Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?

À propos de Claire Tollis, Laurence Créton-Cazanave, Benoit Aublet (dir.), L’Effet Latour. Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux, Éditions Glyphe, 2014.

Après cela, le Seigneur désigna encore soixante-dix autres disciples et les envoya devant lui deux par deux dans toutes les villes et dans tous les endroits où lui-même devait aller. Il leur dit : « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson. Allez-y ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups ». (…)

Puis il se tourna vers les disciples et leur dit en privé: « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !  En effet, je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont désiré voir ce que vous voyez et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l’ont pas entendu ».

Luc (X : 1-3 et 23-24)

 Les travaux de doctorants (ou de jeunes docteurs) portent souvent la marque hésitante d’une entrée dans la communauté scientifique. Il en résulte des maladresses, des ambiguïtés, des errements bien compréhensibles. La fraîcheur des comptes rendus de thèse  compense, le plus souvent, les défauts inhérents aux premiers pas académiques. C’est avec cet a priori bienveillant que j’ai ouvert l’ouvrage du bien nommé « Latouring Club », intitulé L’effet Latour et sous-titré : Ses modes d’existence dans les travaux doctoraux. Voilà donc de jeunes impétrants se saisissant des travaux de Bruno Latour pour comprendre les effets de leur lecture sur les travaux et les analyses en cours.

v_book_1528En fait, la désillusion intervient rapidement. Je passe sur les agaçantes familiarités qui tentent assez maladroitement de montrer la proximité/distance des auteurs avec Bruno Latour et dont ils espèrent (en vain) rendre le lecteur complice. De « Bruno » (p. 251) à « Dr Latour » (p. 191), en passant par « l’Ami Bruno » (p. 159), toutes les interpellations faussement impertinentes de l’auctorialité créent davantage de distance avec celui qui lit qu’elles ne permettent le rapprochement. On comprend, dès l’introduction, que les représentants du « Latouring Club » se sont bien amusés à se discuter et à écrire leurs textes, mais on se sent très vite exclu de cet entre soi.

Je laisserai également de côté les irritantes erreurs de renvoi dans les bibliographies. On se perd à chercher des textes référencés dont l’année ne correspond pas ou qui sont carrément manquants.

Non, ce qui énerve vraiment à la lecture de l’ouvrage, c’est qu’il n’y circule aucun air frais sur la façon de lire un auteur qui n’a jamais cessé de susciter des débats. On y renifle plutôt l’odeur de l’encens devant l’autel. La dévotion transpire à chaque page, l’absence presque totale de point de vue un tant soit peu critique (le mot est honni et semble valoir excommunication, j’y reviendrai) est quasiment revendiquée. Dans cette atmosphère empesée de religiosité dévote, on recueille la parole du Maître, on la discute entre exégètes, on prononce des anathèmes, on célèbre la clairvoyance de l’Auteur. Les textes sacrés (ceux qui disent la nouvelle manière de comprendre la science, de penser la controverse, de suivre les « actants », de compter les humains et les non-humains) ne sont jamais passés au trébuchet décapant de la discussion sérieuse. Pourtant, les occasions n’ont pas manqué, depuis les questions de Simon Schaffer (1991) sur le retour à l’hylozoïsme présocratique que suppose la théorie de l’acteur-réseau, jusqu’aux interrogations sur la commensurabilité des modes d’existence (Saint-Martin 2013), en passant par le travestissement sémantique de truismes descriptifs en radicalisme de paille (Gingras 1995) et l’impossibilité de maintenir des réseaux ouverts indéfiniment (Chateauraynaud 1991). Il y là matière à débat. Et on aurait pu s’attendre à ce que les certitudes latouriennes portées en chaire depuis tant d’années soient un tant soit peu remises en cause. Il n’en est rien, bien au contraire. Le livre des disciples enamourés qu’il m’a été donné de lire ressemble à un long prêche célébrant la Divine parole. Continuer la lecture de Des disciples bien disciplinés : à qui Latour ?