Géophilosophie du colonialisme. John Locke et la préhension de l’Amérique

À propos de Matthieu Renault, L’Amérique de John Locke. L’expansion coloniale de la philosophie européenne, Paris, Éditions Amsterdam, 2014.

Qu’il existe une série de rapports complexes, ambigus, dialectiques et/ou contrariés entre la façon de connaître et le lieu où elle se déploie constitue, aujourd’hui, un quasi-truisme en sociologie et en histoire des sciences. « Les savoirs sont produits localement » constitue une antienne bien souvent transmutée en une pure incantation. C’est peu dire que les terrains explorés donnent rarement à voir comment s’agencent concrètement l’implantation géographique et les savoirs. L’ouvrage de Matthieu Renault constitue une heureuse exception. L’angle qu’il a choisi d’explorer – le rapport de Locke au colonialisme américain – lui permet de croiser fermement et subtilement géographie épistémique et géopolitique de la domination. Fermement, parce qu’il ne perd jamais le fil de sa démonstration, même lorsqu’il opère des détours géographiques. Subtilement, parce qu’il s’agit de démêler, dans les lectures antérieures, les impasses ou les brouillages interprétatifs.

coverIl est indispensable de situer les fondements de la philosophie politique de John Locke dans le contexte colonialiste. Matthieu Renault rappelle un fait peu connu et pourtant essentiel : Locke a mené une longue (quoiqu’intermittente) carrière coloniale. Il a ainsi été « secrétaire des lords propriétaire (…) de Caroline (…) » (p. 18). Dans la continuité de cette pratique gestionnaire d’une colonie américaine, il participe à la rédaction des Constitutions fondamentales de la Caroline, en 1669. Le philosophe est également secrétaire du Council of Trade and Foreign Plantations qui règle les conflits entre les deux rives de l’Atlantique au sujet des appropriations de terres. Locke est enfin actionnaire dans deux compagnies commerciales et esclavagistes en direction de l’Amérique et de l’Afrique (p. 19). Pour autant, il n’a jamais mis un pied sur le Nouveau Continent – même s’il a caressé l’idée, lassé qu’il était de la corruption britannique.

Géographie et entendement

Locke parsème ses écrits (et notamment l’Essai sur l’entendement humain) de nombreuses références à la navigation et à la géographie. Cette dernière est en quelque sorte la science initiale, au double sens du mot : elle est celle qui initie la connaissance et celle qui doit être première dans l’éducation des enfants (p. 38). Fondée sur une heuristique de l’ouverture et donc du déplacement par-delà les limites, la géographie symbolise l’idéal d’un décloisonnement des frontières disciplinaires pour viser une « (cosmo)politique des savoirs » (p. 39). Cette question des limites fait retour sur l’océan lui-même : la tentation impériale de l’Angleterre trouve à s’incarner politiquement dans une pratique d’appropriation des masses liquides qui s’articule aux principes d’une connaissance de ces espaces sans propriétaires (reconnus).

Le charme discret du colonialisme. Bacon's Castle, en Virginie (crédits : Alexandra Fomicheva, via Flickr)
Le charme discret du colonialisme. Bacon’s Castle, en Virginie (crédits : Alexandra Fomicheva, via Flickr)

Continuer la lecture de Géophilosophie du colonialisme. John Locke et la préhension de l’Amérique