La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Du 9 au 11 juillet 2014 s’est tenu à Bordeaux le colloque « Science, innovation, technique et société ». Il était organisé à l’initiative des collègues bordelais, en particulier Pascal Ragouet, du centre Émile Durkheim (Émile, totem de l’étape), et sous la double égide des Réseau Thématique (RT) 29 de l’Association française de sociologie (AFS) et du Comité de Recherche (CR) 29 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Avec quelques camarades, j’y ai participé du début jusqu’à la fin. Pour n’en pas perdre la mémoire, j’en proposerai ici un compte rendu dans la rubrique « Conference advisor ». Subjective, cette restitution le sera à plus d’un titre. D’abord, parce qu’il y a en théorie autant de restitutions possibles que de participants, chacun conservant un souvenir personnel de ce qu’il s’est passé, conditionné par ses expériences interactionnelles sur place et ses capacités d’observation, d’attention aux choses et de mémorisation. Ce retour d’expérience sera subjectif aussi parce que j’assumerai mes partis pris. Quelques commentaires critiques l’exprimeront au fil du texte.

Jour 1 : mise en bouche

Ce n’est pas tous les jours que les chercheurs/ses intéressé-e-s par les sciences et/ou les techniques (et/ou l’innovation, toujours à toutes les sauces) ont l’occasion de se retrouver. Je dis « chercheurs/ses intéressé-e-s » sans préciser d’appartenance(s) disciplinaire(s), parce que je me suis vite rendu compte que, contre ce à quoi je m’étais d’ailleurs préparé (l’identité disciplinaire de la « puissance invitante » le laissait pensait, à tout le moins), il ne s’agissait pas d’un colloque de sociologie-des-sciences-pour-sociologue-des-sciences. S’intéresser à la science, à la technique, à l’innovation, avec tout ce que l’on peut subsumer sous ces termes élastiques, était en effet le commun dénominateur, un principe d’agrégation thématique accueillant qui autorisait un maximum d’enrôlements et a priori un coût d’entrée peu élevé. À première vue, on dira « tant mieux » car s’il y a bien quelques séminaires çà et là, des congrès durant lesquels une ou deux sessions « études des sciences » se tiennent, il est bien rare de pouvoir échanger avec plus d’une dizaine de personnes. Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, ce domaine reste encore confidentiel en France. C’était donc par principe une bonne nouvelle de savoir qu’à Bordeaux, au tout début de l’été, devait s’organiser un tel événement, sur trois jours en plus. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)