur, lorsque la société civile se saisit des Frankenstein de la « technoscience » (OGM, dépistage prénatal, nanotechnologies, etc.) comme d’autant d’objets de sains débats démocratiques ; le pire, avec ce que l’on pourrait appeler cette fois « l’effet Omega 3 », lorsque l’industrie, produisant des molécules comme M. Jourdain de la prose, épate le bourgeois avec un terme savant magnifiant tel aspect parfois trivial en guise d’argument de vente.