Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche

Cet article part d’une minuscule anicroche, une de celles qui émaillent régulièrement le microcosme académique. Une petite chicanerie sans conséquence, que chacun va vite renvoyer à son insignifiance. Mais qui mérite pourtant qu’on y revienne et qu’on s’y arrête, du fait justement de l’insignifiance à laquelle chacun souhaite la renvoyer.

Un colloque doit bientôt être organisé autour de la question de la rationalité scientifique contemporaine, et l’argument l’annonçant évoque « l’audience croissante du relativisme sociologisant dans les milieux de décision [qui] accompagne aujourd’hui l’encouragement à la recherche à court terme au détriment d’une recherche moins finalisée mais porteuse d’avenir ». Le coup est parti sur les listes de diffusion. Aussitôt, dans les antichambres électroniques, on s’étonne de tant de simplisme, on s’indigne. Que signifie ce « relativisme sociologisant » ? Et quel rapport avec la science ? Et comment peut-on oser rapprocher ce « relativisme sociologisant » de la mesquinerie comptable du « nouveau management » de la recherche (Vilkas 2009), sachant les luttes menées par les sociologues et les historiens – tous probablement « relativistes » – contre l’emprise de la pensée marchande sur la pensée scientifique ? N’y a-t-il pas là un raccourci paresseux, voire un contre-sens honteux ? Et puis comment peut-on imaginer que ce « relativisme sociologisant » puisse avoir l’oreille des « décideurs » (en admettant qu’une telle catégorie ait un sens) ?

Et rapidement, ce sont les Science and Technology Studies (STS) qui entrent en scène, pour tout de suite protester de leur innocence, et réclamer que l’on revienne à des choses plus sérieuses. Et tout aussi rapidement le sujet s’épuise, et chacun retourne à ces choses plus sérieuses.

crédits : http://horizon2020projects.com/).
La recherche en mode (2) Euro Millions (crédits : http://horizon2020projects.com/)

C’est que le relativisme, dans le champ des STS, est un sujet sensible, au point d’en devenir fantomatique. Y penser toujours, n’en parler jamais. On peut encore, bien sûr, avec ces manières dont le monde académique a le secret, exorciser ce spectre à coup de discours savants. Mais s’en inquiéter vraiment, et examiner cette inquiétude, c’est aujourd’hui presque une faute de goût, une grossièreté. Le relativisme ne doit plus être un sujet pour les STS aujourd’hui. Il ne l’est d’ailleurs plus vraiment depuis une quinzaine d’année. C’est que la dernière fois qu’il en fut vraiment question, ça n’a pas laissé de bons souvenirs. La « guerre des sciences » a déjà presque vingt ans, mais elle laisse encore un goût de cendre. La blague de potache d’un physicien facétieux (Sokal 1996) a tourné à l’avalanche d’invectives, à la bagarre collective, et tout le monde s’en est retourné un peu sale, un peu barbouillé. Et depuis, comme ces vieilles disputes familiales qu’on préfère oublier en s’imaginant que le temps en fera son affaire, on évite juste le sujet. On s’agace, on hausse les épaules lorsque le vieil oncle remet ça sur la table au moment du gigot dominical, et puis on passe vite à autre chose. Et ça suppure tranquillement. Continuer la lecture de Bon, et si on en parlait quand même ? Considérations impolies sur le « relativisme sociologisant dans les milieux de décision », et son effet sur les politiques de recherche