La ville, lieu (de la) critique ?

À propos de Cécile Gintrac et Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.

C’est peu dire que la géographie urbaine critique est un champ de recherche particulièrement bouillonnant. Profitant des entreprises de croisement multiples favorisées par la montée en puissance des « studies » sur les campus anglo-saxons, l’honorable discipline géographie en a profité pour muter sous diverses formes. Parallèlement à cet éclatement (tout relatif[1]) des espaces disciplinaires classiques, les transformations politiques des années 1960 et 1970 reconfigurent les possibilités d’un discours académique critique et radical, même si ces deux termes recouvrent des positionnements très variés. L’ouvrage dirigé par Cécile Gintrac et Matthieu Giroud est une anthologie d’articles et de chapitres de géographes anglo-saxons et allemands dont les travaux ont porté sur la ville. Cette coupe dans l’épaisseur de la géographie urbaine est – nécessairement – un peu arbitraire, même si la logique des choix qu’opèrent les directeurs de l’édition est parfaitement lisible : postcolonial studies, marxisme et études féministes fixent les points de repères du type de critique mis en œuvre pour comprendre les transformations contemporaines de la ville. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont rassemblé des textes chronologiquement étalés dans le temps, ce qui donne à voir les déplacements successifs de la géographie critique ; ils ont également associé dans le volume des auteurs de générations différentes mais très souvent liés entre eux par des rapports académiques parfois étroits (Don Mitchell est l’étudiant de Neil Smith qui est lui-même le doctorant de David Harvey, figure tutélaire planant sur tout l’ouvrage). Difficile de situer les travaux critiques français sur la mappemonde des géographies radicales (le pluriel s’impose car très clairement toutes les radicalités ne s’organisent pas dans le même plan) et l’on ne s’étonnera pas, donc, de ne trouver aucun auteur français dans l’anthologie.

71QwK+SYrYLL’ouvrage offre donc une vue d’ensemble (avec ses biais et ses points aveugles, c’est inévitable) sur un type de recherche géographique, que l’on pourrait caractériser – en première approximation – comme une géographie instruite des rapports de domination et consciente des efforts analytiques à accomplir pour se défaire du discours commun réifiant sur le monde tel qu’il est. La géographie, comme toutes les sciences sociales, mais peut-être plus que d’autres, est tout particulièrement susceptible de tomber dans le piège d’un surlignement du réel (qu’on cache parfois pudiquement sous le nom de « terrain », terme commode pour parfois contourner les obstacles politiques et épistémologiques). Sans y prendre garde, on en vient vite à naturaliser l’espace, à prendre pour des évidences toute une série de constructions humaines situées, sédimentées dans des histoires sociales et culturelles plus ou moins longues et ressortissant de jeux de pouvoir complexes. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont bien raison de pointer la nécessité de penser aussi « contre l’espace » (p. 15). Car c’est cette fausse évidence d’un quotidien toujours inscrit dans la spatialité (urbaine en l’occurrence) qu’il faut sans cesse combattre et contre laquelle les outils d’analyse doivent être suffisamment fins pour décrire des échelles géographiques diverses et, en même temps, suffisamment puissants pour prendre dans ses rets des phénomènes aussi massifs que la néolibéralisation des pratiques immobilières ou la criminalisation du territoire par le droit.

Afin de donner à entrevoir (sans l’épuiser) la richesse du livre, je propose de situer quelques-uns de ses chapitres le long de deux axes qui donnent à voir l’amplitude des coordonnées critiques choisies par les éditeurs. Continuer la lecture de La ville, lieu (de la) critique ?