La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)

C’est à quatre mains que nous reprenons le compte rendu du colloque « Science, innovation, technique et société » co-organisé par le CR 29 de l’AISLF et du RT 29 de l’AFS (voir la première partie rédigée par Arnaud Saint-Martin). En poursuivant en binôme cette restitution (inter-)subjective, nous proposons une sorte de saisie sur le vif de la sociologie des sciences et techniques actuelles dans l’aire francophone. Sans ériger l’événement en panoptique de la spécialité dans toutes ses dimensions, l’occasion d’un colloque est une chance de saisir, dans leurs grands axes, les nervures du travail – théorique et empirique – en cours.
Mais avant de commencer, précisons qu’à l’inverse de la première partie, nous avons préféré ne pas nommer certain-e-s collègues dont nous présentons les recherches au pas de charge. Car par moments, des critiques seront formulées, la barque sera chargée. Il nous a paru éthiquement préférable et plus juste que l’anonymat soit préservé un minimum, afin de ne pas laisser des traces susceptibles d’atteindre à la « web-réputation » de collègues pour la plupart en thèse, donc éventuellement excusables (mais surtout, vulnérables). Mais, quoique touchés in extremis par la grâce et la compassion altruiste (un effet post-Latouring ?), nous n’en continuerons pas moins de porter la critique dès qu’il le faut. À découvert, cela va sans dire !

Retour de goûter : la session de trop

9 juillet 2014, toujours. À 16h20, les travaux reprennent et nous intégrons l’Atelier 3 dédié au thème « la médiation et la médiatisation ». Première intervention sur les « Fablabs ». Ces espaces de coopération rassemblant des initiatives technologiques et sociales constituent les nouveaux « lieux de savoir » explorés par les sociologues. Le laboratoire traditionnel – celui-là même que Latour et Woolgar exploraient dans la Californie des années 1970 – n’est plus le centre des attentions. C’est d’ailleurs moins la question de la production des savoirs scientifiques qui est en jeu que les formes de « communauté » partageant des projets (avec tout ce que l’imprécision de ce terme peut renfermer…). On s’intéresse aux solidarités socio-techniques dans les hackerspaces, reconduisant les valeurs d’une certaine contre-culture américaine. L’analyse proposée se centre sur des cas français assez variés : des espaces semi-professionnalisés où se mènent des approches d’innovation technique aux tentatives locales de rassembler des acteurs d’une même commune pour faire aboutir une réalisation partagée. On apprendra, au cours de l’exposé, qu’il existe une labellisation officielle « Fablabs », une charte aussi, preuve s’il en est que les nouvelles formes de mise en cohérence des initiatives « citoyennes » ou « collectives » s’appuient sur des modalités d’institutionnalisation finalement on ne peut plus classique. De même le soutien, même virtuel, même très éloigné, même sans logo, du MIT ou d’un autre campus américain prestigieux fait toujours office d’attracteur symbolique. On a certes regretté, dans la présentation, qu’aucune tentative de montée en généralité n’ait été esquissée : l’approche descriptive, appuyée sur des observations denses et des entretiens, manque hélas une partie de son efficace théorique en restant au seuil de l’analyse (la citation expresse de l’inusable boundary object n’aide d’ailleurs pas). La sociologie du travail, la sociologie des organisations ou la sociologie politique aurait pu servir de matrice – même très générale – pour questionner ces plateformes à peine formées. On songe ici à ce qu’un questionnement sur les impensés (ou les trop bien pensés) politiques d’une association d’ingénieurs partageant leur matériel de bricolage pour monter un projet d’imprimante 3D aurait pu donner : l’investissement par le don/contre-don, les socialisations dispersant ou reconfigurant les hiérarchies professionnelles, les modalités de financement et de sponsoring ouvrant la voie à des interprétations intéressantes. L’enquête commençant, le jugement mérite donc d’être suspendu. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)