Les forteresses vides du pouvoir. Architecture et politique dans l’Italie de la Renaissance

À propos du livre de Patrick Boucheron, De l’éloquence architecturale. Milan, Mantoue, Urbino (1450-1520), Paris, Éditions B2, 2014, 68 p.

C’est une évidence qu’il est parfois nécessaire de rappeler : l’architecture est un exercice politique majeur. Il n’est de monumentalité qui ne soit adossée à une certaine idée de la puissance d’agir. Par-delà ce qui semble être un truisme, le dénouage du couple architecture-politique s’avère néanmoins plus complexe : où commence l’intention politique ? Où s’arrête l’exercice du gouvernement ? Est-ce dans l’assemblage des blocs de pierre que se loge le pouvoir de dire ou de faire ? Est-ce dans le parcours imposé par les espaces découpés et cloisonnés que l’on trouve la force d’une autorité qui conduit les pas là où elle le souhaite ? Ces questions ne sont pas aisées à trancher. Car à chaque époque, le jeu d’équilibre entre la construction des palais, des temples ou des forteresses et le type de politique menée n’a cessé d’évoluer. Investissant la place, le bref ouvrage de Patrick Boucheron se propose de clarifier l’ordre du monumental dans la politique italienne de la Renaissance. Plus exactement, il envisage trois villes, Milan, Mantoue et Urbino et (donc) trois formes d’architectures spécifiques du pouvoir. Que se passe-t-il de 1450 à 1520 dans ces cités italiennes qui traduisent une « éloquence architecturale » particulière ? Quelles formes politiques viennent soudain se coaguler dans des pratiques d’édification voisines (sans être semblables) d’une ville à l’autre ?

La forme (politique) d’une ville

de-l-eloquence-architecturalePatrick Boucheron commence son enquête en suivant la piste des recommandations du célèbre architecte Leon Battista Alberti. Ce dernier, dans son traité De re aedificatoria paru en 1452, reliait explicitement la beauté d’un monument et l’intimidation qu’il pouvait susciter. Le pouvoir, en embellissant les lieux qu’il occupe, produit une sorte d’invulnérabilité. Bien sûr, rien dans l’histoire politique et architecturale ne confirme cette proposition théorique. Et la prose mordante d’un Machiavel viendra dissiper ces songes illusoires d’une beauté monumentale intouchable. Quelque chose de fondamental s’est joué dans l’Italie de la Renaissance qui, plus tard, touchera tous les États européens. Une certaine conception du pouvoir, inscrite dans la pierre et les agencements spatiaux, s’est construite durant cette période avant de s’étendre à d’autres contrées. Le paradoxe – résumé dans le vers d’Horace que cite Patrick Boucheron : « La Grèce conquise conquit son vainqueur farouche » – réside dans le fait qu’il est nécessaire de bien saisir comment la politique architecturale péninsulaire s’est établie pour comprendre ensuite quel type d’absolutisme opèrera dans l’Europe moderne. Continuer la lecture de Les forteresses vides du pouvoir. Architecture et politique dans l’Italie de la Renaissance