Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie

À partir de Hans-Jörg Rheinberger, Introduction à la philosophie des sciences, Paris, Éditions La Découverte, collection « Repères », 2014, 128 p. 

« Ce terme de ‘périodisation’ sera le fil conducteur de cet essai. Il indique une action humaine sur le temps et souligne que son découpage n’est pas neutre. Il s’agira ici de mettre en évidence les raisons plus ou moins affichées, plus ou moins avouées qu’on eues les hommes de découper le temps en périodes, souvent assorties de définitions qui soulignent le sens et la valeur qu’ils leur confèrent. »
Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p.12.

Appropriation d’un domaine

rheinbergerDrôle d’ouvrage que celui de l’épistémologue et historien des sciences allemand Hans-Jörg Rheinberger. Les « introductions » sont censées être des outils pédagogiques de type manuel, des « repères » en somme. Pourtant, dès les premières pages, ne le présente-t-il pas comme un « essai » (p. 4) qui dresse dans le même temps un « aperçu » (ibidem) au format plutôt ordinaire ? Ambivalence de l’approche – entre originalité et classicisme – certes, mais aussi ambivalence de l’objet lui-même, car l’auteur entend bien défendre une certaine vision de ce à quoi renvoie le titre. Car voilà, la philosophie des sciences dont il sera question dans cet ouvrage, quelle est-elle ? Le tour du propriétaire est connu. La philosophie des sciences ne peut être confondue avec la théorie de la connaissance (scientifique), réduction qui caractériserait la tradition anglo-saxonne. La théorie de la connaissance ne peut pas être non plus limitée à l’épistémologie. Dans son livre, Rheinberger s’accorde avec une certaine épistémologie, inscrite cette fois-ci dans une « tradition française », dont la propriété intellectuelle distinctive consiste à rendre compte en premier lieu des conditions historiques « sous lesquelles, et les moyens avec lesquels les choses sont transformées en objets de savoir et, d’autre part, sur les manières par lesquelles le processus de production scientifique de connaissances est initié et entretenu. » (p. 5) Davantage qu’une épistémologie historique figée, c’est donc à une épistémologie historicisée, c’est-à-dire mise en œuvre, que l’on a affaire. Cela tombe bien, c’est justement l’intitulé de la version américaine de cette Introduction[i]. Son hypothèse veut donner à voir la série de réflexions, marquée par le passage d’une histoire de l’épistémologie à une épistémologie prenant en compte l’histoire des sciences, qui aurait délimité l’espace d’existence de l’épistémologie historique. Continuer la lecture de Introduction à un essai de manuel qui n’en est pas un : Hans-Jörg Rheinberger et l’historicisation de l’épistémologie