Le sociologue Bourdieu et l’historien Chartier, à voix nue

À propos de Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Le sociologue et l’historien, Marseille, Agone, 2010. Compte rendu initialement paru dans la Revue française de sociologie, vol. 52, n° 2, 2011, p. 384-387.

Le sociologue et l’historien rassemble les textes repris de cinq émissions « À voix nue », diffusées en février 1988 sur France Culture. Pierre Bourdieu s’y entretient avec son hôte Roger Chartier. C’est encore l’occasion pour le sociologue de mettre sa sociologie à la page en présence d’un condisciple, en particulier de se livrer à un exercice subtil d’interdisciplinarité, puisqu’il est question des rapports entre sociologie et histoire. On pourra toujours trouver matière à gloser sur les raisons d’éditer aujourd’hui de tels documents. Il est sûr qu’ils ne tomberont pas dans les oreilles de sourds ; par exemple, de sociologues désirant marquer la différence avec la discipline histoire, d’historiens cherchant chez Bourdieu les indices d’une incurable hégémonie sociologique, ou encore d’historiens des sciences sociales bien heureux de trouver une pièce à ajouter à ce dossier. Mais délaissons pour l’instant ces questions pour découvrir plutôt ce qui est donné à lire.

9782748901184FSUne multitude de thèmes sont traités au cours de ces échanges, certains précisément, d’autres évoqués en passant. Le ton est à la badinerie, à la malice, aux bons mots, aux petites confidences (publiques) entre amis se tutoyant. Bourdieu se montre cabotin, pince-sans-rire, n’hésitant pas à taquiner ses contemporains. Son humeur grinçante s’illustre par endroits. Et des clés apparaissent ça et là, l’air de rien : « Très souvent il y a des choses que j’écris en riant ; malheureusement, il n’y a pas de signe pour exprimer le rire par écrit, c’est une des grosses lacunes de la symbolique graphique. » (p. 22). Aucun smiley n’apparaît dans le texte, mais on y décèle sans peine la satisfaction de Bourdieu, bien conscient des effets potentiels de ses petites piques. Quitte à prêter le flanc à la critique, qu’il ne craint pas (« pour me réfuter, il faut se lever de bonne heure, il faut travailler. C’est un peu arrogant, mais bon… » [p. 26]). À l’évidence, Bourdieu se sait écouté, de la même façon qu’il s’écoute. De l’arrogance au contrepied, il ne cesse de jouer avec ses interlocuteurs (Chartier et l’auditeur) : il fait la leçon aux historiens, pulvérise leurs tentations historiographiques avant-gardistes et déconcerte ses propres lecteurs en bricolant un panthéon imaginaire baroque. Continuer la lecture de Le sociologue Bourdieu et l’historien Chartier, à voix nue